Du silence et des ombres : la critique du film (1963)

Drame | 2h09min
Note de la rédaction :
9/10
9
Du silence et des ombres, l'affiche de la reprise 2017

  • Réalisateur : Robert Mulligan
  • Acteurs : Robert Duvall, Gregory Peck, Brock Peters, James Anderson, Mary Badham, Phillip Alford
  • Date de sortie: 31 Mai 1963
  • Nationalité : Américain
  • Titre original : To Kill a Mockingbird
  • Titres alternatifs : Wer die Nachtigall stört (Allemagne) / Para matar a un ruiseñor (Venezuela) / Matar un ruiseñor (Espagne) / Na Sombra e no Silêncio (Portugal) / Il buio oltre la siepe (Italie) / O Sol é para Todos (Brésil)
  • Année de production : 1962
  • Scénariste(s) : Horton Foote d'après le roman Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee
  • Directeur de la photographie : Russell Harlan
  • Compositeur : Elmer Bernstein
  • Société(s) de production : Pakula-Mulligan, Brentwood Productions
  • Distributeur (1ère sortie) : Universal
  • Distributeur (reprise) : Lost Films
  • Date de reprise : 8 février 2017
  • Éditeur(s) vidéo : CIC Vidéo (VHS) / Universal Pictures France (DVD, 2003, 2005, 2016)
  • Date de sortie vidéo : 1er mars 2016 (DVD)
  • Box-office France / Paris-périphérie : 235 119 entrées / 24 970 entrées
  • Box-office nord-américain : 13,1 M$ (114,9 M$ ajustés au cours de 2021)
  • Budget : 2 M$ (17,6 M$ ajustés au cours de 2021)
  • Rentabilité : -
  • Classification : Tous publics
  • Formats : 1.85 : 1 / Couleurs / Son : Mono
  • Festivals et récompenses : Oscars 1963 : Oscar du meilleur acteur pour Gregory Peck, Oscar du meilleur scénario adapté pour Horton Foote et Oscar de la meilleure direction artistique pour un film en noir et blanc / Golden Globe Awards 1963 : meilleur acteur dans un film dramatique pour Gregory Peck et meilleure musique pour Elmer Bernstein, Prix au Gary Copper au festival de Cannes 1963
  • Illustrateur / Création graphique : Boris Grinsson (affiche d'époque)
  • Crédits : Universal Pictures
Note des spectateurs :

Du silence et des ombres, œuvre majeure du début des années 60, traduit à merveille le roman de Harper Lee, par la grâce d’une réalisation splendide et d’acteurs dirigés de main de maître. Un classique.

Synopsis : 1930, Atticus Finch, avocat, décide de défendre un jeune noir accusé de viol. Cet événement va bouleverser sa vie et celle de ses enfants.

L’adaptation à haut risque d’un chef-d’œuvre de la littérature américaine

Critique : Magnifique roman d’apprentissage publié en 1960 aux Etats-Unis, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur (qui deviendra chez nous Du silence et des ombres) a immédiatement été considéré comme un chef-d’œuvre de la littérature américaine, faisant de Harper Lee une romancière de premier plan. Pourtant, malgré des critiques dithyrambiques et des ventes substantielles, les exécutifs des grands studios ne se sont pas précipités pour en acheter les droits d’adaptation, estimant que cette histoire n’avait aucun potentiel à l’écran, puisque dépourvue d’action, d’amour et de scènes mémorables.

Ce sont donc deux producteurs indépendants – Alan J. Pakula et Robert Mulligan pour leur société commune nommée Pakula-Mulligan – qui se chargent d’acquérir les droits. Pour convaincre Harper Lee, ils insistent sur le fait qu’ils souhaitent avant tout être fidèles au roman et que l’écrivaine aura un droit de regard sur le scénario. Le script est confié à Horton Foote qui était jusque-là surtout connu pour son travail à la télévision. Celui-ci propose de ramasser l’intrigue en une seule année, mais souhaite conserver le point de vue des enfants qui faisait tout le sel du roman. Si des modifications sont bien réalisées par le scénariste, les lecteurs du chef-d’œuvre de Harper Lee n’y verront guère de différence avec le matériau littéraire. Horton Foote a fait un travail absolument remarquable puisqu’il a réussi à garder intacte l’ambiance d’un roman pourtant difficile à retranscrire à l’écran.

Gregory Peck, caution du projet

Une fois la production lancée, Robert Mulligan a cherché à tourner sur les lieux de l’intrigue, mais ils étaient trop marqués par la modernité. Finalement, la solution de reconstituer les lieux en studio (chez Universal notamment) a permis de retranscrire au mieux cette ambiance du sud des Etats-Unis durant les années 30. Signalons d’ailleurs que le spectateur n’a jamais l’impression d’être confronté à un décor de studio.

Enfin, si le long-métrage a vu le jour, c’est surtout grâce à l’implication totale de Gregory Peck qui est tombé amoureux du roman et tenait à incarner le rôle d’Atticus Finch dont il sentait qu’il était fait pour lui. Il ne s’est pas trompé puisqu’il a décroché l’Oscar du meilleur acteur en 1963, ce qui sera la seule statuette de son imposante carrière. Par la suite, Peck n’a cessé de clamer que ce rôle était le plus important de sa vie.

