Robert Blake

Acteur
De sang-froid, photo de Robert Blake

Personal Info

  • Nationalité : Américain
  • Date de naissance : 18 septembre 1933, à Nutley, New Jersey (Etats-Unis)
  • Nom de naissance : Mickael James Vincenzo Gubitosi
  • Crédits : De sang-froid © 1967, renewed 1995 Pax Enterprises, Inc. Tous droits réservés.
Social:

Biographie

Note des spectateurs :

Robert Blake est connu pour avoir campé l’un des deux meurtriers de l’adaptation de De sang Froid par Richard Brooks et l’inspecteur Baretta, pendant 82 épisodes à la télévision (ABC).

De l’enfant star à Richard Brooks

D’origine modeste, fils d’un père italien autoritaire et alcoolique, il devient enfant star grâce à la série Les petites canailles, entre 1939 et 1944. Il démarre celle-ci à l’âge de 6 ans. Il enchaîne avec la série Red Ryder et incarne un jeune Indien ; il trouve quelques petits rôles au cinéma (Le grand boum avec Laurel et Hardy, 1944 ; Le trésor de la Sierra Madre de John Huston, 1948).

Son enfance difficile, avec des parents abusifs, l’incitent à s’enfuir de son domicile. Elle déterminera une vie cabossée, à rebondissements, et se traduira magnifiquement dans le rôle d’envergure dans De sang-froid. Après l’armée, des années de réinsertion dans le civil difficiles, une addiction aux drogues dures, il apparaîtra souvent à la télévision et au cinéma. Néanmoins, c’est bien son rôle de paria et d’assassin, en 1967, pour Richard Brooks qui fait rebondir sa carrière. Le cinéaste de grande renommée lui offre une rédemption artistique en lui demandant d’interpréter le tueur charismatique dans De sang-froid, d’après le best-seller de Truman Capote. Cette œuvre exceptionnelle devient un classique du cinéma et permet à Robert Blake de se bâtir une petite notoriété. Il peut prétendre à des rôles intéressants, comme dans Willie Boy, où il incarne le personnage d’Indien éponyme face à Robert Redford encore glorieux du triomphe de Butch Cassidy et le Kid de George Roy Hill. Les deux acteurs avaient déjà partagé l’affiche de Propriété interdite de Sydney Pollack, en 1966.

Sceno de l'édition blu-ray collector de De sa,g-froid

© Droits et conception graphique Wild Bunch – Design : Black Cherry (Thierry Couquard)

Robert Blake des années 70 au déclin tragique

Robert Blake tourne en Italie Le coriace (Un uomo dalla pelle dura) de Franco Prosperi en 1972, film noir violent avec Catherine Spaak et Ernest Borgnine.

En 1973, il investit le premier rôle d’une œuvre étrange, Dérapage contrôlé, également connue sous son titre original, Electra Glide in Blue. Un petit budget indépendant, mais culte. En 1974, l’acteur enchaîne avec Les casseurs de gangs de Peter Hyams, où l’on retrouve également Elliott Gould et Allen Garfield. Efficace et musclé.

Dans les années 70, Robert Blake trouve enfin un rôle populaire auprès d’une large audience, sur le média à la mode, la télévision. Il devient Baretta dans une série de 80 épisodes, diffusée partiellement en France par TF1 et La Cinq. Le rôle d’inspecteur lui vaut un Emmy Award en 1975 et un Golden Globe en 1976.

Désormais, à l’exception de quelques longs, comme Cœurs d’occasion, film raté de Hal Ashby (1980), il se cantonnera à des rôles pour la télévision, dans des téléfilms ou la série Hell Town.

Hollywood tente un revival Robert Blake dans la décennie 1990 avec deux rôles, l’un dans Money Train de Joseph Ruben, avec Wesley Snipes et Woody Harrelson (1995), l’autre dans Lost Highway de David Lynch. Son incarnation d’un homme mystérieux y est effroyable de terreur. L’une de ses meilleures apparitions au cinéma.

La carrière de Robert Blake s’arrête avec Lost Highway. La suite sera tragique. Il épouse en secondes noces, pour des raisons obscures, Bonnie Lee Bakley. La jeune femme prétend que son fils, Christian, est celui de Marlon Brando, mais un test ADN déclarera Blake comme père. Le 4 mai 2001, elle est assassinée. Robert Blake est inculpé. Démarre alors une longue procédure judiciaire qui ruinera l’artiste. Si l’artiste est disculpé en 2005, l’affaire est portée au civil et les enfants de la victime gagnent 30 millions de dollars de dommages. La peine est réduite à 15 millions à la suite d’un appel.

Toujours ruiné, l’acteur n’est plus revenu au cinéma ou à la télévision. Un site Internet lui est consacré. Il y adresse une lettre à ses fans. 

Frédéric Mignard

Affiche originale 1968 de De sang-froid (In cold-blood), Richard Brooks

©Droits réservés

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
De sang-froid, photo de Robert Blake

Extrait de De sang froid

Acteur

x