Woody Harrelson

Acteur, Réalisateur, Producteur
Woody Harrelson dans Tueurs nés de Oliver Stone

Personal Info

  • Nationalité : Américain
  • Nationalité : 23 juillet 1961 à Midland, Texas (États-Unis)

Biographie

Note des spectateurs :

Acteur, producteur et réalisateur américain, Woody Harrelson est le fils d’un tueur à gages qui a été emprisonné à vie entre 1979 et sa mort en 2007. Le jeune Woody a donc une jeunesse perturbée par cette filiation, mais il se passionne très jeune pour la comédie et obtient un diplôme d’art dramatique dans l’Indiana. Il débute finalement à la télévision dans la série comique culte Cheers qui le révèle aux États-Unis.

Woody Harrelson, révélation des années 90

Il joue dans plus de 200 épisodes entre 1985 et 1993. Parallèlement, il commence à accepter des petits rôles au cinéma, notamment dans La vie en plus (Hughes, 1988) et Doc Hollywood (Caton-Jones, 1991) avec Michael J. Fox. Finalement, il connaît son premier gros succès cinéma avec Les blancs ne savent pas sauter (Shelton, 1992) qui est un carton aux États-Unis, alors que la France reste en retrait.

Ce premier jalon lui permet de donner la réplique à Robert Redford et Demi Moore dans le drame érotique Proposition indécente (Lyne, 1993) qui connaît là aussi un très beau succès mondial. Cette fois, Woody Harrelson est sur orbite et les années 90 lui sont favorables.

Quand Woody tourne à perdre haleine

Il crée la polémique avec Tueurs nés (Stone, 1994), le film choc de l’année 1994, puis refait équipe avec Wesley Snipes sur un polar plus conventionnel : Money Train (Ruben, 1995).

Harrelson continue à jouer pour des cinéastes renommés comme Michael Cimino (Sunchaser, 1996) ou encore Milos Forman (Larry Flynt, 1996) qui lui permet d’être nominé dans la catégorie du meilleur acteur, mais la récompense ira à Geoffrey Rush.

Woody Harrelson est alors un acteur très demandé, notamment par des auteurs ambitieux. Ainsi, il tourne pour Michael Winterbottom dans Welcome to Sarajevo (1997), Barry Levinson pour Des hommes d’influence (1997), Volker Schlöndorff pour Palmetto (1998), Terrence Malick pour La ligne rouge (1998) ou encore Stephen Frears pour The Hi-Lo Country (1998). Ce sont autant d’œuvres prometteuses, mais qui n’ont pas toutes eu un grand écho auprès du public. Il s’agit ici d’affirmer une présence au cœur d’une filmographie ambitieuse et très diversifiée.

Des seconds rôles assez quelconques dans les années 2000

Les années suivantes sont globalement moins porteuses, même si on le retrouve sur le ring face à Antonio Banderas dans Les adversaires (Shelton, 1999), ou encore dans L’affaire Josey Aimes (Caro, 2006). Dès lors, il se contente de plus en plus de petits rôles comme guest. On le voit ainsi dans No Country for Old Men (Coen, 2007), Bataille à Seattle (Townsend, 2007). Il retrouve un rôle plus conséquent dans le film de zombi parodique Bienvenue à Zombieland (Fleischer, 2009) qui va lui donner une nouvelle visibilité auprès de la jeune génération. Même topo avec sa participation remarquée à la saga Hunger Games où il joue le rôle récurrent d’Haymitch Abernathy entre 2012 et 2015.

Le retour en grâce de la décennie 2010

Ce retour en grâce se confirme avec le succès d’Insaisissables (Leterrier, 2013) dont il tournera la suite, moins convaincante, en 2016. L’acteur connaît également un succès retentissant avec la série télé True Detective dont il mène l’excellente première saison. Enfin, en 2017, il intègre même la saga La planète des singes dans le dernier volet signé Matt Reeves.

La même année, il tente sa chance du côté de la réalisation avec le film Lost in London où il interprète son propre rôle. Décidément très riche, l’année 2017 le voit participer au très bon 3 Billboards : Les panneaux de la vengeance (McDonagh), rôle qui lui offre une nouvelle nomination à l’Oscar. Depuis, on a revu le comédien dans des franchises plus ou moins réussies. Il joue dans Solo : A Star Wars Story (Howard, 2018), Venom et sa suite déplorable, le très drôle Retour à Zombieland (Fleischer, 2019).

Plus récemment, il a encore fait parler de lui au cœur d’un nouveau film ambitieux. Palme d’or à Cannes en 2022, Sans filtre (Östlund) devrait confirmer sa place essentielle au sein du cinéma mondial.

On notera que l’acteur a rarement été récompensé pour son travail. Il a toutefois reçu un prix pour l’ensemble de sa carrière au Festival américain de Deauville en 2017.

Virgile Dumez

Filmographie :

Réalisateur :

  • 2017 : Lost in London

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
Woody Harrelson dans Tueurs nés de Oliver Stone

Bande-annonce de Venom : Let There Be Carnage (VF)

Acteur, Réalisateur, Producteur

Bande-annonce d'Insaisissables (VF)

Bande-annonce de

x