Julianne Moore

Actrice, Productrice
Gloria Bell, affiche américaine

Personal Info

  • Nationalité : Américaine
  • Date de naissance : 3 décembre 1960 à Fayetteville, Caroline du Nord (États-Unis)

Biographie

Note des spectateurs :

Actrice et productrice américaine, Julianne Moore (de son vrai nom Julie Anne Smith) est née en 1960 à Fayetteville en Caroline du Nord. Née d’un père militaire, la petite Julie de cesse de déménager de base de l’armée en camp retranché. Elle a même vécu un temps en Allemagne où elle a passé des examens à l’âge de 19 ans. A l’adolescence, elle se prend de passion pour le théâtre qu’elle pratique régulièrement.

Une ascension lente dans les années 80-90

Après une première tentative infructueuse à Hollywood, elle part à New York où elle enchaîne les petits boulots et les publicités. Finalement, elle décroche en 1985 un rôle important dans le soap As the World Turns dont elle a tourné plus de 126 épisodes, majoritairement entre 1985 et 1988.

A la fin des années 80, elle prend le nom de Julianne Moore et apparaît pour la première fois au cinéma dans le film d’horreur Darkside, les contes de la nuit noire (John Harrison, 1990). Ensuite, elle enchaîne avec le thriller La main sur le berceau (Curtis Hanson, 1992) où elle fait face à Rebecca De Mornay. La même année, elle obtient un petit rôle dans le Body (Uli Edel, 1992) avec Madonna et rencontre encore le succès dans Le fugitif (Andrew Davis, 1993).

Toutefois, son premier vrai gros succès personnel intervient avec le succès de Short Cuts (Robert Altman, 1993) où son rôle se révèle central. Par la suite, elle ne cesse d’alterner films commerciaux et films d’auteur, mais ce sont généralement ces derniers qui lui permettent de s’affirmer. Ainsi, en 1995, elle entame une prolifique collaboration avec le réalisateur indépendant Todd Haynes pour Safe. La comédienne est encore visible dans Surviving Picasso (James Ivory, 1996), Le monde perdu (Steven Spielberg, 1997), Boogie Nights (Paul Thomas Anderson, 1997) qui lui offre sa première nomination à l’Oscar du meilleur second rôle ou encore The Big Lebowski (Ethan et Joel Coen, 1998).

Les grandes œuvres de la fin des années 90 et du début des années 2000

La fin des années 90 est véritablement le temps de la révélation avec des œuvres importantes comme Magnolia (Paul Thomas Anderson, 1999) et surtout La fin d’une liaison (Neil Jordan, 1999) qui lui vaut une nouvelle nomination à l’Oscar. Toutefois, on préfère se souvenir de Loin du paradis (Todd Haynes, 2002) qui fait d’elle l’une des meilleures actrices de sa génération. Cette fois, elle est nommée pour l’Oscar de la meilleure actrice.

La même année, elle est magnifique dans The Hours (Stephen Daldry, 2002) où elle partage l’affiche à égalité avec Meryl Streep et Nicole Kidman. Les années suivantes sont moins passionnantes à cause de choix plus anodins. On l’adore tout de même dans le chef d’œuvre Les fils de l’homme (Alfonso Cuarón, 2006), même si son rôle est court. Elle est encore remarquable dans I’m Not There (Todd Haynes, 2007) ou le bouleversant A Single Man (Tom Ford, 2009) face à Colin Firth.

Julianne Moore, une grande actrice à l’aise dans le cinéma indépendant

Le passage des années 2000 à 2010 est plus contrasté car ses choix en matière de films commerciaux sont peu glorieux. Encore une fois, sa carrière est vraiment intéressante quand elle assume de jouer dans des œuvres plus indépendantes et libres. On la revoit avec plaisir dans Maps to the Stars (David Cronenberg, 2014) et elle bouleverse dans le douloureux Still Alice (Richard Glatzer, Wash Westmoreland, 2014) qui lui vaut enfin la statuette de la meilleure actrice aux Oscars. Ensuite, elle participe à des œuvres plus commerciales comme Hunger Games : la révolte partie 1 et 2 (Francis Lawrence, 2015), puis elle s’avère très drôle en méchante garce dans Kingsman : Le cercle d’or (Matthew Vaughn, 2017).

Toujours inspirée quand elle aborde le cinéma indépendant, on l’admire dans le rôle-titre de Gloria Bell (Sebastián Lelio, 2018), avant d’incarner un rôle secondaire dans le film Netflix La Femme à la fenêtre (Joe Wright, 2021). Plus récemment, elle a à nouveau collaboré avec Todd Haynes pour l’excellent May December (2023) où elle interprète une femme cougar à la psychologie tortueuse et insaisissable.

Très engagée à gauche, Julianne Moore a milité pour les droits des homosexuels, mais aussi pour la reconnaissance du droit des femmes.

