Cyprien : la critique du film (2009)

Comédie | 1h38min
Note de la rédaction :
6/10
6
Cyprien, affiche du film de David Charhon, avec Elie Seimoun

  • Réalisateur : David Charhon
  • Acteurs : Catherine Deneuve, Léa Drucker, Elie Semoun, Laurent Stocker, Vincent Desagnat, Élisa Tovati
  • Date de sortie: 25 Fév 2009
  • Nationalité : Français
  • Scénaristes : Benjamin Guedj, Elie Semoun, Romain Levy, David Charhon, sur une idée d'Arthur
  • Directeur de la photo : Antoine Roch
  • Compositeur : Jean-Benoît Dunckel
  • Société de production : Serenity Films, Studio 37/Orage Studio, , TF1 Films Production
  • Distributeur : Mars Films
  • Éditeur vidéo : Universal Pictures
  • Date de sortie vidéo : 25 août 2009
  • Box-office France / Paris-Périphérie : 696 919 entrées / 162 494 entrées
  • Budget : 9 200 000 €
  • Formats : 1.85 : 1 / Dolby SR-SRD, DTS
  • Prix : Gérard du plus mauvais film (2010)
  • Crédits photo : © 2009 Serenity Film - Studio 37 - TF1 Films Production. Photos : © Corinne Mariaud
Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Cyprien, intrusion dans l’univers des geeks est drôlement réussie, malgré son refus de casser les conventions morales de la comédie. Elie Semoun a la pêche et se démène doublement, en looser et en tombeur, pour nous mettre la banane.

Synopsis : Cyprien, 35 ans, introverti et maladivement timide, vit en marge de la société, bien loin de ses codes. Il passe sa vie entre Dress Code, un magazine de mode où il est responsable informatique, et le cybercafé qu’il fréquente avec ses amis. Cyprien et ses amis font partie de cette génération de geeks, ces adulescents pour qui Star Wars est une religion, qui passent leur nuit sur internet, collectionnent les dvd… qui vivent leur vie par procuration. Après une nouvelle humiliation orchestrée par Stanislas, le fils de la patronne de Dress Code, qui lui fait perdre son emploi et toute chance d’approcher Karen Mc Queen, la top blonde à forte poitrine qu’il convoite, une miraculeuse transformation s’opère en lui. Cyprien, grâce à un déodorant magique, a le pouvoir de devenir beau gosse à sa convenance. Désormais il s’appellera Luke Azerty et il est bien décidé à prendre la place qui lui revient chez Dress Code et dans le monde…

Le casting Geek de Cyprien

© 2009 Serenity Film – Studio 37 – TF1 Films Production. Photos : © Corinne Mariaud

Cyprien, la revanche du nerd

Critique : Enlevée et pleine de panache, Cyprien se situe au carrefour de trois types de comédie. Tout d’abord, le cinéaste, David Charhon, plonge ses personnages dans le cadre de la comédie urbaine, avec un environnement socioprofessionnel dynamique et tendance (un brin de com. et beaucoup de mode, on connaît la chanson, le cinéma français ne nous montre plus que cela en ce moment !). Il y place Elie Semoun (Cyprien, c’est lui !), un pion incongru que l’on croirait issu de la comédie franchouillarde beauf façon Disco. Comme dans ce dernier, les projecteurs sont orientés sur un antihéros craignos, un marginal du mauvais goût aux vêtements outranciers, qui vit dans une bulle de nostalgie des années 80 dans laquelle il se repaît de musiques régressives (ici c’est When the rain begins to fall de Jermaine Jackson qui passe en boucle !).

Version réussie de La personne aux deux personnes

En cours de film, le réalisateur transforme son nerd binoclard en bogosse irrésistible grâce aux procédés de la comédie fantastique (un déodorant, sorti de nulle part, permet à Semoun de passer de la face de thon au tombeur). Ce recours au surnaturel, 100% gratuit, qui restera inexpliqué, permet au comédien principal, jadis cabotin, et aujourd’hui, contre-toute attente, crédible en sex-symbol, d’irradier l’écran de ses clowneries d’homme à femmes. Le petit Elie, peu habitué aux premiers rôles et à la bonne comédie (Charité biz’nessLes parasitesLe clone, excusez du peu !), joue à fond la carte de la dérision et s’offre quelque chose qui ressemble, de près ou de loin, au bon rôle cinématographique qu’il attendait tant. Avec toute son agitation, l’amusement est certain, d’autant que les seconds rôles sont au diapason (Catherine Deneuve et Laurent Stocker, tous deux coriaces en mère et fils s’en donnent à cœur joie à diriger d’une main de tyran le magazine de mode).

Elie Semoun dans Cyprien

© 2009 Serenity Film – Studio 37 – TF1 Films Production. Photos : © Corinne Mariaud

Une comédie qui ne plaira pas à grand monde

Version réussie de La personne aux deux personnes (on retrouve, commun aux deux films, un postulat fantastique assez proche) Cyprien délire beaucoup, sans jamais se débrider intégralement. Souvent, l’on ressent les tentations de l’humour acerbe, mais des limites au loufoque ont été posées, celles moins avenantes et surtout beaucoup moins drôles, d’un final convenu qui bascule dans la leçon de morale à deux balles (sur la beauté intérieure) et la romance forcée (il faut sauver le puceau Cyprien). Le film se conclut alors, non plus comme le grand moment humoristique escompté, mais comme une honnête comédie française au potentiel culte certain.

