Furiosa : Une saga Mad Max – la critique du film (2024)

Action, Fantastique, Science-fiction, Post-Nuke | 2h28min
Note de la rédaction :
8,5/10
8,5
Furiosa : une saga Mad Max, l'affiche

  • Réalisateur : George Miller
  • Acteurs : Chris Hemsworth, Anya Taylor-Joy, Daniel Webber, Elsa Pataky, Tom Burke
  • Date de sortie: 22 Mai 2024
  • Année de production : 2024
  • Nationalité : Américain, Australien
  • Titre original : Furiosa: A Mad Max Saga
  • Titres alternatifs : Furiosa: De la saga Mad Max (Espagne) / Furiosa: Uma Saga Mad Max (Portugal) / Furiosa: Saga Mad Max (Pologne) / Furiosa (Mexique) / Furiosa: Történet a Mad Maxből (Hongrie) / Furiosa: Sága Šíleného Maxe (République tchèque)
  • Autres acteurs : Lachy Hulme, George Shevtsov, Nathan Jones, John Howard, Josh Helman, Angus Sampson
  • Scénaristes : George Miller, Nico Lathouris
  • D'après les personnages de : George Miller, Byron Kennedy
  • Monteurs : Eliot Knapman, Margaret Sixel
  • Directeur de la photographie : Simon Duggan
  • Compositeur : Tom Holkenborg (Junkie XL)
  • Chef Maquilleur : -
  • Chef décorateur : Colin Gibson
  • Directeurs artistiques : Nicholas Dare, Jacinta Leong, Sophie Nash
  • Producteurs : George Miller, Doug Mitchell
  • Producteurs exécutifs : Pete Chiappetta, Dean Hood, Andrew Lary, Anthony Tittanegro
  • Sociétés de production : Kennedy Miller Productions, Village Roadshow Pictures
  • Distributeur : Warner Bros.
  • Distributeur reprise : -
  • Date de sortie reprise : -
  • Editeur vidéo :
  • Date de sortie vidéo :
  • Budget : 168 000 000 $
  • Box-office France / Paris-Périphérie :
  • Box-office nord-américain / monde :
  • Rentabilité :
  • Classification : Interdiction aux -12 ans, en raison d’un climat permanent de violence et de scènes de combats sanglants susceptibles de choquer un jeune public.
  • Formats : 2.39 : 1 / Couleurs / Son : IMAX 6-Track, Dolby Surround 7.1, Dolby Atmos
  • Festivals : Festival de Cannes 2024 : avant-première, hors compétition
  • Nominations : -
  • Récompenses : -
  • Illustrateur/Création graphique : © B O N D. Tous droits réservés / All rights reserved
  • Crédits : © Warner Bros. Tous droits réservés / All rights reserved
  • Attachés de presse :
  • Tagline : Par le réalisateur visionnaire George Miller.
  • Franchise : 5ème film de la saga Mad Max.
Note des spectateurs :

Pur shoot d’adrénaline, Furiosa : une saga Mad Max égale presque son prédécesseur dans la démesure et la barbarie. La symphonie mécanique risque bien de vous laisser sans voix.

Synopsis : Alors que le monde s’écroule, la jeune Furiosa tombe entre les mains d’une horde de motards dirigée par le seigneur de la guerre Dementus. En traversant le Wasteland, ils tombent sur la Citadelle présidée par l’Immortan Joe. Alors que les deux tyrans se battent pour la domination, Furiosa doit survivre à de nombreuses épreuves pour trouver le moyen de rentrer chez elle.

Exit Mad Max, voici Furiosa

Critique : Tout juste après la sortie de l’impressionnant Mad Max : Fury Road (2015), son créateur George Miller a annoncé la conception prochaine d’une suite qui devait s’intituler The Wasteland, où l’on retrouverait l’acteur Tom Hardy. Pourtant, ce projet a finalement échoué à cause d’un litige financier entre la Warner et George Miller. Entre-temps, le cinéaste a eu le temps de réaliser l’ambitieux Trois mille ans à t’attendre (2022), avant de changer son fusil d’épaule et d’annoncer la mise en chantier d’un préquel de la saga Mad Max centré sur le personnage féminin de Furiosa, incarnée initialement par Charlize Theron dans le film de 2015.

Lancé au début de la décennie 2020, le projet Furiosa : une saga Mad Max a mis quatre longues années à voir le jour, dont cinq mois de tournage en Australie durant l’année 2022. Le temps pour le cinéaste d’écrire un script qui approfondisse son univers postapocalyptique, mais aussi d’effectuer la sélection de ses acteurs, dont la jeune Anya Taylor-Joy, mais aussi la star Chris Hemsworth dans le rôle de l’antagoniste Dementus. Enfin, pour compléter la distribution, George Miller engage aussi l’acteur britannique Tom Burke qui se glisse dans les habits d’un conducteur de poids lourds aux méthodes expéditives.

Des cascades live pour une efficacité maximale

Pour Furiosa : une saga Mad Max, George Miller retrouve la même équipe technique que sur le volet précédent et s’inscrit dans la même démarche sur le plan esthétique. Il a notamment insisté pour limiter au maximum l’usage des effets numériques, même si ceux-ci ont été employés afin de renforcer l’aspect grandiose des décors. En ce qui concerne les cascades en voitures, tout a été réalisé face à la caméra afin de rendre palpable le danger et de conférer aux scènes d’action un réalisme époustouflant. Cependant, pour les décors et la palette de couleurs, tout a été rehaussé par le numérique, sans que cela n’empiète sur l’aspect humain du long métrage.

Furiosa : une saga Mad Max, photo d'exploitation

© 2024 Warner Bros. Tous droits réservés.

