Box-office France – Semaine du 4 au 10 septembre 2010.

Dans ce classement de rentrée sans emphase, au moins un gagnant tire son épingle du jeu, Alban Ivanov que l’on retrouvera bientôt chez Nakache et Toledano.

Affiche Andy de Julien Weill
© Photo Anne tilly

Les élèves ont repris leur cursus scolaire et logiquement La vie scolaire demeure en tête, avec 322 000 pions dans 481 salles. Pour Mehdi Idir et Grand Corps Malade, le succès est patent, puisque la comédie scolaire a déjà fait l’appel auprès de 807 000 jeunes.

Inséparables, meilleure moyenne par salle de la semaine

Dans un marché sans locomotives et dépourvu de sorties imposantes, la seconde place est encore une comédie française interprété par l’acteur Alban Ivanov. Inséparables rassemble 311 000 volontaires dans 405 salles, ce qui permet au second film de Varante Soudjan, après Walter en mars, de se distinguer par la meilleure moyenne par écran de toute la semaine.

Andy est un désastre

Ce succès, il est à apposer au démarrage de Fête de famille de Cédric Kahn, avec Catherine Deneuve qui, pour l’auteur, est convenable (154 000 / 339 salles), à celui des Hirondelles de Kaboul (95 000 / 194 cinémas), et surtout à ceux des deux autres comédies de la semaine, particulièrement boiteuse pour l’une (Fourmi écrasé à 64 000 entrées dans 338 salles, accentuant les difficultés de Mars Films) et calamiteuse pour l’autre (Andy entre en 19e place, avec 19 000 égarés dans 129 cinémas). Metropolitan FilmExport, qui est le distributeur du divertissement avec Vincent Elbaz devrait se tenir à l’écart du cinéma français. Cela ne lui a jamais réussi (cf. le bide, en 2018, du Flic de Belleville).

Affiche de Viendra le feu par Louise Matas
© 2019 : Pyramide – Louise Matas

L’art et essai n’embrase pas

Dans le secteur de l’art et essai, Viendra le feu prend les devants avec 9 813 entrées dans 25 salles, suivi du Mariage de Verida (7 125 / 47), et de Liberté (6 597 / 35). Aucun de ces petits films ne semble vouloir s’imposer totalement. Sur la capitale, c’est le film libertin de Serra qui l’emporte avec 3 776 entrées dans seulement 6 cinémas.

Parasite et So long, my son sont increvables

Dans ce contexte de mollesse, on remarque quelques belles résistances : Roubaix, une lumière, qui ne perd que 20% de sa fréquentation, certes peu élevée (75 000/ total de 283 000 / 280 salles). Parasite est toujours indéracinable, avec 29 000 contaminés en 14e semaine et un total faramineux d’1 627 000 bactéries. Une grande fille jouit d’un bouche-à-oreille intact (-17% en 5e semaine, 69 000) et So long, my son aura tenu tout l’été avec une perte dérisoire de 13% de sa fratrie en 10e semaine. Le film chinois perdait pourtant 19 salles cette semaine. Il dépasse fièrement les 150 000 curieux, devant L’œuvre sans auteur qui, en 8e semaine, rebondit bien (-5%, grâce à l’injection d’une trentaine de salles dans son circuit, et un beau total de 135 000).

On ne se fera pas d’illusion quant à l’envolée de Perdrix qui, certes, ne perd que 26% de son audience en 4e semaine, mais son distributeur était parvenu à lui assurer une augmentation significative de son parc, avec 130 écrans supplémentaires (16 880 / total de 127 000).

Affiche 2019 de Apocalypse Now Final Cut
Nouvelle affiche © 2019 Pathé Distribution

Wedding Nightmare a eu raison de Scary Stories

Du côté des produits d’été, Le Roi Lion est désormais quasi assuré de ne pas dépasser les 10 000 000 (-49% en 8e semaine, total de 9 409 000), Wedding Nightmare trouve encore du monde à trucider (353 000 victimes en 15 jours) et confirme son avance sur La chute du président (284 000 sur cette même période). Dora et la cité perdue (215 écrans en moins, -63%) va atteindre de justesse les 500 000. Scary Stories aura mis 3 semaines pour effrayer 205 000 gamins. Late Night est exsangue (-70% en 3e semaine et un service minimum à 10 000 dans 120 cinémas, total de 110 000). Good boys n’aura rien apporté de bon à Universal en France (121 000 garnements en 3 semaines). Le film est mort. Les Playmobils sont aussi raides en bas du classement avec un total peu ragoutant de 356 000 figurines bien raide. Il est triste que Le gangster, le flic & l’assassin ne puisse pas atteindre les 100 000 en 4 semaines, le polar sud-coréen étant désormais à la recherche d’oxygène à 86 000 entrées, avec une baisse de 53% de son audience cible (3 171). Au moins fait-il mieux que Les Baronnes, parti bien plus haut, et déjà au sol, avec 4 460 clients en 3e semaine (total de 78 000).

Deux Palmes d’or sinon rien

Du côté des reprises, le dernier (Final) cut d’Apocalypse Now est stable, avec 4 737 amateurs de classiques dans 40 cinémas et un total glorieux de 14 512 spectateurs. Les chefs-d’œuvre sont bel et bien éternels, et cette semaine encore, on se retrouve donc carrément avec deux Palmes d’Or dans le classement.

Frédéric Mignard

Source : Le Film Français