Voyage à deux : la critique du film et le test blu ray (1967)

Romance, Comédie dramatique | 1h52min
Note de la rédaction :
9/10
9
Voyage à deux affiche du film

  • Réalisateur : Stanley Donen
  • Acteurs : Audrey Hepburn, Albert Finney, Jacqueline Bisset, Claude Dauphin, Nadia Gray, Georges Descrières, William Daniels
  • Date de sortie: 20 Sep 1967
  • Nationalité : Britannique, Américain
  • Titre original + Titre salle : Two for the road / Voyage à 2
  • Autres acteurs : Eleanor Bron, Williams Daniels, Gabrielle Middleton, Judy Cornwell, Irène Hilda, Dominique Joos
  • Scénariste : Frédéric Raphaël
  • Compositeur : Henry Mancini
  • Distributeur : 20th Century Fox (1967), Les Acacias (2003), Action Cinémas (2011), Ciné Sorbonne (2020)
  • Editeur Vidéo : Carlotta (DVD, 2005), Wild Side Vidéo (DVD-Blu-ray, 2020)
  • Date de sortie vidéo : 6 décembre 2005 (DVD, Carlotta) - 11 mars 2020 (Edition limitée DVD + Blu-ray + Livre / Edition blu-ray simple & DVD simple, Wild Side Vidéo)
  • Box-office France : 273 149 entrées (sortie initiale, 1967) / 4 683 (reprise 2003) / 684 entrées (reprise 2011)
  • Reprise cinéma : Réédition en version numérique restaurée 4K le 29 avril 2020.
  • Crédit photo : © 1967 Twentieth Century Fox Film Corporation. Tous droits réservés. / Visuel et graphisme DVD/BRD : © Droits et conception graphique Wild Side Vidéo, création graphique Andreea Matei pour l'agence LES ALIENS/ Affiche : Boris Grinsson © ADAGP Paris, 2019
Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Voyage à deux est un magnifique film sur le couple, par le roi des comédies musicales, Stanley Donen. L’un des rôles majeurs d’Audrey Hepburn.

Synopsis : Elle étudie la musique, lui l’architecture. Elle est espiègle, d’une beauté lumineuse et novice en amour. Il est arrogant, d’un naturel déconcertant et coureur de jupons. Leur première rencontre est peu probante mais le hasard en a décidé autrement. Joanna et Mark se recroisent et tombent amoureux. Le mariage, un enfant, la réussite. Des années plus tard, de disputes en trahisons, les choses ont changé. De retour sur la Côte d’Azur, leurs escapades passées défilent. Ils se souviennent à quel point ils étaient passionnés, complices et insouciants… Leurs chemins peuvent-ils se séparer ?

Critique : Quand on pense à Stanley Donen, décédé en 2019, à l’âge de 95 ans, on songe forcément à l’âge d’or des comédies musicales. Chantons sous la pluie (1952) trône au firmament des plus grandes réussites du genre. Mais ce n’est pas tout. Il y a aussi, sans être exhaustif, les sublimes Un jour à New York (1949) ; Les sept femmes de Barberousse (1954) ou encore Drôle de frimousse (1957).

Pour autant, il serait réducteur de considérer Donen uniquement comme l’auteur de magnifiques comédies musicales. Les années 60 sont ainsi placées sous le signe de l’évolution. Des œuvres comme Charade (1963) et Arabesque (1966) sont des comédies où la liberté se ressent au niveau du scénario et de la mise en scène.

Voyage à deux, tourné en 1967, s’inscrit dans cette césure des années 60. Le cinéaste parle toujours d’un sujet qui lui tient à cœur, à savoir les émois d’un couplé. Cela étant, le ton n’est plus léger comme dans ses comédies musicales : il est empreint d’un indicible mélancolie. Et pour appuyer son propos, il rompt avec le classicisme des années 50 pour faire preuve d’une incroyable modernité, qui surprend encore aujourd’hui par son audace.