Débutant par l’enfance chahutée de Furiosa, le film prend d’abord son temps pour présenter avec plus de détails l’univers de la saga. Ainsi, le script semble un peu plus approfondi que ses prédécesseurs dans sa volonté d’expliquer davantage les tenants et aboutissants d’un monde postapocalyptique qui a surtout été initié dans le second volet datant de 1981 et qui fut à l’origine de la vague du post-nuke des années 80. En nous présentant d’abord la Terre Verte, puis les trois cités principales du Wasteland (la Citadelle, Petrol Town et Bullet Farm), le réalisateur explique enfin les luttes d’influence à l’œuvre au cœur de cet univers de désolation. Il insiste notamment sur la volonté des peuples barbares d’accaparer les quelques ressources qui subsistent afin d’affirmer leur domination sur les autres.

George Miller revisite les grands mythes de l’humanité

Ce scénario offre donc non seulement des explications supplémentaires, mais permet d’établir une plus grande cohérence entre les différents segments de la saga. Toutefois, durant ce passage nécessaire pour placer ses pions, le cinéaste n’oublie pas de revisiter les vieux mythes de l’humanité. Ainsi, la Terre Verte nous permet de découvrir des femmes proches des Amazones. La crucifixion de la mère de Furiosa renvoie quant à elle directement à la Passion du Christ, tandis que l’erreur initiale de la gamine est associée à la cueillette innocente d’une pomme comme dans la Genèse. Enfin, le réalisateur fait un clin d’œil à la légende du cheval de Troie lors de l’invasion de Petrol Town. Ces éléments, loin d’alourdir le propos du cinéaste, tend au contraire à confirmer sa volonté d’élever sa saga au rang des grands mythes fondateurs de l’humanité.

Une fois ces fondamentaux établis, George Miller nous conte une classique histoire de vengeance qui va passer par l’affrontement entre plusieurs factions de barbares. Ainsi, Furiosa : une saga Mad Max s’inscrit parfaitement dans son époque troublée puisque le réalisateur cite les grands conflits des 20ème et 21ème siècles comme références dans la barbarie. L’air de rien, son film entre donc en résonnance avec le monde actuel où les conflits redoublent et où la perspective d’effondrement n’a jamais été aussi présente à l’esprit.

Furiosa, une symphonie de pistons et bielles

Mais ce qui fait de Furiosa une nouvelle référence dans le domaine du film postapocalyptique vient surtout des deux heures qui suivent, entièrement vouées à l’action. Toujours aussi inspiré dès qu’il s’agit de filmer des véhicules customisés et des barbares éructant, George Miller s’est fait plaisir et nous livre un déluge de scènes phénoménales où le spectateur n’est jamais perdu malgré la débauche d’actions simultanées à l’écran. Par sa réalisation toujours aussi ample, le cinéaste réussit l’exploit de retrouver le génie de Mad Max : Fury Road (2015) en nous garantissant des moments culte.

Véritable ode aux pistons et autres bielles, Furiosa : une saga Mad Max s’élève au niveau d’un pur enfer mécanique. Les moteurs vrombissent, les véhicules s’élancent à des vitesses folles sur les dunes du désert australien pour des évolutions qui filent la chair de poule. On saluera bien bas la contribution remarquable de tous les cascadeurs qui donnent de leur personne dans des plans délirants qui paraissent encore inédits.

Furiosa : une saga Mad Max, photo d'exploitation 2

© 2024 Warner Bros. Tous droits réservés.

Festival de pyrotechnie qui invente encore de nouvelles façons de créer de l’action à l’écran, Furiosa : une saga Mad Max peut donc être hissé au niveau des chefs d’œuvre du cinéma coup de poing. Au cœur de cette folie visuelle qui démontre une fois de plus le génie visionnaire de George Miller, on peut sans doute regretter quelques petits défauts comme le choix de Chris Hemsworth en méchant de service. Affublé d’un maquillage disgracieux (un nez très long), l’acteur en fait des tonnes pour sembler le plus méchant possible et il ne nous convainc pas vraiment.

La description de l’humanité dans ce qu’elle a de plus vil

On préfère largement le jeu d’Anya Taylor-Joy qui parvient à s’inscrire dans la lignée de Charlize Theron. Le cinéaste a eu l’intelligence de montrer les qualités athlétiques de la frêle comédienne sans pour autant l’opposer aux molosses baraqués du casting, ce qui n’aurait guère été crédible. Secondée par des armes ou bien aidée par son intelligence et son agilité, Furiosa est une guerrière accomplie, mais qui n’est aucunement invincible et qui ne peut assurément pas faire le poids face à des montagnes de muscles.

D’une énergie folle, Furiosa : une saga Mad Max est donc bien le shoot d’adrénaline promis et constitue l’un des meilleurs films de ces dernières années en matière de blockbuster. D’une violence toujours aussi dingue, le métrage décrit à nouveau l’humanité dans ce qu’elle peut engendrer de pire. Un avertissement qu’il serait bon d’écouter. Après sa présentation en grande pompe à Cannes, ce nouveau segment de la saga Mad Max mériterait de rencontrer un large écho auprès du public.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 22 mai 2024

Furiosa : une saga Mad Max, l'affiche

© 2024 Warner Bros. / Affiche : B O N D. Tous droits réservés.

Biographies +

George Miller, Chris Hemsworth, Anya Taylor-Joy, Daniel Webber, Elsa Pataky, Tom Burke

Mots clés

Cinéma australien, La franchise Mad Max, Cinéma postapocalyptique, Les voitures au cinéma, Les femmes d’action au cinéma

 

Trailers & Vidéos

trailers
x
Furiosa : une saga Mad Max, l'affiche

Bande-annonce de Furiosa : une saga Mad Max (VOstf)

Action, Fantastique, Science-fiction, Post-Nuke

x