Tron l’héritage : le dossier sur le film (2011)

Science-fiction | 2h25min
Note de la rédaction :
10/10
10
Affiche française de Tron l'héritage

  • Réalisateur : Joseph Kosinski
  • Acteurs : Garrett Hedlund, Jeff Bridges, Michael Sheen, Olivia Wilde
  • Date de sortie: 09 Fév 2011
  • Année de production : 2010
  • Nationalité : Américain
  • Titre original : Tron Legacy
  • Titres alternatifs : Трон: Наследие (Russie), Tron: O Legado (brésil, Portugal), TRON: El legado (Mexique), Tron: Dziedzictwo (Pologne), Anh hùng Tron (Vietnam), TRON: Mostenirea (Roumanie)...
  • Scénaristes : Edward Kitsis (+ histoire), Adam Horowitz (+ histoire), Brian Klugman (histoire), Lee Sternthal (histoire)
  • D'après les personnages crées par : Steven Lisberger, Bonnie MacBird
  • Directeur de la photographie : Claudio Miranda
  • Monteur : James Haygood
  • Compositeur : Daft Punk
  • Producteurs : Sean Bailey, Steven Lisberger, Jeffrey Silver
  • Sociétés de production : Walt Disney Pictures
  • Distributeur : The Walt Disney Pictures France
  • Distributeur reprise :
  • Date de sortie reprise :
  • Editeur vidéo : Disney
  • Date de sortie vidéo : 9 juin 2011 (DVD, blu-ray, Collector Fnac)
  • Box-office France / Paris-Périphérie : 1 215 956 entrées / 310 845 entrées
  • Box-office nord américain / monde : 172 062 763 $ / 400 063 852 $
  • Budget : 170 000 000$
  • Rentabilité :
  • Classification : Tous publics
  • Formats : 2.39 : 1, certaines scènes en 70mm Imax et Digital Imax / Couleurs (35mm, 70mm, Imax, D-Cinema, 3D) / DTS, Dolby Digital, SDDS, Dolby Surround 7.1, Sonics-DDP
  • Festivals et récompenses : 1 nominations aux Oscars 2012 (Son), 1 nomination aux Grammy Awards 2012 (musique), 6 nominations aux Saturn Awards 2012 dont deux prix (Meilleur acteur, Meilleure Production Design), Meilleure musique pour un film de science-fiction aux International Film Music Critics Award 2011, 1 nomination aux Teen Choice Awards pour la révélation féminine...
  • Illustrateur / Création graphique : © BLT Communications, LLC. Tous droits réservés / All rights reserved
  • Crédits : © Disney Enterprises, Inc. Tous droits réservés / All rights reserved
  • Franchise : Deuxième segment du diptyque Tron
Note des spectateurs :

Tron l’héritage de Joseph Kosinski est l’un des plus gros paris de l’empire Disney qui a voulu y croire après des années de tergiversations. Le résultat d’une demi décennie de développement est un trip visuel froid et désincarné qui tire vers l’émotion contemplative. La peinture numérique est déroutante, voire fascinante, érigeant le jeu vidéo en art à part entière. Une page de l’histoire technologique du 7e art que le monde découvrit en pleine mode de la 3D relief.

Synopsis :  Sam Flynn, 27 ans, est le fils expert en technologie de Kevin Flynn. Cherchant à percer le mystère de la disparition de son père, il se retrouve aspiré dans ce même monde de programmes redoutables et de jeux mortels où vit son père depuis 25 ans. Avec la fidèle confidente de Kevin, père et fils s’engagent dans un voyage où la mort guette, à travers un cyber univers époustouflant visuellement, devenu plus avancé technologiquement et plus dangereux que jamais…

Tron l'héritage dans les rues de Paris

Promotion de Tron l’héritage dans les rues de Paris. Photo © Frédéric Mignard

Critique : En 2009, il était fréquent d’entendre qu’Avatar était une révolution technologique. Quelques rares voix étaient plus réservées. L’histoire était banale et sans la 3D, les effets spéciaux paraissaient terre-à-terre. Dans un monde pro-Cameron, la remarque peut encore aujourd’hui agacer, mais on assume préférer l’univers froid et branché de Tron l’héritage à celui bleu et vert kitsch du luxuriant classique de James Cameron. Le box-office mondial tranchera en faveur du postulat écolo du réalisateur de Titanic. On vous l’accordera.

