Jean-Claude Brialy

Acteur
Affiche de Le Genou de Claire

Personal Info

  • Nationalité : Français
  • Date de naissance : 30 mars 1933 à Aumale (Algérie)
  • Date de décès : 30 mai 2007 à Monthyon (France)
  • Crédit visuel : Copyright Les Films du Losange

Biographie

Note des spectateurs :

Enfant chéri de la Nouvelle Vague et acteur apprécié du public, Jean-Claude Brialy a connu une carrière d’un demi-siècle.

De Chabrol à Truffaut en passant par Duvivier

Jean-Claude Brialy débute au cinéma en 1954 et obtient des petits rôles pour Astruc, Renoir, Decoin… Lié à la bande des Cahiers du Cinéma, il joue dans Paris nous appartient (1958) de Jacques Rivette, et surtout Le Beau Serge (1958) et Les Cousins (1959), les deux premiers longs métrages de Claude Chabrol. Ces deux films où il partage l’affiche avec Gérard Blain font de lui l’une des icônes de la Nouvelle Vague. On le voit alors dans des œuvres de Rozier, Varda, et on l’apprécie dans Une femme est une femme (1961) de Jean-Luc Godard, où il forme un étonnant trio avec Belmondo et Anna Karina ; l’œuvre, échec public à sa sortie, est désormais un classique des cinémathèques. Dans cette première moitié des années 60, Brialy est aussi une vedette populaire, même s’il n’est pas aussi bankable que Delon ou Belmondo. Il peaufine un personnage de beau brun élégant et spirituel, hésitant entre le romantisme et le dandysme, et que des cinéastes plus traditionnels vont utiliser, dans le drame aussi bien que la comédie. Il incarne ainsi le jeune aveugle qui a une relation amoureuse avec Danielle Darrieux dans Les Yeux de l’amour (1959) de Denys de La Patellière, et marivaude avec aisance dans La Chasse à l’homme (1964) d’Edouard Molinaro.

Brialy participe aussi à de nombreux films à sketches ou choraux, des Sept péchés capitaux (« L’avarice » de C. Chabrol, 1962), au Plus vieux métier du monde (« Mademoiselle Mimi » de P. de Broca, 1967), en passant par Le Diable et les Dix Commandements (1962) de Julien Duvivier, La Ronde (1964) de Roger Vadim, ou Le Roi de cœur (1966) de Philippe de Broca. Cette décennie le voit aussi faire partie des victimes de la vengeresse Jeanne Moreau dans La Mariée était en noir (1968) de François Truffaut.

Jean-Claude Brialy, visage incontournable du cinéma français

Mais c’est Eric Rohmer qui va lui donner son plus beau rôle en lui faisant jouer Jérôme, attaché culturel de trente-cinq ans, fasciné par une jeune fille dans Le Genou de Claire, en 1970. Il y est fin et nuancé, et sa volubilité s’insère à merveille dans la démarche de ce cinquième volet des Contes moraux. Après ce sommet du cinéma d’auteur, Jean-Claude Brialy poursuit une carrière prolifique, mais davantage pour des seconds rôles, qu’il interprète avec classe : père de famille dans Le Fantôme de la liberté (1974) de Luis Buñuel, procureur dans Le Juge et l’assassin (1976) de Bertrand Tavernier, faux prêtre dans L’Année sainte (1976) de Jean Girault, directeur de journal dans Barocco (1976) d’André Téchiné, directeur du Lido dans Les Uns et les autres (1981) de Claude Lelouch, perruquier précieux dans La Nuit de Varennes (1982) d’Ettore Scola, joueur de tennis dans Papy fait de la résistance (1983) de Jean-Marie-Poiré, ou imprésario dans L’Effrontée (1985) de Claude Miller. Il retrouve Claude Chabrol pour Inspecteur Lavardin (1986) et obtient le César du meilleur acteur dans un second rôle pour Les Innocents (1987) d’André Téchiné.

