Astrid : la critique du film (2019)

Biopic | 2h03min
Note de la rédaction :
6/10
6

Note des lecteurs

Un récit trop sage pour retracer la flamboyance du combat féministe mené dans l’entre-deux-guerre par Astrid Lindgren, auteur de livres pour enfants et créatrice du personnage Fifi Brindacier.

Synopsis : En 1920, Astrid Lindgren a 16 ans et des rêves plein la tête.
Elle décroche un travail de secrétaire dans un journal local, tombe amoureuse de son patron, se retrouve fille-mère.
Talentueuse et résiliente, libre et déterminée, elle inventera des héroïnes à son image, dans des romans qui la rendront célèbre.
Critique :
Installée à sa table de travail, une adorable vieille dame dépouille les innombrables lettres qu’elle vient de recevoir à l’occasion de son anniversaire et que lui ont fait parvenir tous ces enfants qu’elle a émerveillés de ses romans. Si ses livres ont particulièrement marqué les jeunes esprits, c’est qu’ils sortent du schéma classique des histoires à l’eau de rose habituellement réservées à la littérature enfantine. Alors qu’elle s’appelait encore Astrid Ericsson et n’était qu’une toute jeune femme, Astrid Lindgren a vécu quelques événements douloureux qui l’ont contrainte à empoigner sa vie à bras-le-corps et l’ont surtout confortée dans l’idée de lutter, en toutes occasions, contre les inégalités hommes/femmes. C’est cet épisode marquant de son existence que la réalisatrice danoise Pernille Fischer Christensen (elle-même bercée par les écrits de la célèbre écrivaine suédoise) choisit de retracer.

Crédit photo : Erik Molberg Hansen

Dans cette Suède rurale et pauvre des années 20, Astrid, encore adolescente, travaille aux champs avec ses parents et ses frères et sœurs. D’un caractère libre et enjoué, elle étouffe quelque peu dans cette époque rigoriste et cherche toutes les occasions de s’amuser. Même à l’église, elle trouve le moyen de rire. Mais ce qui lui plaît le plus, c’est d’inventer des histoires pour les raconter aux autres et en particulier à son cercle familial. Ses parents, de braves gens englués dans un conservatisme de rigueur, s’inquiètent un peu de cette originalité dont elle fait preuve. Mais ils ne veulent que le bonheur de leurs enfants. C’est donc tout naturellement que son père la recommande à l’un de ses amis, directeur du journal local. Astrid y fait des merveilles. En signe d’émancipation, elle coupe ses nattes d’enfant et arbore fièrement une jolie coupe au carré moderne. Et bien sûr, elle tombe sous le charme de son patron qui a l’âge d’être son père et est déjà marié.  Cette histoire non conventionnelle la réjouit et fait d’elle une jeune femme entreprenante. Quand elle découvre qu’elle est enceinte, elle comprend que c’est la fin de cette période d’insouciance. A cette époque où la convenance est de mise, une grossesse hors mariage est inavouable. Elle doit alors faire face à une multitude de difficultés qui lui laisseront à tout jamais le goût du combat pour l’indépendance et que seuls sa force de caractère et son optimisme inaltérable lui permettront de surmonter.

Servie par un récit au ton doucement suranné, cette biographie nous plonge dans un univers d’innocence et de malice que certains jugeront à la limite de la mièvrerie mais qui n’en reste pas moins rafraîchissant. La pétillante Alba August prête sans défaut son charme et son énergie à ce personnage attachant de femme déterminée. Pourtant, une mise en scène linéaire inflige un rythme lascif au déroulement de cette aventure pleine de péripéties et ne rend jamais totalement grâce au tempérament bouillonnant de son héroïne. On suit cependant sans déplaisir ce destin avant-gardiste égayé d’images parfaitement léchées.

Critique de Claudine Levanneur

Copyrights Nordisk Film Production – Sverige AB Avanti Film

Trailers & Vidéos

trailers
x

Bande annonce d'Astrid

Biopic

x