Lacenaire : la critique du film (1990)

Biopic, Historique | 2h05min
Note de la rédaction :
6/10
6
Lacenaire, l'affiche

  • Réalisateur : Francis Girod
  • Acteurs : Daniel Auteuil, Rufus, Paul Le Person, Jean Poiret, Jacques Weber, François Périer, Philippe Uchan, Maïwenn, Patrick Pineau, Geneviève Casile, Daniel Mesguich
  • Date de sortie: 19 Déc 1990
  • Nationalité : Français
  • Scénaristes : Georges Conchon, Francis Girod, inspiré des « Mémoires » de Lacenaire
  • Directeur de la photographie : Bruno de Keyzer
  • Compositeur : Laurent Petitgirard
  • Société de production : Partner's Production, UGC, Ciné 5, Hachette Première
  • Distributeur : UGC Distribution
  • Editeur vidéo : Fil à Film – Fravidis (VHS) / StudioCanal (DVD)
  • Sortie vidéo (DVD) : 5 septembre 2005
  • Box-office France / Paris-périphérie : 287 923 entrées / 115 880entrées
  • Récompenses : 2 nominations aux César 1991 pour Daniel Auteuil et les meilleurs costumes.
  • Crédits affiche : © 1990 StudioCanal / Affiche : Pascal Boissière (photographe) - Anahi Leclerc (affichiste). Tous droits réservés.
Note des spectateurs :

Gros échec commercial à sa sortie, Lacenaire est un biopic sympathique, mais qui souffre d’une narration chahutée. Heureusement, les acteurs sauvent les meubles.

Synopsis : Evocation de la vie, du procès et de la mort de Lacenaire, célèbre bandit et homme de lettres du XIXe siècle immortalisé par  Carné et Prévert dans Les Enfants du paradis et à qui l’on doit, à travers ses Mémoires, un témoignage et une appréciation particulièrement modernes sur son temps.

Le crime est un art

Critique : Fasciné depuis le début de sa carrière par les criminels – on se souvient entre autres du Trio infernal en 1974 – le réalisateur Francis Girod décide de raconter la vie de Pierre François Lacenaire, célèbre assassin qui a défrayé la chronique au début de la monarchie de Juillet (1830). L’escroc meurtrier a, par ses allures de dandy, mis en scène son procès et construit sa propre légende en écrivant des Mémoires qui ont connu un grand retentissement dans la France du 19ème siècle. Modèle parfait de l’assassin romantique, le personnage a également connu un regain de notoriété grâce au triomphe du film de Marcel Carné Les enfants du paradis (1945) où il était incarné par Marcel Herrand.

Le producteur Ariel Zeitoun, qui a déjà financé La banquière (1980), Le grand frère (1982), Descente aux enfers (1986) et L’enfance de l’art (1988) de Francis Girod, débloque une somme que l’on imagine conséquente pour redonner vie à la France du 19ème siècle, avec pléthore de décors et de costumes. Il semble avoir dépensé sans compter tant la reconstitution s’avère luxueuse. Il est important de signaler le soin extrême apporté aux costumes, mais aussi à la photographie (superbe travail de Bruno de Keyser), faisant du long-métrage un vrai régal pour l’œil.

Des fragments d’une vie tumultueuse

Le scénario écrit par Georges Conchon – malheureusement décédé avant la sortie du film – tente d’éviter l’académisme en se livrant à une déconstruction chronologique qui peut désarçonner. Effectivement, Lacenaire n’est pas tant un biopic classique qu’une évocation d’un homme et d’un caractère sous forme de kaléidoscope. Certes, les auteurs évoquent bien toutes les étapes majeures de son existence (l’enfance chez les religieux, la période à l’armée, les premiers larcins, les meurtres, le procès et l’exécution publique), mais dans le désordre. Ils ont ainsi recours à une narration heurtée fondée sur le flashback. Toutefois, ceux qui se souviennent ou lisent ses mémoires ne sont jamais les mêmes tout au long du métrage, entraînant parfois une certaine confusion.

Sans doute conscients de l’aspect fluctuant de la narration, les auteurs finissent durant la deuxième heure par abandonner toute forme de logique. Finalement, en ne cherchant plus de justification narrative, Francis Girod semble libéré d’un certain poids et livre les meilleures séquences d’un film désormais uniquement guidé par sa propre logique interne.

Beaucoup de théâtralité pour mieux coller au personnage

Il faut également un petit temps d’adaptation au spectateur pour apprécier la prestation de Daniel Auteuil. Celui-ci semble en faire trop et ne cesse de déclamer ses tirades comme sur une scène de théâtre. On comprend progressivement qu’il s’agit d’un cabotinage volontaire, illustrant parfaitement le don de Lacenaire à sans cesse se mettre en scène. Ainsi, son procès est l’occasion pour lui de faire son show devant un public médusé. Les auteurs filent d’ailleurs la métaphore théâtrale à de nombreuses reprises.