Dans les années 90 et 2000, il incarne Gaspard II de Coligny, victime des massacres de la Saint-Barthélemy, dans La Reine Margot (1994) de Patrice Chéreau, et collabore avec Claire Denis (S’en fout la mort, 1990), Bernard Giraudeau (Les Caprices d’un fleuve, 1995), Sam Karmann (Kennedy et moi, 1998), Jeanne Labrune (C’est le bouquet !, 2002)… En fait, ses cinquante ans de carrière lui ont fait côtoyer tous les styles de cinéma, du court-métrage de la Nouvelle Vague (Tous les garçons s’appellent Patrick de Jean-Luc Godard, 1956), à la comédie commerciale (Jet Set 2 de Fabien Onteniente, 2004), en passant par des œuvres de Pierre Kast, Bolognini, Verneuil, Guy Gilles, Marbœuf, Zidi…

Jean-Claude Brialy a aussi réalisé cinq longs métrages nostalgiques, dont le charmant Églantine (1972), et était réputé pour être l’ami et le confident des stars, et de beaucoup d’artistes de la profession. Il faut aussi souligner son parcours au théâtre, en tant que metteur en scène et comédien, et notamment pour des pièces de Guitry (Désiré, théâtre Edouard VII, 1984). Il avait été le cofondateur (avec Jacqueline Franjou), de l’agréable Festival de Ramatuelle, dont il fut le directeur artistique de 1985 à sa mort.

