Terreur extra-terrestre (Warning) : la critique du film (1980)

Épouvante-horreur, Science-Fiction | 1h37min
Note de la rédaction :
5,5/10
5,5
Les archives de CinéDweller présente : Terreur extra-terrestre (Warning)

  • Réalisateur : Greydon Clark
  • Acteurs : Cameron Mitchell, Jack Palance, Neville Brand, Ralph Meeker, David Caruso, Martin Landau, Tarah Nutter, Christopher S. Nelson
  • Date de sortie: 26 Nov 1980
  • Nationalité : Américain
  • Titre original : Without Warning
  • Titres alternatifs : Warning Terreur Extra Terrestre (affiche cinéma), Terreur Extra Terrestre (Cinéma, Dossier de presse), Warning Terreur Extra-terrestre (Bande-annonce cinéma), Terreur extraterrestre (orthographe alternitive, DVD 2014), Llegan sin avisar (Espagne), O Aviso (Portugal), Ostrzezenie (Pologne), Atacan sin avisar (Mexique), Horror - Caccia ai terrestri (Italie), Das Geheimnis der fliegenden Teufel (Allemagne), Jagtområde Jorden (Danemark), Sem Aviso (Brésil)
  • Année de production : 1980
  • Scénariste(s) : Lyn Freeman, Daniel Grodnik, Ben Nett, Steve Mathis
  • Directeur de la photographie : Dean Cundey
  • Compositeur : Dan Wyman
  • Société(s) de production : World Amusement Partnership
  • Distributeur (1ère sortie) : Ciné Paris Distribution
  • Distributeur (reprise) : -
  • Date de reprise : -
  • Éditeur(s) vidéo : Hollywood Vidéo (VHS) / Terror Home Vidéo (VHS) / Sunrise Vidéo (VHS, 1985) / Crocofilms Éditions (DVD, 2014) / Sidonis Calysta (Mediabook, 2021)
  • Date de sortie vidéo : 21 octobre 2014 (DVD, Croco Films), 19 août 2021 (Mediabook)
  • Box-office France / Paris-périphérie : 391 216 entrées / 94 440 entrées
  • Box-office nord-américain : -
  • Budget : 150 000 $ (526 290 $ au cours ajusté de 2022)
  • Rentabilité : -
  • Classification : Interdit aux moins de 12 ans
  • Formats : 1.85 : 1 / Couleurs / Son : Mono
  • Festivals et récompenses : Prix du Meilleur Film de Science-fiction au Festival International du Film de Paris (1980)
  • Illustrateur / Création graphique : Dark Star l'étoile graphique (jaquette Mediabook)
  • Crédits : World Amusement Partnership
Note des spectateurs :

Fauchée comme les blés, Terreur extra-terrestre est une petite série B qui distille une ambiance nocturne séduisante. Malheureusement, le scénario n’est pas toujours à la hauteur pour passionner sur la durée.

Synopsis : Une région reculée des Etats-Unis. Un chasseur et son fils échappent de peu à de créatures volantes aussi modestes par la taille que dangereuses. Peu de temps après, ce sont de jeunes campeurs qui subissent la même attaque… Conscient du danger qu’elles représentent, Joe Taylor prend ces étranges prédateurs dans sa ligne de mire. Très vite, il découvre que, dans cette affaire, la proie c’est lui.

Une série B tournée en 3 semaines pour 150 000 $

Critique : Acteur de séries Z durant toutes les années 70, Greydon Clark est ensuite devenu réalisateur de petites bandes fauchées destinées aux drive in ou à la vidéo. Il a ainsi tourné une vingtaine de longs-métrages dans tous les genres à la mode, de la blaxploitation au film de SF, comme c’est le cas avec ce Terreur extra-terrestre qui a même eu les honneurs d’une sortie en salles en France le 26 novembre 1980, avec pour sous-titre Warning (contraction du titre original, Without Warning)

Terreur extraterrestre, jaquette VHS

© 1980 World Amusement Partnership. Tous droits réservés.

Tourné en moins de trois semaines pour la dérisoire somme de 150 000 dollars dont la moitié a servi à payer les deux stars du film (Jack Palance et Martin Landau), Terreur extra-terrestre tente de pallier le manque de moyens par une certaine inventivité dans le traitement de son sujet. Ainsi, le film démarre sur les chapeaux de roue en proposant un nombre conséquent de meurtres mystérieux durant sa première demi-heure. Le rythme soutenu permet au spectateur de prendre plaisir au spectacle et ceci malgré la minceur du budget.

