Note des spectateurs :

Retour sur cette année cinématographique avec un panorama de l’année 2019 non exhaustif, reprenant les différents événements qui ont marqué cette année. Bong Joon-ho, Joker, Disney, la fin de Game of Thrones… Mais pas seulement.

Dossier et panorama année 2019
Design : Frédéric Mignard

On commence par le bilan et le panorama de 2018

Avant de dresser le panorama de 2019, retour sur les chiffres de 2018. Les exploitants et producteurs de l’Hexagone dressent en début d’année le bilan sur la fréquentation de l’année 2018, globalement en baisse avec des chiffres qui redescendent autour des 200,5 millions de tickets vendus, le total le plus bas depuis… 2013.

A qui la faute : à une offre fastidieuse, à la SVOD, ou au streaming ?

Qui, en 2019, sera le successeur des Indestructibles 2 ? Le Pixar avait coiffé au poteau Les Tuche 3 et La ch’tite famille. En fait, en 2018, aucun film porteur ne s’était hissé au-dessus des 6 millions d’entrées. Il est loin le temps où Intouchables réalisait 19 millions de spectateurs et où Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? nourrissait les rires fédérateurs de 12 millions de spectateurs. Toutefois, avec la sortie imminente de sa suite et le line up monstrueux de Disney, tout est possible.

En 2019, l’industrie cinématographique française compte notamment sur ces superproductions nationales pour donner du souffle aux salles.

Les plus gros budgets français de 2019 (devis en million d’euros)

  • Le Dindon (13,9M)
  • All Inclusive (15M)
  • Nous finirons ensemble (16,3M)
  • Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? (17M)
  • Nicky Larson et le parfum (18,6M)
  • Le chant du loup (20M)
  • J’accuse (25,5M)
  • Anna (30,6M)
Bande-originale du film Anna de Luc Besson, par Eric Serra
Copyrights : 2019 EuropaCorp, TF1 Films Production. Tous droits réservés. Photo Shanna Besson.

L’exportation se porte plutôt mal en 2018, Luc Besson aussi

Les chiffres tombent en début d’année 2019. La médiocrité des résultats de la production cinématographique française dans l’exportation compte parmi les pires en dix ans (seul 2013 est tombée plus bas). L’anéantissement progressif d’EuropaCorp n’a pas aidé. L’ancienne mini-major de Luc Besson était toutefois en tête en 2018, grâce aux recettes mondiales de Taxi 5. On notera pourtant que ce dernier se retrouve en 65e place des 70 films français qui se sont le mieux exportés entre 1994 et 2019. Révélateur.

EuropaCorp, un empire en faillite

Pour ce qui d’EuropaCorp en 2019, l’empire Besson est en miettes, le cinéaste est contraint de jeter l’éponge sur la distribution assurée en attendant par Pathé, qui a par ailleurs racheté les cinéma EuropaCorp. Quant à l’avenir du studio, il est la proie de toutes les convoitises, le fonds américain Vine Alternative Investments s’y intéresserait de très près.

Panorama de l’année 2019 : premier semestre, c’est parti

  • Janvier : La 22e édition du Festival de film de comédie de l’Alpe d’Huez se tient du 15 au 20 janvier. Alexandra Lamy la préside. Le décevant Mon bébé de Liza Azuelos se voit offrir le Grand Prix OCS. Les crevettes pailletées repart avec Le Prix spécial du jury. Le premier film glanera plus de 600 000 spectateurs, le second 577 000. Des chiffres satisfaisants.
  • Janvier : Prix Claude-Chabrol 2019 (Beaune) : Jusqu’à la garde de Xavier Legrand
  • Janvier : Hommage de la Cinémathèque à Agnès Varda
  • Janvier : Lancement aux Etats-Unis seulement de la plateforme de streaming gratuite par IMDB, et donc par Amazon, connu sous le nom de Freedive.
  • Janvier : Mort du compositeur Michel Legrand, des réalisateurs Dušan Makavejev et Jonas Mekas, de l’acteur François Perrot et du critique de cinéma Henry Chapier.

