Pierrot le fou : la critique du film (1965)

Drame, Policier, Expérimental | 1h50min
Note de la rédaction :
9/10
9
Affiche de Pierrot le Fou

  • Réalisateur : Jean-Luc Godard
  • Acteurs : Jean-Paul Belmondo, Anna Karina, Jean-Pierre Léaud, Samuel Fuller, László Szabó, Hans Meyer, Graziella Galvani
  • Date de sortie: 03 Nov 1965
  • Nationalité : Français, Italien
  • Titre original : Pierrot le fou
  • Titres alternatifs : Elf Uhr nachts (Allemagne) / Pierrot, el loco (Espagne) / Pedro, o Louco (Portugal) / Szalony Piotruś (Pologne) / Il bandito delle 11 (Italie) / O Demônio das Onze Horas (Brésil)
  • Année de production : 1965
  • Scénariste(s) : Jean-Luc Godard, et Rémo Forlani d'après Obsession (Le Démon d'onze heures), de Lionel White
  • Directeur de la photographie : Raoul Coutard
  • Compositeurs : Antoine Duhamel et Cyrus Bassiak (pseudonyme de Serge Rezvani)
  • Société(s) de production : Films Georges de Beauregard, Rome Paris Films, Société Nouvelle de Cinématographie (SNC), Dino de Laurentiis Cinematografica
  • Distributeur (1ère sortie) : SNC
  • Distributeur (reprise) : -
  • Dates de reprise : 18 novembre 2015 / 15 septembre 2021
  • Éditeur(s) vidéo : UGC Vidéo (VHS, 1985) / Les Films de ma Vie (VHS, 1992) / Opening (DVD, 1999) / StudioCanal (DVD, 2001, 2007, 2009 et 2010) / StudioCanal (blu-ray, 2010 et en coffret 2017)
  • Date de sortie vidéo : 16 mai 2017 (coffret Godard)
  • Box-office France / Paris-périphérie : 1 310 579 entrées / 598 550 entrées
  • Box-office nord-américain : -
  • Budget : 300 000 $ (soit 2,7 M$ au cours ajusté de 2022)
  • Rentabilité : -
  • Classification : Interdit aux moins de 18 ans à l’époque (pour anarchisme intellectuel et moral) / Tous publics de nos jours
  • Formats : 2.35 : 1 / Couleurs / Son : Mono
  • Festivals et récompenses : Prix de la critique et en compétition pour le Lion d'or à la Mostra de Venise 1965 / Nomination pour le meilleur acteur étranger pour Jean-Paul Belmondo, lors des BAFTA Awards 1967 / British Film Institute Awards 1965 : un prix pour Jean-Luc Godard.
  • Illustrateur / Création graphique : René Ferracci
  • Crédits : StudioCanal
Note des spectateurs :

Pierrot le fou est un film somme qui conclut en beauté la première période artistique de Godard, sans conteste la plus féconde. Une œuvre à la fois solaire et pessimiste, drôle et grave, bref indispensable.

Synopsis : Ferdinand renoue des relations avec Marianne, une jeune étudiante qu’il a jadis aimée. Et le voilà embarqué dans une histoire de fou : un cadavre dont il faut se débarrasser, des bandes rivales, un hold-up. Une sorte de série noire absurde qui l’entraîne inéluctablement vers la mort…

Un roman noir adapté dans ses grandes lignes

Critique : Entre les très beaux succès remportés par A bout de souffle (1960) et Le mépris (1964), Jean-Luc Godard n’a eu de cesse de tourner des longs-métrages, dont certains furent de lourds échecs commerciaux malgré des qualités indéniables. Au début de l’année 1965, Godard propose à Jean-Paul Belmondo de lire le roman noir Obsession (Le démon d’onze heures) de l’écrivain américain Daniel White. Il lui annonce qu’il envisage de l’adapter pour l’écran et Belmondo donne son accord pour cette nouvelle aventure à bord de l’imprévisible vaisseau Godard. Et de fait, JLG ne va pas décevoir l’acteur puisque le scénario ne suit la trame du bouquin que dans les grandes lignes.

En réalité, lorsque le tournage débute au mois de mai 1965, les acteurs ne disposent pas du script qui est écrit au fur et à mesure par le réalisateur. Comme le dit Jean-Paul Belmondo dans Définitivement Belmondo (Bourdon, Larousse, 2017, page 152) :

Deux jours avant de commencer à tourner, je ne savais toujours rien du scénario, seulement que ça se passerait au bord de la mer. Et j’ai retrouvé Godard, avec ses petits cahiers, les petits bouts de script auxquels on avait parfois droit le matin, ou les phrases qu’il nous soufflait pendant qu’on jouait.

Un tournage solaire, en toute liberté

Toutefois, la star précise que cela ne peut être comparé à de l’improvisation car tous les dialogues sont bel et bien écrits et donc préparés par le réalisateur, même si cela est effectué le soir avant de tourner. Cette façon d’appréhender la conception du film ne tient pas tant de l’improvisation que d’une recherche de liberté absolue en fonction des aléas du tournage. En réalité, Jean-Luc Godard fait ici confiance à la spontanéité du geste créateur. Il était notamment connu pour refuser de tourner certains jours où il ne se sentait pas inspiré, puis pour prolonger certaines journées au-delà du raisonnable quand il poursuivait une idée précise.

Si la structure générale du film est bien celle d’un polar, et notamment d’un road-movie, Godard prend un malin plaisir à distendre toutes les scènes afin de noyer l’idée même d’enjeu dramatique dans un flot de considérations plus personnelles. En lieu et place d’un thriller, le spectateur est surtout invité à suivre une histoire d’amour impossible qui ne peut que se terminer de manière tragique. Déjà en rupture avec sa muse Anna Karina, Jean-Luc Godard signe avec Pierrot le fou (1965) une œuvre de la rupture. Rupture à la fois avec sa bien-aimée, mais également rupture avec son œuvre passée dont il livre ici une sorte de synthèse.

