Outsiders : la critique du film et le test blu-ray (1983)

Drame, Teen movie | 1h31min / 1h54 min (version 2005)
Note de la rédaction :
7.5/10
7.5
Outsiders, affiche du film

  • Réalisateur : Francis Ford Coppola
  • Acteurs : Diane Lane, Tom Cruise, Tom Waits, C. Thomas Howell, Patrick Swayze, Matt Dillon, Rob Lowe, Leif Garrett, Ralph Macchio, Emilio Estevez
  • Date de sortie: 07 Sep 1983
  • Année de production : 1983
  • Nationalité : Américain
  • Titre original : The Outsiders
  • Titres alternatifs : The Outsiders Director's Cut (titre blu-ray France, 2013), Les inadaptés (Québec), Die Outsider - Rebellen ohne Grund (Allemagne), Vidas sem Rumo (Brésil), Rebeldes (Espagne), Os Marginais (Portugal), Los marginados (Amérique Latine), I ragazzi della 56ª strada (ItaLie)...
  • Scénaristes : Kathleen Rowell
  • D'après l'œuvre de : S.E. Hinton
  • Directeur de la photographie : Anne Goursaud
  • Monteur : Stephen H. Burum
  • Compositeur : Carmine Coppola
  • Producteurs : Gray Frederickson, Fred Roos
  • Sociétés de production : Zoetrope Studios
  • Distributeur : AMLF (France), Warner Bros (USA)
  • Distributeur reprise : -
  • Date de sortie reprise : -
  • Editeur vidéo : AMLF Vidéo (VHS), Proserpine (VHS), Pathé (DVD, blu-ray)
  • Date de sortie vidéo : 6 novembre 2013 (blu-ray édition limitée)
  • Box-office France / Paris-Périphérie : 1 323 479 entrées / 303 323 entrées
  • Box-office nord-américain : 25 697 647$
  • Budget : 10 000 000 $
  • Rentabilité : -
  • Classification : Tous publics
  • Formats : 2.39 : 1 / Couleurs - 35 mm (Panavision) / Dolby Stéréo
  • Festivals et récompenses : Young Artist Awards : meilleur acteur (C. Thomas Howell) et 2 nominations - Sélection officielle Festival de Moscou 1983
  • Illustrateur / Création graphique : Trebern © Tous droits réservés / All rights reserved
  • Crédits : The Outsiders : © 1983 Pony Boy Inc. © Zoetrope Corporation. All rights reserved © Tous droits réservés
Note des spectateurs :
[Total : 1   Moyenne : 4/5]

Outsiders est un récit de jeunesse lyrique et enragé, histoire initiatique mélodramatique qui révéla la crème de la nouvelle génération masculine des années 80, de Tom Cruise à Patrick Swayze. Coppola est un maître…

Synopsis : Oklahoma, fin des années 50. Deux bandes de jeunes s’affrontent : Les Greasers, issus des quartiers pauvres, et les Soc, les riches. Ponyboy, narrateur et personnage principal, nous raconte l’histoire. Pour prendre sa défense, Johnny a tué un Soc. Les deux jeunes doivent prendre la fuite. Dallas, un voyou plus âgé qu’eux, les prend sous son aile, mais les deux gamins vont malgré tout tomber dans la spirale de la violence.

Critique : Joli succès, notamment en France où il réalisa plus d’1 300 000 entrées, Outsiders, à l’instar de Coup de cœur ou Cotton Club, évoque le passé mythique de l’Amérique, ici celui des bandes rivales dans les quartiers pauvres d’Oklahoma (les Greasers), où l’accès aux études n’était pas garanti par le socle commun – problèmes familiaux, alcoolisme, délinquance, appauvrissement intellectuel, quand les minets nantis (les Socs), s’offraient en plus d’un avenir doré, les belles pépés du drive-in local. C’est justement dans ce type de cinéma, plaque tournante des gamins de l’époque, nonobstant leur milieu, que Coppola tourne l’une des scènes clés d’Outsiders.

Affiche américaine de The Outsiders, par David Grove

Affichiste : David Grove. The Outsiders : © 1983 Pony Boy Inc. © Zoetrope Corporation. All rights reserved

Un film racé parmi les plus beaux du cinéaste

Ce film de caste, réalisé avec beaucoup moins d’ampleur commerciale que les précédents longs du cinéaste (Apocalypse now, Coup de cœur), puisqu’il n’est jamais question d’expérimentations cinématographiques, a quelque chose de reposant dans la filmographie du cinéaste, qui sortait ruiné de l’expérience désastreuse de Coup de cœur (fermeture de son studio, dettes jusqu’au cou…). Malgré toute la rage et la violence propre à l’impétuosité d’une jeunesse malheureuse, il émane de ce récit initiatique un apaisement, une volonté de catharsis de la part du cinéaste, à l’image des personnages, notamment celui joué par C. Thomas Howell, le jeune Ponyboy, dont l’initiation devra passer par la confrontation à la mort, l’abnégation et une réflexion poétique sur la vie, avec la perspective inévitable de s’en sortir autrement que par la violence, par les mots.

