Une affaire d’hommes : la critique du film (1981)

Policier | 1h40min
Note de la rédaction :
6,5/10
6,5
Une affaire d'hommes, l'affiche

  • Réalisateur : Nicolas Ribowski
  • Acteurs : Jean-Louis Trintignant, Claude Brasseur, Jean Carmet, Eva Darlan, Roland Giraud, Jean-Paul Roussillon, Patrice Kerbrat
  • Date de sortie: 11 Nov 1981
  • Nationalité : Français
  • Année de production : 1981
  • Scénariste(s) : Georges Conchon
  • Directeur de la photographie : Jean-Paul Schwartz
  • Compositeur : Vladimir Cosma
  • Société(s) de production : Albina Productions S.a.r.l., Cinédéal, Films A2
  • Distributeur (1ère sortie) : CCFC
  • Éditeur(s) vidéo : VIP (VHS) / ABC Design (VHS, 1985) / Proserpine (VHS, 1988)
  • Date de sortie vidéo :
  • Box-office France / Paris-périphérie : 540 941 entrées / 193 097 entrées
  • Classification : Tous publics
  • Formats : Couleurs / Son : Mono
  • Festivals et récompenses : 1982 : nommé pour le César de la Meilleure première œuvre
  • Illustrateur / Création graphique : Vanni Tealdi (affichiste) - Intervenir (agence)
  • Crédits : © 1981 Albina Productions S.a.r.l. - Cinédéal - Films A2
Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Porté par des acteurs formidables et un script bien huilé, Une affaire d’hommes est un premier film valeureux malgré une réalisation un peu trop fonctionnelle. D’une délicieuse ambiguïté.

Synopsis : Deux grands amis pratiquant assidument le vélo, le commissaire Servolle et le promoteur immobilier Faguet, voient leur amitié éprouvée par l’enquête menée à la suite de l’assassinat de la femme de Faguet.

Georges Conchon, maître orfèvre en matière de scénario

Critique : Au cours des années 70, l’écrivain et scénariste Georges Conchon fait preuve d’une extraordinaire créativité en signant plusieurs scripts magnifiques pour Jacques Rouffio (L’horizon, Sept morts sur ordonnance, Le sucre) et Francis Girod (L’état sauvage, La banquière). Il y développe un style incisif souvent fondé sur l’ironie. Au début des années 80, il écrit le scénario d’Une affaire d’hommes (1981) qu’il destine initialement à Gérard Depardieu. Toutefois, pour des problèmes d’emploi du temps, le comédien ne peut participer au long-métrage. Finalement, Claude Brasseur se déclare intéressé à tel point qu’il entre personnellement dans la production du film. Rappelons que ce dernier est alors au sommet de sa popularité grâce aux triomphes successifs de La guerre des polices (Davis, 1979) et surtout La boum (Pinoteau, 1980).

A la réalisation, Nicolas Ribowski signe bien son premier long-métrage de cinéma, mais est loin d’être un novice puisqu’il est déjà dans le métier depuis une vingtaine d’années. Il a notamment assisté Alain Cavalier, Jean-Paul Rappeneau et Jacques Tati, avant de réaliser de nombreux projets pour la télévision. Avec Une affaire d’hommes, il entend donc avant tout servir fidèlement le script de Georges Conchon et paraît parfois un peu en retrait en matière d’inventivité visuelle. De fait, le long-métrage est surtout appréciable pour la qualité de son histoire, de ses dialogues ciselés et de son interprétation.

Jusqu’où peut aller l’amitié ?

Au cœur de l’intrigue se trouve une histoire d’amitié entre deux hommes dont l’un est policier et l’autre un potentiel meurtrier. Le réalisateur en profite pour décrire ces amitiés masculines fondées sur l’appartenance à un groupe de sportifs. Loin de leurs femmes respectives – rôles qui sont d’ailleurs clairement sacrifiés ici – ces amateurs de vélo peuvent respirer le dimanche en laissant derrière eux leurs problèmes du quotidien. Toutefois, l’intrusion d’un crime vient bouleverser les relations entre les membres du groupe. Solidaires, parfois au-delà du raisonnable, les sportifs font bloc autour de leur copain pourtant interprété avec une bonne dose d’ambiguïté par un Jean-Louis Trintignant magistral de rouerie.

Toutefois, le personnage le plus intéressant est de loin celui incarné avec panache par Claude Brasseur. Effectivement, ce flic se laisse tout d’abord abusé par cette amitié qu’il considère comme essentielle dans son existence, puis les différents éléments de l’enquête l’amènent à reconsidérer cette relation. Et si le personnage de Jean-Louis Trintignant avait tout manigancé afin de commettre le crime parfait ? La grande intelligence du script est de ne pas donner de réponse claire à cette question. Ainsi, le film se termine sur une scène de rupture très forte, mais qui n’apporte pas de réponse au spectateur qui choisira la fin qu’il préfère.

Un film injustement oublié

C’est justement cette ambiguïté préservée qui fait tout le sel de ce long-métrage intéressant de bout en bout, même si on peut lui reprocher quelques petites longueurs et parfois des flottements dans la caractérisation des personnages secondaires. On ne peut que saluer le travail formidable des comédiens, que ce soit les deux stars ou bien des pointures venues du théâtre comme Jean-Paul Roussillon ou Patrice Kerbrat. La participation de Jean Carmet en coupable parachuté est également un bonus appréciable.

Sorti au mois de novembre 1981, Une affaire d’hommes a fait face à une rude concurrence durant ce mois très chargé. Il n’a pas nécessairement atteint tout son potentiel en attirant 540 941 spectateurs dans les salles françaises. Pourtant l’écho fut globalement positif, ce qui a permis au film de recevoir une nomination au César de la meilleure première œuvre en 1982. Par la suite, il a été exploité en VHS, mais s’est retrouvé étrangement privé de sortie DVD. Il est désormais possible de le visionner sur différentes plates-formes de streaming, histoire de profiter à nouveau de cette étrange histoire d’amitié toxique.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 11 novembre 1981

Voir le film en VOD

Une affaire d'hommes, l'affiche

© 1981 Albina Productions S.a.r.l. – Cinédéal – Films A2 / Affiche : Vanni Tealdi (affichiste) – Intervenir (agence). Tous droits réservés.

Trailers & Vidéos

x