Zaï Zaï Zaï Zaï : la critique du film (2022)

Comédie, Burlesque | 1h23min
Note de la rédaction :
7/10
7
Zaï Zaï Zaï Zaï, l'affiche

Note des spectateurs :

Film totalement absurde, Zaï Zaï Zaï Zaï fait le pari audacieux de ressusciter un type d’humour un peu disparu ces dernières années. Les amoureux du cinéma de Quentin Dupieux doivent faire le déplacement.

Synopsis : Fabrice, acteur de comédie, réalise qu’il n’a pas sa carte de fidélité alors qu’il fait ses courses. Malgré la menace d’un vigile, il parvient à s’enfuir. Commence alors une cavale sans merci, pour celui qui devient rapidement l’ennemi public numéro 1. Alors que les médias s’emparent de l’affaire et que le pays est en émoi, le fugitif, partagé entre remords et questions existentielles, trouve un point de chute inattendu, quelque part en Lozère.

Une adaptation de la BD délirante de Fabcaro

Critique : Depuis quelques années, l’auteur de BD montpelliérain Fabcaro connaît un succès tout à fait mérité grâce à un humour décalé qui ravit ses lecteurs, de plus en plus nombreux. Désormais, le cinéma lui fait de l’œil, d’autant que Le discours (Tirard, 2020) adapté d’une de ses œuvres a été un succès surprise avec 338 331 curieux dans les salles en pleine période de pandémie. La même année, François Desagnat (réalisateur de La Beuze ou encore d’Adopte un veuf) souhaite adapter le plus gros succès de librairie de Fabcaro, l’absurde Zaï Zaï Zaï Zaï.

Zaï Zaï Zaï Zaï, Photo 1

© 2020 24 25 Films – Apollo Films – Orange Studio – France 3 Cinéma. Tous droits réservés.

Mais avant de se lancer, il fallait trouver les financements autour d’un projet casse-gueule puisque l’humour de la BD est très particulier, essentiellement basé sur l’absurde. C’est finalement le producteur Thibault Gast qui s’est lancé dans cette aventure plutôt hasardeuse, permettant d’engager Jean-Paul Rouve dans le rôle principal. Le tournage a finalement eu lieu en 2020 et le long-métrage a été présenté en octobre 2020 au Festival de Montpellier, puis a été sélectionné à l’Alpe d’Huez en 2021. Toutefois, il a fallu attendre la fin du mois de février 2022 pour voir débarquer le film en salles, à cause notamment de la pandémie mondiale qui en a repoussé la sortie.

Une dénonciation d’une société médiatique et normative

A partir d’un postulat totalement absurde – un client de supermarché est traqué par la police pour avoir oublié sa carte de fidélité – Zaï Zaï Zaï Zaï fait le pari risqué de ressusciter un type d’humour largement passé de mode, à savoir l’absurde et le burlesque. Non seulement le fil conducteur est dingue, mais tous les développements suivent une logique démente qui n’a d’autre but que d’épingler les travers de notre société de l’information permanente et du flicage du moindre de nos actes. Effectivement, derrière l’apparente futilité de la comédie se cache en réalité une vision très grinçante d’un monde obsédé par l’image, gangrené par le poison distillé par les réseaux sociaux et les médias.

Zaï Zaï Zaï Zaï, Photo 2

© 2020 24 25 Films – Apollo Films – Orange Studio – France 3 Cinéma. Tous droits réservés.

Dans Zaï Zaï Zaï Zaï, tout le monde en prend pour son grade, que cela soit les médias qui transforment le moindre fait divers en spectacle, les commentateurs qui réagissent en direct sur des faits qu’ils ne connaissent pas ou encore le citoyen lambda qui échafaude des théories complotistes antisémites. Sous des dehors innocents, le spectacle fustige donc une époque où la violence sociale est devenue une norme. On adore notamment l’ostracisation du gamin du fugitif à l’école, alors même que la maîtresse fait une leçon sur la tolérance, tout en excluant de la discussion un enfant issu de l’immigration (« Non, pas toi Malek »). Mais les bobos prennent également cher, avec notamment le couple exhibitionniste qui assure voter socialiste et vivre dans une maison écoresponsable.

Le retour d’un comique absurde et burlesque

Outre cette dimension politique évidente, Zaï Zaï Zaï Zaï propose surtout une suite ininterrompue de gags très drôles pour peu que l’on apprécie l’humour totalement absurde. Autant dire que tous les spectateurs ne seront pas à la fête. En tout cas, si vous êtes des amateurs du cinéma dingue de Quentin Dupieux ou encore des délires burlesques de Patrick Schulmann, vous êtes fortement conviés à venir soutenir cette tentative de renaissance d’un style disparu depuis maintenant plusieurs années.

Porté par d’excellents acteurs, dont la délirante et très bis Yolande Moreau, Zaï Zaï Zaï Zaï propose des gags hilarants qui sont parfois méchants (les vacanciers qui hésitent à écraser les autostoppeurs, par exemple), parfois délirants (Jean-Paul Rouve qui discute tranquillement avec un renard, puis avec un blaireau, bientôt rejoints par un cerf) ou tout simplement bêtes (la juge qui reproche à un quidam dans le public de ne pas avoir hué le coupable). Enfin que dire de l’excellente séquence où Benjamin Biolay initie une chanson collective pour venir en aide au protagoniste sur le modèle des 45 tours humanitaires des années 80 (USA For Africa, par exemple) si ce n’est qu’elle confirme la pertinence d’un spectacle décidément très drôle.

Réalisé avec soin par François Desagnat et interprété par une belle troupe de comédiens, Zaï Zaï Zaï Zaï est donc une proposition de comédie alternative qui fait du bien en ces temps où le rire semble plus que jamais sous surveillance d’une police du bon goût.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 23 février 2022

Zaï Zaï Zaï Zaï, l'affiche

© 2020 24 25 Films – Apollo Films – Orange Studio – France 3 Cinéma. Tous droits réservés.

Trailers & Vidéos

trailers
x
Zaï Zaï Zaï Zaï, l'affiche

Bande-annonce de Zaï Zaï Zaï Zaï

Comédie, Burlesque

x