Cette logique se retrouve également au sein du casting, composé en grande majorité de pointures de la scène française. On pense naturellement à Jean Poiret, Jacques Weber, mais aussi Patrick Pineau, tous excellents. Pour peu que l’on apprécie un jeu un peu daté (celui des années 30-40 en l’occurrence), Lacenaire devient un vrai bonheur. Il ne faut donc aucunement chercher ici un style de jeu moderne, mais bien plutôt déclamatoire.

Un film bancal qui s’est rétamé au box-office

A mi-chemin entre une reconstitution historique pointilleuse et une esthétisation théâtrale qui correspond au personnage évoqué, Lacenaire ne trouve pas toujours sa voie et s’avère donc un film bancal. Certes, l’ensemble claudique à de nombreuses reprises, mais possède de vraies fulgurances qui en font tout le prix et l’intérêt.

Sorti au mois de décembre 1990 en pleine crise du cinéma français, Lacenaire a bénéficié d’une promotion intensive qui n’a servi à rien. Le film n’entre qu’à la septième place du box-office parisien lors de sa semaine inaugurale, avec seulement 29 912 entrées dans les 24 salles le programmant. Visiblement, la contre-programmation n’a pas fonctionné – il était osé de sortir un film sur un criminel pour Noël. En fin de carrière, Lacenaire n’a attiré que 287 923 spectateurs sur toute la France. Au vu du budget que l’on imagine conséquent, il s’agit d’un cuisant échec qui a éloigné Francis Girod des plateaux de cinéma pour quatre longues années.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 19 décembre 1990

Voir le film en VOD

Lacenaire, l'affiche

© 1990 StudioCanal / Affiche : Pascal Boissière (photographe) – Anahi Leclerc (affichiste). Tous droits réservés.

Box-office :

Sorti face à Rocky 5 (37 salles) et Maman, j’ai raté l’avion (26 salles), Lacenaire n’avait pas un gros potentiel commercial. UGC, conscient du film, l’exploite donc hors saison, pour Noël, quand l’esprit des spectateurs est ailleurs. Ses 24 écrans franciliens lui permettent d’éviter la casse. UGC producteur, distributeur et surtout exploitant lui accorde une place dans tous ses cinémas, soit 8 cinéma intra-muros. Au total, le film est exploité dans 15 salles dans l’enceinte même de la capitale où il est censé avoir son plus gros potentiel. Face au mastodonte d’AMLF, Uranus de Claude Berri, dans sa 2e semaine, présent dans une écrasante combinaison de 47 cinémas à Paris-périphérie, Lacenaire est un désastre réalisant 29 000 entrées, loin des 110 000 tickets du film historique de Berri. La Discrète, en 5e semaine, avec 10 salles en moins, le talonne, c’est pour dire.

En seconde semaine, face à une absence de nouveautés, grâce aux vacances et aux jours fériés, tous les films du top 15 progressent, et Lacenaire lui aussi profite du contexte des fêtes, passant à  37 081 entrées dans 23 cinémas.

En 3e semaine, Daniel Auteuil est un peu déserté : 5 salles l’abandonnent, et le film revient à 27 000 spectateurs. La stabilité des chiffres est en forme de trompe-l’œil. Cette première semaine de 1991 est dépourvue de nouveautés et La discrète en 7e semaine et dans 14 salles (46 000) ou Le petit criminel dans 14 salles (32 000) font bien mieux avec des budgets moindres.

En 4e semaine, les nouveautés montent au créneau et Lacenaire ne figure plus que dans 10 salles intra-muros, la banlieue n’en voulant plus !  Sur ces 10 salles, 6 sites UGC contraints de garder le vilain petit canard du cinéma français. Le film comblent à peine la curiosité de 10 513 retardataires.

En 5e semaine, Daniel Auteuil est un laissé-pour-compte de l’exploitation. Lacenaire, placé dans 4 salles, est passé sous la barre des 5 000 spectateurs et frôle les 110 000 entrées de justesse.

Son exploitation dans le dur ne tient que 7 semaines, avant d’être récupéré par L’épée de bois, cinéma d’art et essai spécialisé dans les séances hebdomadaires plus ou moins uniques. Le biopic entraîne dans sa chute 104 amateurs de cinéma français.

Trailers & Vidéos

trailers
x
Lacenaire, l'affiche

Bande-annonce de Lacenaire

Biopic, Historique

x