Stars at Noon (Cannes 2022) (2022)

Drame, Guerre | Inconnue
Note de la rédaction :
Non noté/10
Non noté
Affiche de Stars At Noon de Claire Denis (Cannes 2022) © 2022 Curiosa

  • Réalisateur : Claire Denis
  • Acteurs : John C. Reilly, Margaret Qualley
  • Date de sortie: 01 Déc 2022
  • Année de production : 2022
  • Nationalité : Français
  • Titre original : Stars at Noon
  • Titre alternatif : Des étoiles à midi
  • Scénaristes : Claire Denis, Andrew Litvack, Léa Mysius, d'après le roman de Denis Johnson
  • Directeur de la photographie : Eric Gautier
  • Compositeurs : Tindersticks
  • Monteur : Guy Lecorne
  • Producteur : Olivier Delbosc
  • Sociétés de production Curiosia Films, Barnstormer Productions, RT Features, Arte France Cinéma, Hypatia Films
  • Distributeur : Ad Vitam (France), A24 (Etats-Unis)
  • Date de sortie vidéo :
  • Editeur vidéo :
  • Format : Couleur / Dolby Digital
  • Budget : -
  • Box-office France / Paris-Périphérie : -
  • Box-office nord américain / monde : -
  • Classification : -
  • Cannes 2022 : Sélection officielle en compétition
  • Autres festivals et récompenses :
  • Illustrateur/Création graphique : © Tous droits réservés / All rights reserved
  • Crédits : © Curiosa Film. Tous droits réservés / All rights reserved
Note des spectateurs :

Avec Stars at Noon, Claire Denis réintègre la compétition de la sélection officiale, pour la première fois en 35 ans. On vous explique tout.

Synopsis : Une jeune journaliste américaine en détresse bloquée sans passeport dans le Nicaragua d’aujourd’hui en pleine période électorale rencontre dans un bar d’hôtel un voyageur anglais. Il lui semble être l’homme rêvé pour l’aider à fuir le pays. Elle réalise trop tard qu’au contraire, elle entre à ses côtés dans un monde plus trouble, plus dangereux.

Retour en Compétition officielle de Claire Denis 35 ans après Chocolat

Notes : Claire Denis n’est pas une réalisatrice cannoise, malgré un cinéma qui a tout pour l’être. Elle n’est pas Arnaud Desplechin et n’est pas dans les petits papiers des sélectionneurs.

Changement d’époque, après la polémique des César en 2020 où elle fut un temps rejetée comme marraine, alors qu’elle avait été choisie par un jeune acteur. L’Académie l’a priée finalement de venir remettre un prix l’année de la polémique générationnelle autour de la colère d’Adèle Haenel à l’égard de Roman Polanski. Avec dignité, le soir de la cérémonie, elle remet le prix du Meilleur réalisateur à … Roman Polanski. Cannes prend note de son comportement respectueux, sans faille ni faiblesse.

Une  cinéaste à la  portée mondiale

L’engouement internationale pour la réalisatrice, chez les cinéphiles aux quatre coins du monde ne date pas d’hier. Dès son premier long, Chocolat en 1987, puis avec Nenette et Boni, Beau travail, Trouble Every Day, White Material et surtout High Life, film de science-fiction avec Robert Pattinson (désormais acteur cannois), Cannes ne pouvait plus tourner le dos à cette personnalité qui de surcroît s’était formée chez deux cinéastes habitués de la Croisette : Jim Jarmusch, pour Down by Law, un triomphe, et Wim Wenders, pour la Palme d’Or Paris, Texas. Elle était alors assistante réalisatrice.

L’une des auteures les plus singulières du cinéma français

L’absence de Claire Denis en compétition à Cannes depuis Chocolat, son premier long en 1987, était sûrement un malentendu dont nous n’avons pas les tenants et les aboutissants. La cinéaste, parmi les auteures les plus singulières, vaillantes et méritantes de France, sera reléguée à deux reprises dans la section Un Certain Regard, pour J’ai pas sommeil (1994) et Les Salauds (2013). Curieux. Elle figure également une fois hors compétition avec le sulfureux Trouble Every Day, l’un de ses chefs d’œuvre dans le domaine du cinéma d’auteur exigeant que Cannes aime récompenser qui valait bien au moins dix fois Titane (Palme d’or excessive en 2021).

