Note des spectateurs :

Formé à l’école de théâtre du Piccolo Teatro de Giorgio Strehler, Nino Castelnuovo débute au cinéma en 1959 dans Meurtre à l’italienne de Pietro Germi.

L’inoubliable Guy des Parapluies de Cherbourg

Ce jeune comédien séduisant qui avait pratiqué la gymnastique et la danse joue l’année suivante des rôles secondaires pour Carlo Lizzani (Le bossu de Rome), Luchino Visconti (Rocco et ses frères), Luigi Comencini (La grande pagaille), Giuseppe De Santis (Flagrant délit) et Nanni Loy (Les partisans attaquent à l’aube). Il obtient le prix du meilleur acteur au Festival du film néoréaliste d’Avellino pour Giorno per giorno, disperatamente (1961) d’Alfredo Giannetti. On le retrouve dans la comédie Le jour le plus court (1963) de Sergio Corbucci, dans laquelle il a fait une apparition au même titre qu’une pléiade d’acteurs dont un certain Jean-Paul Belmondo.

Mais c’est le rôle du garagiste Guy Foucher, l’amoureux de Geneviève Emery dans Les parapluies de Cherbourg de Jacques Demy, qui lui assure la notoriété. Dans ce chef-d’œuvre entièrement chanté, Palme d’or au Festival de Cannes et triomphe international, Nino Castelnuovo forme un couple inoubliable avec Catherine Deneuve. Même s’ils sont doublés pour le chant, elle par Danièle Licari, et lui par José Bartel, les deux interprètes sont crédibles, et son personnage attachant, qu’il se montre exalté ou désespéré, commandant deux cognacs au café du coin à son retour de la guerre d’Algérie.

Nino Castelnuovo, de Demy au giallo

Pourtant, Nino Castelnuovo peinera à se maintenir en tête d’affiche, quand sa partenaire deviendra une star. Il retourne le plus souvent aux seconds rôles, médecin dans À l’italienne (1965) de Nanni Loy, électricien dans Les créatures (1966) d’Agnès Varda, ou partisan dans Le dernier train (1966) de Nelo Risi. Il tient toutefois le premier rôle dans Un monde nouveau (1966) de Vittorio De Sica, qui aborde le thème de l’avortement, et connaît le succès à la télévision avec I promessi sposi (RAI, 1967). Au cinéma, il est également dirigé par Pasquale Festa Campanile, Fernando Di Leo et Edouard Molinaro.

Romy Schneider s’éprend de lui dans Un amour de pluie (1974) de Jean-Claude Brialy, et il est photographe coureur de jupons dans le giallo Nue pour l’assassin (1975) d’Andrea Bianchi. Il est aussi à l’affiche de productions pseudo-érotiques comme La lycéenne a grandi (1975) avec Gloria Guida. Nino Castelnuovo prend ses distances avec le cinéma à partir du milieu des années 70, se consacrant essentiellement à la télévision. On le retrouve, vieilli, dans Le patient anglais (1996) d’Anthony Minghella. Son dernier film date de 2016. Nino Castelnuovo est décédé le 6 septembre 2021 à l’âge de 84 ans.

Les Parapluie de Cherbourg, affiche reprise 2013

Affiche 2013 Nuit de Chine, d’après une photographie de Léo Weisse © 1993 Ciné-Tamaris