Alain Delon

Acteur
L'affiche de Plein Soleil, avec Alain Delon (reprise 2013)

Personal Info

  • Nationalité : Français
  • Date de naissance : 8 novembre 1935 à Sceaux (France)
  • Crédit visuel : © 1960 StudioCanal - Titanus - S.P.A. Tous droits réservés. Affiche : Dark Star

Biographie

Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Alain Delon a été l’une des stars légendaires du cinéma français des années 1960-80. Sa beauté et son talent ont été le mieux mis en valeur par René Clément (Plein soleil, 1960), Luchino Visconti (Rocco et ses frères, 1960 ; Le Guépard, 1963), Jean-Pierre Melville (Le Samouraï, 1967) et Joseph Losey (Monsieur Klein, 1976).

Il a également eu de beaux rôles avec Alain Cavalier, Jacques Deray, Valerio Zurlini et Bertrand Blier (Notre histoire, César du meilleur acteur en 1985).

Alain Delon, de Clément à Losey en passant par Visconti et Melville

Alain Delon tourne son premier long métrage en 1957 : un petit rôle dans Quand la femme s’en mêle d’Yves Allégret, avec Edwige Feuillère, qu’il considère comme sa « marraine de cinéma ». Superbement beau et d’un jeu instinctif, sans formation dramatique, il grimpe les marches du vedettariat en jouant dans la bluette Christine (1958) de Pierre Gaspard-huit, avec Romy Schneider ; puis le médiocre Chemin des écoliers (1959) de Michel Boisrond. C’est René Clément qui lui donne son premier grand rôle en lui faisant interpréter Tom Ripley dans Plein soleil (1960), d’après le roman de Patricia Highsmith. Il forme avec Maurice Ronet et Marie Laforêt un trio de légende, dans un polar désormais culte. Luchino Visconti lui permet de solidifier son métier d’acteur dans Rocco et ses frères (1960), où il est sublime, puis Le Guépard (1963), dans le rôle de Tancrède. Ces films lui assurent une notoriété internationale qui en fait, avec Belmondo, la première star française de sa génération.

En cette première moitié des années 60, Alain Delon se partage entre plusieurs types de cinéma. Il brille dans l’univers intellectuel d’Antonioni (L’Éclipse 1962), marivaude la même année avec Danielle Darrieux dans le film à sketchs Le Diable et les dix commandements de Julien Duvivier, fait jeu égal avec Gabin dans l’attachant film policier Mélodie en sous-sol (1963) d’Henri Verneuil, soutient l’audacieux L’Insoumis (1964) d’Alain Cavalier, sur la guerre d’Algérie, et manie la cape et l’épée dans le conventionnel La Tulipe noire de Christian-Jaque (la même année). Hollywood lui fait alors des propositions mais il n’y fait pas grand-chose : ni le polar Les Tueurs de San Francisco (1965) de Ralph Nelson, ni la coproduction Les Ceinturions (1966) ne parviennent à convaincre. C’est alors qu’il rencontre Jean-Pierre Melville qui enrichit la persona Delon avec Le Samouraï (1967) : un jeu introverti pour un personnage de tueur à gages solitaire et taciturne, dans un polar dépouillé et élégant : il retrouvera son troisième « maître de cinéma » (après Clément et Visconti), dans Le Cercle rouge (1970) et Un flic (1972). La fin des années 60 lui vaut encore de beaux succès, avec le film d’aventures Les Aventuriers (1967), le drame psychologique La Piscine (1968) de Jacques Deray, et le policier Le Clan des Siciliens (1969), trois films emblématiques de la survivance d’une certaine « qualité française ».

