Paul Frankeur

Acteur
Le désordre et la nuit, l'affiche

Personal Info

  • Nationalité : Français
  • Date de naissance : 29 juin 1905 à Paris (France)
  • Date de décès : 28 octobre 1974 à Nevers (France)
  • Crédit visuel : © 1958 Orex Films. Les films Corona / Illustrateur : Christian Broutin. Tous droits réservés.

Biographie

Note des spectateurs :

Paul Frankeur fréquente dans sa jeunesse le groupe Octobre, troupe de théâtre d’agit-prop plus ou moins proche du Parti communiste. Il s’y lie notamment avec Jacques Prévert. Il se lance ensuite dans le cabaret avec le comédien Yves Deniaud.

Ses débuts au cinéma datent de 1941 avec Nous les gosses de Louis Daquin. Il campe alors une série de petits rôles, bistrotier dans La nuit fantastique (1942) de Marcel L’Herbier, cordonnier dans Adieu Léonard (1943) de Pierre Prévert, inspecteur dans Les enfants du paradis (1945) de Marcel Carné, ou forain dans Jour de fête (1949) de Jacques Tati.

Les années 50 maintiennent Paul Frankeur dans ce genre d’emplois et le voici surveillant de condamnés à mort dans Nous sommes tous des assassins (1952) d’André Cayatte ou contrôleur de train dans Thérèse Raquin (1953) de Marcel Carné. On le voit dans beaucoup d’autres films, de Premières armes (1950) de René Wheeler à Voulez-vous danser avec moi ? (1959) de Michel Boisrond, en passant par La fête à Henriette (1952) de Julien Duvivier.

Son ami Jean Gabin lui réserve souvent un rôle dans ses films, et Frankeur se retrouve directeur de boîte de nuit dans Touchez pas au grisbi (1954) de Jacques Becker, restaurateur routier dans Des gens sans importance (1955) de Henri Verneuil, membre de bande dans Le rouge est mis (1957) de Gilles Grangier, ou médecin dans Maigret et l’affaire Saint-Fiacre (1959) de Jean Delannoy. Paul Frankeur est aussi l’un des invités de Marie-Octobre (1958), pour Julien Duvivier, au côté de Danielle Darrieux.

Dans les années 60 et 70, Paul Frankeur poursuit sa carrière de second rôle. S’il reste fidèle à Grangier, Verneuil ou Decoin, on le voit explorer l’univers d’autres cinéastes, dont Mauro Bolognini (Le mauvais chemin, 1961) et Jean-Pierre Melville, qui lui confie le rôle du commissaire Fardiano dans Le deuxième souffle (1966).

Il tourne jusqu’à sa mort, en 1974, et termine sa carrière en beauté sous la direction de Luis Buñuel qui en fait l’un des notables dans Le charme discret de la bourgeoisie (1972) et lui donne le rôle de l’aubergiste dans Le fantôme de la liberté (1974). Il était le père du comédien Jean-Paul Frankeur (1945-2018).

Gérard Crespo

Trailers & Videos

trailers
x
Le désordre et la nuit, l'affiche

Bande-annonce de Maigret et l'affaire Saint-Fiacre

Acteur

Bande-annonce de Maigret voit rouge

x