Faye Dunaway

Actrice, Productrice
Bonnie et Clyde, affiche du film d'Arthur Penn, avec Warren Beatty

Personal Info

  • Nationalité : Américaine
  • Date de naissance : 14 janvier 1941 à Bascom, Floride (États-Unis)
  • Crédits visuel : Affiche : René Ferracci

Biographie

Note des spectateurs :

Actrice et productrice américaine, Faye Dunaway est la fille d’un officier de carrière qu’elle accompagne durant son enfance partout où il est nommé. Elle fait des études supérieures avant de se spécialiser dans le théâtre. Désormais, son vœu le plus cher est de devenir actrice. Elle fait ses débuts sur scène à New York vers 1962. Faye Dunaway est par exemple dirigée sur scène par Elia Kazan.

Un essor fulgurant dans les années 60-70

Faye Dunaway cherche pourtant à percer dans le monde du cinéma et obtient son premier rôle dans Les détraqués (Silverstein, 1967). Après un passage chez Otto Preminger (Que vienne la nuit, 1967), elle explose dans Bonnie and Clyde (Penn, 1968) qui fait d’elle une star instantanée. La jeune femme enchaîne immédiatement avec L’affaire Thomas Crown (Jewison, 1968) face à Steve McQueen. Elle devient alors une icône du grand écran.

Après quelques rôles mineurs, elle confirme avec L’arrangement (Kazan, 1969) et Portrait d’une enfant déchue (Schatzberg, 1970) qui ne rencontrent pas le grand public, malgré de grandes qualités.

Elle est davantage à son aise dans Little Big Man (Penn, 1970), mais c’est surtout son rôle dans Chinatown (Polanski, 1974) qui reste dans les mémoires. Elle est encore magistrale dans La tour infernale (Guillermin, 1974), Les Trois jours du Condor (Pollack, 1975) et surtout Network, main basse sur la TV (Lumet, 1976) qui lui vaut l’Oscar de la meilleure actrice.

Un léger déclin dans les années 80

Faye Dunaway est encore formidable dans Les yeux de Laura Mars (Kershner, 1978) et Maman très chère (Perry, 1981), mais la suite de sa carrière est nettement moins enthousiasmante. Peu à peu, elle est obligée d’accepter des rôles secondaires dans des productions comme Supergirl (Szwarc, 1984). On la retrouve à son meilleur dans Barfly (Schroeder, 1987), Burning Secret (Birkin, 1988) et Arizona Dream (Kusturica, 1993).

Une star passée de mode, mais très active

A partir de cette époque, elle tourne beaucoup pour la télévision et se contente d’apparaître en guest star dans quelques films comme Albino Alligator (Spacey, 1996), L’héritage de la haine (Foley, 1996), Jeanne d’Arc (Besson, 1999), The Yards (Gray, 2000) et Les lois de l’attraction (Avary, 2002). Par la suite, on la voit surtout dans des petits films indépendants et des séries télévisées.

Après une interruption de sept ans entre 2010 et 2017, elle est revenue dans Jésus, l’enquête (Gunn, 2017) et Usurpation (Baker, 2017) derrière Nicolas Cage. Tout un programme. On préférera se souvenir d’elle pour ses films des années 60-70.

Virgile Dumez

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
Bonnie et Clyde, affiche du film d'Arthur Penn, avec Warren Beatty

Bande-annonce de Supergirl (VO)

Actrice, Productrice

Bande-annonce de Maman très chère (VO)

Bande-annonce de La servante écarlate (VO)

Bande-annonce de Chinatown

Bande-annonce de Les yeux de Laura Mars (VO)

x