Golden Globes :

Green Book est la meilleure comédie de l’année, Bohemian Rhapsody devient le meilleur drame, Roma le meilleur film en langue étrangère et Alfonso Cuarón le meilleur réalisateur. Pas mal pour Netflix, mais le cru reste peu ragoûtant, entre film académique sans mise en scène, divertissement populaire qui pouvait faire mieux et cinéphilie survendue. Un avant-goût des Oscars…

  • Février : Prix Lumière 2019 : Les frères Sisters remporte plusieurs prix, dont Meilleur film ou encore Meilleur réalisateur.
  • Février : Les Magritte du Cinéma célèbrent Nos batailles de Guillaume Senez (5 prix, dont Meilleur film, Meilleure réalisation) et Girl de Lukas Dhont (4 prix, dont Meilleur film flamand, Meilleur acteur…).
  • 5 millions d’abonnés, c’est le nombre de clients Netflix en février 2019. La SVOD explose alors que le support physique s’effondre. Voir les chiffres en novembre.
  • Février : Fabien Onteniente n’est plus à un échec près et démarre l’année en lourdeur avec All inclusive. Cela ne sera pas la seule comédie française à vite oublier.
Copyright UGC Distribution. Tous droits réservés.

Ces comédies françaises déjà oubliées

  • Février : Premiers Plans d’Angers, présidé par Cédric Kahn, couronne Comme si de rien n’était, d’Eva Tröbisch.
  • Février : Prix Jacques Deray remis au truculent En liberté de Pierre Salvadori, le plus gros succès de son auteur en 10 ans. Adèle Haenel, Pio Marmaï et Damien Bonnard ont pris en otage plus de 775 000 spectateurs.
  • Février : Mort des réalisateurs Stanley Donen et Claude Goretta, des acteurs Albert Finney et Bruno Ganz, de la productrice Mag Bodard et du compositeur André Previn.
  • Février : Le chant du loup cartonne en salle prouvant la capacité des cinéastes français à s’emparer des formules américaines pour créer du suspense. Le thriller sous-marin de 20 millions d’euros, d’Antonin Baudry, réalise plus de 1,5 million d’entrées et pourra compter sur Netflix pour compenser le manque à gagner sur son budget. Le Géant N l’achète notamment pour une diffusion sur sa plateforme américaine.  François Civil devient  une vedette du jour au lendemain. C’est l’acteur français de l’année. Il est omniprésent.
François Civil dans Deux moi
© Emmanuelle Jacobson-Roques – Ce qui me meut

Les films avec François Civil :

  1. Le chant du loup (1 500 000)
  2. Deux moi (646 000)
  3. Mon inconnue (559 000)
  4. Celle que vous croyez (219 000)

Panorama de l’année 2019, premier semestre : Les César

Des nominations en pagaille. 10 pour Jusqu’à la garde, 9 pour Le Grand Bain, 9 pour La douleur d’Emmanuel Finkiel, 9 pour Les frères Sisters de Jacques Audiard, 9 pour En liberté ! de Pierre Salvadori, 6 pour Guy d’Alex Lutz, 6 pour Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mouret…

Isabelle Huppert sert de modèle à l’affiche de la 44e cérémonie, dont le maître était Kad Merad.

Jusqu’à la garde écrase Le Grand Bain qui ne repart qu’avec un prix quand le thriller conjugal de Xavier Legrand gagne trois prix dont celui du Meilleur film. Audiard est sacré meilleur réalisateur pour Les frères Sisters.

© Ministère de la Culture – Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine, Dis RMN-Grand Palais / Roger Corbeau Photographie de tournage sur le film Violette Nozière de Claude Chabrol. Tous droits réservés.

Genre par excellence pour les César et Oscars, les biopics ont été nombreux à sortir dans les salles françaises en 2019. On citera, sans chercher l’exhaustivité.

Les biopics :

Au nom de la terre, d'Edouard Bergeon avec Guillaume Canet
Design : Le Cercle Noir pour Fidelio – Copyright 2019 NOF

Les Oscars :

Les nominations sont tombées. 10 nominations pour Roma et La Favorite, 8 pour A star is born, 8 pour Vice, 7 pour Black Panther et 6 pour BlacKkKlasnman. Finalement le gagnant piochera dans ses 5 nominations, et c’est Green Book. Bohemian Rhapsody, fort de son succès en salle, est distingué de 4 prix, dont celui du Meilleur acteur. Roma est le meilleur film en langue étrangère et obtient un prix pour son cinéaste mexicain dont c’est l’année.

