Dwayne Johnson

Acteur, Producteur
Affiche définitive fast and Furious Hobbs and Shaw

Personal Info

  • Nationalité : Américain, Canadien
  • Date de naissance : 2 mai 1972 à Hayward, Californie (États-Unis)
  • Crédit visuels : Copyrights 2019 Universal Pictures

Biographie

Note des spectateurs :

Acteur, producteur et catcheur américano-canadien, Dwayne Johnson (souvent crédité The Rock) est né dans une famille de catcheurs de père en fils. Durant son enfance, il a vécu quelques temps en Nouvelle-Zélande où il a des origines par sa mère. Dwayne Johnson, très sportif, débute une carrière de footballeur aussi bien aux États-Unis, puis au Canada. Toutefois, une vilaine blessure à l’épaule l’empêche de poursuivre dans cette voie.

The Rock : un catcheur à l’écran

C’est alors que Dwayne Johnson se lance dans le catch au milieu des années 90. Il en devient une importante figure sous le surnom de The Rock qu’il va conserver un temps au début de sa carrière cinématographique. Tout en poursuivant une intense activité de catcheur qui lui vaut une solide réputation dans le milieu, Dwayne Johnson débute parallèlement une carrière d’acteur à la télévision, puis au cinéma.

Il est repéré au grand écran en incarnant le roi scorpion dans le blockbuster Le retour de la momie (Sommers, 2001). Il y fait suffisamment forte impression pour qu’un spin-off soit monté directement sur son nom : Le roi scorpion (Russell, 2002) obtient un succès correct dans le monde, sans être un triomphe pouvant initier une franchise. A noter qu’il y apparaît encore sous son nom de catcheur The Rock. Le film suscite l’intérêt de 501 559 spectateurs sur la France. L’année suivante, il revient dans la comédie d’action Bienvenue dans la jungle (Berg, 2003) qui est un gros échec mondial (seulement 103 206 aventuriers en France).

La carrière cinéma de Dwayne Johnson ne semble pas décoller avec plusieurs échecs commerciaux successifs dont Tolérance zéro (Bray, 2004), Be Cool (Gray, 2005) et le ratage total de Doom (Bartkowiak, 2005). The Rock tourne pourtant dans l’ambitieux Southland Tales (Kelly, 2006), mais là encore l’échec est au tournant.

C’est en s’alliant à Disney que Dwayne Johnson va commencer à connaître quelques succès dont la comédie Maxi papa (Fickman, 2007) qui marche aux États-Unis (mais pas en France avec seulement 111 031 gamins dans les salles). Le catcheur joue ensuite dans la comédie Max la menace (Segal, 2008) où il n’a pas un rôle central. Par contre, il porte sur ses épaules La montagne ensorcelée (Fickman, 2009) qui ne fonctionne que moyennement. On préfère également oublier la comédie Fée malgré lui (Lembeck, 2010) et le film d’action Faster (Tillman Jr., 2010) qui ne lui apporte pas plus de crédibilité.

Les années 2010 : la star de blockbusters

En fait, c’est son intégration au casting de la saga Fast and Furious dans le numéro 5 (Lin, 2011) qui le fait passer au stade supérieur. Il y joue le rôle de Hobbs qu’il reprendra ensuite plusieurs fois dans une franchise qui cartonne dans le monde entier.

D’ailleurs, il enchaîne immédiatement avec un autre succès intitulé Voyage au centre de la Terre 2 : L’île mystérieuse (Peyton, 2012) où il prend la place de Brendan Fraser. Le long-métrage attire 1,3 million de spectateurs en France. Désormais installé dans le paysage cinématographique sous son nom de Dwayne Johnson, l’acteur revient à des projets plus modestes comme Infiltré (Waugh, 2013), tout en s’imposant dans G.I. Joe : Conspiration (Chu, 2013) qui est toutefois une déception au box-office.

Après avoir joué dans le délirant No Pain No Gain (Bay, 2013), il retrouve son rôle de Hobbs dans Fast & Furious 6 (Lin, 2013) qui est un carton mondial et approche les trois millions de spectateurs en France. Ensuite, il se fourvoie dans le Hercule (2014) de Ratner qui est un gros échec artistique et commercial. Heureusement, Fast & Furious 7 (Wan, 2015) le replace au centre du jeu. Il enchaîne avec le film catastrophe San Andreas (Peyton, 2015) qui est mauvais, mais rencontre un certain succès (plus d’un million d’entrées en France).

