Woody Strode

Acteur, Footballeur
Final Executor, affiche

Personal Info

  • Nationalité : Américain
  • Date de naissance : 25 juillet 1914 à Los Angeles (USA)
  • Date de décès : 31 décembre 1994 à Glendora (USA)
  • Crédit visuel : © 1984 Immagine S.r.l. / Affiche : Enzo Sciotti. Tous droits réservés.

Biographie

Note des spectateurs :

Acteur et footballeur américain, Woody Strode a débuté comme joueur de football américain dès les années 30. Il est notamment le premier joueur noir à entrer chez les RAM de Los Angeles en 1946. Puis, il a joué pendant trois ans d’affilée au Canada, avant d’abandonner sa carrière sportive en 1949.

Un sportif professionnel qui cherche à percer comme acteur

Parallèlement, Woody Strode a été sollicité pour de petits rôles au cinéma, par sa stature impressionnante de près de deux mètres. Toutefois, il s’agit toujours de rôles très courts et stéréotypés. Ainsi, on le voit dans La cité sous la mer (Boetticher, 1953), Complot dans la jungle (Selander, 1953) ou encore Les gladiateurs (Daves, 1954) où il joue un combattant de l’arène romaine. On le retrouve également au générique de Les dix commandements (DeMille, 1956), Les boucaniers (Quinn, 1958) et La gloire et la peur (Milestone, 1959).

La rencontre avec John Ford

Toutefois, Woody Strode accède enfin à des rôles plus développés en 1960. Cette année-là, il incarne le gladiateur Draba dans le Spartacus de Stanley Kubrick et devient la vedette à part entière du Sergent noir de John Ford. Le cinéaste le rappelle à plusieurs reprises, notamment dans Les deux cavaliers (1961) où il est indien, L’homme qui tua Liberty Valance (1962) ou encore Frontière chinoise (1966) où il joue cette fois un mongol. Le comédien est ensuite sollicité par Richard Brooks pour jouer dans Les professionnels (1966) et par Valerio Zurlini pour incarner une figure inspirée de Patrice Lumumba dans Black Jesus (1968).

Le temps des bisseries italiennes

C’est d’ailleurs à cette époque que l’acteur part s’installer en Italie où il continue sa carrière dans le cinéma populaire local. Outre un rôle dans Shalako (Dmytryk, 1968), il est visible en bandit dans Il était une fois dans l’Ouest (Leone, 1968). Il rejoint le duo Terence Hill et Bud Spencer pour Trinita va tout casser ou La colline des bottes (Colizzi, 1969). Dès lors, il devient une véritable star du western spaghetti avec des rôles majeurs dans Ciakmull, le bâtard de Dodge City (Clucher, 1970), Trinita, nous voilà ! (Parolini, 1975) et surtout Keoma (Castellari, 1976). De temps à autre, on l’aperçoit de nouveau dans des productions américaines comme La poursuite sauvage (Mann, 1972), Le faucon blanc (Pierce, 1975) ou encore L’horrible invasion (Cardos, 1977).

La suite de sa carrière est marquée par des productions de plus en plus bis parmi lesquelles on peut citer Nom de code : Jaguar (Pintoff, 1979), Vigilante (Lustig, 1982), Safari cannibal (Birkinshaw, 1982), Final Executor (Guerrieri, 1984) ou encore Les guerriers de la jungle (von Theumer, 1984). Avant de s’arrêter, on retrouve tout de même Woody Strode dans quelques productions plus valeureuses comme le Cotton Club (1984) de Francis Ford Coppola, le téléfilm Colère en Louisiane (1987) de Volker Schlöndorff sorti en salles en France ou encore dans Storyville (Frost, 1992). Sam Raimi lui offre une belle sortie avec l’excellent Mort ou vif (1995) qui est son dernier rôle.

Woody Strode décède en 1994 d’un cancer du poumon à l’âge de 80 ans. Il restera comme une figure majeure du western mondial et un pionnier parmi les acteurs afro-américains.

Virgile Dumez

Ils nous ont quittés en 1994

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
Final Executor, affiche

Bande-annonce de

Acteur, Footballeur

Bande-annonce de Mort ou vif (VO)

x