Virgile Dumez

Filmographie :

Actrice (longs-métrages de cinéma uniquement) :

  • 1990 : Darkside, les contes de la nuit noire, segment « Lot 249 » de John Harrison
  • 1992 : La Main sur le berceau (The Hand That Rocks the Cradle), de Curtis Hanson
  • 1992 : Un flingue pour Betty Lou (The Gun in Betty Lou’s Handbag) d’Allan Moyle
  • 1993 : Body (Body of Evidence) d’Uli Edel
  • 1993 : Benny and Joon de Jeremiah Chechik
  • 1993 : Le Fugitif (The Fugitive) d’Andrew Davis
  • 1993 : Short Cuts de Robert Altman
  • 1994 : Vanya, 42e rue (Vanya, 42nd Street) de Louis Malle
  • 1995 : Assassins de Richard Donner
  • 1995 : Safe de Todd Haynes
  • 1995 : Un ménage explosif (Roommates), de Peter Yates
  • 1995 : Neuf mois aussi (Nine Months) de Chris Columbus
  • 1996 : Surviving Picasso de James Ivory
  • 1997 : Le Monde perdu : Jurassic Park (The Lost World: Jurassic Park), de Steven Spielberg
  • 1997 : Boogie Nights de Paul Thomas Anderson
  • 1997 : Back Home (The Myth of Fingerprints) de Bart Freundlich
  • 1997 : Chicago Cab de Mary Cybulski et John Tintori
  • 1998 : The Big Lebowski de Joel et Ethan Coen
  • 1998 : Welcome to Hollywood de Tony Markes et Adam Rifkin
  • 1998 : Psycho de Gus Van Sant
  • 1999 : Cookie’s Fortune de Robert Altman
  • 1999 : Une carte du monde (A Map of the World) de Scott Elliott
  • 1999 : Un mari idéal (An Ideal Husband) d’Oliver Parker
  • 1999 : Magnolia de Paul Thomas Anderson
  • 1999 : La Fin d’une liaison (The End of the Affair) de Neil Jordan
  • 2000 : Un homme à femmes (The Ladies Man) de Reginald Hudlin
  • 2001 : Hannibal de Ridley Scott
  • 2001 : World Traveler de Bart Freundlich
  • 2001 : Évolution (Evolution), d’Ivan Reitman
  • 2001 : Terre Neuve (The Shipping News) de Lasse Hallström
  • 2002 : The Hours de Stephen Daldry
  • 2002 : Loin du paradis (Far From Heaven) de Todd Haynes
  • 2004 : Marie and Bruce de Tom Cairns
  • 2004 : Une affaire de cœur (The Laws of Attraction) de Peter Howitt
  • 2004 : Mémoire effacée (The Forgotten) de Joseph Ruben
  • 2005 : Chassé-croisé à Manhattan (Trust the Man) de Bart Freundlich
  • 2005 : The Prize Winner of Defiance, Ohio de Jane Anderson
  • 2006 : La Couleur du crime (Freedomland) de Joe Roth
  • 2006 : Les Fils de l’homme (Children of Men) d’Alfonso Cuarón
  • 2007 : Next de Lee Tamahori
  • 2007 : I’m Not There de Todd Haynes
  • 2008 : Savage Grace de Tom Kalin
  • 2008 : Blindness de Fernando Meirelles
  • 2009 : Les Vies privées de Pippa Lee (The Private Lives of Pippa Lee) de Rebecca Miller
  • 2009 : A Single Man de Tom Ford
  • 2009 : Chloé (Chloe) d’Atom Egoyan
  • 2010 : Tout va bien ! The Kids Are All Right (The Kids Are All Right) de Lisa Cholodenko
  • 2010 : Elektra Luxx de Sebastian Gutierrez
  • 2010 : Le Silence des ombres (Shelter) de Måns Mårlind et Björn Stein
  • 2011 : Crazy, Stupid, Love de Glenn Ficarra et John Requa
  • 2012 : Monsieur Flynn (Being Flynn) de Paul Weitz
  • 2012 : What Maisie Knew de Scott McGehee et David Siegel
  • 2012 : The English Teacher de Craig Zisk
  • 2013 : Carrie : La Vengeance (Carrie) de Kimberly Peirce
  • 2013 : Don Jon de Joseph Gordon-Levitt
  • 2014 : Maps to the Stars de David Cronenberg
  • 2014 : Hunger Games : La Révolte, partie 1 (The Hunger Games: Mockingjay, part 1) de Francis Lawrence
  • 2014 : Le Septième Fils (The Seventh Son) de Sergueï Bodrov
  • 2014 : Non-Stop de Jaume Collet-Serra
  • 2014 : Still Alice de Richard Glatzer et Wash Westmoreland
  • 2015 : Free Love de Peter Sollett
  • 2015 : Hunger Games : La Révolte, partie 2 (The Hunger Games: Mockingjay, part 2) de Francis Lawrence
  • 2016 : Maggie a un plan (Maggie’s Plan) de Rebecca Miller
  • 2017 : Kingsman : Le Cercle d’or (Kingsman: The Golden Circle) de Matthew Vaughn
  • 2017 : Le Musée des merveilles (Wonderstruck) de Todd Haynes
  • 2017 : Bienvenue à Suburbicon (Suburbicon) de George Clooney
  • 2018 : Bel Canto de Paul Weitz
  • 2018 : Gloria Bell de Sebastián Lelio
  • 2019 : Après le mariage (After the wedding) de Bart Freundlich
  • 2020 : The Glorias de Julie Taymor
  • 2021 : La Femme à la fenêtre (The Woman in the Window) de Joe Wright
  • 2021 : Spirit : L’Indomptable (Spirit Untamed) d’Elaine Bogan (voix)
  • 2021 : When You Finish Saving the World de Jesse Eisenberg
  • 2021 : Cher Evan Hansen (Dear Evan Hansen) de Stephen Chbosky
  • 2023 : Sharper de Benjamin Caron
  • 2023 : May December de Todd Haynes
  • 2024 : Echo Valley de Michael Pearce

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
Gloria Bell, affiche américaine

Bande annonce de Gloria Bell

Actrice, Productrice

x