Attention, cette critique est forcément subjective. A sa sortie, les critiques assassines, les avis haineux des internautes et le Gérard du pire film de l’année 2009, décerné parallèlement aux César, appellent à manipuler l’objet cinématographique avec grande précaution.

Frédéric Mignard

Sorties de la semaine du 25 février 2009

Voir en VOD

Affiche française de la comédie Cyprien avec Elie Semoun

© 2009 Serenity Film – Studio 37 – TF1 Films Production. Photos : © Eddy Brière – Corinne Mariaud

Box-office :

Avec un budget important de plus de 9 millions d’euros, Cyprien n’a pas totalement rempli les critères de rentabilité pour sa sortie salle. Loin de là.

La première semaine a été convenable (360 000 spectateurs dans 340 salles), mais le bouche-à-oreille a été catastrophique. La chute à 191 000 entrées en 2e semaine démontrait une cruelle réalité : en 6e semaine la comédie était morte, avec 2 035 spectateurs dans 115 salles de province. Paris avait déjà passé la main…

Cyprien cale en France à la porte des 700 000 spectateurs.

Le test DVD :

Test de l’édition collector 2 disques de 2009. Avec 700.000 entrées, Cyprien a été un semi-succès. Le film s’adressait à une communauté bien spécifique pas forcément très large, et l’accueil critique fut plutôt frais. Pourtant Universal a bien paré Cyprien en DVD deux disques et blu-ray.

Compléments : 4 / 5

L’éditeur a donné carte blanche à David Charhon pour la création d’un DVD conceptuel (le menu oscille entre le jeu vidéo des années 80 et les premières versions de Windows), truffé de bonus. Bref, un collector sur deux disques qui ravira les fans du bigleux aux cheveux sales.

Sur le premier disque, on trouve le commentaire audio, un authentique making-of de 36mn, constitué d’instantanés de tournage et d’entretiens glanés au moment de la création du film, et la bande-annonce.

Le second disque démarre les hostilités en matière de suppléments avec un module intitulé la Genèse. En 24 minutes, le cinéaste raconte comment il est arrivé sur ce projet fantasque initié par le comique Arthur. Celui-ci souhaitait inviter le personnage de Cyprien, la star des petites annonces, à l’écran. David Charhon parle avec beaucoup d’entrain du casting (pourquoi Catherine Deneuve a accepté ce scénario), de sa volonté d’ancrer son film dans l’univers flamboyant des années 80…

Vient ensuite un bêtisier. Il est intitulé Sottisier et accorde une grande place aux annonces hilarantes de Cyprien, qui font bien marrer le comédien Elie Semoun. Au total, c’est 9mn10 de ratés pour une fois vraiment drôles.

Catherine Deneuve dans Cyprien

© 2009 Serenity Film – Studio 37 – TF1 Films Production. Photos : © Corinne Mariaud

Les scènes supplémentaires sont devenues ici des scènes virussées. Elles sont au nombre de 14, certaines étant en fait des moments rallongés. Ce module nous montre que le montage salle n’avait pas épuisé toutes ses cartouches. De nombreux moments sympas restaient sur la touche !

Faisant l’objet d’un supplément à lui tout seul, l’entretien des geeks par Léa Drucker, vu dans le film, est aussi proposé dans son montage intégral (3mn54). Encore une fois, c’est la bonne humeur qui l’emporte sur la crétinerie eighties des nerds.

On passera vite sur la fin alternative (2mn54). Cet aboutissement alternatif (ça, c’est le menu Z qui le dit) est aussi niais que la fin gardée du film, vraiment pas le point fort de Cyprien. De même, Scénarimages permet la comparaison complètement inutile entre 4 scènes et leur storyboard.

On saluera par contre la présence des différents projets d’affiche, pour le coup, plutôt réussis. Chaque visuel non retenu exploite un ton et des références différentes (l’une des affiches ressemblant particulièrement à celle de SuperGrave).

Une partie rom permet l’accès au jeu Cyprien en ligne.
Enfin, l’excellent court métrage de David Charhon, le secret de Salomon, est proposé en bonus dans une version exclusive et inédite. C’est tout de même 20mn15 d’extras en plus !

On notera que le blu-ray propose exactement les mêmes suppléments tandis que l’édition simple du DVD reprend à l’identique tous les bonus du premier disque.

Image : 3 / 5

L’image pâtit d’une compression perfectible, mais elle n’en demeure pas moins précise, avec un sens notable du détail et une colorimétrie dense.

Son : 4 / 5

Cette revanche des nerds est proposée en Dolby Digital 5.1, ce qui permet une excellente spatialisation de la bande-son, riche en hits des années 80. Les enceintes arrière sont utilisées à bon escient, notamment pour quelques effets de transition, mais laissent la part belle aux dialogues frontaux, clairs et fluides. Bref, un bon travail.

On notera la présence d’une piste audiovision, d’une grande précision, pour les non-voyants.

Trailers & Vidéos

trailers
x
Cyprien, affiche du film de David Charhon, avec Elie Seimoun

Bande-annonce de Cyprien

Comédie

x