Tron l’héritage, couleurs primaires et tertre dystopique de stérilité

Tron l’héritage est donc la suite tardive de Tron, œuvre précurseur qui plongeait le spectateur dans l’univers monochrome des jeux vidéo. Ce fleuron des technologies informatiques et graphiques sortait en 1982 et n’appelait pas à un second chapitre. D’ailleurs, il n’est pas nécessaire d’avoir vu le premier volet pour apprécier les valeurs du second épisode, pourtant en lien direct avec l’original de par la présence d’un personnage commun, celui joué par Jeff Bridges, Kevin Flynn.

Vingt ans après la disparition de Kevin Flynn, son fils, Sam Flynn, reçoit un message de celui-ci provenant d’un vieil ordinateur secret et se retrouve happé dans un monde virtuel, celui de Tron. Un royaume high tech, obscur, privé de soleil et de couleurs autres que primaires. Un tertre de stérilité.

Garrett Hedlund dans Tron l'héritage

Garrett Hedlund dans Tron l’héritage © Disney Enterprises, Inc. All Rights Reserved.

Tron l’héritage est le film que la critique de son temps a aimé débrancher. Désincarné, dépourvu de toute empathie à l’égard de personnages qui peinent à exister, glacial comme le monde virtuel tant décrié des jeux vidéos… le concept que d’aucuns qualifieraient de geek, d’essentiellement masculin, destiné aux apôtres du monde éthéré d’Apple, est aux antipodes des univers humains du blockbuster traditionnel.

Le pixel plus fort que le mot

Evidemment dans pareil univers, il est délicat d’y faire naître des sentiments, si ce n’est peut-être celui de l’ennui poli face à une intrigue quelque peu absconse pour les non-initiés qui considèrent le mot plus fort que le pixel. Pourtant, pour ceux qui érigent l’aspect contemplatif du cinéma comme un art, il n’est pas impossible de se laisser totalement captiver par les prouesses technologiques de ce spectacle à l’écrin spectral.

Macrocosme de fluidité, de couches de transparence qui se chevauchent, de lignes et de courbes en perpétuelles évolutions, d’infinies désolations et de ténèbres crépusculaires où une nouvelle humanité serait en état de gestation, le microcosme cinématographique dépeint par Joseph Kosinski (Oblivion, Top Gun Maverick), pour son premier long métrage, est un no man’s land mélancolique, où le spectateur contemple ses fantasmes d’incarnation 2.0 par l’image de cinéma. On peut y être sensible jusqu’à pardonner les nombreux défauts scénaristiques ou au contraire s’évertuer à souligner les imperfections jusqu’à en oublier l’incroyable audace visuelle d’un projet pharaonique de 170M$ sûrement trop en avance sur son temps.

Au vu de la radicalité esthétique, conscient de l’impossible consensus, on choisit son camp. Dans notre cas, on exulte, on se laisse transporter par sa cohérence esthétique portée de façon exponentielle par la bande originale de Daft Punk, l’une des plus belles symphonies de cinéma jamais composées, même si elle ne fut même pas nommée aux Oscars. On étanchera sa soif de réflexion et caractérisation des personnages dans des œuvres plus canoniques aux intentions moins primitives. Tron l’héritage replace l’homme dans sa caverne à l’aube de la révolution numérique.

Jeff Bridges et Tron l'héritage dans le métro parisien

Jeff Bridges et Tron l’héritage dans le métro parisien – Photo © Frédéric Mignard

Jalon technologique que nous avons vu dans toutes les conditions atmosphériques à sa sortie, d’une salle de projection de presse, au Grand Rex, en passant par l’Imax 3D, Tron l’héritage est une expérience sensorielle inoubliable à l’immersion unique. Oblivion et Top Gun Maverick reprendront bien des qualités du film dans des contextes narratifs autres, notamment son sens de l’emphase musicale et des envolées stellaires.

Une œuvre visionnaire en avance sur son époque

Joseph Kosinski, génie maudit de son temps, n’allait vraiment trouver le succès qu’il mérite que dix ans plus tard, avec le phénomène Top Gun 2, dont on entend trop souvent dire qu’il ne s’agit que d’une œuvre de Tom Cruise. Le parallèle jusqu’à la thématique de la filiation avec Tron l’héritage nous démontre néanmoins le contraire. L’une des différences revient peut-être davantage à la présence charismatique de Tom Cruise dans le film de 2022 quand le jeune casting de Tron 2 (Garrett Hedlund et Olivia Wilde) paraissait plus monotone, en tout cas moins « cool » et « fun ».

