La chevauchée vers l’Ouest : la critique du film (1971)

Western, Comédie, Parodie | 1h43min
Note de la rédaction :
6/10
6
La chevauchée vers l'Ouest, l'affiche

  • Réalisateur : Duccio Tessari
  • Acteurs : Giuliano Gemma, Antonio Casas, Georges Rigaud, Nino Benvenuti, Cris Huerta, Sydne Rome
  • Date de sortie: 28 Juil 1971
  • Nationalité : Italien, Espagnol
  • Titre original : Vivi o preferibilmente morti
  • Titres alternatifs : Morts ou vifs mais de préférence morts (France, cinéma) / Mort ou vif... de préférence mort (France, cinéma et DVD) / Gentleman Cow Boy (France, VHS) / Alive or Preferably Dead (USA) / Sundance Cassidy and Butch the Kid (USA, titre d'exploitation cinéma lors d'une reprise) / Vivos o preferiblemente muertos (Espagne) / Antes Morto que Vivo (Portugal) / Żywi, a najlepiej martwi (Pologne) / Vivo ou Preferivelmente Morto (Brésil)
  • Année de production : 1969
  • Scénariste(s) : Ennio Flaiano, Giorgio Salvioni, Duccio Tessari
  • Directeur de la photographie : Manuel Rojas, Cesare Allione
  • Compositeur : Gianni Ferrio
  • Société(s) de production : Ultra Film, Compagnia Generale Finanziaria Cinematografica, Hesperia Films S.A.
  • Distributeur (1ère sortie) : Comptoir Français du Film
  • Distributeur (reprise) : -
  • Date de reprise : -
  • Éditeur(s) vidéo : CVC (VHS, 1989) / Horizon Home Vidéo (VHS, 1990) / Artus Films (DVD, 2015)
  • Date de sortie vidéo : 5 mai 2015 (DVD)
  • Box-office France / Paris-périphérie : 239 175 entrées / 74 874 entrées
  • Box-office nord-américain : -
  • Budget : -
  • Rentabilité : -
  • Classification : Tous publics
  • Formats : 1.66 : 1 / Couleurs / Son : Mono
  • Festivals et récompenses : -
  • Illustrateur / Création graphique : Rodolfo Gasparri (illustrateur affiche 1971)
  • Crédits : RAI Com SPA, Rome Italie
Note des spectateurs :

La chevauchée vers l’Ouest, également appelé Mort ou vif… de préférence mort, est un western comique plutôt drôle et dynamique, mais dont le scénario n’est pas assez charpenté. Giuliano Gemma y est particulièrement à l’aise.

Synopsis : Afin de toucher l’héritage de son oncle, Monty, joueur et flambeur, doit vivre pendant 6 mois avec son cousin Ted, un fermier bougon et solitaire. Peu enclin à vivre l’aventure de l’ouest, mais poussé par l’impatience de ses créanciers, Monty part rejoindre la ferme de Ted. Alors que tout sépare les deux cousins, ils vont devoir apprendre à se connaître, et faire équipe pour affronter une bande de pillards.

Un western parodique par le duo Tessari – Gemma

Critique : La fructueuse association entre le cinéaste Duccio Tessari et l’acteur Giuliano Gemma a donné quelques pépites du cinéma populaire italien des années 60. Après le triomphe rencontré par Les Titans (1962), habile parodie du péplum, les compères ont livré deux westerns impeccables qui ont rencontré un formidable écho (Un pistolet pour Ringo et Le retour de Ringo, tous deux de 1965). S’ils ont été moins inspirés pour le polar Le bâtard (1968), ils décident de collaborer à nouveau sur La chevauchée vers l’Ouest (1969).

Mort ou vif, de préférence mort, jaquette DVD

© 1969 RAI Com S.P.A. Rome, Italy / © 2015 Artus Films. D’après une illustration de Rodolfo Gasparri. Tous droits réservés.

Alors que le western spaghetti s’est doté dès ses débuts d’une forte dimension ironique et cynique, à la lisière de la parodie, cette tendance s’est accentuée au cours des années 60. Déjà passablement comique, Ciel de plomb (Petroni, 1968) ouvre la voie à une forme purement parodique, ce que Giuliano Gemma confirme donc avec son complice Duccio Tessari sur cette Chevauchée vers l’Ouest qui s’est aussi appelé Morts ou vifs mais de préférence morts ou encore Mort ou vif… de préférence mort en fonction des régions où il a été exploité. On notera d’ailleurs que le film a aussi été édité en VHS sous le titre Gentleman Cow Boy. De quoi s’y perdre !