Pierrot le fou boucle une période artistique profuse pour Godard

Ayant sans aucun doute le sentiment d’avoir bouclé la boucle, Godard semble répondre en permanence à A bout de souffle. Non seulement il filme le même acteur, mais il lui fait dire des répliques qui sont des échos du film précédent. Là où A bout de souffle était encore un hommage au film noir qui berçait la cinéphilie du jeune Godard, Pierrot le fou met en place une esthétique colorée et solaire pour décrire un être en bout de course. Désormais, le cinéma américain n’est plus l’Alpha et l’Omega de Godard car les États-Unis sont devenus pour lui un cauchemar, celui de la guerre du Vietnam, dont l’ombre commence à peser fortement sur son cinéma.

Coffret Godard, jaquette blu-ray

© 2017 StudioCanal. Tous droits réservés.

Alors que son cinéma était jusque-là toujours fortement teinté de politique, les œuvres suivantes seront peu à peu contaminées par une idéologie révolutionnaire qui va le ronger au point de le décrédibiliser aux yeux du public. Déjà dans Pierrot le fou, on peut regretter ce passage où les héros célèbrent la gloire du Che et surtout de Mao Zedong. Ce goût pour le maoïsme se retrouvera peu de temps après dans le bien nommé La chinoise (1967).

Des audaces stylistiques pour l’histoire d’un amour impossible

Toutefois, malgré ce court passage, le film de Godard se concentre surtout sur les relations compliquées entre les deux personnages incarnés avec autorité et fraicheur par Anna Karina et Jean-Paul Belmondo. Malgré les errances d’un script dont on sent qu’il n’est pas la préoccupation principale du metteur en scène, le métrage tient largement la route grâce à la puissance d’interprétation du couple et à la pertinence du regard de Godard et de son chef opérateur Raoul Coutard.

Marqué par de nombreuses audaces stylistiques (notamment un nombre impressionnant de faux raccords volontaires, comme un pied-de-nez aux critiques qui affirmaient que Godard ne savait pas construire une séquence), Pierrot le fou ose changer de gamme chromatique en cours de route, décale la bande sonore par rapport aux images et brise le quatrième mur entre personnages et spectateurs. A cela, il faut ajouter la présence d’un nombre conséquent de citations. Outre Rimbaud, Elie Faure et même des publicités de l’époque, Godard continue à évoquer le cinéma en faisant jouer des petits rôles à Samuel Fuller, Jean-Pierre Léaud ou encore László Szabó. Il franchit même un pas supplémentaire puisqu’il ose citer ses propres œuvres à travers des plans qui reprennent des images devenues depuis iconiques.

Une œuvre non dépourvue d’humour

Souvent considéré comme un film très sombre puisqu’il évoque la fin d’une relation amoureuse et la perspective d’un suicide final, Pierrot le fou n’est pourtant pas dépourvu d’humour. Tout d’abord, on sent le cinéaste s’amuser à déconstruire la grammaire cinématographique classique comme un gamin s’amuserait à détruire ses jouets. Ensuite, il insère des moments de pure légèreté avec deux séquences musicales, puis ose filmer un sketch entier de l’humoriste Raymond Devos à un moment plutôt dramatique, là encore comme un pied-de-nez aux attentes du public. La noirceur et la poésie finissent par s’immiscer grâce à la superbe musique d’Antoine Duhamel qui est utilisée exactement de la même façon que celle de Georges Delerue sur Le mépris (1964).

Au final, Pierrot le fou n’est pas forcément le film le plus accessible de Godard, mais il possède encore une poésie folle qui emporte tout sur son passage, y compris les petits moments de flottement dans une intrigue malmenée. Présenté au Festival de Venise fin août 1965, le métrage a été copieusement sifflé lors de sa présentation houleuse, ce qui ne l’a pas empêché d’obtenir le Prix de la Critique.

Le dernier Godard à dépasser le million d’entrées

Si le long-métrage a débuté sa carrière de manière discrète, il a ensuite réussi à s’installer longuement dans les salles françaises, glanant des dizaines de milliers d’entrées de semaine en semaine, preuve d’un bouche à oreille qui a tout de même fonctionné. Ainsi, c’est au mois de février 1966 qu’il franchit la barre des 500 000 entrées France, en 14ème semaine d’exploitation.

Le film d’art et essai glane environ 30 000 tickets de plus chaque semaine, faisant preuve d’une belle stabilité à travers les mois qui se succèdent. Le film disparaît toutefois peu à peu des écrans vers le mois de mars 1966. Si l’on compte les nombreuses reprises, Pierrot le fou a tout de même attiré 1 310 579 clients au cœur d’un cinéma expérimental pas facile d’accès. Même s’il ne le savait pas à ce moment-là, mais Pierrot le fou fut ainsi le dernier film de Godard à franchir le million de spectateurs. Il est également considéré comme le dernier grand film de sa première période artistique, vraiment enthousiasmante.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 3 novembre 1965

Acheter le film en blu-ray 

Voir le film en VOD

Affiche de Pierrot le Fou

Copyright Société Nouvelle de Cinématographie (SNC) / Affiche : René Ferracci. Tous droits réservés.

Biographies +

Jean-Luc Godard, Jean-Paul Belmondo, Anna Karina, Jean-Pierre Léaud, Samuel Fuller, László Szabó, Hans Meyer, Graziella Galvani

Trailers & Vidéos

trailers
x
Affiche de Pierrot le Fou

Bande-annonce de Pierrot le fou

Drame, Policier, Expérimental

x