Jack Palance

Acteur
Jack Palance dans Le Masque arraché

Personal Info

  • Nationalité : Américain
  • Date de naissance : 18 février 1919 à Lattimer Mines, Pennsylvanie (États-Unis)
  • Date de décès : 10 novembre 2006 à Montecito, Californie (États-Unis)
  • Crédit visuel : Copyright Joseph Kaufman Productions / The Rohauer Collection

Biographie

Note des spectateurs :

Jack Palance est l’une des gueules légendaires du cinéma hollywoodien. Il a tourné avec Kazan, Aldrich, Brooks, mais aussi Godard et Tim Burton.

Jack Palance, un méchant de l’âge d’or

Ancien boxeur, Jack Palance se lance dans le métier de comédien en jouant à Broadway dès 1947. La télévision et le cinéma le réclament à partir de 1950, et il apparaît pour la première fois à l’écran dans Panique dans la rue (1950) d’Elia Kazan. L’acteur tourne ensuite de nombreux films d’action, grand second rôle ou vedette de séries B. Son visage aux traits anguleux et émaciés, dû à des opérations consécutives à des blessures de guerre, le destine aux rôles de méchants de westerns ou polars. Il est ainsi nommé à l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour ses interprétations du mari machiavélique de Joan Crawford dans Le masque arraché (1952) de David Miller, et du fermier inquiétant dans L’homme des vallées perdues (1953) de George Stevens. Robert Aldrich lui confie ensuite le rôle de l’artiste au passé trouble dans Le grand couteau (1955), avant de le diriger dans deux films de guerre, Attaque (1956) et Tout près de Satan (1959).

Dans les années 60, Jack Palance accepte des rôles dans des productions européennes et se partage entre Cinecittà et Hollywood. Il est ainsi la vedette du péplum Le glaive et le conquérant (1961) de Carlo Campogalliani ou du film de guerre La légion des damnés (1969) d’Umberto Lenzi, tout en participant à la superproduction Barabbas (1962) de Richard Fleischer ou au film d’auteur Le mépris (1963) de Jean-Luc Godard, dans le rôle du producteur. Jack Palance fait aussi partie de la prestigieuse distribution des Professionnels (1966) de Richard Brooks. Il tourne également avec Vittorio De Sica, Ralph Nelson ou Jesús Franco.

Entre Cinecittà et Hollywood

L’acteur continue à être très présent sur les studios de cinéma dans les années 70, du western spaghetti Compañeros (1970) de Sergio Corbucci au polar Cocaïne Cowboys (1979) d’Ulli Lommel, en passant par le western Les collines de la terreur (1972) de Michael Winner et le film érotique Voluptueuse Laura (1976) de Joe D’Amato, et des bandes diverses signées John Frankenheimer, Stanley Kramer ou Duccio Tessari.

Jack Palance ralentit le rythme à la décennie suivante, mais se fait connaître d’une nouvelle génération en interprétant l’ancien peintre dans Bagdad Café (1987) de Percy Adlon, Carl Grissom dans Batman (1989) de Tim Burton ou, la même année, le trafiquant dans Tango et Cash d’Andreï Kontchalovski.

Les professionnels le consacrent en lui attribuant l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour la comédie westernienne La vie, l’amour, les vaches (1991) de Ron Underwood. Son dernier rôle au cinéma est celui de Long John Silver dans L’île au trésor (1999) de Peter Rowe. Jack Palance tourne ensuite uniquement pour la télévision jusqu’en 2004, avant de décéder deux ans plus tard.

Gérard Crespo

Filmographie :

Acteur (longs-métrages uniquement) :