Du silence et des ombres, à Cannes

© 1963 Tous droits réservés. Document issu du Film Français, mai 1963 – Les archives de CinéDweller

L’enfance évoquée avec finesse et sans niaiserie

On le comprend puisque Du silence et des ombres (titre français passe-partout vraiment pas adapté) est assurément un chef-d’œuvre qui a fait du réalisateur Robert Mulligan un auteur à suivre. Le cinéaste ne se contente pas d’illustrer platement le livre, mais lui apporte une réelle plus-value sur le plan visuel. Doté d’un magnifique noir et blanc, particulièrement contrasté, le film s’inscrit immédiatement parmi les grandes œuvres américaines au même titre qu’un film comme La nuit du chasseur (Laughton, 1955). Mulligan explore notamment l’univers enfantin sans jamais faire abstraction des peurs qui étreignent les plus jeunes vis-à-vis d’un monde adulte dont ils ressentent instinctivement la violence et les injustices.

Par les yeux des deux enfants de l’avocat (magnifiques Mary Badham et Phillip Alford), le spectateur est invité à découvrir le racisme qui se cache derrière le vernis de respectabilité d’une petite ville du sud des Etats-Unis (en Alabama). Sous des dehors aimables, cette bourgade pratique l’ostracisme tous azimuts, que ce soit envers la population noire ou des marginaux (comme la famille de Boo Radley magnifiquement campé par un tout jeune Robert Duvall). Du silence et des ombres ausculte donc cette face cachée de l’Amérique avec les yeux de l’innocence, pour mieux en faire ressortir les défauts et les incohérences.

L’Amérique des lynchages

Toujours prête pour un bon lynchage, la population locale s’avère d’une intolérance totale envers ceux qui ne se fondent pas dans le moule. Pire, elle soutient des pratiques abominables comme la consanguinité l’inceste (à travers les personnages de la famille Ewell). Mais pour éloigner le mauvais œil et le jugement des autres, certains préfèrent détourner l’attention sur un coupable facilement identifiable, en l’occurrence un Noir qui passait par là et qu’on accuse de viol.

Alors que cette intrigue apparaît secondaire dans un premier temps puisque tout est vu à travers les yeux des enfants de l’avocat, elle prend forme petit à petit et éclate au grand jour lors de la fabuleuse séquence du procès. Non seulement Gregory Peck y déploie tout son art, mais il est soutenu par Brock Peters, absolument déchirant en accusé qui est en réalité victime d’une machination. On signalera également la belle performance de Collin Wilcox Paxton, parfaite en accusatrice sous l’influence de son père. Elle représente à elle seule toutes les frustrations sexuelles à l’œuvre au sein de ces communautés bien-pensantes pourtant acquises à des pratiques d’un autre âge.

Page publicitaire cannoise Du Silence et des ombres, to kill a mocking bird

© 1963 Universal Pictures. Tous droits réservés.

Un triomphe américain mérité…

Si le regard de Robert Mulligan est bien celui d’un progressiste, il ne se fait jamais juge des personnages et préfère, comme Harper Lee, laisser à chacun le soin de se faire son avis. C’est finalement cette capacité d’empathie envers tous les êtres humains, méprisables ou admirables, qui fait tout le sel de ce chef-d’œuvre bouleversant. Le tout magnifié par une belle musique, à la fois discrète et essentielle d’Elmer Bernstein.

Sorti en 1962 aux Etats-Unis, Du silence et des ombres a rencontré un énorme succès, générant 13,1 millions de dollars de recettes, ce qui représenterait aujourd’hui la coquette somme de 114,9 M$ (en dollar ajusté en 2021). Le long-métrage s’est classé 7ème du box-office de l’année 1962 aux Etats-Unis et a acquis ensuite le statut de grand classique en étant cité dans la plupart des listes évoquant les plus grand films américains de tous les temps. On rappellera que le métrage a aussi obtenu trois Oscars dont celui du meilleur acteur pour Gregory Peck, du meilleur scénario pour Horton Foote et de la meilleure direction artistique.

… passé inaperçu en France

En France, par contre, le film n’a guère suscité d’émoi, ne cumulant que 235 119 entrées sur l’ensemble du territoire national, malgré sa sélection au festival de Cannes. Il en était reparti avec le Prix Gary Cooper, lors d’une édition dominée par Le Guépard de Visconti. Pourtant, il s’agit assurément de l’un des meilleurs films de cette année-là et une œuvre importante pour le réalisateur Robert Mulligan qui a ensuite retrouvé le monde de l’enfance avec un autre chef d’œuvre, le grandiose L’autre (1972).

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 29 mai 1963

Les sorties de la semaine du 8 février 2017

Acheter le film en DVD

Voir le film en VOD

Du silence et des ombres, l'affiche 1963

© 1962 Pakula Mulligan Productions Inc – Brentwood Productions Inc / Affiche : Boris Grinsson. Tous droits réservés.

Trailers & Vidéos

trailers
x
Du silence et des ombres, l'affiche de la reprise 2017

Bande-annonce de la reprise de Du silence et des ombres (VOstf)

Drame

A voir aussi

Freaky, affiche du film de Christopher Landon (Juin 2021)
x
Non noté/10
Cruella, affiche personnage Emma Stone
x
Non noté/10
x