Albert Finney et Audrey Hepburn dans Voyage à deux

© 1967 Twentieth Century Fox Film Corporation. Tous droits réservés.

Voyage à deux, par le scénariste d’Eyes Wide Shut, surprend par son audace

«  Qui peuvent bien être ces gens qui se regardent pendant des heures et n’ont rien à se dire ? – Des gens mariés. » Cette réplique célèbre de Voyage à deux résume à elle seule le constat doux-amer de cette chronique du couple. Stanley Donen égratigne avec un humour noir bien senti l’institution du mariage. Surtout, son œuvre se veut une réflexion très mature sur l’usure d’un couple. A cet effet, le film évoque les étapes de scènes d’une vie conjugale : la rencontre et la passion du début, ensuite la complicité de jeunes mariés, puis le stade de l’ennui avant celui de l’adultère. Voilà qui n’est pas très optimiste pour le devenir des couples et surtout un tel scénario pourrait paraître terriblement banal.

Ce n’est pas l’approche prise par Donen. Son scénariste, Frédéric Raphael, va s’appuyer sur son vécu personnel pour lui proposer de déconstruire totalement ce scénario classique. Exit donc le cheminement chronologique. Donen va profiter du leitmotiv du voyage dans le sud de la France pour mélanger différentes époques. Tout fonctionne par associations d’idées : des véhicules, des lieux déjà visités, des situations déjà rencontrées (l’oubli du passeport). C’est de cette façon que le couple ne cesse de se remémorer leurs souvenirs communs. Les flashback et flashforwards se multiplient et l’on repère notre couple de stars (Audrey Hepburn et Albert Finney) en fonction de leur mode vestimentaire ou de tout autre indice (changement de voiture, appartements plus « cosy », etc.).

Cette approche singulière a été récemment reprise dans la nouvelle version des Filles du docteur March qui mélange les époques, tout en conservant les mêmes actrices.

Voyage à deux, avec Audrey Hepburn et Albert Finney

© 1967 Twentieth Century Fox Film Corporation. Tous droits réservés.

Une subtile exploration de la vie de couple avec une histoire narrée de façon originale

C’est sans doute cette histoire en forme de puzzle qui a perturbé le public lors de sa sortie et explique l’échec rencontré par ce film (en France, il s’écrasera à moins de 250 000 spectateurs). Pourtant, le procédé est particulièrement astucieux et donne encore plus de profondeur à cette œuvre riche sur le plan sentimental. Car ne nous y trompons pas, Donen parle bien ici d’amour ! S’il est frappant de constater la différence de la relation du couple selon les voyages et donc les époques, Donen interpelle aussi le spectateur sur un autre point. Alors que la relation semble partir à vau-l’eau, qu’est-ce qui explique que l’on est toujours sensible à l’autre ? Pourquoi lui donne-t-on une seconde chance ? C’est bien tout ce vécu en commun, ces souvenirs mémorables, ces éléments permanents, qui créent cette relation intime et fondamentale.

Audrey Hepburn dans Voyage à deux de Stanley Donen

© 1967 Twentieth Century Fox Film Corporation. Tous droits réservés.

Une œuvre magistrale doublée d’une belle réflexion sur la vie

Que ce soit dans la légèreté de ses comédies musicales ou dans des œuvres plus réflexives telle Voyage à deux, Donen parle d’un sujet universel : l’amour et le couple. Cela n’est pas anodin si le titre original est « Two for a road ». Pour accroître l’aspect mélancolique et nostalgique de ce long métrage, Stanley Donen peut compter sur la douce mélodie de Henry Mancini.

Et qui de mieux pour incarner l’épouse que la belle Audrey Hepburn. L’actrice star, alors âgée de trente-huit ans, interprète à merveille le rôle de Joanna. En fonction des époques, elle joue tout aussi bien la fille pétillante et espiègle que la femme solidement établie et cynique. De son côté, Albert Finney lui rend parfaitement la pareille dans le rôle d’un homme calculateur très soucieux de sa réussite professionnelle et pourtant lui aussi attaché à sa compagne.

