Jaume Collet-Serra

Réalisateur, Scénariste, Producteur
Affiche de Night Run, avec Liam Neeson

Personal Info

  • Nationalité : Espagnol, Catalan
  • Date de naissance : 23 mars 1974, Barcelone, Catalogne (Espagne)

Biographie

Note des spectateurs :

Jaume Collet-Serra est né à Barcelone, mais c’est aux USA qu’il se construit une carrière fructueuse, sous le signe de l’efficacité et de l’action, avec quelques parenthèses horrifiques et un blockbuster Disney. Il quitte son pays natal à 18 ans et s’installe à Los Angeles, avec un anglais basique, mais une envie immense de tourner. Il parle de ses influences : David Fincher, Spike Jonze et Mark Romanek.

On découvre le cinéaste européen en 2005 avec le remake de L’homme au masque de cire, produit par Dark Castle (Joel Silver) pour Warner. La maison de cire, caractérisé par la présence de la people Paris Hilton, appartient à cette vague de remakes horrifiques survenue après ceux de Massacre à la tronçonneuse et Zombies. Le succès est au rendez-vous, mais le film est médiocre. Au moins, le jeune cinéaste est lancé et peut tourner la page des clips vidéo.

Jaume Collet-Serra enchaîne avec Goal 2 : la consécration, une production Disney dont le but était d’établir une trilogie autour de la consécration d’un jeune prodige du ballon, mais le premier épisode est décevant, les Américains en particulier le boudent. Etre engagé sur la suite n’est pas un cadeau et c’est logiquement le long métrage le plus faible de sa filmographie. On notera que le troisième épisode – qu’il ne tournera pas – sortira directement en DVD dans l’indifférence générale.

Retour à la case horreur, en 2009, avec le thriller horrifique Esther. Un beau succès mondial, toujours pour le compte de Dark Castle Entertainment et Warner. Pour les jeunes spectateurs de l’époque, tout un symbole.

Jaume Collet-Serra passera ensuite les années 2010 à courir derrière Liam Neeson dans des productions qui s’appliquent à ressembler au Taken produit par Besson, triomphe américain surprenant et qui inspirera beaucoup Européens et Américains. Sans jamais tourner pour le nabab français, Jaumet Collet-Serra est associé à l’efficacité des Pierre Morel et Louis Leterrier, mais avec un talent peut-être plus évident, la qualité de son cinéma étant très homogène.

Jaume Collet-Serra, bien mieux que du EuropaCorp

Aussi, le Catalan plonge Neeson dans un Berlin cinégénique en 2011, dans Sans identité puis, en 2014, à bord d’un avion détourné par un terroriste, dans Non-Stop. Deux succès pour le compte de StudioCanal. Night Run (2015), pour Warner, ne retrouve pas l’alchimie au box-office ; et pourtant, il s’agissait de leur œuvre commune la plus sombre et sûrement la plus intéressante. Enfin, en 2018, il retrouve Neeson une quatrième fois. The Passenger tourne à la formule brouillonne et le public ne semble plus avoir envie de ce cinéma avec un comédien qui a quand même dépassé les 65 ans.

Désormais à 45 ans passés, Jaumet Collet-Serra à encore de belles cartouches dans la caméra. On signalera deux films qui se distinguent dans sa décennie. Tout d’abord le thriller insulaire (une femme sur un rocher ou une bouée au large d’une côte) Instinct de survie, qui est le plus gros succès mondial de Blake Lively. Probablement le meilleur B-movie d’attaque de requin de ces vingt dernières années, qui synthétise le sens du rythme et de l’espace de Jaume Collet-Serra.

Enfin, en 2020, il devait sortir durant l’été sa production la plus cossue, le blockbuster Disney Jungle Cruise, avec Dwayne Johnson et Emily Blunt. La crise du coronavirus repousse le film d’un an, à juillet 2021. Si tout va bien. Après Pirates des Caraïbes ou Le manoir hanté, il s’agira d’une nouvelle adaptation Disney d’une attraction Disney. La comédie d’aventure, dont le tournage s’est achevé en 2018, sera le premier blockbuster Disney à mettre en scène un personnage principal ouvertement homosexuel, en l’occurrence celui joué par le présentateur britannique (et hétéro) Jack Whitehall.

Frédéric Mignard  

 

Instinct de Survie, affiche

© Sony Pictures

Filmographie :

  • 2005 : La Maison de cire (House of Wax)
  • 2007 : Goal 2 : La Consécration (Goal II: Living the Dream)
  • 2009 : Esther
  • 2011 : Sans identité (Unknown)
  • 2014 : Non-Stop
  • 2015 : Night Run (Run All Night)
  • 2016 : Instinct de survie (The Shallows)
  • 2018 : The Passenger (The Commuter)
  • 2020 : Jungle Cruise
La maison de cire, affiche du film (2005)

© Warner Bros

x