Quentin Tarantino

Réalisateur, Scénariste, Producteur, Acteur
Affiche américaine de Pulp Fiction mettant en scène Uma Thurman. mythique

Personal Info

  • Nationalité : Américain
  • Date de naissance : 27 mars 1963 à Knoxville, Tennessee (États-Unis)

Biographie

Note des spectateurs :

Légende hollywoodienne qui révolutionna le cinéma américain provoquant une vague de films « tarantinesques » pendant une décennie, Quentin Tarantino aura survécu aux années 90 qui le lancèrent.

Affiche américaine format bandeau

Design : WORKS ADV / © 2019 Visiona Romantica, Inc – Crédits Columbia Pictures – Sony Pïctures

Il a dépassé son propre phénomène qui aurait pu rester générationnel, ancré dans une décennie grunge, (celle de sa production, True romance, qu’il a écrite et qui a été réalisée par Tony Scott, mais dont on retrouve la patte du Tarantino que l’on aime, jusqu’au choix référentiel des acteurs, Christian Slater, Patricia Arquette, Dennis Hopper, et un certain Brad Pitt, en pleine ascension. True Romance est devenu la série B la plus représentative d’une génération de jeunes cinéphiles dans les années 90.

Cinéaste estampillé Miramax, la firme mythique du sulfureux Harvey Weinstein, Tarantino va enchaîner les projets faisant la part belle à la nostalgie du cinéma grindhouse, aux classiques du cinéma d’exploitation, américain (la blaxploitation, avec Jackie Brown, en 1997) ou italien (Inglourious Basterds et la nazisploitation).

Affiche française de Django Unchained

© Visiona Romantica, Inc – Crédits Columbia Pictures – Sony Pïctures

Son cinéma se joue de la structure narrative (le palmé Pulp Fiction, pas mal pour un second film, où Tarantino relance la carrière de John Travolta, et met sur orbite Uma Thurman et Samuel L. Jackson), dépasse les canons de durée hollywoodiennes (Kill Bill, sera exploité en salle en 2 volumes, pour éviter de souffrir d’une durée de plus de 3h en salles), et, dans sa bravoure référentielle, ose imposer des dialogues verbeux atypiques, méta-cinématographiques, généreux dans leur amour de la culture populaire (la réflexion collective sur le Like a Virgin de Madonna, dans Reservoir Dogs, en 1992). On retrouvera cet aspect chez Wes Craven et son succès Scream, qui sera la suite logique de l’ascension de Tarantino et de son influence grandissante sur la production américaine de la décennie.

Avec Django Unchained (2012) et Les Huits salopards (2009), il devient un monstre intouchable, faisant ce qui lui plaît, dans le dédain des modes (le cinéma franchisé et rebooté des années 2010) et de la bonne conduite.

Quatre de ses films ont dépassé, en 2019, les 100 millions de dollars :Pulp Fiction, Inglorious Basterds, Django Unchained, et sa satire américaine déjantée, Once upon a time in… Hollywood, vestige épique d’un cinéma en voie de disparition qui casse la baraque dans le monde entier, malgré les polémiques sur le caractère subversif et misogyne de son œuvre.

La France est le pays où Tarantino est le plus adulé des auteurs. A l’exception de son premier long, sorti avec d’excellentes critiques, en 1992, qui suscita la curiosité et un sacré bon bouche à oreille (Reservoir Dogs, 310 000), et Boulevard de la mort, œuvre réalisée dans le cadre d’un diptyque grindhouse, avec le cinéaste Robert Rodríguez, qui lui sortit la même année Planète Terreur, tous les films de Tarantino ont franchi en France le seuil du million de spectateurs. Django Unchained a même dépassé les 4 millions.

La France a couronné d’une Palme ses débuts, l’a fait Officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres (2004), puis Commandeur (2013). L’auteur passionné est sélectionné régulièrement à Cannes où le tapis rouge lui est régulièrement déployé…

On lui souhaite de ne pas arrêter le cinéma à son dixième film, comme il menace de le faire. Il a encore beaucoup à apporter au septième art.

Filmographie (réalisateur)

x