Buffet froid : la critique du film (1979)

Thriller, Comédie noire | 1h35min
Note de la rédaction :
9/10
9
Buffet Froid, affiche du film de Bertrand Blier

  • Réalisateur : Bertrand Blier
  • Acteurs : Gérard Depardieu, Michel Serrault, Jean Carmet, Carole Bouquet, Bernard Blier, Jean Benguigui, Geneviève Page, Jean Rougerie
  • Date de sortie: 19 Déc 1979
  • Nationalité : Français
  • Scénariste et dialoguiste : Bertrand Blier
  • Producteur : Alain Sarde
  • Société de production : Sara Films, Antenne 2
  • Distributeur : Parafrance
  • Editeur vidéo : RCV (VHS, première édition), Avance Rapide (VHS), Film Office (DVD), Studio Canal
  • Date de sortie vidéo : 9 janvier 2006 (DVD), 1e février 2020 (blu-ray)
  • Box-office France / Paris-Périphérie : 777 127 entrées / 301 849 entrées
  • Crédits photo : © 1980 StudioCanal France 2 cinéma. Tous droits réservés - Photo : Victor Rodrigue Elements de conception Graphique © StudioCanal. Tous droits réservés
  • Illustrateur : René Ferracci
  • Récompense : César du Meilleur scénario original
Note des spectateurs :
[Total : 2   Moyenne : 4.5/5]

Buffet Froid, meilleur jalon de Bertrand Blier, est une comédie grinçante aux mises en abîme glaçantes dont la réflexion sur la vie file droit vers la mort.

Synopsis : Dans la banlieue parisienne, la rencontre entre un paumé, un assassin et un inspecteur de police. Le trio sympathise… pour le meilleur et surtout pour le pire !

Le mari, le flic et l’assassin

Critique : Après quelques comédie grivoises (Les valseuses, Calmos, Préparez vos mouchoirs), Bertrand Blier amorce un changement de ton et de genre avec une comédie existentielle qui broie du noir. Buffet froid, aux dialogues diaboliquement ciselés, pose sa caméra dans un décor parisien moderne, froid, privé de vie et d’humanité, où l’on ne se parle plus et où l’on agonise seul dans le métro, à l’image des premiers sans-abris de l’ère urbaine.

Les décors sont parlant. La station de RER de la Défense qui ouvre le film, et la tour froide dans laquelle gravitent les personnages, sont les symboles d’un nouveau Paris impersonnel qui tuait l’ancien monde, celui que l’on voyait s’abattre dans Le Chat de Pierre Granier-Deferre dont le fils, Denis, est ici assistant-réalisateur. La cité de Buffet froid pue le béton, s’intoxique dans les émanations de bitume, pense avoir désarmé la nature dans laquelle les personnages désabusés se retrouvent confinés lors des séquences finales, et a rendu l’humain hermétique au chant des oiseaux et au vert devenu un enfer. Quant à ses rivières vallonées, on n’est plus très loin de Délivrance de Boorman, Carole Bouquet la carabine à la main. La “nature” de l’homme n’est-elle pas de mourir un jour?

Buffet froid : anatomie d’un crime contre la France

Buffet froid est une comédie caustique, mortifère, obsédée par la mort. La solitude pousse au viol, au crime, à l’absurde. Face à la mort qui vire à l’hécatombe dans une épidémie qui rend la masculinité toxique plus assassine que jamais, les personnages en sont réduits à des archétypes seuls, en manque de compagnie, association contre “nature” de par leur fonction : le mari, le flic et l’assassin (Depardieu, Blier père et Jean Carmet) s’assurent une complicité de l’absurde qui cristallise ce qui reste de relation humaine dans la désillusion et la violence. Tous trois développent une communication autour d’un perpétuel questionnement philosophique.

Ces personnages insolites, habités par des craintes existentielles qui les poussent à s’entre-tuer, sont le miroir de la France post-choc pétrolier, celle du chômage pour le personnage de Depardieu, incapable de savoir s’il a commis l’irréparable sur la personne de Serrault, lors de la séquence d’ouverture anthologique ; celle d’un terroir qui étouffe entre les murs, c’est Jean Carmet dans un rôle pathétique qui aurait mérité une nomination aux César tellement il y met du sien ; celle d’un pays autoritaire qui s’est braqué contre son propre avenir et la culture, à savoir le flic que joue Blier qui n’a plus foi ni en la jeunesse, qu’il renvoie à l’imagerie loubarde, ni en la culture, réduite à  la musique qu’il abhorre telle le son de son propre requiem.

Bien avant les grands succès commerciaux que seront Tenue de soirée (1986) et Trop belle pour toi ! (1990), Bertrand Blier réalisait avec Buffet froid un film d’une maturité précoce pour ses quarante ans qui préfigurait ses œuvres austères des années 90 et 2000 qu’il réussira moins. Assurément mieux que Beau-père et La femme de mon pote qui le suivront en 1981 et 1983, on peut évoquer ici le terme de pinacle dans une carrière souvent formidable.

Un festin à déguster encore chaud en cette nouvelle décennie, avec une édition HD, proposée par Studio Canal depuis février 2020.

Frédéric Mignard 

Les sorties de la semaine du 19 décembre 1979

Voir en VOD

Trailers & Vidéos

trailers
x
Buffet Froid, affiche du film de Bertrand Blier

Bande-annonce de Buffet Froid

Thriller, Comédie noire

x