Gérard Crespo

Filmographies de Jean-Claude Brialy 

Réalisateur, longs métrages
  • 1972 : Églantine
  • 1973 : Les Volets clos
  • 1973 : L’Oiseau rare
  • 1974 : Un amour de pluie
  • 1981 : Les Malheurs de Sophie
  • 1983 : Un bon petit diable
Acteur, longs métrages
  • 1956 : Les Mauvaises Rencontres de Alexandre Astruc
  • 1956 : Notre-Dame de Paris de Jean Delannoy
  • 1956 : Elena et les Hommes de Jean Renoir
  • 1957 : L’Ami de la famille de Jack Pinoteau
  • 1957 : Tous peuvent me tuer de Henri Decoin
  • 1957 : Méfiez-vous fillettes de Yves Allégret
  • 1957 : Amour de poche de Pierre Kast
  • 1957 : Le Triporteur de Jack Pinoteau
  • 1957 : Ascenseur pour l’échafaud de Louis Malle
  • 1957 : Cargaison blanche de Georges Lacombe
  • 1958 : L’École des cocottes de Jacqueline Audry
  • 1958 : Et ta sœur de Maurice Delbez
  • 1958 : Christine de Pierre Gaspard-Huit
  • 1958 : Les Amants de Louis Malle
  • 1958 : Le Beau Serge de Claude Chabrol
  • 1959 : Les Garçons de Mauro Bolognini
  • 1959 : Les Cousins de Claude Chabrol
  • 1959 : Les Quatre Cents Coups de François Truffaut
  • 1959 : Le Chemin des écoliers de Michel Boisrond
  • 1959 : Les Yeux de l’amour de Denys de La Patellière
  • 1960 : Le Bel Âge de Pierre Kast
  • 1960 : Le Gigolo de Jacques Deray
  • 1961 : Paris nous appartient de Jacques Rivette
  • 1961 : Les Godelureaux de Claude Chabrol
  • 1961 : Adieu Philippine de Jacques Rozier
  • 1961 : Les lions sont lâchés de Henri Verneuil
  • 1961 : Les Amours célèbres de Michel Boisrond
  • 1961 : Une femme est une femme de Jean-Luc Godard
  • 1961 : Le Puits aux trois vérités de François Villiers
  • 1961 : Les Petits Matins de Jacqueline Audry
  • 1961 : Aimez-vous Brahms ? de Anatole Litvak
  • 1961 : Tire-au-flanc 62 de Claude de Givray et François Truffaut
  • 1962 : L’Éducation sentimentale de Alexandre Astruc
  • 1962 : Les Sept Péchés capitaux de Claude Chabrol
  • 1962 : Les Veinards de Jack Pinoteau
  • 1962 : Arsène Lupin contre Arsène Lupin d’Édouard Molinaro
  • 1962 : Le Diable et les Dix Commandements de Julien Duvivier
  • 1962 : La Chambre ardente de Julien Duvivier
  • 1962 : Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda
  • 1962 : La Bande Casaroli de Florestano Vancini
  • 1962 : Vie privée de Louis Malle
  • 1962 : Vanina Vanini de Roberto Rossellini
  • 1963 : Carambolages de Marcel Bluwal
  • 1963 : Le Glaive et la Balance d’André Cayatte
  • 1964 : La Bonne Soupe de Robert Thomas
  • 1964 : La Ronde de Roger Vadim
  • 1964 : Un monsieur de compagnie de Philippe de Broca
  • 1964 : La Chasse à l’homme d’Édouard Molinaro
  • 1964 : Château en Suède de Roger Vadim
  • 1964 : Tonio Kröger de Rolf Thiele
  • 1964 : Comment épouser un Premier ministre de Michel Boisrond
  • 1964 : L’Amour à la chaîne de Claude de Givray
  • 1964 : La Bonne Occase de Michel Drach
  • 1964 : Les Siffleurs de Eino Ruutsalo
  • 1965 : L’Amour à la mer de Guy Gilles
  • 1965 : Cent briques et des tuiles de Pierre Grimblat
  • 1965 : La Mandragore de Alberto Lattuada
  • 1965 : Je la connaissais bien de Antonio Pietrangeli
  • 1965 : L’Amant paresseux de Massimo Franciosa
  • 1966 : Le Roi de cœur de Philippe de Broca
  • 1966 : Nos maris de Luigi Zampa
  • 1966 : Un homme de trop de Costa-Gavras
  • 1967 : Le Plus Vieux Métier du monde de Philippe de Broca
  • 1967 : Lamiel de Jean Aurel
  • 1967 : La mariée était en noir de François Truffaut
  • 1967 : Au diable les anges de Lucio Fulci
  • 1968 : Caroline chérie de Denys de La Patellière
  • 1968 : Manon 70 de Jean Aurel
  • 1969 : Le Bal du comte d’Orgel de Marc Allégret
  • 1969 : Tout peut arriver de Philippe Labro
  • 1970 : Le Genou de Claire d’Éric Rohmer
  • 1971 : Une saison en enfer de Nelo Risi
  • 1971 : Comment entrer dans la mafia de Steno
  • 1972 : Un meurtre est un meurtre d’Etienne Périer
  • 1973 : Un amour de pluie de Jean-Claude Brialy
  • 1973 : L’Oiseau rare de Jean-Claude Brialy
  • 1974 : Comme un pot de fraises de Jean Aurel
  • 1974 : Le Fantôme de la liberté de Luis Buñuel