Pour autant, faute de place à Cannes ou au Palmarès des César, Claire Denis figure régulièrement en sélection aux prestigieux festivals de Venise, Locarno, ou Berlin. La grande dame remporte un Prix Jean Vigo par-ci, un Prix Louis Delluc par-là. Elle est célébrée à Stockholm, à Zurich…

Plus qu’un nouveau film, une carrière à célébrer

Après trente ans de carrière, Claire Denis a été méprisée par les César et n’a jamais pu représenter la France aux Oscars quand Titane, un second long qui a obtenu la Palme, s’est cassé les dents pour la présélection aux Oscars, avec tous les défauts de sa jeunesse un peu prétentieuse. Aussi, en 2022, il ne s’agit même plus de célébrer un film de la réalisatrice, mais bien l’ensemble de son œuvre qui est tout simplement unique, foisonnante, déconcertante dans sa capacité à créer des univers sensoriels et à jongler avec les genres. Elle a réalisé plus d’une quinzaine de longs qui n’ont jamais eu le soutien des chaines de télévision commerciales. Et pourtant, Dame Denis se tient présente pour la Compétition officielle en mai 2022 au sacro-saint festival de Cannes.

2022, l’année Claire Denis?

En 2022, Cannes ne pouvait plus passer à côté de cette grande dame qui a assisté les plus grands cinéastes et dont l’intelligence a fait briller le cinéma français dans les cinémathèques du monde entier. D’autant plus que ce sont deux films qu’elle a en boîte cette année.

En février, elle présente, avec ses acteurs Vincent Lindon et Juliette Binoche, Avec amour et acharnement à Berlin. Elle y reçoit l’Ours d’argent de la meilleure mise en scène. Oui, Claire Denis est une formidable réalisatrice. Visionnaire par moments. N’a-t-elle pas collaboré également avec Tarkovski? Co-écrit par Christine Angot, Avec Amour et acharnement met en scène également Grégoire Colin, Mati Diop et Bulle Ogier. Ad Vitam le proposera dans nos salles le 31 août 2022.

Stars at Noon, film victime de la Covid-19, sans star, mais avec du chaos dans les veines

A Cannes, le même distributeur aura la chance de présenter Stars at Noon, un second long de la cinéaste qui a souffert de la pandémie et qui, à cause de retards dans l’emploi du temps de Robert Pattinson pris sur The Batman, perdra sa star américaine. Qu’importe, Claire Denis ne lâche pas l’affaire et viendra présenter au Palais des festivals son thriller trouble en temps de guerre, au Nicaragua. Désormais sans grande star au générique, si ce n’est une apparition de John C. Reilly, Stars at Noon apparaît presque comme un extra-terrestre en compétition.

L’adaptation du roman de Denis Johnson, décédé depuis en 2017, plonge ses personnages durant la révolution nicaraguayenne en 1984, en Amérique du Sud. Un cadre intense pour la réalisatrice qui aime laisser le chaos gronder au loin avant de plonger ses protagonistes dans ses affres, notamment en Afrique.

Claire Denis aura-t-elle la standing ovation qu’elle mérite de ses pairs? Peu importe, elle est la matrice de tout un cinéma qui, avec ou sans Cannes, a su resplendir pendant des décennies.

Pour conclure, on soulignera que c’est l’un de ses acteurs fétiches – et lui aussi cannois – Vincent Lindon, qui préside le jury. Coïncidence ou évidence? Il nous tarde de connaître le palmarès.

Frédéric Mignard

Tous les films de Cannes 2022

Compétition officielle au Festival de Cannes 2022

Margaret Qualley dans Stars At Noon de Claire Denis (Cannes 2022)

Margaret Qualley dans Stars At Noon de Claire Denis (Cannes 2022) © 2022 Curiosa

x