Une ambiance qui compense en partie les moments de creux

Malheureusement, le cinéaste ne parvient pas à maintenir cette tension jusqu’au bout. Alors qu’ils déambulent dans la nature depuis un bon moment, les héros tardent à rencontrer l’extraterrestre du titre. Pendant ce temps, le spectateur trouve le temps long, d’autant que les acteurs ont tendance à cabotiner un maximum pour compenser le manque d’intérêt de leurs dialogues – mention spéciale à Martin Landau qui écarquille les yeux pour bien montrer à quel point il est fou.

Heureusement, Greydon Clark connaît ses classiques de la série B des années 50 et soigne son ambiance. On notera ainsi la contribution majeure de Dan Wyman qui propose une bonne musique synthétique. L’artiste est plus connu pour sa fructueuse collaboration avec John Carpenter. Ce n’est d’ailleurs pas le seul collaborateur prestigieux que Greydon Clark a réussi à embarquer dans son projet puisque la photographie est signée du grand Dean Cundey qui venait de triompher avec Halloween, la nuit des masques (Carpenter, 1978).

Des artisans de grande qualité pour une série B sympathique

Le chef opérateur a d’ailleurs amené avec lui son équipement et notamment la toute récente steadicam qui donne aux images une formidable fluidité, absente des précédentes réalisations de Greydon Clark. Enfin, la créature au design assez remarquable a été créée par le célèbre Rick Baker qui a pris en charge la conception, tandis que c’est son assistant Greg Cannom qui a réalisé les effets spéciaux directement sur le tournage. Et il faut admettre que le résultat est tout à fait probant. On se souviendra longtemps des armes de l’alien en forme de frisbee (certains diront plutôt des œufs sur le plat). Cela occasionne quelques bons plans gore qui relèvent le niveau du spectacle.

Terreur extraterrestre, jaquette mediabook

© 1980 World Amusement Partnership / Jaquette : Dark Star, l’étoile graphique. Tous droits réservés.

Greydon Clark s’est également entouré d’un casting de vieilles gloires puisque le cinéphile apercevra au fil des bobines Cameron Mitchell (environ 200 rôles de méchant à son actif, notamment dans des westerns), Neville Brand (plus de 130 titres dont une palanquée de westerns et de films policiers) et Ralph Meeker dont ce fut la dernière apparition (après une centaine de films dont En quatrième vitesse en 1955 et Les sentiers de la gloire en 1957). Au milieu de ces vétérans, les amateurs de la série télévisée Les experts pourront identifier la chevelure rousse de David Caruso dans un de ses premiers rôles.

Terreur extra-terrestre, un beau succès… qui n’a pas profité à Greydon Clark

Doté d’un casting rêvé pour l’amateur de série B, Terreur extraterrestre s’avère donc être un agréable divertissement, même si le manque patent de moyens l’empêche d’atteindre totalement sa cible. Et ce n’est pas la maladroite métaphore sur la guerre du Vietnam et la thèse de l’ennemi intérieur qui permettent de compenser les multiples trous d’air narratifs d’un film qui pâtit d’un scénario trop léger.

Tourné en totale indépendance, Terreur extra-terrestre a été distribué aux États-Unis par AIP au moment de son rachat par une autre entité, ce qui a entravé ses chances de bonne réception en salles. Toutefois, le métrage a été vendu dans le monde entier. Il a notamment eu droit à une sortie française réussie puisque la série B fauchée a emballé 391 216 fans de SF horrifique sur l’ensemble de l’Hexagone. Par la suite, le film a été édité maintes fois en VHS avec encore un certain succès. Plus récemment, il a fait l’objet d’une édition Mediabook chez Sidonis, qui bénéficie de bons suppléments et d’une copie correcte, sans être exceptionnelle.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 26 novembre 1980

Acheter le film en Mediabook

Voir le film en VOD

Terreur extraterrestre, l'affiche

© 1980 World Amusement Partnership. Tous droits réservés.

Biographies +

Greydon Clark, Cameron Mitchell, Jack Palance, Neville Brand, Ralph Meeker, David Caruso, Martin Landau, Tarah Nutter, Christopher S. Nelson

Box-office :

Triomphe de la série B en France, Terreur extra terrestre va lancer le distributeur Ciné Paris (Les doigts du diable, Héros ou salopards) pour quelques années en France qui trouvera de par le succès imprévu du titre l’opportunité de distributeur Scanners cinq mois plus tard, en avril 1981.

