Twilight Chapitre 5 Révélation deuxième partie : la critique du film (2012)

Fantastique, Romance | 1h55min
Note de la rédaction :
6/10
6
Twilight 5 Révélation, affiche définitive

Note des spectateurs :
[Total : 1   Moyenne : 3/5]

Ultime segment d’une série adolescente mièvre, Twilight 5 Révélation n’est pas le chapitre de la rédemption, mais reste plus honorable que certains de ses prédécesseurs.

Synopsis : Après la naissance de sa fille Renésmée, Bella s’adapte peu à peu à sa nouvelle vie de vampire avec le soutien d’Edward. Se sentant menacés par cette naissance d’un nouveau genre, les Volturi déclarent la guerre à la famille Cullen. Pour préparer leur défense, les Cullen vont parcourir le monde pour rassembler les familles de vampires alliées et tenter de repousser les Volturi lors d’un ultime affrontement.

Critique : Les premières notes du générique donnent le ton ; elles mélangent, sur un fond de plans aériens sylvestres, tous les thèmes des précédents numéros… Twilight 5 est la conclusion d’une saga aux chiffres mirobolants qui a évolué de la petite série B pour gamines au blockbuster léché pour midinettes.

Des acteurs désincarnés qui pensent à leur carrière, ailleurs…

D’un film à l’autre, le public n’a jamais vraiment changé, à peine a-t-il grandi sur cette courte période, contrairement aux images des deux vedettes envolées pour la gloire respectable.

Twilight 5 Révélation, affiche américaine

© SND – Summit Entertaiment, LLC, tous droits réservés

Kristen Stewart, ado prometteuse à la mou marquée, est vite devenue depuis pécheresse adultère aux yeux de l’Amérique, en trompant son copain et co-partenaire à l’écran Robert Pattinson, avec le réalisateur de Blanche Neige et le chasseur. Scandale. L’actrice avait pourtant largement viré à l’indie en jouant à la chanteuse droguée dans The Runaways, à la prostituée juvénile dans Welcome to the Rileys ou à la beatnik adepte de l’amour libre dans Sur la route. Mais le public n’a pas suivi. Elle s’essaiera à l’amour lesbien et au cinéma français, faisant fi des contraintes hollywoodiennes. La France la parera d’un César, l’Amérique la récompensera du bide de Charlie et ses drôles de dames.

Quant à Robert Pattinson, alors âgé de 26 ans, cela faisait déjà longtemps que ses ambitions avaient basculé vers un autre cinéma, notamment en devenant le nouvel acteur fétiche de Cronenberg avec lequel il tourna consécutivement deux films, dont Cosmopolis. D’ailleurs dans Révélation, Pattinson, au visage blanc désincarné, semble absent, peu intéressé par cette conclusion qui se dessine et l’encombre. Il faut finir ce job devenu un boulet. Il sait la franchise systématiquement assassinée par les critiques et artistes qu’il courtise. Et l’on sent sa rage grandir. Il faut dire que le quatrième volet, sorti en 2011, avait tout particulièrement déçu, dégoulinant de scènes guimauves et tartes, pour célébrer le mariage des deux protagonistes, finissant en remake mollasson de Rosemary’s Baby. Ce n’est pas vraiment le cinéma cérébral et torturé d’une Claire Denis qu’il embrassera en tournant le dos aux canons commerciaux et aux Oscars pour du cinéma français (décidément) très badass.

Kristen Stewart est Bella dans Twilight 5 Révélation 2

© SND – Summit Entertaiment, LLC, tous droits réservés

Alors que doit-on attendre de cet ultime chapitre qui va enfin libérer nos anciens tourtereaux ? Des torses nus ? Une romance baignant dans le saccharose ? Des dialogues saugrenus ? Et évidemment, conclusion oblige, une bataille finale épique ? Evidemment, on aura tout cela à la fois, en pagaille, jusqu’à l’overdose d’un bouquet vraiment final, puisque, dix ans après, la résurrection de la saga n’est pas vraiment d’actualité..

Sans surprendre, ni décevoir, Twilight 5 démarre affreusement avec des scènes de mise en place familiale laborieuses. Bella est maman et a recouvré toutes ses forces ; elle découvre son mioche hybride, qui va grandir à toute vitesse jusqu’à susciter les inquiétudes des autres vampires, les méchants Volturi qui voient en cette engeance une menace.

La jeune mariée de nouveau pimpante après avoir été vampirisée par son rejeton du fond de ses entrailles, dans le précédent film, doit également apprivoiser sa soif, ses pouvoirs fraichement acquis, notamment ses sens sur-développés… A l’instar de Kristen Stewart, désormais icône inaltérable dans l’esprit d’une génération, Bella est devenue immortelle et cela lui va plutôt bien. Le maquillage glamour met enfin en valeur la beauté réelle de la comédienne dont le look avait toujours été malmené à l’écran. Dans ces instants, les dialogues sont évidemment creux et prêtent souvent à sourire. La répétition est évidente : Twilight doit s’arrêter et vite.

Heureusement, dans ce flot de maladresses artistiques, la plus grande reste le jeu figé des comédiens secondaires que l’on ne reverra guère après la saga, tous devenus has been du jour au lendemain, comme les stars des Scream quand le troisième volet marqua l’arrêt du slasher. Ils sont les pantins désincarnés d’une sombre histoire de rebondissements, qui devront se débarrasser des marionnettes encombrantes.

Twilight 5, le seul blockbuster de la saga

Tout au long de Twilight 5, on sent un final furieux se mettre en place avant la tempête. La même histoire traitée dès le départ avec le plus grand sérieux aurait été formidable ; ici on va prendre des pincettes, les morts vont s’accumuler, les combats vont être féroces (avec de nombreuses décapitations, tout de même), mais le traitement dynamique, car oui, enfin l’action est lâchée, reste timoré.

Une longue séquence suscite l’émotion et entre au panthéon de la série. Il s’agit de combats entre l’armée de Bella, glanée aux quatre coins du monde pour protéger son divin enfant, et celle des Volturi, secte de suceurs de sang rigoristes qui évoque l’obscurantisme catholique. L’excellence n’est par moment pas très loin, d’autant que la mise en scène racée de Bill Condon donne un vrai souffle tragique aux évènements. Toutefois, Twilight n’offusquera pas les censeurs et la violence reste plus évasive que dans le troisième segment, de loin meilleur morceau de la série en cinq épisodes.

Twilight 5 est un numéro honorable et comblera les nombreux fan(atiques) de la série. Tout a été jaugé pour les satisfaire et leur offrir un panel d’émotions vertigineuses. La joliesse du spectacle tape-à-l’œil et le scénario savent éviter les développements décevants, même lors d’un ultime twist, pour le coup bien amené, qui ouvre une porte grande ouverte pour d’éventuelles péripéties supplémentaires. Il est néanmoins évident que la rédemption artistique n’est pas au rendez-vous et que les détracteurs devront passer leur chemin.

Ces derniers ont passé l’âge de ces enfantillages. D’ailleurs, l’ont-ils jamais eu ?

Frédéric Mignard 

La franchise Twilight

Sorties de la semaine du 14 novembre 2012

Voir en VOD

Twilight 5 Révélation, affiche définitive

© SND – Summit Entertaiment, LLC, tous droits réservés

Trailers & Vidéos

trailers
x
Twilight 5 Révélation, affiche définitive

Bande-annonce de Twilight 5

Fantastique, Romance

x