De nombreuses productions, moins convaincantes, ont été à peine nommées aux Oscars, voire pas du tout. Voici les films qui n’ont pas su être à la hauteur.

Les Oscars n’en ont pas voulu :

  • Ben is back, de Peter Hedges
  • Boy erased, de Joel Edgerton
  • Destroyer, de Karyn Kusama
  • Front Runner de Jason Reitman
  • My beautiful boy, de Felix Van Groeningen
  • Si Beale Street pouvait parler, de Barry Jenkins

Panorama de l’année 2019 : premier semestre / second semestre ici

Panorama de l’année 2019 : mars attaque

  • Mars : Triomphe de Séries Mania, deuxième édition, qui se tient gratuitement dans les Hauts de France. La série britannique The virtues décroche le Grand Prix du Jury.
  • Mars : Le deal Disney-Fox est officialisé. Toute l’industrie est chamboulée. Énième tremblement de terre dans un secteur en pleine révolution.
  • 29 mars : Disparition d’Agnès Varda à l’âge de 90 ans. Le monde du cinéma est bouleversé. Un bijou d’humanité nous a quittés.
  • Mars : Blanche Gardin établit un record dans les salles Pathé Live Direct, avec 88 000 spectateurs en France, qui découvrait en direct son spectacle, Bonne nuit Blanche. En 2014 Mylène Farmer avait chanté auprès de 94 000 spectateurs le temps d’une séance, mais il ne s’agissait pas d’un direct. En 2018 Les nouvelles aventures de Masha et Michka avait dépassé les 100 000 entrées, fort de séances spéciales mais sur plusieurs mois. On notera que Blanche Gardin sera largement présente dans les salles françaises, au premier trimestre 2020,  avec trois comédies aux titres un peu redondants : Selfie, #Jesuislà et surtout Effacer l’historique de Kervern et Délépine, sorte de remake français de Sex Tape, sans Cameron Diaz.
  • Avril : François Ruffin et Gilles Perret enfilent leurs gilets jaunes pour sonder le mouvement social né autour des ronds-points. J’veux du soleil comptera 185 000 indignés quand Merci Patron ! avait encarté pas moins de 500 000 spectateurs. Un beau score évidemment, le film compte parmi les plus rentables de 2019.
  • Avril : Google annonce la révolution Stadia pour l’automne 2019 ou une autre façon de consommer du jeu vidéo, grâce à un système de cloud gaming qui souhaite débarrasser la terre des encombrantes consoles de salon.
  • Avril : Le Printemps du cinéma célèbre ses 20 ans du 14 au 17 mars et peut compter sur le règne sans partage de Captain Marvel pour asseoir la suprématie Disney. Brie Larson, peu chaleureuse dans le film, réussit l’exploit d’attirer plus de 3 millions de spectateurs en salle en France. La super-héroïne dépasse les 426 M$ de recettes sur son territoire, et le milliard à travers le monde.

L’empire Disney en France en 2019

(* en cours d’exploitation / ** première semaine)

  • Avril : C’est le CinemaCon, rendez-vous des exploitants américains. On y découvre des trailers en avant-première, notamment celui de Joker, chez Warner. la Fox est désormais sous la coupe de Disney. A chacun des distributeurs d’y proposer son line up. Sony manque à l’appel.
  • Avril : Disney annonce les couleurs et les prix pour sa plateforme de streaming Disney +, prévue pour novembre aux USA et 2020 en Europe.
  • Avril : Beaune en mode 11e édition, met à l’honneur Nicolas Winding Refn et Fatih Akin. Le président Benoit Jacquot remet le Grand Prix à Face à la nuit, le Prix du Jury à Alpha, The Right To Kill et Piranhas. La critique distingue l’excellent El reino qui est l’une des surprises du printemps, démontrant la bonne santé du cinéma espagnol.
  • Avril : Avengers Endgame réalise plus d’1 milliard de dollars de recettes dans le monde en moins de 5 jours. Un record. En France il faut compter sur plus de 3 348 000 fans de Marvel pour sa première semaine.
  • 24 avril : Jean-Pierre Marielle nous quitte.
  • Avril : Mort des actrices Bibi Andersson et Anémone, de l’acteur Seymour Cassel, et des cinéastes Yannick Bellon et John Singleton.
Parasite, le phén omène de Bong Joon-ho
Distribution : The Jokers, The Bookmakers Copyrights : CJ ENM Corporation E&A All Rights Reserved