Giuliano Gemma en duo avec un de ses meilleurs amis à la ville

L’idée de réunir à l’écran deux frères que tout semble opposer est venue à Duccio Tessari en observant la complicité entre Giuliano Gemma et son ami boxeur Nino Benvenuti. Les deux hommes se sont connus lors de leur service militaire et sont devenus inséparables, tout en entretenant une certaine ressemblance physique. Le réalisateur a donc eu l’idée de les faire jouer ensemble dans un western comique afin de retranscrire à l’écran leur complicité à la ville. Et de fait, cet aspect est sans aucun doute le plus réussi du long-métrage.

Dès qu’ils sont réunis à l’écran, le duo formé par Gemma et Benvenuti fonctionne, alors même que le second n’est pas vraiment un acteur. En réalité, le script anticipe de peu ce qui fera le succès des Trinita quelques mois plus tard, à savoir l’opposition de caractères entre deux hommes que tout semble opposer, mais qui sont contraints de collaborer.

Un scénario-prétexte en roue libre

Ici, le MacGuffin – élément prétexte du scénario – est un héritage que deux frangins qui se connaissent à peine doivent toucher à condition de vivre ensemble durant six mois. A partir de cette idée, le script déroule une série d’aventures qui sont autant de vignettes drolatiques uniquement liées par la présence des deux héros. L’aspect kaléidoscopique du scénario n’est d’ailleurs pas la meilleure des idées puisque le film semble un peu long par manque de colonne vertébrale narrative.

Après avoir lutté contre un gang, tenté de cambrioler une banque, enlevé la fille du banquier, puis essayé de dérober une cargaison d’or dans un train, les deux frères finissent par tomber dans les bras l’un de l’autre. Chaque épisode pouvait donner lieu à un film complet, mais Tessari a préféré survoler chaque élément, au risque de donner l’impression d’un collage aléatoire. Ainsi, La chevauchée vers l’Ouest manque clairement de liant. Pour autant, le spectacle demeure toujours éminemment sympathique grâce au dynamisme de la mise en scène, à la profusion d’action et de gags, pour la plupart drôles.

Une dimension parodique et ludique de plus en plus affirmée

Grand amateur de cinéma burlesque, Tessari fait d’ailleurs directement référence aux débuts du cinématographe au sein de son film. Il s’agit d’une véritable note d’intention de la part du réalisateur qui multiplie les gags visuels, les chutes et autres blagues qui étaient populaires au temps du muet. Si tous les moments comiques ne sont pas d’un meilleur goût, les amateurs de cinéma burlesque devraient être aux anges, d’autant que le tout est servi par des acteurs au diapason. Le juvénile Giuliano Gemma possède ainsi une certaine virtuosité dans ses gestes et ses cascades – qu’il effectuait lui-même – tandis que Nino Benvenuti est tout à fait crédible en adepte du bourre-pif. Le duo est soutenu par des comédiens talentueux comme Antonio Casas ou encore George Rigaud. Enfin, signalons l’atout charme non négligeable de la séduisante Sydne Rome dans un rôle d’une ravissante emmerdeuse.

La chevauchée vers l’Ouest ou Mort ou vif… de préférence mort ou encore Gentleman Cow Boy ?

Si le spectacle est assurément vain, il bénéficie d’une implication totale de toute l’équipe technique, d’une musique amusante de Gianni Ferrio et d’une légèreté de ton qui ne tourne pas encore complètement à la gaudriole.

Sorti en salles en France sous plusieurs appellations différentes en 1971, La chevauchée vers l’Ouest a cumulé 239 175 entrées sur tout l’Hexagone, ce qui représente l’un des plus mauvais scores de Gemma chez nous, à cette époque, mais le long-métrage a subi une lourde concurrence en ce mois de juillet 1971 chargé en western spaghetti. Le film est ensuite sorti en VHS sous son premier titre d’exploitation, puis celui de Gentleman Cow Boy. A la sortie du DVD chez Artus, l’éditeur a préféré ressortir un énième titre d’exploitation : Mort ou vif… de préférence mort qui ressemble davantage au titre original italien. Le métrage, lui, reste le même, à savoir une comédie parodique souvent drôle, mais qui pâtit d’un script aux abonnés absents.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 28 juillet 1971

Acheter le film en DVD sur le site de l’éditeur

Voir le film en VOD

La chevauchée vers l'Ouest, l'affiche

© 1969 RAI Com S.P.A. Rome, Italy / Affiche : Rodolfo Gasparri (illustrateur). Tous droits réservés.

Trailers & Vidéos

x