Les années 70 confirment le triomphe d’Alain Delon au box-office du cinéma français, même si tous ses films ne sont pas des succès. Le public arrive en masse pour l’agréable Borsalino (1970) de Jacques Deray, où il fait match nul avec son rival Belmondo. Il est confronté à Simone Signoret dans La Veuve Couderc (1971), bonne adaptation de Simenon par Pierre Granier-Deferre ; et à Annie Girardot (sa partenaire de Rocco) dans l’étrange Traitement de choc (1972) d’Alain Jessua. Il incarne l’inspecteur Borniche dans Flic story (1975) de Jacques Deray, se frotte au cinéma d’Audiard dans Mort d’un pourri (1977) de Georges Lautner, et ose la noirceur dans Attention, les enfants regardent (1978) de Serge Leroy. S’il s’égare dans Scorpio (1973) de Michael Winner, Zorro (1975) de Duccio Tessari et Airport 80 Concorde (David Lowell Rich, 1979), deux réalisateurs étrangers vont le magnifier : Valerio Zurlini pour Le Professeur (1972), et surtout Joseph Losey avec Monsieur Klein (1976) : le rôle de cet homme d’affaires pris au piège de ses agissements sous l’Occupation est sans doute sa meilleure prestation de la décennie. Le film est pourtant accueilli tièdement au Festival de Cannes, et ne rencontre pas le succès public.

Alain Delon dans Plein soleil de René Clément (restauration, reprise 2013)

© 1960 STUDIOCANAL – TITANUS S.P.A. Tous droits réservés.

Alain Delon, une personnalité marquante du cinéma français

Alain Delon reste l’un des acteurs les plus bankables des années 80, et devient son propre producteur. S’ils attirent encore de nombreux fans, ses films sont de plus en plus impersonnels et le jeu de l’acteur se pétrifie, de Trois hommes à abattre (1980) de Jacques Deray à Ne réveillez pas un flic qui dort (1988) de José Pinheiro, en passant Le Choc (1982) de Robin Davis, ou des polars qu’il réalise lui-même (Le Battant, 1983). Il ne prendra des risques qu’en 1984, incarnant un loser alcoolique dans Notre histoire de Bertrand Blier, qui lui vaudra son unique César du meilleur acteur, et le second rôle du baron de Charlus dans Un amour de Swann (1984) de Volker Schlöndorff. Sans doute déçu par les échecs commerciaux de ces deux œuvres, Alain Delon renonce à tout projet non balisé, à l’exception de l’inénarrable Nouvelle Vague (1990) de Jean-Luc Godard.

La crise du cinéma français, l’approche de la soixantaine et une certaine usure de son personnage l’éloignent progressivement des studios à partir des années 90. Tout au plus peut-on retenir Le Retour de Casanova (1992) d’Edouard Niermans, où il se fait voler la vedette par Luchini ; et Une chance sur deux (1998) de Patrice Leconte, où il partage l’affiche avec Belmondo et Vanessa Paradis. Alain Delon participe au naufrage artistique et commercial de Le Jour et la nuit (1997) de Bernard-Henri Lévy, joue son propre rôle dans Les Acteurs (2000) de Bertrand Blier, et campe Jules César dans Astérix et aux Jeux Olympiques (2008) de Frédéric Forestier et Thomas Langmann.

Alain Delon a également joué dans une dizaine de pièces, de Dommage qu’elle soit une putain de John Ford mis en scène par Visconti au Théâtre de Paris (1961), à Une journée ordinaire d’Éric Assous mis en scène au Théâtre des Bouffes-Parisiens (2011), en passant par Variations énigmatiques d’Éric-Emmanuel Schmitt mis en scène par Bernard Murat au Théâtre Marigny (1996).

Il s’est aussi essayé à la chanson (« Paroles, paroles » avec Dalida) et à la télévision (la mini-série Cinéma). Il a obtenu un Ours d’argent d’honneur à la Berlinale 1995 et une Palme d’honneur au Festival de Cannes 2019.

Alain Delon a partagé sa vie avec les actrices Romy Schneider, Nathalie Delon et Mireille Darc. Il est le père des comédiens Anthony Delon, Anouchka Delon et Alain-Fabien Delon.

Filmographie (réalisateur)

  • 1981 : Pour la peau d’un flic
  • 1983 : Le battant

Trailers & Videos

trailers
x
L'affiche de Plein Soleil, avec Alain Delon (reprise 2013)

Bande-annonce de Diaboliquement Vôtre

Acteur

Bande annonce de

Bande annonce de Quelle joie de vivre

Bande-annonce de Notre histoire

Bande-annonce de La veuve Couderc

Bande-annonce de Mort d'un pourri

Bande-annonce de Mélodie en sous-sol

x