Le genou d’Ahed : la critique du film (2021)

Drame | 1h40min
Note de la rédaction :
8/10
8
Le genou d'Ahed, visuel provisoire

  • Réalisateur : Nadav Lapid
  • Acteurs : Avshalom Pollack, Nur Fibak
  • Date de sortie: 15 Sep 2021
  • Année de production : 2021
  • Nationalité : Français, Allemand, Israélien
  • Titre original : Ha’Berech
  • Titre alternatif : Ahed's Knee (Titre international)
  • Scénariste : Nadav Lapid
  • Directeur de la photographie : Shai Goldman
  • Monteur : Nili Feller
  • Compositeur : -
  • Producteurs : Judith Lou Lévy, Osnat Handelsman-Keren, Talia Kleinhendler, Éve Robin, Olivier Père (co-producteur), Janine Jackowski (co-productrice)
  • Sociétés de production : Les Films du Bal, Komplizen Film, Pie Films, Arte France Cinéma
  • Distributeur : Pyramide Distribution
  • Distributeur : (reprise) -
  • Date de sortie reprise : -
  • Editeur vidéo : -
  • Date de sortie vidéo : -
  • Box-office France / Paris-Périphérie : -
  • Box-office nord-américain : -
  • Budget : -
  • Classification : -
  • Format : -
  • Sélection officielle Cannes 2021 : Compétition officielle : Prix du Jury
  • Autres festivals et récompenses : -
  • Illustrateur / Création graphique : © Tous droits réservés / All rights reserved
  • Crédits: © Les Films du Bal, Komplizen Film et Pie Films. Tous droits réservés / All rights reserved
Note des spectateurs :
Bandeau Cannes 2021 vert

© FDC / Philippe Savoir (www.filifox.com)

Après L’institutrice et Synonymes, Nadav Lapid reste fidèle à son univers et à sa critique de l’État israélien. Le genou d’Ahed est une mise en abyme inconfortable mais fascinante.

Synopsis : Y., cinéaste israélien, arrive dans un village reculé au bout du désert pour la projection de l’un de ses films. Il y rencontre Yahalom, une fonctionnaire du ministère de la Culture, et se jette désespérément dans deux combats perdus : l’un contre la mort de la liberté dans son pays, l’autre contre la mort de sa mère.

Le choc Nadav Lapid

Critique : Qu’on ne s’y trompe pas. Malgré son titre aux accents rohmériens, le quatrième long métrage de Nadav Lapid est bien dans la continuité de son cinéma. Nous l’avions découvert avec Le policier (2011), qui traduisait un style incisif, au service d’une dénonciation des failles de la société israélienne. La rage de Y, le cinéaste qui est explicitement le double de Nadav Lapid, rejoint la colère de l’éducatrice persuadée que son pays étouffe toute velléité de poésie et de diversité, dans L’institutrice (2014). Et Le genou d’Ahed peut être perçu comme la suite de Synonymes (Ours d’or à Berlin en 2019), qui relatait la jeunesse parisienne du réalisateur, et questionnait déjà sur la difficulté à assumer sa nationalité israélienne quand on est tiraillé par un conflit de valeurs. Le genou d’Ahed n’a rien du film confortable de festival, politiquement correct ou consensuel, et pourra déconcerter les spectateurs non familiers du cinéma de Lapid (expérimentations narratives, discours politique sans fioritures).

Ceux qui ont vu et apprécié ses précédentes réalisations devraient être confortés dans leur admiration pour un réalisateur qui propose ici une vertigineuse et fascinante mise en abyme. C’est que Y a pour projet de tourner un film sur Ahed Tamimi, jeune égérie de la cause palestinienne, emprisonnée pour avoir giflé un soldat israélien. Pour ce métrage qu’il n’est pas sûr de pouvoir mener à terme, il doit entreprendre un casting destiné à trouver l’actrice susceptible de jouer ce rôle. De ce film dans le film, nous n’en saurons guère plus. Nadav Lapid préfère en effet axer le récit autour du séjour de Y dans un village reculé, aux portes du désert, pour y présenter l’un de ses films.

Une beauté cinématographique indéniable

Photo du film Le genou d'Ahed de Nadav Lapid

Le genou d’Ahed © 2021 Les Films du Bal. Tous droits réservés.

Il est reçu par Yahalom, responsable adjointe des bibliothèques au ministère de la Culture. La jeune femme est charmante, cultivée et conviviale. Mais elle doit lui faire signer un formulaire ministériel relatif aux sujets qu’il compte aborder dans le débat à l’issue de la projection… Entre Yahalom et Y va se dérouler un étrange jeu du chat et de la souris, jusqu’à ce que Y ose exprimer sincèrement son ressenti. De même que le jeune protagoniste de Synonymes voyait des pans de son passé ressurgir à titre de trauma, Y est confronté à un souvenir douloureux qui donne lieu à des flash-back saisissants, Nadav Lapid confirmant son sens du montage et de la tension narrative.

Le genou d’Ahed, des références éloquentes

Et l’on ne pourra qu’être éblouis par les scènes dans le désert qui évoqueront aux cinéphiles les images contemplatives et fascinantes de Profession : reporter (1975) de Michelangelo Antonioni (1975) ou Paris, Texas (1984) de Wim Wenders. Il faut aussi mentionner le jeu stupéfiant de l’acteur Avshalom Pollack, surtout connu en Israël comme chorégraphe et metteur en scène de théâtre, parfait dans son rôle d’alter ego de Nadav Lapid. D’aucuns objecteront le manque de nuance politique d’un réalisateur sans doute excessif dans sa dénonciation. Mais ceci nous semble être un autre débat, tant Le genou d’Ahed est un bel objet de cinéma, dérangeant mais ô combien excitant.

Avshalom Pollack dans Le genou d'Ahed, bande-annonce du film

Crédits : Les Films Du Bal, Komplizen Film et Pie Films

Critique de Gérard Crespo

Les films de la sélection du Festival de Cannes 2021

Le site du Festival

Trailers & Vidéos

trailers
x
Le genou d'Ahed, visuel provisoire

Bande-annonce de Le Genou d'Ahed

Drame

x