Tir groupé : la critique du film (1982)

Policier, Thriller | 1h28min
Note de la rédaction :
6/10
6
Tir groupé, l'affiche

  • Réalisateur : Jean-Claude Missiaen
  • Acteurs : Gérard Lanvin, Michel Constantin, Mario David, Roland Blanche, Véronique Jannot, Jean-Roger Milo, Dominique Pinon
  • Date de sortie: 22 Sep 1982
  • Nationalité : Français
  • Année de production : 1982
  • Scénariste(s) : Jean-Claude Missiaen, Claude Veillot
  • Directeur de la photographie : Pierre-William Glenn
  • Compositeur : Hubert Rostaing, Ivan Jullien
  • Société(s) de production : Sara Films, Parafrance Films
  • Distributeur (1ère sortie) : Parafrance
  • Éditeur(s) vidéo : PVW (VHS) / Film Office (VHS) / StudioCanal (DVD)
  • Date de sortie vidéo : 4 mai 2010 (DVD)
  • Box-office France / Paris-périphérie : 1 344 411 entrées / 367 352 entrées
  • Budget : -
  • Rentabilité : -
  • Classification : Interdit aux moins de 12 ans
  • Formats : 1,66 : 1 / Couleurs / Son : Mono
  • Festivals et récompenses : César 1983 : Nommé au César du meilleur acteur pour Gérard Lanvin / Nommé au César de la meilleure première œuvre / Nommé au César du meilleur montage pour Armand Psenny
  • Illustrateur / Création graphique : © Guy Jouineau ; Guy Bourduge
  • Crédits : © 1982 StudioCanal - Marie Amélie Production
Note des spectateurs :
[Total : 1   Moyenne : 4/5]

Avec Tir groupé, Jean-Claude Missiaen signe une série B carrée qui évite les pièges du manichéisme, tout en rendant hommage au polar français traditionnel. Classique, mais efficace.

Synopsis : Carine vient de dîner en tête à tête avec son ami Antoine, qui lui a offert un camée pour l’occasion. Dans le train de banlieue qui la ramène chez elle, elle est prise à partie par trois petites frappes. Avant qu’un voyageur n’ait pu – ou voulu – esquisser un geste, elle meurt sous les coups de l’un de ses agresseurs, Balestra. L’inspecteur Gagnon dirige l’enquête. Sans grand résultat, semble-t-il. Antoine s’enfonce dans le désespoir et dans le souvenir de son amour pour Carine. Il décide de mener l’enquête…

Un vigilante movie à la française

Critique : Au début des années 80, le critique et attaché de presse Jean-Claude Missiaen décide de passer à la vitesse supérieure en rédigeant son premier scénario, avec l’aide de Claude Veillot, fidèle collaborateur d’Yves Boisset. Il s’inscrit dans la démarche qui consiste à renouveler les figures traditionnelles du polar à la française en s’inspirant notamment des thématiques du cinéma américain.

Avec Tir groupé (1982), Missiaen reprend ainsi la figure du vigilante popularisée depuis plusieurs années par Charles Bronson avec Un justicier dans la ville (Winner, 1974). Il injecte également une bonne dose de violence brute, comme lors de l’agression de Véronique Jannot dans le RER qui nous fait immédiatement penser au viol collectif atroce de La bête tue de sang-froid (Lado, 1975). A ces éclats de violence qui commençaient à s’insinuer au cœur d’un certain cinéma français, Missiaen ajoute une description du Paris interlope qui fait écho à celle des cinéastes new-yorkais de l’époque.

Radiographie sociale de Paris

Ici, Paris apparaît comme un personnage à part entière puisque le réalisateur pose ses caméras dans différents quartiers, tel un sociologue cartographe. Ainsi, lorsqu’il tourne les flashback sur les relations amoureuses naissantes entre Jannot et Lanvin, il filme le couple dans des lieux touristiques comme Montmartre. L’effet carte postale est bien entendu volontaire et tranche fortement avec les quartiers où se déroule l’action plus sordide, soit vers Barbès. Missiaen décrit ainsi une capitale gangrenée par le crime, les petites frappes, la drogue et la prostitution.

Puisque Missiaen cherche à rendre également hommage à un pan du cinéma français qu’il aime – le film est dédié à Jean Gabin – il oppose volontairement deux générations d’acteurs en associant le fougueux Gérard Lanvin et le vieux de la vieille Michel Constantin. Ce dernier incarne un policier classique ne comprenant pas la nouvelle criminalité qui se développe alors. Le vieux briscard oppose ainsi le code d’honneur des vieux mafieux à la folie furieuse de la jeune délinquance. Là où les codes sont brouillés, il ne peut donc plus y avoir les bons d’un côté et les méchants de l’autre, mais une zone grise inconfortable.

Tir groupé ou l’art de la série B dégraissée

Là où le script de Missiaen est intéressant, c’est justement lorsqu’il parvient à nous faire croire qu’il suit le sentier très balisé de la série noire pour mieux en dévier le cours. Certes, Gérard Lanvin finit par accomplir sa mission, mais son geste n’a rien d’héroïque ou de chevaleresque. Il conclut au contraire une odyssée déplorable où seule la violence a droit de cité. Le constat est finalement plus amer qu’autre chose. Jean-Claude Missiaen évite donc le piège du film à connotation fasciste, tout en signant une œuvre carrée et resserrée comme seule la série B est capable d’offrir. Point de fioritures ou d’enjolivures dans Tir groupé qui est dégraissé jusqu’à l’os.

Le réalisateur s’appuie sur le charisme de Gérard Lanvin, parfait en jeune chien fou, qui trouvait là son premier vrai grand rôle en tant que vedette à part entière. Si l’acteur était déjà apparu dans des œuvres importantes comme Une semaine de vacances (Tavernier, 1980), Le choix des armes (Corneau, 1981) et Une étrange affaire (Granier-Deferre, 1981), il était toujours soutenu par une grande star en haut de l’affiche. Dans Tir groupé, il porte bien l’intégralité du film sur ses jeunes épaules, étant quasiment de tous les plans, si l’on exclut ceux de l’agression initiale. Le succès du film le propulsera en tant que valeur sûre au box-office, à tel point qu’on le désigna alors comme un potentiel successeur aux Belmondo et Delon.

Un succès mérité et un tremplin pour Gérard Lanvin

Il est ici secondé par la douce Véronique Jannot qui n’a malheureusement qu’un rôle très court à défendre. Parmi les agresseurs, on remarque une fois de plus le charisme de Roland Blanche, mais aussi des plus jeunes Jean-Roger Milo et Dominique Pinon. Bien photographié par Pierre-William Glenn, Tir groupé est réalisé avec punch et permettait de fonder de beaux espoirs sur la future carrière de Jean-Claude Missiaen.

Sorti en septembre 1982, Tir groupé a rencontré un joli écho en salles avec 1 344 411 spectateurs sur tout le territoire. Une très belle performance qui a ouvert bien des portes au réalisateur et a confirmé le potentiel commercial de Gérard Lanvin. Les deux hommes allaient d’ailleurs se retrouver quelques temps plus tard sur Ronde de nuit (1984) avec aussi Eddy Mitchell, Françoise Arnoul, Raymond Pellegrin et Lisette Malidor.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 22 septembre 1982

Acheter le film en DVD 

Voir le film en VOD

Tir groupé, l'affiche

© 1982 StudioCanal – Marie Amélie Production / Affiche : © Guy Jouineau ; Guy Bourduge. Tous droits réservés.

Trailers & Vidéos

x