Pour le reste, Tron l’héritage est probablement l’une des œuvres les plus sous-estimées de son époque, monument d’une décennie qui n’a pas su être à la hauteur de ses ambitions visionnaires.

Frédéric Mignard

Sorties de la semaine du 9 février 2011

Tron l'héritage, l'affiche

© 2010 Walt Disney Pictures

Marketing

Exclu : Tron l’héritage, les huit premières minutes dévoilées à la presse

Et si le nouveau Tron était tout simplement la prochaine révolution technologique au cinéma? Retour sur la projection des huit premières minutes de Tron l’héritage dévoilées plusieurs mois en amont de la sortie du film, par l’équipe marketing de Disney, confiante face à la révolution qu’elle avait entre les mains.

Archives : Le département marketing de Disney a dévoilé à la presse française huit minutes exclusives de Tron l’héritage, (déjà proposées au public du Comic Con en juillet), ainsi qu’une démo du jeu vidéo Tron : l’évolution.

Tron l'héritage, affiche personnage James Bridges

Design BLT Communications, LLC © 2010 Disney Enterprise, Inc. All Rights Reserved.

L’équipe Disney a posé immédiatement les enjeux, osant la comparaison avec Matrix et Avatar. Présomptueux? Pas forcément au vu de l’extrait ; les progrès technologiques sont foudroyants ! Trop peut-être pour le grand public, qui a l’image du premier opus qui dérouta par ses innovations en son temps, pourrait bien désarçonner ceux qui ont besoin d’un minimum d’arrière-plan terrestre pour s’enraciner dans la narration..

Les premières images dévoilent ainsi tout le talent du jeune génie des technologies, Joseph Kosinski, qui, avec un petit teaser offrant un aperçu de ses talents, a convaincu Disney de lui confier le chantier d’une cathédrale cinématographique de 170 millions de dollars. Le créateur semble ringardiser immédiatement le dernier James Cameron, qui, osons le dire, n’a jamais su se débarrasser d’une imagerie terrestre peu visionnaire.

Tron l'héritage, affiche personnage

Design : Proof. © 2010 Disney Enterprise, Inc. All Rights Reserved.

Le segment de huit minutes offert à la curiosité des journalistes en 2D est fulgurant d’innovations visuelles, offrant probablement l’une des plus belles fluidités d’image jamais vue à l’écran.

Se situant à un quart d’heure du début du métrage, on peut y découvrir le jeune héros, Sam Flynn, fils du concepteur du jeu vidéo Kevin Flynn, joué par Jeff Bridges, héros du film de 1982, propulsé dans un monde en 3D après avoir découvert l’antre de son père disparu.

Esthétiquement et numériquement, ce qui nous a été proposé (on ne fera part que de notre enthousiasme vis-à-vis des effets spéciaux, puisqu’il est évidemment impossible de se faire une idée du récit et des personnages) explose tous les critères contemporains, déployant un nouvel univers de science-fiction visionnaire, complètement épuré, où tout est effet spécial, transparent, harmonieux et particulièrement sombre.

Très impressionnante, la musique des Daft Punk occupe une place centrale, rendant hommage aux grands scores épiques du 7ème art, avec la fibre électronique du duo français. S’assimilant aux sons de Zimmer pour Inception, la musique émeut immédiatement par son ampleur et se contorsionne dans ses courbes, boucles et apogées, osant flirter souvent avec le pompeux délicieux. A la vente chez EMI dès la fin du mois de novembre, l’intégralité de cette bande originale singulière signe déjà notre impatience.

Tron l'héritage, affiche personnage Garrett Hedlund

Design : Proof © 2010 Disney Enterprise, Inc. All Rights Reserved.

Confiant et exalté, le département marketing de Disney a révélé l’imposant dispositif promotionnel et les produits dérivés qui accompagneront la mise sur orbite. On a pu découvrir les affiches, couvertures de livres – qui sortiront en janvier -, mais aussi les visuels des jeux vidéo. Sur toutes les plateformes, Disney entend révolutionner la PS3 avec la technologie Playstation Move. Egalement disponible sur Xbox, le jeu Tron Evolution fera le pont entre le classique des années 80 et cette suite impensable, d’où un titre différent de celui que porte le film. Il visera un public de plus de 15 ans. Les plus jeunes disposeront d’un autre jeu sur Wii et DS. Ils apparaîtront en France dans le commerce 6 jours avant le long métrage, le 3 février 2011, puisque l’on découvrira le film seulement le 9 février prochain.

