Matrix Resurrections : la critique du film (2021)

Action, Science-fiction | 2h28min
Note de la rédaction :
3/10
3
Matrix Resurrections, affiche

  • Date de sortie: 22 Déc 2021
  • Nationalité : Américain, Australien
  • Titre original : The Matrix Resurrections
  • Titres alternatifs : La matrice: Résurrections (Québec) / Matrix: Zmartwychwstania (Pologne) / Matrix resurrecciones (Mexique) / Mátrix: Feltámadások (Hongrie)
  • Année de production : 2021
  • Scénariste(s) : Lana Wachowski, Aleksandar Hemon et David Mitchell
  • Directeur de la photographie : John Toll
  • Compositeurs : Johnny Klimek et Tom Tykwer
  • Société(s) de production : Village Roadshow Pictures, Warner Bros. et NPV Entertainment
  • Distributeur : Warner Bros.
  • Éditeur(s) vidéo : Warner Bros. Entertainment France (DVD, blu-ray, 4K UHD, 2022)
  • Date de sortie vidéo : 21 avril 2022
  • Box-office France / Paris-périphérie : 972 644 entrées / 258 564 entrées
  • Box-office nord-américain / Monde : 37,6 M$ / 157,2 M$
  • Budget : 190 M$
  • Classification : Tous publics
  • Formats : 2.39: 1 / Couleurs (DCP Digital Cinema Package) / Son : Dolby Atmos, Dolby Surround 7.1
  • Festivals et récompenses : BAFTA Awards 2022 : 1 nomination pour les meilleurs effets visuels / Golden Schmoes Awards 2022 : Prix de la plus grosse déception de l'année
  • Illustrateur / Création graphique : WORKS ADV
  • Crédits : Warner Bros.
  • Franchise : 4ème volet de la saga Matrix
Note des spectateurs :

Matrix Resurrections est assurément l’épisode de trop qui ne se justifie jamais tant il se borne à copier le premier sans en retrouver la saveur originelle. Du cinéma opportuniste parfaitement déplaisant.

Synopsis : Pour savoir avec certitude si sa réalité propre est une construction physique ou mentale, et pour véritablement se connaître lui-même, M. Anderson devra de nouveau suivre le lapin blanc. Et si Thomas… Neo… a bien appris quelque chose, c’est qu’une telle décision, quoique illusoire, est la seule manière de s’extraire de la Matrice – ou d’y entrer… Bien entendu, Neo sait déjà ce qui lui reste à faire. Ce qu’il ignore en revanche, c’est que la Matrice est plus puissante, plus sécurisée et plus redoutable que jamais. Comme un air de déjà vu…

Matrix Réactivation

Critique : Depuis maintenant quelques années, la mode est au requel qui est la contraction de plusieurs termes comme reboot, remake et sequel. Il s’agit pour les studios de relancer une franchise éteinte depuis plusieurs années en convoquant d’anciennes gloires à reprendre leur rôle au cœur d’une intrigue qui introduit de nouveaux personnages, tout en essayant de reproduire l’alchimie du premier opus. Parmi eux, on peut citer Star Wars Episode 7 : le réveil de la Force (Abrams, 2015), plus récemment la nouvelle trilogie Halloween avec Jamie Lee Curtis ou encore le Scream de 2022.

Matrix passe donc à sa tour à la moulinette des grands studios pour un quatrième volet intitulé Matrix Resurrections (2021). Alors que les sœurs Wachowski ont toujours déclarées être satisfaites de leur trilogie du début des années 2000, voici que Lana Wachowski trahit sa parole et se lance en 2019 dans la conception d’un quatrième volet qui souhaite revenir aux sources de la saga, tout en propulsant la franchise dans l’avenir, selon ses propres dires. On notera d’ailleurs que sa sœur Lilly a passé son tour, préférant tourner des épisodes pour la série télévisée Work in Progress. Bien lui en a pris.

Matrix Duplication

Cela fait déjà plusieurs années que l’on n’attend plus vraiment grand-chose des Wachowski, même si on doit leur reconnaître une patte, un univers singulier qui leur est propre. Malheureusement, tous les défauts de leurs précédentes productions se retrouvent démultipliées dans ce quatrième épisode qui tourne totalement à vide et apparaît ainsi comme une pure opération commerciale d’un cynisme même pas dissimulé. Ainsi, la première demi-heure de Matrix Resurrections opte pour une ironie méta qui ne fonctionne jamais. Les personnages ne cessent d’évoquer dans les dialogues la trilogie Matrix – ici censée être un jeu vidéo développé par Néo – et la volonté de créer un quatrième volet qui reviendrait aux sources de la saga. Cette mise en abyme n’est guère finaude et tente de masquer maladroitement une évidence : le script de ce nouvel épisode calque tout bonnement et simplement celui du premier Matrix.

