Matt Damon

Acteur, Producteur, Scénariste
Matt Damon dans Ocean's Twelve de Steven Soderbergh

Personal Info

  • Nationalité : Américain
  • Date de naissance : 8 octobre 1970 à Boston, Massachusetts (États-Unis)

Biographie

Note des spectateurs :

Acteur, producteur et scénariste américain, Matt Damon est né dans la Massachussetts où il rencontre à l’âge de 10 ans un certain Ben Affleck qui est un cousin lointain. Les deux gamins deviennent rapidement les meilleurs amis du monde. Au début des années 90, Matt Damon commence à se produire sur des planches de théâtre en amateur et décide d’embrasser la profession d’acteur. Dès lors, il commence à multiplier les seconds rôles, y compris au cinéma où on peut le voir dans Mystic Pizza (Petrie, 1988) avec une certaine Julia Roberts. Il est également visible en Lieutenant dans le Geronimo de Walter Hill (1993). Enfin, il est encore repérable dans A l’épreuve du feu (Zwick, 1996).

La révélation de Will Hunting

Déçu des rôles qu’on lui propose, Matt Damon décide d’écrire avec son ami Ben Affleck un scénario où il pourrait enfin montrer l’étendue de son talent. Cela donne Will Hunting (Van Sant, 1997) qui le révèle au monde entier grâce à un succès inattendu. Obtenant notamment l’Oscar du meilleur scénario original, Matt Damon devient donc une star du jour au lendemain et peut prétendre à jouer le rôle principal de L’idéaliste (Coppola, 1997). Si le film est une déception au box-office, Matt Damon va conforter sa position en incarnant le soldat Ryan dans Il faut sauver le soldat Ryan (Spielberg, 1998) qui est un triomphe mondial récompensé par 5 Oscars.

La star des sagas Ocean’s et Jason Bourne

Désormais en orbite, Matt Damon va confirmer son poids avec Le talentueux Mr. Ripley (Minghella, 1999), La légende de Bagger Vance (Redford, 2000), À la rencontre de Forrester où il retrouve le réalisateur Gus Van Sant. Toutefois, le grand public retient surtout Ocean’s Eleven (Soderbergh, 2001) qui lui permet d’entrer dans le cercle du réalisateur Steven Soderbergh. Le métrage est certes porté par un casting collectif, mais il s’agit d’un triomphe qui a appelé la réalisation de deux suites auxquelles il participe (Ocean’s Twelve en 2004 et Ocean’s 13 en 2007).

S’il se livre avec joie aux expérimentations de Gus Van Sant dans Gerry (2002), Matt Damon crée surtout un personnage qui va lui coller à la peau en interprétant Jason Bourne dans La mémoire dans la peau (Liman, 2002). Le film est un joli succès aux États-Unis et les Français sont alors 765 614 à suivre ses aventures sur grand écran.

On le retrouve ensuite dans une comédie des frères Farrelly intitulée Deux en un (2003), mais c’est l’année 2004 qui confirme vraiment sa popularité avec la suite du film de braquage de Soderbergh et aussi La mort dans la peau (Greengrass, 2004) qui fonctionne mieux que le premier volet avec 1 142 893 fidèles de l’espion amnésique.

Désormais sollicité par les plus grands réalisateurs, Matt Damon joue pour Terry Gilliam (Les frères Grimm) et Martin Scorsese (Les infiltrés), avant de conclure les deux trilogies qui ont fait sa gloire en 2007 dont La vengeance dans la peau (Greengrass) qui glane 1 539 364 spectateurs en France.

Un énorme succès à l’orée des années 2010

Après quelques films sans grande portée, Matt Damon revient en grande forme dans Invictus (2009) qu’il tourne pour Clint Eastwood. Le film est un vrai triomphe, notamment en France où il fédère 3 110 394 de fans du cinéma classique d’Eastwood. Toujours fidèle à ses réalisateurs de prédilection, Matt Damon retrouve Paul Greengrass pour un très bon Green Zone (2010) qui dénonce les dérives de la guerre en Irak, mais le public suit moins (756 745 soldats français). Pire, il enchaîne avec une réelle déception artistique, le très raté Au-delà (Eastwood, 2010), qui rencontre toutefois son public avec 1 905 487 spirites.

On préfère l’acteur dans True Grit (Coen, 2010) qui triomphe. Mais Matt Damon fait quelques choix malheureux avec par exemple L’agence (Nolfi, 2011) et Nouveau départ (Crowe, 2011) qui n’apportent rien à sa carrière. Il est nettement plus convaincant dans Contagion (2011) qui lui permet de retrouver Steven Soderbergh, puis dans Promised Land où il rejoint Gus Van Sant (2012). Il prend même des risques pour Soderbergh avec le téléfilm Ma vie avec Liberace (2013).

Les films suivants prouvent qu’il est toujours dans la course, même si certains ont moins d’écho ou de succès. On le voit dans les médiocres Elysium (Bomkamp, 2013), Monuments Men (Clooney, 2014) et dans un second rôle dans le magnifique Interstellar (Nolan, 2014).

Des succès réguliers dans des genres différents

Toutefois, Matt Damon porte entièrement sur ses épaules le triomphe du film de SF Seul sur Mars (Scott, 2015) qui réunit 2 525 536 d’explorateurs français. Conforté par ce nouveau plébiscite du public, Damon retrouve son personnage culte de Jason Bourne dans le film éponyme de Paul Greengrass. Les retrouvailles sont célébrées par 1 486 874 spectateurs en France.

On a nettement moins apprécié ses prestations dans la coproduction chinoise La grande muraille (Yimou, 2016) où il est noyé sous un déluge d’effets spéciaux. Ensuite, il tourne Downsizing (Payne, 2017), Bienvenue à Suburbicon (Clooney, 2017). On le préfère largement dans l’excellent Le Mans ’66 (Mangold, 2019) où il est opposé à Christian Bale.

Plus récemment, il porte Stillwater (McCarthy, 2021) et retrouve Ben Aflleck pour écrire le script du Dernier duel (Scott, 2021).

Par ailleurs, Matt Damon est marié depuis 2005 avec Luciana Bozán Barroso et s’engage régulièrement pour des causes caritatives, faisant partie du cercle des démocrates affirmés d’Hollywood, au même titre que George Clooney.

Virgile Dumez

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
Matt Damon dans Ocean's Twelve de Steven Soderbergh

Bande-annonce de Le dernier duel (VO)

Acteur, Producteur, Scénariste

Bande-annonce du Mans 66

x