L’écrivain en herbe détonne dans cet environnement orphelin où il se retrouve entre deux frères protecteurs aux sensibilités et intelligences diamétralement opposées. Pour les deux, en tout cas, l’avenir du jeune homme est ailleurs, dans cette Amérique de la consommation qui promet la gloire des classes moyennes et l’ascenseur social aux méritants qui se creusent les méninges.

Un director’s cut trop mou

Si la version director’s cut de 2005 est trop longue, avec des apartés bavards ou contemplatifs patauds, elle se veut plus proche du roman de S.E. Hinton, publié en 1967. C’est une institutrice et ses élèves qui lui envoyèrent une pétition pour que le producteur du fameux Etalon noir réalise ce bel hymne à l’adolescence. Suite à un différend avec un producteur, il proposa à l’époque une version resserrée, avec plus d’émotions, où l’action semblait plus musclée (jusqu’au crescendo avec la très belle baston finale entre bandes rivales, parfaitement chorégraphiée). On lui en voudrait presque aujourd’hui de ne proposer que cette version plus longue, accordant plus d’importance au personnage de Rob Lowe (pas le meilleur des acteurs), grand frère du héros joué par C. Thomas Howell.

Une toile de maître à la poésie en Cinémascope

Affiche italienne de Outsiders de Francis Ford Coppola

Affiche : Rene Casaro The Outsiders : © 1983 Pony Boy Inc. © Zoetrope Corporation. All rights reserved

Néanmoins, la poésie parle d’elle-même : la caméra lyrique du cinéaste embellit les années 50, empreinte d’une nostalgie sincère et indubitable. L’utilisation formidable du Cinémascope donne aux images très technicolor une portée visuelle gratifiante. Quand bien même les acteurs jouent parfois sur des fonds verts, des toiles magistrales de cieux rougeâtres viennent ponctuer l’œuvre d’empathie à l’égard de cette jeunesse broyée par un déterminisme qui les conduira, pour deux d’entre eux, à des fins tragiques.

Outsiders et The Brat Pack

Considéré dans la filmographie du réalisateur comme le premier film d’un diptyque sur l’adolescence avec Rusty James qui consacra Matt Dillon et Mickey Rourke, The Outsiders voyait donc Coppola renoncer aux films adultes et, à l’instar de la plupart des réalisateurs de l’époque, réaliser une œuvre autour des adolescents. Mais refusant de limiter son propos aux seuls jeunes, il réconcilie exigences cinéphiliques, empirisme regard plein d’interrogation et de merveille de l’adolescent pour brosser un teen movie très différent de ce que proposait alors Hollywood. Les jeunes comédiens, qui formaient à l’époque The Brat Pack et dont la complicité dura quelques belles années après Taps d’Harold Becker (1982) et cet Outsiders, sont transformés en icônes par la bienveillance de Coppola. Outsiders est un magnifique vivier de révélations : C. Thomas Howell (Hitcher, roi de la série B des années 90), Ralph Macchio (futur Karaté Kid), feu Patrick Swayze (qui allait exploser dans Dirty Dancing et Ghost), Rob Lowe (Youngblood, avant que sa sextape ne vienne perturber sa carrière), Diane Lane (future Madame Christophe Lambert et depuis grosse vedette hollywoodienne), Emilio Estevez (fils de Martin Sheen et vedette de Breakfast Club), Tom Cruise en second rôle hyperactif à la dentition bancale, et surtout Matt Dillon. Le comédien de 17 ans, à la cinégénie épatante, sorte de réincarnation écorchée de James Dean, laisse la plus grande empreinte sur ce petit film, dans la très grande carrière de Coppola, qui, malgré ses maladresses de remontage (rythme lent, ton un peu mièvre, homo-érotisme involontaire un peu lassant), n’en demeure pas moins brillant.

Coppola travaillera sur l’adaptation d’un autre roman de Suzan Hinton pendant le tournage d’Outsiders. Celui de Rusty James était même achevé à la sortie française d’Outsiders, en septembre 1983, mais l’Amérique n’avait toujours pas pu découvrir ce nouveau bijou de famille. Matt Dillon, 18 ans, allait une fois de plus y crever l’écran et les Français allaient tomber dingue de lui 5 mois plus tard. Mais cela, vous le découvrirez ici.

