La fracture : la critique du film (2021)

Drame | 1h38min
Note de la rédaction :
5/10
5
La Fracture, affiche du film (Catherine Corsini)

  • Réalisateur : Catherine Corsini
  • Acteurs : Pio Marmaï, Marina Foïs, Valeria Bruni Tedeschi, Jean-Louis Coulloc’h, Fanny Guidecoq
  • Date de sortie: 27 Oct 2021
  • Année de production : 2021
  • Nationalité : Française
  • Titre original : La fracture
  • Titres alternatifs : The Divide
  • Autres acteurs : Aïssatou Diallo Sagna, Caroline Estremo, Camille Sansterre, Marin Laurens, Ferdinand Perez
  • Scénaristes : Catherine Corsini, Agnès Feuvre, Laurette Polmanss
  • Directeur de la photographie : Jeanne Lapoirie
  • Monteur : Frédéric Baillehaiche
  • Compositeur : -
  • Producteurs : Elisabeth Perez
  • Société de production : CHAZ Productions
  • Distributeur : Le Pacte
  • Distributeur : (reprise) -
  • Date de sortie reprise : -
  • Editeur vidéo : -
  • Date de sortie vidéo : 2022
  • Box-office France / Paris-Périphérie : -
  • Box-office nord-américain : -
  • Budget : -
  • Classification : -
  • Format :
  • Sélection officielle Cannes 2021 : Compétition officielle
  • Autres festivals et récompenses : Queer Palm 2021
  • Illustrateur / Création graphique : © Tous droits réservés / All rights reserved
  • Crédits: © CHAZ Productions. Tous droits réservés / All rights reserved
Note des spectateurs :
Bandeau Cannes 2021 bordeaux

© FDC / Philippe Savoir (www.filifox.com)

La fracture à peine à tenir la route, avec ses clichés et son scénario convenu. Quelques dialogues de comédie sauvent en partie le long métrage.

Synopsis : Raf et Julie, un couple au bord de la rupture, se retrouvent dans un service d’Urgences proche de l’asphyxie le soir d’une manifestation parisienne des Gilets jaunes. Leur rencontre avec Yann, un manifestant blessé et en colère, va faire voler en éclats les certitudes et les préjugés de chacun. À l’extérieur, la tension monte. L’hôpital, sous pression, doit fermer ses portes. Le personnel est débordé. La nuit va être longue…

La mauvaise chute

Critique : De la filmographie de Catherine Corsini, deux longs métrages se distinguent. Les amoureux (1994), sur une relation frère/sœur, ne manquait pas de charme et possédait un ton post-Nouvelle Vague. La nouvelle Éve (1999), au scénario subtil, était bien servi par l’interprétation de Karin Viard. Le reste est en demi-teinte, de La répétition (2001) à Un amour impossible (2018) en passant par Trois mondes (2012). « Après […] deux films d’époque où j’avais parlé du féminisme, de l’inceste, je voulais faire un film résolument contemporain, qui prenne en compte ce qui se passe dans la société d’aujourd’hui, notamment ses fractures sociales, sans trop savoir par quel bout les prendre », déclare la réalisatrice dans le dossier de presse. Le projet de La fracture a en fait émergé quand Catherine Corsini s’est retrouvée aux Urgences de l’hôpital Lariboisière la nuit du 1er décembre 2018, qui avait vu l’hospitalisation de nombreux Gilets jaunes à la suite d’affrontements avec les forces de l’ordre.

Le personnage de Raf (Valeria Bruni Tedeschi) est donc inspiré d’elle-même, et le couple qu’elle forme avec Julie (Marina Foïs) est ainsi la projection de celui de la cinéaste dans la vraie vie. Le métrage suscite un sentiment mitigé, celui d’assister à un téléfilm agréable mais superficiel, car sans profondeur dans la narration, la caractérisation des personnages et la mise en scène. Corsini souhaite lutter contre les préjugés et les stéréotypes sur les Gilets jaunes, via la rencontre entre un couple de bourgeoises de gauche forcément déconnectées de la réalité, et Yann (Pio Marmaï), un routier grande gueule mais brave homme, qui supporte à lui seul toute la misère du monde.

La fracture, un film bancal

Photo du film La fracture de Catherine Corsini

La fracture © 2021 Photo de Carole Bethuel. CHAZ Productions. Tous droits réservés.

Ce faisant, elle ne fait que renforcer les clichés, tant ces protagonistes sont des marionnettes se conformant à leur étiquette par leurs discours et leurs actes. Et puis, pour éviter d’être taxée de populisme et de manichéisme, Corsini fait dire à Yann qu’il n’est pas d’extrême droite, et lance au milieu du récit un gentil policier qui va le protéger dans sa fuite… Tout le film est fabriqué et semble à porte-à-faux, y compris dans la description du manque de moyens à la disposition de l’hôpital public. Corsini enfonce ici des portes ouvertes, avec des scènes frôlant le grotesque, lorsqu’un jeune déséquilibré prend en otage une infirmière. D’autres invraisemblances grossières émaillent la narration, de l’ado bourgeois rejoignant le cortège des manifestants, au comportement de Yann conduisant son camion alors que sa jambe est sérieusement amochée.

Tout n’est cependant pas mauvais dans La fracture. L’unité de temps et de lieu crée une véritable tension, les violences de la manifestation se situant hors champ, ou via des écrans de télévision. Et des dialogues de comédie grinçante sont particulièrement bien écrits, même si Valeria Bruni Tedeschi a tendance à en faire des tonnes. Le film de Catherine Corsini ne fera en tout cas pas date dans l’histoire du cinéma social français, bien mieux représenté par Ressources humaines (2000) de Laurent Cantet ou En guerre (2008) de Stéphane Brizé. Et pour une fiction sur les problèmes du milieu hospitalier, on recommandera plutôt La mort de Dante Lazarescu (2005) de Cristi Puiu ou Hippocrate (2014) de Thomas Lilti.

Critique de Gérard Crespo

Les films de la sélection du Festival de Cannes 2021

Le site du Festival

Sorties de la semaine du 27 octobre 2022

La Fracture, affiche du film (Catherine Corsini)

La fracture © 2021 CHAZ Productions. Tous droits réservés.

Trailers & Vidéos

trailers
x
La Fracture, affiche du film (Catherine Corsini)

Bande-annonce de La Fracture

Drame

x