X-men, l’affrontement final : la critique du film (2006)

Film de super-héros, Blockbuster, Science-fiction | 1h44min
Note de la rédaction :
5/10
5
x-men_affrontement_final_affiche

Note des lecteurs

Ce troisième volet, le plus faible de la saga X-men, est un véritable festival de pyrotechnie, efficace à défaut d’être palpitant ou émouvant.

Synopsis : Dans le chapitre final de la trilogie X-Men, les mutants affrontent un choix historique et leur plus grand combat… Un “traitement” leur permet désormais d’échapper à ce qu’ils sont. Ils peuvent conserver ce qui fait leur caractère unique mais leur vaut la défiance et la méfiance de l’humanité, ou bien abandonner leurs pouvoirs et devenir des humains à part entière. Les points de vue opposés des leaders des mutants, Charles Xavier, qui prêche la tolérance, et Magneto, qui croit à la survie des plus adaptés, sont plus que jamais incompatibles et vont déclencher la plus acharnée des batailles.

Une suite décevante par rapport aux attentes

Critique : La catastrophe annoncée lors du remplacement de Bryan Singer par Brett Ratner (Rush hour, 1998) aux commandes de ce dernier volet de la trilogie n’a pas eu totalement lieu. Pour autant, les fans de la saga ne doivent pas trop vite crier victoire, car si le cinéaste tâcheron n’a pas saboté totalement le travail de son prédécesseur, il ne lui apporte pas grand-chose non plus. Loin de la mise en scène très classe de Singer, Ratner se contente de suivre platement les aventures toujours aussi incroyables d’une poignée de mutants aux pouvoirs extraordinaires.

Festival pyrotechnique pour traitement superficiel

x-men_affrontement_final_jaquette_4K

Copyright 2019 Twentieth Century Fox. Tous droits réservés.

Après un pré-générique aussi inutile que franchement raté et l’apparition d’un titre au logo bien ringard, les scénaristes retrouvent un certain nombre de personnages issus des deux premiers films. Ils en profitent pour explorer à nouveau leurs tourments intérieurs. Pourtant, préférant la surenchère à l’approfondissement, les auteurs choisissent de nous présenter toute une nouvelle galerie de mutants dont on se demande parfois ce qu’ils viennent faire dans le film. La présence inutile d’Angel reste ainsi un mystère.

Pendant ce temps, certains personnages centraux sont carrément expédiés en quelques scènes (qu’arrive-t-il exactement à Cyclope ?). Les dialogues font parfois penser à une sitcom et, rapidement, le cinéaste noie le poisson en se lançant à corps perdu dans les séquences d’action.

Spectaculaire… et alors ?

Il faut reconnaître que le festival de pyrotechnie est parfaitement réussi et que de nombreuses scènes sont spectaculaires, en en donnant pour son argent au spectateur peu regardant. Mais, une fois tous ses jouets cassés, Brett Ratner se révèle incapable de créer une réelle émotion, alors que la saga devait se terminer sur l’épisode le plus dramatique de la bande-dessinée.

Finalement, si le spectacle reste une fois de plus regardable grâce à une histoire assez originale, X-men, l’affrontement final n’est pas pleinement convaincant à cause de choix artistiques douteux. Sa mise en scène trop anodine et sa durée excessivement courte par rapport aux enjeux narratifs en fait le plus faible des trois segments de la première trilogie.

X-men, l’affrontement final a connu un certain succès en salles, mais se traîne depuis une sale réputation, en grande partie méritée. La faute à une dernière demi-heure charcutée par un montage aberrant qui expédie tous les enjeux narratifs en quelques minutes.

Conscient de la déception des fans vis-à-vis de ce long-métrage qui mettait en scène l’arc narratif le plus populaire du comics, le scénariste Simon Kinberg a opté pour un remake déguisé en 2019, tout juste meilleur.

Tous les films X-men sur CinéDweller

Acheter le film en 4K

Critique de Virgile Dumez

x-men_affrontement_final_affiche

Copyright 2005 Twentieth Century Fox. Tous droits réservés.

x