Le film qui propulsa avec Scanners le distributeur Ciné Paris

Fort d’un prix au Festival du Film Fantastique de Paris, Warning, terreur extra-terrestre est lancé dans 19 cinémas le 26 novembre. La chasse extra-terrestre prend la 4e place du box-office parisien en première semaine, avec 41 581 entrées. Personne ne l’avait vu venir. Cette semaine-là, l’exploitation était dominée par la première semaine des Blue Brothers de John Landis (125 356 entrées), David Hamilton (Tendres cousines en 2e semaine flirtait avec les 64 000 amateurs d’érotisme flou), La terrasse d’Ettore Scola, avec son casting italien de stars (incluant également Marie et Jean-Louis Trintignant) débarquait en 3e place avec 57 504 entrées dans 20 salles…

Lors d’une semaine très riche en nouveautés, le prédateur extra-terrestre enterre Wajda (Le chef d’orchestre entre 8e position), Jodorowsky (Tusk est un échec, avec 26 000 entrées dans 19 salles), Wenders et Nicholas Ray (Nick’s Movie réalise 5 179 entrées dans 3 salles), Fatso d’Anne Bancroft (654 entrées dans 3 salles pour le film de la Fox produit par son époux Mel Brooks !), La main noire de Shantung (8 054 entrées dans 3 cinémas de quartier)…

Les archives de CinéDweller présente : Terreur extra-terrestre (Warning)

Les archives de CinéDweller © 1980 World Amusement Partnership. Tous droits réservés

Bienvenue dans le circuit Paramount

Programmé dans le circuit Paramount, Terreur extra-terrestre réalise des score élevés à Paris, en périphérie et plus tard en province. En intra-muros, seulement 9 écrans le diffusent (les Paramount City, Bastille, Montparnasse, Orléans, Galaxie, Montmartre, Opéra, et le Convention St-Charles et le Cluny Palace). Dix autres cinémas en banlieue font salles pleines. Au Paramount Opéra, les gens se précipitent et la série B réalise la 6e moyenne de la semaine, avec 8 075 spectateurs dans ce seul cinéma, situé proche du Palais Garnier.

En 2e semaine, la production américaine se voit gratifier d’un écran supplémentaire sur la capitale, avec le Max Linder qui programme la chose d’un autre monde. On retrouve le film à 25 801 entrées.

Warning contre Lucio Fulci

Dans 15 salles, pour son 3e tour, le film d’horreur trouve encore 16 487 clients et se positionne sur la 14e marche. En fait, Warning réalise pour sa troisième semaine et avec une salle de plus, presque autant que Frayeurs de Lucio Fulci qui débarquait 13e avec 17 490 spectateurs.

Le distributeur Ciné-Paris n’ayant pas les moyens de maintenir le film en 4e semaine, Warning perd quasiment tous ses écrans la semaine du 17 décembre, avec pour seuls sites le diffusant le Paramount Opéra et le Paramount Montparnasse. L’on comptabilise alors 3 534 spectateurs, si on ajoute les chiffres de la petite salle de banlieue qui complète les deux sites parisiens.

Terreur extra-terrestre, DVD CrocoFilms

© 2014 Croco Films

Terreur extra-terrestre plus fort qu’Evil Dead sur Paris

Le film ira au final jusqu’à 94 440 entrées sur Paris Périphérie, soit plus que Cannibal Holocaust (88 769), Les griffes de la nuit (87 697), Evil Dead (86 811), Hellraiser (82 807), L’enfer des zombies (76 357), Zombie de Romero (73 065), L’au-delà de Fulci (68 958), Maniac (59 957), Suspiria (59 838)… Juste énorme.

Dans le sillage, Terreur extra-terrestre (Warning) connaît un énorme succès en VHS et rejoint l’éditeur précurseur Hollywood vidéo (Creepshow, Rambo, Frissons, Evil Dead, Caligula…), devenant un objet collectionné dans un format forcément culte). En DVD, il faudra attendre 2014 pour profiter d’une sortie un peu fauchée chez CrocoFilms, dans la collection Les inédits du Cinéma Bis, aux côtés de Deep Blood, Le dernier dinosaure, ou Hollywood Chainsaw Hookers.

Les caprices des titres multiples…

On notera les caprices des distributeurs et éditeurs vidéo, hésitant systématiquement sur l’orthographe d’extraterrestre » qui devient régulièrement « extra-terrestre » ou « extra terrestre », « Warning » figurant ou non dans le titre, parfois entre parenthèses comme sur les photos d’exploitation du distributeur Ciné Paris. Ce dernier inclut le trait d’union dans la bande-annonce originale, en 1980, mais pas sur l’affiche officielle…

Croc Films en DVD (2014) fera deux jaquettes, avec le titre en un seul mot ou avec le trait d’union. Tout cela est bien sûr collector.

Box-office exclusif de Frédéric Mignard

Terreur extra-terrestre en DVD, jaquette alternative

© 2014 Croco Films

Trailers & Vidéos

trailers
x
Les archives de CinéDweller présente : Terreur extra-terrestre (Warning)

Bande-annonce de Terreur extraterrestre (VF)

Épouvante-horreur, Science-Fiction

x