Revoir Paris : la critique du film (2022)

Drame | 1h43min
Note de la rédaction :
9/10
9
Revoir Paris, l'affiche

  • Réalisateur : Alice Winocour
  • Acteurs : Benoît Magimel, Virginie Efira, Amadou Mbow, Grégoire Colin, Christine Gautier, Sofia Lesaffre, Maya Sansa
  • Date de sortie: 07 Sep 2022
  • Nationalité : Français
  • Titre original : Revoir Paris
  • Titres alternatifs : Paris Memories (titre international)
  • Année de production : 2022
  • Scénariste(s) : Alice Winocour avec Jean-Stéphane Bron et Marcia Romano
  • Directeur de la photographie : Stéphane Fontaine
  • Compositeur : Anna von Hausswolff
  • Société(s) de production : Dharamsala, Darius Films, Pathé Films, France 3 Cinéma
  • Distributeur : Pathé Distribution
  • Éditeur(s) vidéo : -
  • Date de sortie vidéo : -
  • Box-office France / Paris-périphérie : -
  • Box-office nord-américain : -
  • Budget : -
  • Rentabilité : -
  • Classification : Tous publics avec avertissement. La Commission propose un visa tous publics assorti de l'avertissement suivant : "La scène et le climat qui font référence aux attentats de 2015 sont susceptibles de heurter la sensibilité d’un public non averti."
  • Formats : 1.85 : 1 / Couleurs / Son : Dolby Digital
  • Festivals et récompenses : Festival de Cannes 2022 : Quinzaine des réalisateurs
  • Illustrateur / Création graphique : Le Cercle Noir pour Silenzio. Tous droits réservés.
  • Crédits : Dharamsala, Darius Films, Pathé Films, France 3 Cinéma
Note des spectateurs :

Film sur la résilience des victimes d’un terrible attentat, Revoir Paris est une œuvre forte en émotions, mais qui reste toujours pudique et digne. Il s’agit assurément du film de la maturité pour Alice Winocour, au sommet de son art.

Synopsis : A Paris, Mia est prise dans un attentat dans une brasserie. Trois mois plus tard, alors qu’elle n’a toujours pas réussi à reprendre le cours de sa vie et qu’elle ne se rappelle de l’évènement que par bribes, Mia décide d’enquêter dans sa mémoire pour retrouver le chemin d’un bonheur possible…

Alice Winocour ausculte les conséquences d’un attentat

Critique : Déjà réalisatrice de plusieurs drames intenses qui ont fait preuve de grandes qualités, aussi bien esthétiques que thématiques (Augustine, Maryland ou encore Proxima sont encore dans nos mémoires), Alice Winocour s’attaque avec Revoir Paris à un sujet très difficile, à savoir la résilience de personnes ayant subies une attaque terroriste. Outre le fait que les événements de novembre 2015 sont encore fortement ancrés dans la tête des Français, Alice Winocour devait également affronter sa propre expérience du drame puisque son frère a fait partie des otages du Bataclan et qu’elle est restée en contact avec lui par SMS durant toute la durée de l’attaque terroriste. Un vrai traumatisme qu’elle a donc décidé d’exorciser par ce geste artistique salvateur.

Revoir Paris, photo d'exploitation

© 2022 Dharamsala – Darius Films – Pathé Films – France 3 Cinéma. Tous droits réservés.

En se renseignant sur les attentats, la réalisatrice a découvert toute une communauté de victimes qui continuent à s’entraider par-delà le temps afin de trouver la force de se souvenir pour mieux se reconstruire. La réalisatrice a donc choisi de s’intéresser à ce travail de résilience plutôt qu’à la description de l’attentat en lui-même. Bien entendu, le début du film glace forcément les sangs puisque nous assistons impuissant au massacre dans un restaurant par des assaillants dont nous ne verrons que les pieds. Car la grande intelligence de la cinéaste est d’avoir conservé de bout en bout l’unique point de vue subjectif de son personnage principal, la splendide Virginie Efira.

Plongée dans la psyché désordonnée d’une victime traumatisée

Ainsi, la séquence de l’attentat est volontairement incomplète puisqu’elle-même ne se souvient de l’événement que par bribes. Dès lors, le but du film est de montrer le travail effectué par la quadragénaire pour reconstituer le fil des événements et combler ainsi les manques de sa mémoire défaillante. L’une des meilleures idées d’Alice Winocour est d’avoir créé des séquences quasiment oniriques où la protagoniste croise sans cesse les autres victimes comme dans un rêve éveillé. Elle nous plonge ainsi totalement au cœur du trauma dont l’héroïne n’arrive pas à s’extirper. Il suffit d’un objet, d’un son ou d’un détail infime pour que cette femme brisée se retrouve à nouveau dans la salle du restaurant, au milieu du carnage. Outre le fait qu’il s’agit d’une très belle idée de cinéma, cela correspond également à une réaction psychologique avérée lors de puissants traumas.

Dans ces moments où elle semble décrocher de la réalité, Virginie Efira démontre à nouveau l’ampleur de son talent, comme elle avait su si bien le faire dans le beau En attendant Bojangles (Roinsard, 2018). On apprécie également la prestation toute en nuance de Benoît Magimel et de Grégoire Colin, ce dernier dans un rôle plus ingrat, pas évident à mettre en valeur. Toutefois, ce qui marque fortement dans Revoir Paris, c’est d’abord l’extrême justesse de l’écriture, et notamment cette capacité à éviter le pathos ou encore le mélodrame. Ne se faisant jamais le porte-drapeau de qui que ce soit, Alice Winocour reste respectueuse de tous ses personnages, y compris ceux qui se comportent à priori de manière plus contestable.

Revoir Paris ou la beauté d’une écriture limpide, respectueuse et pudique

Jamais dans le sentimentalisme béat ou dans la surenchère glauque, la réalisatrice en profite tout de même pour rappeler aussi une réalité bien parisienne, à savoir le nombre d’employés immigrés clandestins qui travaillent dans l’ombre de la richesse d’une capitale mondiale. Mais là encore, cela ne sonne pas comme une revendication, mais plutôt comme un simple constat sociologique.

Porté par une réalisation très fluide, une superbe musique planante, mais inquiétante de la chanteuse suédoise Anna von Hausswolff, Revoir Paris est donc une œuvre intense et très forte en émotions. Elle offre toutefois à ses personnages une possibilité de surpasser le trauma pour revenir à la vie. Cette issue positive est à la fois belle et salvatrice au cœur d’un film décidément marquant. Et assurément le plus beau d’Alice Winocour à ce jour.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 7 septembre 2022

Revoir Paris, l'affiche

© 2022 Dharamsala – Darius Films – Pathé Films – France 3 Cinéma / Affiche : Le Cercle Noir pour Silenzio. Tous droits réservés.

Biographies +

Alice Winocour, Benoît Magimel, Virginie Efira, Amadou Mbow, Grégoire Colin, Christine Gautier, Sofia Lesaffre, Maya Sansa

Trailers & Vidéos

trailers
x
Revoir Paris, l'affiche

Bande-annonce de Revoir Paris

Drame

x