Panorama de l’année 2019 : premier semestre

72e édition du Festival de Cannes

Cette édition, présidée par Alejandro González Iñárritu, se devait de répondre aux critiques d’un festival vieillissant, moins ouvert sur les changements sociétaux et technologiques, avec une programmation en 2018 jugée décevante, les grands films étant partis vers d’autres festivals. Bonne nouvelle, pour notre festival phare, le cru 2019 fut excellent !

Affiche : Les Parasites, Palme d'or Cannes 2019 (The Jokers, les Bookmakers)
Affiche : Les Parasites, Palme d’or Cannes 2019 (The Jokers, les Bookmakers)

C’est Jim Jarmusch qui a ouvert les festivités avec le moyen The Dead don’t die.

Le palmarès a évidemment été parasité par Bong Joon-ho, qui obtient la Palme d’or sud-coréenne choc. Le cinéma français n’est pas en reste avec la révélation Ladj Ly et Les Misérables. Alain Delon reçoit la Palme d’honneur et un début de polémique sur l’homme, ouvert par des féministes, est vite éteint par les plus hautes autorités cannoises. L’homme de 83 ans est ému aux larmes.  

Notre dossier cannois à découvrir ici

  • Mai : John Carpenter reçoit le Carrosse d’or à Cannes
  • Mai-Juin : Parasite, fraichement palmé, réalise 376 000 entrées sur la France en première semaine dans 179 salles, un exploit pour un film sud-coréen. En décembre, à l’issue de sa 29e semaine d’exploitation, la satire sociale de Bong Joon-ho a surpris 1 686 685 curieux. Toujours en cours d’exploitation aux USA, le phénomène a dépassé les 20 millions de dollars de recettes et s’avère être un favori pour les Oscars 2020. Sa carrière est loin d’être achevée. Dans le monde, il compte plus de 120 millions de dollars de recettes.

Panorama de l’année 2019, premier semestre : Les 5 réalisateurs qui ont fait  2019

1 Alfonso Cuarón : Golden Globe et Oscar du meilleur réalisateur, succès de Roma sur les plateformes de Streaming, c’est de nouveau la consécration intégrale pour ce cinéaste intransigeant avec l’art et la qualité, qui ose le virage contemplatif après le blockbuster de S.F. Gravity.

2 Bong Joon-ho : triomphe de sa Palme d’or au box-office, film favori des critiques en 2019, et invité spécial au Festival Lumière, en octobre. Il reçoit de nombreuses nominations pour les Golden Globes 2020.

3 Todd Phillips : le réalisateur de Very Bad Trip a réussi à imposer le respect autour de sa vision du Joker, là où tous les autres avant lui ont échoué, David Ayer et Suicid Squad en premier. Il remporte le Lion d’or à Venise. Il reçoit de nombreuses nominations pour les Golden Globes 2020.

Peter Eggers, portrait proposé par Universal Pictures France, à l'occasion de la sortie de The Lighthouse
© Universal Pictures – Peter Eggers, portrait proposé par Universal Pictures France, à l’occasion de la sortie de The Lighthouse

4 Quentin Tarantino : Once upon a time… in Hollywood est le triomphe d’un cinéma adulte qui fourmille d’idées, une œuvre phare totalement aboutie qui démontre un amour et une vision du cinéma qu’il réussit à faire survivre quand les tendances actuelles vont vers une aseptisation de l’image. Il reçoit de nombreuses nominations pour les Golden Globes 2020.

5 Robert Eggers : le réalisateur de Lighthouse, distingué à Deauville et gagnant du prix FIPRESCI à Cannes, a aussi décroché 5 nominations aux Film Independent Spirit Awards pour 2020. Il est l’un des oubliés des Golden Globes, sa proposition de cinéma étant trop radicale.

