Note des spectateurs :

Box-office France : One Piece Red est un succès tonitruant avec le deuxième meilleur démarrage pour un film japonais en France.

One Piece Red, numéro un quasi historique pour le cinéma japonais

One Piece Red est le phénomène que les exploitants attendaient. 455 871 entrées en 7 jours, voire 575 182 entrées si l’on compte les avant-premières, c’est le 2e démarrage de l’histoire pour une production japonaise derrière le premier film des Pokemon, en 2000. Placé par Pathé dans 631 cinémas, le manga est devenu un blockbuster à lui tout seul, éclipsant le cinéma américain qui occupait la pôle position depuis avril.

Plutôt « Yep » que « Nope »

La deuxième entrée de la semaine, c’est Nope de Jordan Peele. C’est le moins solide des démarrages pour le réalisateur de Get Out (465 000/1ere semaine) et  Us (285 000). Avec 224 705 entrées dans 451 salles, la production Universal est la seconde meilleure moyenne de la semaine. Universal Pictures est toujours numéro 1 annuel en France devant Disney et Paramount.

La très très grande classe a la moyenne

La troisième nouveauté est à chercher en 8e position et elle est française. La très très grande classe (un bien mauvais titre) a diverti 157 000 gamins en manque de scolarité. C’est la 4e meilleure moyenne de la semaine avec 331 spectateurs par écran, derrière Red, Nope, et Bullet Train. Un taux de remplissage plutôt positif pour les exploitants.

Le fantasque et cannois Dodo atterrit en 20e position avec 11 000 spectateurs dans 82 salles.

One Piece Red, affiche du film

© Eiichiro Oda/2022 « One Piece » Production Committee

L’été indien

Du côté du cinéma indien, le remake de Forrest Gump distribué par la major Paramount, Laal Singh Chaddha déçoit (6 840 entrées dans 72 salles) quand Viruman, pourtant déployé le vendredi dans à peine 19 salles, comptabilise 5 076 spectateurs. Un triomphe pour ce dernier.

Akira Kurosawa s’offre une reprise épique

Gros succès pour la reprise de Rashômon, avec 4 194 spectateurs, dont 2 575 sur 5 écrans à Paris. Le film grandiose de Kurosawa est à la hauteur des attentes. A côté, la reprise du plus contemporain Un jour sans fin échoue à la 38e place, avec 3 313 spectateurs dans 47 cinémas.

Tout le monde se maintient…

Parmi les continuations, rien de nouveau, les états sont stationnaires. La raison à des nouveautés très rares qui ne parlent pas aux adultes. Près de 20 films du top 40 perdent moins de 30% de leur fréquentation, voire gagne des entrées (Top Gun Maverick, +9%, et plus de 6 millions de spectateurs ; En corps, + 30%, en 20e semaine !).

Bullet Train (-32%, 2e) dépasse les 800 000 en 15 jours, Les Minions 2 les 3 300 000 en 6e (-15%), Thor Love and Thunder les 2 500 000 en 5e (-5e)…

Menteur s’apprête à franchir les 800 000 pour sa 6e semaine ; Ducobu président passera le cap du million lors de sa 6e semaine.

La nuit du 12 (347 000 entrées, -7%), As Bestas (220 567, – 7%), et Elvis (1 151 380, -18%) sont increvables.

Mais L’année du requin plonge

La catastrophe de la semaine était également celle de la semaine passée, L’année du requin plonge quand la concurrence flotte (-48%, 39 000 entrées dans 536 salles). Le bide est saignant avec 118 000 entrées en 15 jours. Le budget est certes inférieur à 5 millions d’euros, mais les attentes étaient plus élevées et les exploitants nombreux, eux, ont dû faire face à des salles vides (74).

Frédéric Mignard

La très très grande classe, l'affiche

© 2022 Les films du 24 – Umedia – TF1 Films Production / Affiche : RYSK (agence) – Eddy Brière (photographie). Tous droits réservés.