A partir de là, Dwayne Johnson s’installe comme un faiseur de blockbusters aux budgets souvent astronomiques et aux succès variables. Il fonctionne aux États-Unis avec la comédie Agents presque secrets (Thurber, 2016), puis cartonne avec Fast & Furious 8 (Gray, 2017). Il ne convainc pas dans Baywatch : Alerte à Malibu (Gordon, 2017), mais retrouve les faveurs du public avec le reboot Jumanji : Bienvenue dans la jungle (Kasdan, 2017) qui est un triomphe générant quasiment un milliard de dollars de recettes dans le monde. Par la suite, il connaît quelques déconvenues avec Rampage : Hors de contrôle (Peyton, 2018) et surtout l’échec de Skyscraper (Thurber, 2018). Il compense vite grâce au spin-off Fast & Furious : Hobbs & Shaw (Leitch, 2019) qui fonctionne bien et Jumanji : The Next Level (Kasdan, 2019) qui cartonne à nouveau, même si en retrait par rapport au premier volet.

Toujours une valeur sûre pour Disney, Dwayne Johnson se plante pourtant avec Jungle Cruise (Collet-Serra, 2021) qui doit affronter un nouvel ennemi : la crise sanitaire de la Covid-19. D’ailleurs, Red Notice (Thurber, 2021) qui devait sortir en salles a finalement atterri sur la plateforme Netflix malgré un budget costaud.

Star incontestable, Dwayne Johnson prépare actuellement un film de super-héros intitulé Black Adam avec le réalisateur Jaume Collet-Serra, ainsi que San Andreas 2 qui n’est encore qu’à l’état de projet.

Virgile Dumez

  • 2001 : Le Retour de la momie (The Mummy Returns) de Stephen Sommers
  • 2001 : Longshot de Lionel C. Martin
  • 2002 : Le Roi Scorpion (The Scorpion King) de Chuck Russell
  • 2003 : Bienvenue dans la jungle (The Rundown) de Peter Berg
  • 2004 : Tolérance Zéro (Walking Tall) de Kevin Bray
  • 2005 : Be Cool de F. Gary Gray
  • 2005 : Doom d’Andrzej Bartkowiak
  • 2006 : Southland Tales de Richard Kelly
  • 2006 : Rédemption (Gridiron Gang) de Phil Joanou
  • 2007 : Maxi papa (The Game Plan) d’Andy Fickman
  • 2008 : Max la Menace (Get Smart) de Peter Segal
  • 2009 : La Montagne ensorcelée (Race to Witch Mountain) d’Andy Fickman
  • 2010 : Fée malgré lui (Tooth Fairy) de Michael Lembeck
  • 2010 : Very Bad Cops d’Adam McKay
  • 2010 : Faster de George Tillman Jr.
  • 2011 : Fast and Furious 5 de Justin Lin
  • 2012 : Voyage au centre de la Terre 2 : L’île mystérieuse (Journey 2: The Mysterious Island) de Brad Peyton
  • 2013 : Infiltré (Snitch) de Ric Roman Waugh
  • 2013 : G.I. Joe : Conspiration (G.I. Joe: Retaliation) de Jon Chu
  • 2013 : Empire State de Dito Montiel
  • 2013 : No Pain No Gain (Pain and Gain) de Michael Bay
  • 2013 : Fast and Furious 6 de Justin Lin
  • 2014 : Hercule (Hercules) de Brett Ratner
  • 2015 : Fast and Furious 7 (Furious 7) de James Wan
  • 2015 : San Andreas de Brad Peyton
  • 2015 : Jem et les Hologrammes (Jem and the Holograms) de Jon M. Chu
  • 2016 : Agents presque secrets (Central Intelligence) de Rawson Marshall Thurber
  • 2017 : Fast and Furious 8 (The Fate of the Furious) de F. Gary Gray
  • 2017 : Baywatch : Alerte à Malibu (Baywatch) de Seth Gordon
  • 2017 : Jumanji : Bienvenue dans la jungle (Jumanji: Welcome to the Jungle) de Jake Kasdan
  • 2018 : Rampage : Hors de contrôle (Rampage) de Brad Peyton
  • 2018 : Skyscraper de Rawson Marshall Thurber
  • 2019 : Une famille sur le ring (Fighting with My Family) de Stephen Merchant
  • 2019 : Fast and Furious : Hobbs and Shaw (Fast and Furious Presents: Hobbs and Shaw) de David Leitch
  • 2019 : Jumanji : Bienvenue dans la jungle 2 (Jumanji: The Next Level) de Jake Kasdan
  • 2020 : Jungle Cruise de Jaume Collet-Serra
  • 2020 : Red Notice de Rawson Marshall Thurber

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
Affiche définitive fast and Furious Hobbs and Shaw

Bande-annonce de Red Notice (VO)

Acteur, Producteur

Bande-annonce de Jungle Cruise (VF)

Bande-annonce de Fast & Furious 8

Fast & Furious Hobbs & Shaw

x