  • 1975 : Barry Lyndon de Stanley Kubrick
  • 1975 : Un animal doué de déraison de Pierre Kast
  • 1975 : Catherine et Compagnie de Michel Boisrond
  • 1975 : Les Onze Mille Verges d’Éric Lipmann
  • 1975 : Dreyfus ou l’Intolérable Vérité de Jean Chérasse
  • 1976 : Le Juge et l’Assassin de Bertrand Tavernier
  • 1976 : Les Œufs brouillés de Joël Santoni
  • 1976 : L’Année sainte de Jean Girault
  • 1976 : Barocco d’André Téchiné
  • 1977 : Le Point de mire de Jean-Claude Tramont
  • 1977 : Julie pot de colle de Philippe de Broca
  • 1977 : L’Imprécateur de Jean-Louis Bertuccelli
  • 1977 : Enquête à l’italienne de Steno
  • 1977 : Pour Clémence de Charles Brabant
  • 1978 : Robert et Robert de Claude Lelouch
  • 1978 : La Chanson de Roland de Frank Cassenti
  • 1979 : Le Maître-nageur de Jean-Louis Trintignant
  • 1979 : Les Plus Grands Moments d’Hollywood d’Edward S. Shaw
  • 1979 : Bobo Jacco de Walter Bal
  • 1980 : L’Œil du maître de Stéphane Kurc
  • 1980 : Bobo la tête de Gilles Katz
  • 1980 : La Banquière de Francis Girod
  • 1981 : Les Uns et les Autres de Claude Lelouch
  • 1982 : La Nuit de Varennes d’Ettore Scola
  • 1982 : La Fille de Trieste de Pasquale Festa Campanile
  • 1983 : Édith et Marcel de Claude Lelouch
  • 1983 : Mortelle Randonnée de Claude Miller
  • 1983 : La Crime de Philippe Labro
  • 1983 : Le Démon dans l’île de Francis Leroi
  • 1983 : Cap Canaille de Juliet Berto et Jean-Henri Roger
  • 1983 : Sarah de Maurice Dugowson
  • 1983 : Stella de Laurent Heynemann
  • 1983 : Papy fait de la résistance de Jean-Marie Poiré
  • 1984 : Pinot simple flic de Gérard Jugnot
  • 1984 : Le téléphone sonne toujours deux fois de Jean-Pierre Vergne
  • 1985 : Le Mariage du siècle de Philippe Galland
  • 1985 : Le Quatrième Pouvoir de Serge Leroy
  • 1985 : L’Effrontée de Claude Miller
  • 1986 : Inspecteur Lavardin de Claude Chabrol
  • 1986 : Le Débutant de Daniel Janneau
  • 1986 : Grand Guignol de Jean Marbœuf
  • 1986 : Suivez mon regard de Jean Curtelin
  • 1986 : Un homme et une femme : Vingt ans déjà de Claude Lelouch
  • 1987 : Le Moustachu de Dominique Chaussois
  • 1987 : Lévy et Goliath de Gérard Oury
  • 1987 : Maladie d’amour de Jacques Deray
  • 1987 : Les Innocents d’André Téchiné
  • 1987 : Maschenka de Jean de Goldschmidt
  • 1989 : Comédie d’été de Daniel Vigne
  • 1990 : Ripoux contre ripoux de Claude Zidi
  • 1990 : S’en fout la mort de Claire Denis
  • 1990 : Au bonheur des chiens de Duccio Tessari
  • 1990 : Faux et Usage de faux de Laurent Heynemann
  • 1991 : Août d’Henri Herré
  • 1994 : La Reine Margot de Patrice Chéreau
  • 1994 : Le Monstre de Roberto Benigni
  • 1995 : Une femme française de Régis Wargnier
  • 1995 : Les Cent et Une Nuits de Simon Cinéma d’Agnès Varda
  • 1996 : Beaumarchais, l’insolent d’Édouard Molinaro
  • 1996 : Les Caprices d’un fleuve de Bernard Giraudeau
  • 1996 : Le Fils de Gascogne de Pascal Aubier
  • 1997 : Portraits chinois de Martine Dugowson
  • 1999 : Kennedy et moi de Sam Karmann
  • 1999 : L’Homme de ma vie de Stéphane Kurc
  • 1999 : Lettre à mon frère Guy Gilles, cinéaste trop tôt disparu de Luc Bernard
  • 2000 : Les Acteurs de Bertrand Blier
  • 2000 : In extremis d’Étienne Faure
  • 2001 : Concurrence déloyale (Concorrenza sleale) d’Ettore Scola
  • 2001 : Les filles, personne s’en méfie de Charlotte Silvera
  • 2001 : South Kensington de Carlo Vanzina
  • 2002 : C’est le bouquet ! de Jeanne Labrune
  • 2002 : La Demi-Mondaine amoureuse de Didier Dessapt
  • 2003 : Les Clefs de bagnole de Laurent Baffie (caméo)
  • 2003 : Aimez-moi les uns les autres de Tiburce
  • 2004 : People (Jet Set 2) de Fabien Onteniente
  • 2004 : Quoi ? L’Éternité d’Étienne Faure
  • 2005 : Quartier VIP de Laurent Firode
  • 2007 : Vous êtes de la police ? de Romuald Beugnon
Carambolages, l'affiche

© 1963 Gaumont / Affiche : Charles Rau. Tous droits réservés.

Trailers & Videos

x
Affiche de Le Genou de Claire

Acteur

Bande-annonce d'Une femme est une femme

Bande-annonce de Le Genou de Claire

x