Roland Giraud

Acteur
Affiche française de 3 hommes et un couffin

Personal Info

  • Nationalité : Français
  • Date de naissance : 14 février 1942 à Rabat (Maroc)

Biographie

Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Roland Giraud appartient au patrimoine de la comédie française.

Après des cours de théâtre dans les années 60, il entre dans la troupe de Coluche, au Café de la Gare, et se rapproche du Splendid dans les années 70.

Son premier rôle de cinéma important, il l’obtient dans la comédie en costumes Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine de Coluche (1977).

Né pour faire rire

Il va alors poursuivre une carrière de comique avec une vingtaine de rôles plus ou moins importants dans Le roi des cons, Le maître d’école, Elle voit des nains partout, Papy fait de la résistance, Signes extérieur de richesse ou encore Tranches de vie.

Ses deux films pivots : Vive les femmes ! Trois hommes et un couffin

Deux films accélèrent considérablement sa carrière : Vive les femmes ! de Claude Confortès, dont il est l’acteur masculin principal. L’adaptation de Reiser dépasse les deux millions d’entrées. Mais c’est surtout Trois hommes et un couffin, qui fait de lui une vedette des années 80. Cette comédie sociétale vire au phénomène de société et finit sa carrière au-dessus des 10 millions d’entrées, malgré une absence de casting bankable. Le film Coline Serreau, sorti en 1985, met également en scène Michel Boujenah et André Dussolier dans les deux autres rôles paternels.

Un acteur bankable

Pour Giraud, plus rien ne sera comme avant et désormais les films se montent sur son seul nom : Tant qu’il y aura des femmes de Didier Kaminka, Le Complexe du Kangourou de Pierre Jolivet, L’invité surprise et La vie dissolue de Gérard Floque, de George Lautner, Sans peur et sans reproche de Gérard Jugnot. A l’aube des années 90, ses rôles deviennent moins nombreux à l’écran et il tourne de très mauvais films chez Christian Gion (Le provincial, Sup de Fric).

Quelques essais dans d’autres genres

Alors qu’il s’était essayé au polar (Cross, avec Michel Sardou, 1987) et un cinéma d’auteur plus abouti (Vaudeville et Corentin ou les infortunes conjugales de Jean Marbœuf), sa carrière décline considérablement pendant les années 90 où la télévision prend le relais comme gagne-pain. Ses apparitions dans Quatre garçons plein d’avenir de Jean-Paul Lilienfeld et Bon plan de Jérôme Lévy, sont oubliées.

La suite de Trois hommes et un couffin, 18 ans après, vire au vinaigre, en 2003. Et il ne connaîtra plus le succès sur le grand écran qu’en 2013 avec La cage dorée de Ruben Alves, et surtout, en 2018, avec Les vieux fourneaux de Christophe Duthuron. Une belle revanche.

Comédien de théâtre, il n’a pas déserté les planches durant les années 90 et 2000, malgré le drame qui frappa sa famille, à savoir l’assassinat de sa fille en 2004, qui bouleversera son existence.

Frédéric Mignard

Affiche de Vive les femmes par Reiser

© Reiser

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
Affiche française de 3 hommes et un couffin

Bande-annonce de Simple mortel

Acteur

x