Extrêmement encourageant face au produit fini, Disney prépare également une série d’animation pour la télévision qui sera proposée sur le chaîne DisneyXD au printemps 2012. Sans oublier une mini série TV (toujours en 2012), un jeu massivement multijoueur et la possibilité d’une attraction dans les parcs à thèmes du groupe.

Alors que le blu-ray de est d’ores et déjà prévu pour juin 2011 et devrait gonfler les ventes de téléviseurs 3D, un troisième segment devrait se monter en fonction des résultats du sequel dans les cinémas mondiaux, entre décembre et février. Et honnêtement, si le reste du métrage est du niveau des quelques images proposées, le succès sera probablement un triomphe générationnel. Mais ne mettons pas le box-office avant la sortie même film, celui-ci n’ayant même pas connu sa première authentique projection de presse, prévue pour la fin de l’année, après notamment une première mondiale à Tokyo qui se tiendra le 30 novembre.

Frédéric Mignard

Tron l'héritage, affiche 4X3

© 2010 Disney Enterprise, Inc. All Rights Reserved.

Box-office :

Tron l’héritage est aussi le récit d’une déception. Finalement, pas à la hauteur des attentes de son distributeur qui ne produira jamais de suite, malgré l’appel du pied du cinéaste Joseph Kosinski et de la communauté de fans, le sequel prouva qu’une suite tardive d’un film daté et oublié était un pari que même Disney ne pouvait mener à bien.

Tron 3 n’aura jamais lieu. Il faut dire que dans les années 2010, Disney, échaudé par les échecs monumentaux de titres non franchisés comme A la poursuite de demain ou John Carter, décidera de cesser de prendre des risques pour se focaliser sur des blockbusters estampillés Pixar, Marvel ou LucasFilms.

Retour sur investissement nul

Avec un budget de 170 millions de dollars, Tron l’héritage ne sera pourtant pas un échec flagrant. Le film réalisera 172M$ sur son sol, avec un démarrage à 44M$ lors du week-end du 17 décembre 2010 et des recettes plutôt stables pendant les fêtes de fin d’année. Mais pour le studio, le marketing fut coûteux, l’implication énorme et l’enthousiasme des critiques et du public n’était vraiment pas à la hauteur de l’événement escompté.

A l’international, Tron l’héritage trouvera néanmoins 228M$ supplémentaires pour achever sa carrière internationale à 400M$.

Carrière internationale sans emphase

C’est au Japon, pays amouraché des nouvelles technologies où la première mondiale se tiendra, que le concept passera le mieux avec 25M$ de recettes. La Russie suivra (21M$), suivie de la Chine (18M$). En Europe, la déception est de mise au Royaume-Uni (16M$) où ce type de blockbuster cultive les records. La France est le 8e marché mondial, derrière l’Allemagne, l’Australie et le Mexique (tous trois à 11M$). Tron l’héritage ne récoltera que 11 549 298$ sur le sol français. On notera, fait rare, que la France fut l’ultime marché où le film ouvra puisque l’épopée de science-fiction s’affichera dans les cinémas de la planète à partir du 17 décembre, et sortira essentiellement en 2010 entre cette date et le 30 décembre.

Tron l'héritage, couverture 20 minutes

© 2010 Disney Enterprise, Inc. All Rights Reserved.

The Walt Disney Company France décida d’occuper la case des vacances d’hiver considérant la période de Noël comme trop chargée pour profiter réellement du potentiel de cette suite difficile à vendre. Il est vrai qu’à Noël, il lui aurait fallu composer avec Harry Potter et les Reliques de la mort, Raiponce, un produit maison, Narnia 3, Megamind de Dreamworks, Mon beau-père et nous

Le 9 février, Tron l’héritage est finalement proposé en France quand l’Amérique envisage déjà la sortie vidéo pour avril. Le piratage est déjà à l’œuvre. Une semaine plus tôt, Rien à déclarer de Dany Boon et Le discours d’un roi de Tom Hooper connaissaient des triomphes. Le jour de sa sortie Tron doit aussi compter sur la concurrence du chef d’œuvre du cinéma d’auteur Black Swan de Darren Aronofsky.