On comprend rapidement que les anciens personnages joués par Keanu Reeves et Carrie-Anne Moss ne se souviennent plus de leurs aventures hors de la Matrice. Il s’agit donc pour les scénaristes de reprendre une par une les étapes qui mènent le duo à sa propre libération. Mais en bon requel, le métrage oublie d’inventer quoi que ce soit et s’évertue à recopier les passages les plus marquants du premier épisode. Pire, en incluant dans les séquences des extraits des anciens films, Lana Wachowski se tire une balle dans le pied et laisse apparaître au grand jour la médiocrité du nouvel épisode, comparé aux précédents.

Matrix Autodestruction

Souffrant d’un rythme mal orchestré, les deux heures et trente minutes de Resurrections passent très lentement. On y trouve quelques scènes d’action et fusillades qui n’ont jamais la grâce des films précédents. Lana Wachowski use même de ralentis particulièrement disgracieux, soulignant son incapacité à chorégraphier l’action de manière lisible. Esthétiquement laid car marqué par une colorimétrie kitsch, ce nouveau Matrix pâtit également d’un jeu médiocre de l’ensemble du casting. Keanu Reeves n’a jamais été si mauvais, Carrie-Anne Moss n’a rien à jouer et les petits nouveaux Yahya Abdul-Mateen II et Jonathan Groff font respectivement pitié en Morpheus et Agent Smith. Ils n’ont effectivement jamais le charisme nécessaire à ces deux rôles majeurs.

Vide de sens, toujours dans la redite, le bégaiement, voire le radotage sénile, Matrix Resurrections fait vraiment peine à voir et enterre à lui tout seul toute envie de voir se prolonger la saga au-delà de ce faux pas lamentable. Et ce n’est pas la scène post-générique – visiblement devenue un passage obligé des blockbusters depuis les Marvel – qui nous fera regretter l’échec public de ce navet à 190 millions de dollars.

Matrix Annihilation

Le bousin a de toute façon été sabordé par Warner lors de la sortie américaine, puisque le film était proposé à la fois dans les salles et sur la plateforme HBO Max. Une stratégie qui s’est révélée catastrophique pour les exploitants de salles puisque Matrix Resurrections n’a engrangé que 37,6 millions de dollars dans les cinémas. On est ici à des années-lumière des 139,2 millions générés par le troisième opus, considéré à l’époque comme une petite déception.

En France, Matrix Resurrections est sorti durant les fêtes de Noël 2021, mais le film n’a jamais réussi à convaincre les jeunes de s’y rendre, très occupés à faire un triomphe au tout aussi médiocre Spider-Man : No Way Home (Watts, 2021) et, la même semaine de sa sortie, à Tous en scène 2. Question de génération. Le premier jour de sa sortie, le quatrième volet a attiré dans les salles 92 105 nostalgiques, alors que la saga n’était jamais descendue en-dessous des 249 000 entrées pour chaque lancement d’un film de la saga en 24 heures. Un signal qui a alerté plus d’un exploitant sur le funeste destin de cet opus.

Durant sa deuxième semaine d’exploitation française, les entrées ont chuté de 47%, signe d’un désaveu du public pour un segment totalement raté. Matrix Resurrections finit sa carrière en-dessous du million avec 972 644 clients déçus sur toute la France. Pour mémoire, les précédents volets n’ont jamais performé à moins de 3,5 millions d’entrées. Certes, le contexte général était différent, mais nul doute que la médiocrité du produit et sa ringardise n’ont aucunement aidé.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 22 décembre 2021

Acheter le film en 4K UHD

Voir le film en VOD

Matrix Resurrections, affiche

© Warner Bros Pictures

Biographies +

Lana Wachowski, Yahya Abdul-Mateen II, Lambert Wilson, Chad Stahelski, Keanu Reeves, Jessica Henwick, Neil Patrick Harris, Jada Pinkett Smith, Carrie-Anne Moss, Jonathan Groff

Trailers & Vidéos

x