Frédéric Mignard

Les sorties de la semaine du 7 septembre 1983

Outsiders, affiche du film

Affichiste © Trebern

Extrait : au drive-in

Box-office :

Très grosse sortie du 7 septembre 1983, Outsiders réconcilie le public français avec Coppola. Dans 34 cinémas le teen movie lyrique comble 13 085 spectateurs pour son premier jour. Les autres nouveautés étaient diverses et variées. Le film de science-fiction de Warner Columbia Le guerrier de l’espace espérait jouer dans la cour des grands (8 100 amateurs de Star Wars dans 28 cinémas). Hanna K de Costa-Gavras (33 salles, 6 731) et Benvenuta d’André Delvaux avec Fanny Ardant (2 412, 11 salles)  jouaient la carte d’un cinéma d’auteur européen de qualité. Frances dans 11 salles interpellait 3 641 spectateurs, tous unanimes quant à la prestation de Jessica Lange. Enorme flop en revanche pour Un homme, une femme, un enfant, dès le mercredi d’investiture avec 815 spectateurs dans 16 salles ! Le drame familial avec Martin Sheen et Blythe Danner n’allait rester que deux semaines à l’affiche des salles parisiennes. La série B Le liquidateur refroidissait 800 clients dans 8 salles) et L’homme aux deux cerveaux (731 entrées dans 9 salles) était un autres échec patent dès son ouverture.

Où voir Outsiders ?

A l’issue de la première semaine parisienne, Outsiders s’engage en première position avec 103 692 entrées. Sur Paris intramuros, le circuit est riche : l’UGC Biarritz, le Gaumont Colisée, le Gaumont Richelieu, le Berlitz, le Gaumont Gambetta, le Clichy Pathé, le Hautefeuille Pathé, le Miramar, les 3 Murat, le Gaumont Sud, les Parnassiens, le Forum Cinémas, La Harpe, le St Lazare Pasquier, la Maxéville, le 14 Juillet Beaugrenelle et Bastille, la Fauvette. Le circuit Paramount, en revanche ne le programme pas. Quant au Max Linder, il préfère jouer la carte de la série B, avec Le Liquidateur et 1 018 entrées hebdomadaires. Aïe.

De semaines en semaines, un beau maintien

En 2e semaine, trois grosses sorties se hissent devant Outsiders qui rétrograde en 4e place, avec 61 923 spectateurs. Flashdance est un phénomène de société, Zelig est le nouveau Woody Allen… Donc respect. Enfin Le faucon, avec Francis Huster, réalisé par Paul Boujenah, est une belle surprise : 75 496 entrées dans 28 cinémas.

En 3e semaine, Outsiders franchit les 200 000 entrées sur la « Francilie », grâce à 44 787 entrées supplémentaires. Il figure en 6e place, dans 35 cinémas. Il reste relativement stable en 4e semaine avec 33 515 entrées et encore une belle 7e place à son actif. Il perd 11 000 cinéphiles lors de sa 5e semaine dans 22 salles, mais demeure dans le top 10.

Alors que les grosses nouveautés ont envahi le classement (Octopussy, Staying Alive de Stallone avec Travolta, Le bourreau des cœurs…), le drame de Coppola garde encore du souffle (12 766 entrées en 6e semaine dans 12 salles). Malgré la sortie du Retour du Jedi, qui est phénoménal dans les médias, Coppola se maintient à 7 731 entrées en 7e semaine, confirmant le bouche-à-oreille favorable.

Une mise de départ triplée en fin de carrière

5 630 entrées en 8e semaine (5 écrans), 1 587 en 9e (2 salles)… C’est seulement en 12e semaine que Matt Dillon et sa bande se hissent enfin au-dessus des 300 000 spectateurs, avec 4 892 spectateurs répartis dans les cinémas de quartier le Paris Ciné et le Gaîté Rochechouart. Cela sera par ailleurs son ultime semaine de programmation en raison d’un embouteillage impressionnant en cette fin d’année, et les arrivées de Papy fait de la résistance, Le marginal ou encore Jamais plus Jamais.

Sur toute la France, Outsiders glanera 1 476 505 adolescents sur sa route et deviendra le 5e plus gros succès du cinéaste, devant Rusty James et Le Parrain 3 qui réalisera un million d’entrées en moins.

Frédéric Mignard

Extrait HD 2020

Le test blu-ray (2013)

La redécouverte d’Outsiders en HD est un impératif ; elle met en valeur l’une des grandes œuvres méconnues de Francis Ford Coppola qui pourtant constitua un joli succès en 1983. Editions Blu-ray impeccables !