Sur Paris 14h, en pleines vacances, le film laisse à désirer : 1 690 spectateurs dans une combinaison pas forcément formidable de 19 salles contre 3 638 curieux dans 27 salles pour Black Swan. Le film d’animation de Metropolitan FilmExport Animaux & Cie lui fait même une active concurrence avec 1 620 spectateurs dans 15 cinémas seulement.

Tron l'héritage, photo Fnac Champs Elysées

© Frédéric Mignard

Une sortie trop tardive en France

A l’échelle française, Tron l’héritage peut compter sur un circuit plus dense que les autres nouveautés, avec 569 écrans. Son premier jour de 54 671 spectateurs le laisse toutefois deuxième des sorties, derrière les 89 405 entrées de Black Swan dont les 300 copies démontrent toutefois une petite avance parisienne.

Aussi, Tron l’héritage n’obtiendra jamais la première place qu’un blockbuster se doit d’attendre. Pis, il échoue en 4e place, avec 475 032 spectateurs, derrière Rien à déclarer (1 779 974 entrées pour sa seconde semaine), Black Swan (714 315) et Le discours d’un roi (508 512).

Où le voir sur Paris?

En première semaine, Tron Legacy peut être vu dans 19 cinémas en intra-muros : le Gaumont Champs Elysées, l’UGC George V, le Gaumont Opéra, le Max Linder Panorama, le Rex, le MK2 Odéon, l’UGC Ciné Cité les Halles, l’UGC Ciné Cité Bercy, le MK2 Gambetta, le Bretagne, le Gaumont Parnasse, l’UGC Montparnasse, le Gaumont Alésia, le Gaumont Convention, le Gaumont Aquaboulevard, le MK2 Bibliothèque, le MK2 Quai de Scène-Loire, le Gaumont Gobelins, le Pathé Wepler. Tous les sites le proposent en 3D, technologie avec laquelle il a effectivement été réalisé, et en version originale, à l’exception de quelques séances en VF au Wepler de la Place Chichy.

Coffret Collector Fnac de Tron l'héritage

© 2012 Disney

Il obtient ses meilleurs scores au Ciné Cité les Halles (8 712), puis en banlieue au Gaumont Disney Village (6 647), le Pathé Belle Epine (6 232), l’UGC Rosny (5 729) ou le Pathé Quai d’Ivry où l’Imax lui permet d’attirer 5 599 amateurs de technologies percutantes.

Après les vacances d’hiver, la fonte des entrées

Si la production Disney fait illusion en semaine 2 grâce aux vacances (321 910 entrées, -32%), voire en semaine 3 (203 230, -37%), elle s’effondre irrémédiablement sous les 100 000 entrées en 4e semaine (84 000, -58%). Les vacances achevées et la chute bien entamée, les exploitants se séparent du film en nombre en semaine 5, puisque ce sont 168 écrans que la suite de Tron perd, soit un gadin de 69% de sa fréquentation.

Tron l’héritage achèvera son périple à 1 217 186 spectateurs, ce qui sera un peu moins qu’Oblivion du même cinéaste, avec Tom Cruise, en 2013 (1 331 599). C’est en revanche mieux que le premier film qui n’avait séduit que 900 000 spectateurs au début des années 80.

Tron, un film pour le home cinéma

C’est à Belleville dans la rue Denoyer, bien connue des graffeurs, que Disney a organisé un happening artistique pour préparer la sortie vidéo de Tron l’héritage. Tony Summerskill a pour l’occasion réalisé une gigantesque fresque de 40 mètres carré à l’image du film. Déjà, durant l’hiver, un évènement semblable avait eu lieu à Londres pour préparer la sortie en salle. Le mariage d’un art souterrain et du mercantilisme.

Malgré un semi-échec en France, le film trouvera les faveurs d’un coffret collector luxueux à la Fnac, d’un blu-ray 3D, et restera pour beaucoup de fans une expérience sensorielle unique. Tron sera plutôt performant dans ses ventes vidéo, avec pas moins de 61M$ récoltées aux USA, avec un avantage pour le format blu-ray qui lui était plus favorable. En France toutefois, la déception est de mise, la superproduction ne réussissant même pas à se hisser dans le top 20 des meilleures ventes. Même l’improbable John Carter déboulera en première position quelques semaines après.