  • 1950 : Panique dans la rue (Panic in the Streets), d’Elia Kazan
  • 1950 : Okinawa (Halls of Montezuma), de Lewis Milestone
  • 1952 : Le Masque arraché (Sudden fear), de David Miller
  • 1953 : L’Homme des vallées perdues (Shane), de George Stevens
  • 1953 : Passion sous les tropiques (Second Chance), de Rudolph Maté
  • 1953 : Le Sorcier du Rio Grande (Arrowhead), de Charles Marquis Warren
  • 1953 : Vol sur Tanger (Flight to Tangier), de Charles Marquis Warren
  • 1953 : L’Étrange Mr. Slade (Man in the Attic) d’Hugo Fregonese
  • 1954 : Le Signe du païen (Sign of the Pagan), de Douglas Sirk
  • 1954 : Le Calice d’argent (The Silver Chalice), de Victor Saville
  • 1955 : El Tigre (Kiss of Fire), de Joseph M. Newman
  • 1955 : Le Grand Couteau (The Big Knife), de Robert Aldrich
  • 1955 : La Peur au ventre (I Died a Thousand Times), de Stuart Heisler
  • 1956 : Attaque (Attack), de Robert Aldrich
  • 1957 : Jicop le proscrit (The Lonely Man), d’Henry Levin
  • 1957 : La Cage aux hommes (House of Numbers), de Russell Rouse
  • 1958 : Signes particuliers : néant (The Man Inside), de John Gilling
  • 1959 : Tout près de Satan (Ten Seconds to Hell), de Robert Aldrich
  • 1959 : Le Tumulte des sentiments de Roberto Gavaldón
  • 1960 : Treno di Natale de Raffaello Matarazzo
  • 1960 : Austerlitz, d’Abel Gance
  • 1960 : Rewak le Rebelle (The Barbarians), de Rudolph Maté
  • 1961 : Les Mongols (I Mongoli), d’André de Toth et Leopoldo Savona
  • 1961 : Le Jugement dernier (Il Giudizio universale), de Vittorio De Sica
  • 1962 : Le Glaive du conquérant (Rosmunda e Alboino), de Carlo Campogalliani
  • 1962 : Barabbas, de Richard Fleischer
  • 1962 : La Dernière Attaque (La guerra continua), de Leopoldo Savona
  • 1963 : Il criminale, de Marcello Baldi
  • 1963 : Le Mépris, de Jean-Luc Godard
  • 1965 : Les Tueurs de San Francisco (Once a Thief), de Ralph Nelson
  • 1966 : Les Professionnels (The Professionals), de Richard Brooks
  • 1967 : Le Jardin des tortures (Torture Garden), de Freddie Francis
  • 1967 : Kill a Dragon, de Michael D. Moore
  • 1968 : El mercenario (Il mercenario), de Sergio Corbucci
  • 1968 : L’Agent américain (Un dollaro per 7 vigliacchi), de Giorgio Gentili
  • 1968 : Les Hommes de Las Vegas (Las Vegas, 500 millones), d’Antonio Isasi-Isasmendi
  • 1969 : Pas de pitié pour les héros (L’urlo dei giganti), de León Klimovsky
  • 1969 : Justine ou les Infortunes de la vertu (Marquis de Sade’s Justine) de Jesús Franco
  • 1969 : La Haine des desperados (The Desperados), d’Henry Levin
  • 1969 : Che!, de Richard Fleischer
  • 1969 : La Légion des damnés (La Legione dei dannati), d’Umberto Lenzi
  • 1970 : Le Clan des McMasters (The McMasters), d’Alf Kjellin
  • 1970 : Monte Walsh, de William A. Fraker
  • 1970 : Compañeros (Vamos a matar, compañeros), de Sergio Corbucci
  • 1971 : Trail of Tears, de Lane Slate
  • 1971 : Les Cavaliers (The Horsemen), de John Frankenheimer
  • 1972 : Te Deum, d’Enzo G. Castellari
  • 1972 : And So Ends, de Robert Young
  • 1972 : Amigo, mon colt a deux mots à te dire (Si può fare… Amigo), de Maurizio Lucidi
  • 1972 : Les Collines de la terreur (Chato’s Land), de Michael Winner
  • 1973 : Craze, de Freddie Francis
  • 1973 : Le Gang des frères Blue (Blu Gang e vissero per sempre felici e ammazzati), de Luigi Bazzoni
  • 1973 : L’Or noir de l’Oklahoma (Oklahoma Crude), de Stanley Kramer
  • 1975 : Africa Express, de Michele Lupo
  • 1975 : Il richiamo del lupo, de Gianfranco Baldanello
  • 1975 : Défense de toucher (L’Infermiera), de Nello Rossati
  • 1976 : Pour un dollar d’argent (Sangue di sbirro), de Alfonso Brescia
  • 1976 : Les Impitoyables (Diamante Lobo), de Gianfranco Parolini
  • 1976 : Les Sorciers de l’île aux singes (Safari Express), de Duccio Tessari
  • 1976 : The Four Deuces, de William H. Bushnell
  • 1976 : Flics en jeans (Squadra antiscippo), de Bruno Corbucci
  • 1976 : Voluptueuse Laura (Eva nera), de Joe D’Amato
  • 1976 : Mister Scarface, de Fernando Di Leo
  • 1977 : Portrait of a Hitman, d’Allan A. Buckhantz
  • 1977 : Bienvenue à la cité sanglante (Welcome to Blood City), de Peter Sasdy
  • 1978 : The One Man Jury, de Charles Martin
  • 1979 : Brigade des anges (Angels’ Brigade), de Greydon Clark
  • 1979 : Alerte dans le cosmos (The Shape of Things to Come), de George McCowan
  • 1979 : Cocaïne Cowboys, d’Ulli Lommel
  • 1980 : Voltan le barbare (Hawk the Slayer), de Terry Marcel
  • 1980 : Terreur extraterrestre (Without Warning), de Greydon Clark
  • 1982 : Dément (Alone in the Dark), de Jack Sholder
  • 1987 : Bagdad Café (Out of Rosenheim), de Percy Adlon
  • 1988 : Gor, de Fritz Kiersch
  • 1988 : Young Guns, de Christopher Cain
  • 1989 : Batman, de Tim Burton
  • 1989 : Outlaw of Gor, de John Cardos
  • 1989 : Tango et Cash, d’Andrei Konchalovsky
  • 1990 : Solar Crisis, de Richard C. Sarafian et Alan Smithee
  • 1991 : La Vie, l’amour… les vaches (City Slickers), de Ron Underwood
  • 1992 : Eli’s Lesson, de Peter D. Marshall
  • 1993 : Cyborg 2: Glass Shadow (Cyborg 2), de Michael Schroeder
  • 1994 : Les Robberson enquêtent (Cops and Robbersons), de Michael Ritchie
  • 1994 : L’Or de Curly (City Slickers II: The Legend of Curly’s Gold), de Paul Weiland
  • 1994 : The Swan Princess, de Richard Rich
  • 1998 : The Incredible Adventures of Marco Polo, de George Erschbamer
  • 1999 : L’Île au trésor, de Peter Rowe
  • 2001 : Prancer Returns, de Joshua Butler

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
Jack Palance dans Le Masque arraché

Bande-annonce de Les infortunes de la vertu (VF)

Acteur

Bande-annonce de Terreur extraterrestre (VF)

Bande-annonce de

Bande-annonce de la reprise Bagdad Café (VOstf)

x