The French Dispatch : la critique du film (2021)

Comédie dramatique | 1h43min
Note de la rédaction :
7/10
7
Affiche française de The French Dispatch de Wes Anderson

Note des spectateurs :
Bandeau Cannes 2021 bordeaux

© FDC / Philippe Savoir (www.filifox.com)

Wes Anderson manifeste avec The French Dispatch une authentique créativité. Le film est élégant et visuellement hors norme. Mais trop de virtuosité tue la virtuosité.

Synopsis : The French Dispatch met en scène un recueil d’histoires tirées du dernier numéro d’un magazine américain publié dans une ville française fictive du XXe siècle.

Bienvenue à Ennui-sur-Blasé

Critique : The French Dispatch a été écrit par Wes Anderson sur une idée de Roman Coppola, Owen Wilson, Hugo Guinness et Jason Schwartzman. L’histoire, loufoque et absurde, est conforme aux récits du réalisateur texan, de La famille Tenenbaum à The Grand Budapest Hotel, en passant par À bord du Darjeeling Limited ou Moonrise Kingdom. Tourné à Angoulême, le film voit son action située au XXe siècle, dans une ville imaginaire, Ennui-sur-Blasé. Nous y suivons la rédaction du dernier numéro d’un journal, « The French Dispatch », dont le directeur (Bill Murray) vient de mourir. C’est le fil conducteur, prétexte à une série de saynètes insolites, où l’imagination des auteurs est sans limites.

Le spectateur découvrira alors les aventures d’un tueur en série (Benicio Del Toro) devenu peintre de génie en prison, et dont la géôlière (Léa Seydoux) sert de modèle. S’ensuit une révolution estudiantine calquée sur mai 68 ; l’un de ses protagonistes (Timothée Chalamet), est sentimentalement partagé entre une vieille fille austère (Frances McDormand) et une jeune femme romanesque (Lyna Khoudri). Nous croisons aussi une conférencière aux faux airs de Margaret Thatcher (Tilda Swinton), un policier surmené (Mathieu Amalric), un chef cuisinier de commissariat (Stephen Park), etc. La voix off d’Anjelica Huston commente les péripéties de ces figures pittoresques, tantôt comiques, tantôt inquiétantes.

The French Dispatch, un objet somptueux mais un peu vain

Photo de The French Dispatch de Wes Anderson

The French Dispatch. © 2020 The Walt Disney Company France. Tous droits réservés.

Esthétiquement, le film est une splendeur : vignettes fétichistes, harmonie des couleurs, incrustation d’animations, split screen destiné à augmenter les possibilités du champ de vision. Il faut ici souligner l’admirable travail des collaborateurs artistiques de Wes Anderson, dont le chef opérateur Robert D. Yeoman, la décoratrice Rena DeAngelo, la costumière Milena Canonero et le compositeur Alexandre Desplats. Le montage (assuré par Andrew Weisblum, fidèle d’Anderson) traduit une virtuosité certaine mais qui finit par se retourner contre le film. Les plans sont certes splendides, mais un plan chasse l’autre au bout de quelques secondes, ce qui ne permet pas d’apprécier aisément leur composition.

C’est comme si Wes Anderson souhaitait en mettre plein la vue, en voulant à tout prix nous convaincre de sa virtuosité, ce dont nous ne doutions pas. Or trop de virtuosité tue la virtuosité et The French Dispatch finit par avoir les allures d’un beau livre d’images dont les pages sont trop vites tournées. En dépit de cette réserve, l’œuvre reste hautement recommandable, et les spectateurs pourront s’amuser à repérer leur star préférée, parmi une pléiade d’acteurs dont certains ne font qu’une apparition, d’Adrien Brody à Saoirse Ronan en passant par Jeffrey Wright, Elisabeth Moss ou Edward Norton.

Critique de Gérard Crespo

Les films de la sélection du Festival de Cannes 2021

Le site du Festival

Sorties de la semaine du 27 octobre 2021

Affiche française de The French Dispatch de Wes Anderson

© 2020 The Walt Disney Company France. Tous droits réservés.

Trailers & Vidéos

trailers
x
Affiche française de The French Dispatch de Wes Anderson

Bande-annonce de The French Dispatch

Comédie dramatique

x