Frédéric Mignard

Tron l'héritage, en Imax 3D

© 2010 Disney Enterprise, Inc. All Rights Reserved.

Tron l’héritage : la musique des Daft Punk

Dix jours avant la sortie de Tron Legacy aux USA et sur la plupart des marchés mondiaux, EMI et Walt Disney Records lancent la bande originale du film. Un événement qui consacre un peu plus le duo français Daft Punk à l’échelle planétaire moins de 3 ans avant leur album phénomène interplanétaire Random Access Memories.

Le duo y confirme son intérêt pour le cinéma après le film de science-fiction Daft Punk’s Electroma qu’ils avaient réalisé en 2006.

L’album de 24 morceaux, en pleine vague des titres MP3 à acheter sur Itunes et autres plateformes concurrentes, se pare de morceaux supplémentaires à l’occasion de différents supports, en plus du vinyle qui sera un bel objet collector. On compte notamment un CD en édition limitée comprenant un disque supplémentaire, comprenant des matériaux collectors.

Walt Disney Records proposera par la suite un album remix du projet judicieusement intitulé Tron Legacy R3configur3d, disponible en CD, MP3, mais aussi en vinyle, dès le 4 avril 2011, pour relancer l’intérêt autour du film lors de sa sortie en vidéo aux USA. En voici ses morceaux.

1. The Glitch Mob – Derezzed
2. M83 VS Big Black Delta – Fall
3. The Crystal Method – The Grid
4. Teddybears – Adagio for Tron
5. Ki:Theory – The Son of Flynn
6. Paul Oakenfold – C.L.U.
7. Moby – The Son of Flynn
8. Boys Noize – End of Line (Boys Noize Remix)
9. Kaskade – Rinzler
10. Com Truise – Encom Part 2
11. Photek – End of Line
12. The Japanese Popstars – Arena
13. Avicii – Derezzed
14. Pretty Lights – Solar Sailer
15. Sander Kleinenberg – TRON Legacy (End Titles)

Longtemps indisponible, à l’exception de ressortie en éditions limitées (galettes bleus…), le 33 tours ressort en 2022 avec des morceaux bonus (Sea of Simulation, Encom Part 2 & 1, Round One, Castor, Reflections, Sunrise Prelude). Parallèlement, Walt Disney Records propose l’intégralité des morceaux en streaming, soit 31 titres. Un événement qui ne passe pas inaperçu quand la planète électro compte désormais neuf années sans nouvel album de Daft Punk qui se sont par ailleurs séparés en février 2021.

Daft Punk, qui fait une apparition remarquée en DJs dans le long métrage de Joseph Kosinski, propose en single le titre Derezzed qui fera une apparition dans les ventes de singles, en 81e place en France, et trouvera même sa place dans différents hit parades américains.

Véritable monument symphonique et électronique, le score du blockbuster Disney s’oriente vers les sommets mélodiques et mélancoliques d’Hans Zimmer. On remarque même une certaine ressemblance avec certains morceaux d’Inception que sortait Christopher Nolan quelques mois plus tôt, notamment pour le morceau Fall.

L’esthétique de Tron l’héritage laissera une empreinte sur le cinéma de son époque et en particulier le monde publicitaire. Sa musique sera d’une influence toute aussi colossale devenant l’une des B.O. les plus achetées de la décennie 2010. Elle parviendra à la 25e position des ventes d’album à sa sortie. Aux USA, l’album atteint la première place des ventes d’album électroniques. A la fin de l’année 2021, à l’occasion de l’anniversaire du film et la ressortie en vinyle limité bleu et transparent, Daft Punk retrouve cette première place.

Les 15 meilleurs morceaux de Tron l’héritage

  1. Disc Wars
  2. Tron Legacy End Titles
  3. Recognizer
  4. The Grid
  5. Solar Sailer
  6. Sea of Simulation
  7. Fall   
  8. Outlands, Part II
  9. Rinzler
  10. Derezzed
  11. Arena
  12. End of Line
  13. Castor
  14. Rectifier
  15. Reflections

Frédéric Mignard

Tron l'héritage par Daft Punk, la bande-originale

© Walt Disney Records

Trailers & Vidéos

trailers
x
Affiche française de Tron l'héritage

Bande-annonce définitive de Tron l'héritage

Science-fiction

x