Pour adoucir cette radiographie clinique d’un couple, Stanley Donen laisse apparaître à plusieurs reprises sa science du gag. On songe ainsi à la visite du château de Chantilly en accéléré (encore un effet de mise en scène novateur). Et puis il y a évidemment le voyage avec un autre couple et leur gamine totalement insupportable. Avec le mariage, Donen attaque gentiment (avec une longueur d’avance) l’idée de l’enfant-roi.

Il va sans dire que Voyage à deux est une œuvre magistrale. Au-delà de son aspect mélancolique et doux-amer, c’est une belle réflexion sur la vie. Voilà un film qui mérite d’être considéré à sa juste valeur, juste en dessous du magistral Chantons sous la pluie.

Pack Collector Voyage à deux chez Wild Side

© 1967 Twentieth Century Fox Film Corporation. Tous droits réservés. / Visuel et graphisme DVD/BRD : © Droits et conception graphique Wild Side Vidéo – Conception graphique : Andreea Matei pour l’agence LES ALIENS

Test blu ray

Wild Side Vidéo : les films de l'éditeur

Droits et conception graphique du logo Wild Side Vidéo

15 ans après l’édition de Carlotta, Wild Side propose une édition DVD/Blu-ray collector. De quoi réévaluer une œuvre qui fut un lourd échec à sa sortie.

Compléments 3/5

Voyage à deux, blu-ray simple chez Wild Side Vidéo

© 1967 Twentieth Century Fox Film Corporation. Tous droits réservés. Visuel et graphisme DVD/BRD : © Droits et conception graphique Wild Side Vidéo

Wild Side Vidéo a repris plusieurs bonus du DVD édité en 2005 par Carlotta. Ainsi, on retrouve le commentaire audio (en VOSTF) de Stanley Donen qui fourmille de détails. Un supplément forcément indispensable. Les bonus Récit de voyage (5 minutes) et Virages de mode (11 minutes) étaient eux aussi déjà présents en 2005. Le premier évoque succinctement le film alors que le second fait le lien entre le film et la mode.
Les nouveaux compléments ont été réalisés en 2019 et constituent les véritables nouveautés. Dans Carnets de route (36 minutes), le scénariste Frédéric Raphael (Eyes Wide Shut), toujours très pertinent, relate l’écriture du film. Dans La mode et le style (29 minutes), la chef costumière Sophie Rochas se remémore l’époque du tournage. Quelques anecdotes sont intéressantes, mais le bonus est tout de même long. Pour terminer, La fin du voyage (16 minutes) laisse la parole au fils d’Audrey Hepburn et de Mel Ferrer. Il se souvient de sa mère et des amis de cette dernière dans le milieu. Un complément à direction des aficionados de l’actrice star : Sean Hepburn n’avait que six ans lors du tournage de Voyage à deux.

L’édition collector combo DVD-Blu-ray propose un ouvrage et un packaging luxueux qui donnent de la valeur à ce rendez-vous de cinéphilie pure.

Image 5/5

L’image est évidemment bien meilleure que celle du DVD de 2005. Elle est précise, propre et surtout permet d’apprécier à sa juste valeur les couleurs vives du film. Un vrai bonheur de revoir Voyage à deux dans de telles conditions.

Son 4/5

Film disponible en DTS-HD master audio, en stéréo, tant en VOSTF qu’en français. La puissance n’est évidemment pas au rendez-vous au vu de l’âge du film, mais les dialogues sont très clairement audibles, sans anicroche. On a rarement entendu de façon aussi claire le sublime score de Henry Mancini.

Critique + test blu ray : Nicolas Bonnes

La Scénographie de Voyage à deux, disponible chez Wild Side Video

Scénographie du blu-ray collector de Voyage à 2 – Copyrights 2020 Wild Side Vidéo – Conception graphique : Andreea Matei pour l’agence LES ALIENS

x