  • Mai : Sony annonce le lancement de PlayStation Productions, structure ayant pour but d’adapter des jeux vidéo maison parmi la centaine de titres de son catalogue.
  • Mai : Le sort est scellé pour la série Game of Thrones. Le 19 mai, la saison finale est dévoilée. 6 épisodes et un final qui déçoit les fans hardcore de la saga. Le syndrome Lost est de retour.
  • Mai : Naissance de CinéDweller, dans un esprit d’indépendance totale. Objectif ? Approfondir et partager son amour pour tous les cinémas sans se sentir piégé par les enjeux des réseaux sociaux et de l’actualité. Nous créons notre actualité et notre vision du cinéma et ça marche. Merci à tous ceux qui nous lisent depuis 6 mois maintenant et à tous ceux qui prennent le train en marche.
  • Mai : Mort du réalisateur Jean-Claude Brisseau, de Freddy Buache, ancien directeur la Cinémathèque suisse, de l’actrice et chanteuse Doris Day et de l’actrice Machiko Kyô.
  • Mai-juin : Les homosexuels américains et européens célèbrent les 50 ans des manifestations de Stonewall. Au cinéma, en revanche, la Pride est peu présente, et ce n’est pas le baiser lesbien fugace, à la fin de Star Wars 9, coupé d’ailleurs par Disney à Singapour pour ne pas écoper d’une classification sévère, qui changera la donne. Voici les films à thématiques gay distribués dans nos salles en 2019.

Le panorama de l’année 2019 prend les couleurs de l’arc-en-ciel

So gay

Affiche de l'étincelle, une histoire des luttes lgbt+
The Spark © CAPA / Outplay Films
Timothée Robart dans Vif-argent
© Photo de Fathi Dafdouf – Zadig Productions

Suite du panorama de l’année 2019. On passe à juin…

  • Juin : Prix Jean Vigo pour Vif-Argent de Stéphane Batut, qui sortira timidement à la rentrée. Le film déconcertera 17 000 spectateurs.
  • Juin : Annecy ouvre une 43e édition toujours sous la lumière internationale. On y découvre le magnifique La fameuse invasion des ours en Sicile de Lorenzo Mattotti.
  • Juin : Pierre Jolivet est élu président de l’ARP.
  • Juin : X-Men Dark Phoenix est un bide historique aux USA. Cette saga tant aimé des Américains achève la Fox avec un dernier électron libre à 65M$ et un total mondial de 252M$. Au vu de son budget de 200 millions, on peut parler d’accident industriel. En France, le film ne s’en sort pas si mal, avec 1 403 000 fidèles.
  • Juin : Le 8e Champs Elysées Film Festival, présidé par Stéphane Brizé, se tient du 18 au 25 juin, célébrant le cinéma indépendant américain et français.   
  • Juin : Le Festival de Cabourg fait battre les cœurs du 12 au 16 juin, pour la 33e fois.
  • Juin : Mort de l’actrice Edith Scob, de l’acteur Maurice Bénichou et du réalisateur Franco Zeffirelli.
  • Juin-Juillet : La 35e Fête du cinéma fait affluer les spectateurs du 30 juin au 3 juillet. Elle profitera essentiellement à servir de tremplin à Toy Story 4, sorti le 26 juin et qui s’offre ainsi l’un des meilleurs démarrages de l’année 2019 en France.

Les meilleurs démarrages / premières semaines de l’année en France

  1. Avengers Endgame (3 348 471)
  2. Le Roi Lion (3 252 896)
  3. Star Wars – L’ascension de Skywalker (5 857 031)
  4. Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? ( 2 153 093)
  5. La Reine des neiges 2 (2 137 367)
  6. Joker (1 606 425)
  7. Toy Story 4 (1 505 679)
  8. Spider-Man : Far from Home (1 370 178)
  9. Nous finirons ensemble (1 261 701)
  10. Captain Marvel (1 254 628)

Panorama de l’année 2019 : premier semestre / second semestre ici / Top Films 2019 de la rédaction

Dossier par Frédéric Mignard

Top Films 2019 de la rédaction de CinéDweller
Design Frédéric Mignard