Compléments : 5 / 5

La plupart des bonus de l’édition de 2013 sont anciens et remontent à la version collector du film, éditée en DVD aux USA. Ils demeurent néanmoins passionnants. On notera l’absence de la version cinéma dans cette édition. On aurait aimé avoir les deux montages, en plus du « director’s cut » proposé ici, puisqu’il s’avère que le montage salle est supérieur à cette version longue un peu ampoulée.

Les suppléments démarrent par une courte présentation du film par les acteurs (4min) tournée lors d’une réunion du casting pour l’anniversaire du film et l’édition du DVD collector paru en 2005. Elle sert de base aux commentaires audio auxquels ils vont se livrer.

Pendant 2 min de présentation du film, le réalisateur revient sur sa découverte du livre de S.E. Hinton, publié en 1967 et les différends avec son producteur sur le montage qu’il voulait plus compacté pour la sortie en salle. Il explique donc pourquoi il s’est décidé à remonter le film.

Rester de l’or (26mn) est un long document qui permet de revenir sur la genèse du projet, les défis techniques, le tournage des jeunes comédiens, et l’importance du film dans leur vie. Dans la deuxième partie, Coppola retrouve une partie des acteurs, 20 ans après, pour leur présenter la nouvelle version, avec davantage de scènes avec Rob Lowe qui a enfin compris pourquoi son rôle avait été partiellement coupé au montage. Ralph Macchio, Patrick Swayze, Diane Lane et C. Thomas Howell sont de la partie. La méga-star Tom Cruise est forcément absente.

Un court métrage tourné en vidéo, d’une dizaine de minutes, est proposé : il s’agit du pré-tournage d’Outsiders. Forcément intéressant et collector.

Le producteur de Coppola sur de nombreux projets, Fred Roos, et le casting d’Outsiders, est un module de 14mn qui évoque les auditions pour ce film où tout le monde voulait être. Kate Capshaw, Helen Slater, Anthony Michael Hall, Val Kilmer, Mickey Rourke… Nombreux sont ceux à avoir été auditionnés pour The Outsiders en janvier 1982. Les images d’archives sont poignantes, alors que l’on découvre les méthodes de casting singulières sur ce projet où les acteurs ont dû interchanger les rôles lors de cet exercice où chacun devait adopter ou dompter l’autre.

Pas moins de 6 scènes supplémentaires sont ajoutées au menu, sans possibilité de les lire en continu, ce qui est pénible ! Elles sont dans un piètre état, comparées à la version restaurée en blu-ray, c’est le moins que l’on puisse dire.

Le reste des bonus est conséquent : lectures contemporaines du script par les acteurs, 19mn d’interview avec Diane Lane lors des auditions (elle ressemble étrangement à Vanessa Paradis) ; 17mn de match de notre bon vieux foot continental entre les protagonistes mâles (l’occasion de voir Tom Cruise exhiber sa musculature d’époque très impressionnante) et une équipe féminine ; retour de l’auteur S.E. Hinton 20 ans plus tard sur les lieux du tournage (le drive-in, le lycée…). Elle se remémore des moments clés du tournage et les conditions d’écriture. On finit sur un reportage télévisuel de Jim Brown pour NBC, qui rencontre l’institutrice et ses élèves, à l’origine de la pétition pour que Coppola adapte ce best-seller. Une pétition fructueuse.

Curieusement, pas de bande-annonce, mais la présence d’une interview de Francis Ford Coppola à la rencontre des étudiants de la Fémis déjà vue sur d’autres galettes dédiées à l’œuvre du réalisateur et parue le même jour, à savoir Coup de cœur et Conversation secrète.

Image : 4.5 / 5

Toute la beauté des éclairages et d’un Cinémascope dans l’esprit des productions Technicolor des années 50, se retrouve accentuée par la restauration. Colorimétrie affinée. Profondeur de champ qui donne à l’arrière-plan toute la valeur qu’il mérite dans une mise en scène particulièrement travaillée. Même si l’esprit est celui des années 50, ce sont bien les éclairages du début des années 80 qui illuminent cette œuvre à l’esthétique pouvant évoquer parfois Autant en emporte le vent, avec ses voutes célestes colorées, ses décors peints et ses reconstitutions d’une Amérique mythique à laquelle le cinéaste redonne vie. Réjouissant en HD.

Son : 4 /5

DTS 5.1 HD Master audio en VF et VO, bonne spatialisation, en particulier sur la piste originale plus puissante. Le son a pris du volume (Outsiders bénéficiait du Dolby Stereo en son temps) et le score ne semble nullement souffrir d’un enregistrement vieux de 30 ans. Il paraît peut-être un poil nasillard, mais la restauration est exemplaire.

Frédéric Mignard

The Outsiders, cover blu-ray director's cut 2013

The Outsiders : © 1983 Pony Boy Inc. © Zoetrope Corporation. All rights reserved © Tous droits réservés

x