Mulholland Drive : la critique du film (2001)

Drame, Fantastique, Policier | 2h26min
Note de la rédaction :
10/10
10
Affiche française (reprise) de Mulholland Drive

  • Réalisateur : David Lynch
  • Acteurs : Naomi Watts, Laura Harring, Robert Forster, Justin Theroux, Ann Miller
  • Date de sortie: 21 Nov 2001
  • Nationalité : Américain, Français
  • Titre original : Mulholland Dr.
  • Scénario : David Lynch
  • Compositeur : Angelo Badalamenti
  • Distributeur Bac Film (2001) - Tamasa Distribution (reprise du 10 mai 2017)
  • Éditeur vidéo : Studiocanal
  • Date de sortie vidéo : 6 avril 2004 (DVD) - 14 septembre 2010 (Blu-ray) / Réédition : 5 septembre 2017 (DVD & blu-ray)
  • Festivals : Festival de Cannes 2001 : Prix de la mise en scène
  • Classification : Tous publics
  • Récompenses : César 2002 : Meilleur film étranger - BAFTA 2002 : Meilleur montage
  • Box-office France / Paris-Périphérie : 845 861 entrées (2001) / - 4 490 (2017) /
  • Box-office USA : 7 219 578 $
  • Budget : 15 000 000$
  • Format : 1.85 : 1 / Dolby Digital
  • Copyrights photo : 2001 STUDIOCANAL - Tous droits réservés
Note des spectateurs :
[Total : 1   Moyenne : 5/5]

Mulholland Drive est le chef-d’œuvre de David Lynch, prodigieuse mise en abyme sur l’envers du décor hollywoodien. On ne se lasse pas de se laisser subjuguer par son atmosphère de mystère et sa narration vertigineuse.

Synopsis : À Hollywood, durant la nuit, Rita, une jeune femme, devient amnésique suite à un accident de voiture sur la route de Mulholland Drive. Elle fait la rencontre de Betty Elms, une actrice en devenir qui vient juste de débarquer à Los Angeles. Aidée par celle-ci, Rita tente de retrouver la mémoire ainsi que son identité.

Mulholland Drive ou l’art de Lynch son sommet

Critique : Le chef-d’œuvre de David Lynch. De Eraserhead (1977) à Twin Peaks : The Return (2017), cet auteur s’est affirmé comme l’un des plus grands créateurs contemporains. Sans atteindre la radicalité expérimentale des deux œuvres citées (la narration n’est pas aussi complètement déstructurée), Lynch signe un trip envoûtant. Ce n’est pas le film mystérieux au scénario incompréhensible, étiquette trop facile que d’aucuns ont voulu attribuer. Certes, cette histoire de starlette naïve (la révélation Naomi Watts) liant une relation amicale puis amoureuse avec une comédienne de renom avec laquelle elle mènera une enquête policière n’est pas de tout repos et couve maintes zones d’ombre. Mais ce n’est rien face au récit tortueux du Grand sommeil (Howard Hawks, 1946), à l’énigme de Meurtre dans un jardin anglais (Peter Greenaway, 1982), ou au labyrinthe « nouveau roman » de L’Année dernière à Marienbad (Alain Resnais, 1961).

L’originalité du film consiste en un « coup de théâtre » narratif dans la dernière demi-heure, qui présente les acteurs dans des personnages différents de ceux incarnés depuis le début de la projection. Cela nous amène alors à reconsidérer toute l’œuvre depuis l’exposition. Cette gymnastique mentale, alliée à une deuxième vision du film, lui donne alors tout son sens. La formule, utilisée déjà dans Lost Highway (1997) mais de façon moins explicite, aboutit ici à un vertige impressionnant qui n’a d’égal que la première vision de Sueurs froides/Vertigo (Alfred Hitchcock, 1958). Entouré de collaborateurs inspirés (Peter Deming pour la photographie, Mary Sweeney pour le montage et surtout Angelo Badalamenti, compositeur d’une partition musicale déjà culte), Lynch excelle dans ces séquences en trompe-l’œil caractéristiques de tous ces films. Le summum du trouble est ici atteint lors de la découverte de la boîte qui correspond à une clef associée à des dollars, découverte qui n’a d’égale que la vision la Loge Noire dans Twin Peaks.

Naomi Watts et Laura Harring dans Mulholland Drive de David Lynch

2001 STUDIOCANAL – Tous droits réservés

Une démystification de l’usine à rêves hollywoodienne

Depuis la traversée du miroir de Jean Marais dans Orphée (Jean Cocteau, 1950), rarement le cinéma n’avait été imprégné d’une telle dimension. Lynch, on le sait, admire toutes les formes d’art et a une attirance singulière pour le monde du spectacle. Dans Elephant Man (1980), la détresse humaine transformée en phénomène de foire était une métaphore de la cruauté de la marchandisation dans le spectacle vivant. Ici, les mœurs de Hollywood sont passées au crible : de la mafia incrustée dans le monde du cinéma aux compromissions liées au signatures de contrat, c’est tout un pan de la réalité et de la mythologie du septième art qui fascine Lynch. Et l’on ne sera pas surpris de croiser les silhouettes de guest stars, témoins d’un âge d’or révolu, à l’image d’Ann Miller, ex-reine des claquettes de la comédie musicale (Un jour à New York de Stanley Donen et Gene Kelly, 1949), maquillée en logeuse excentrique.

C’est là que le cinéaste rejoint le Billy Wilder de Sunset Boulevard (1950), autre grand film de la démystification hollywoodienne. Il n’est pas superflu s’ajouter que la composition du casting est, comme souvent chez Lynch, hétéroclite et jubilatoire, le vétéran Robert Forster croisant des gravures de mode dépouillées de tout artifice, tels l’ex-mannequin Laura Harring ou le beau gosse de série télé Justin Theroux, transformé en réalisateur manipulé. Présentée au Festival de Cannes 2001, cette œuvre sublime et désespérée aurait fait une Palme d’or de choc, après celle que le cinéaste avait obtenue en 1990 avec Sailor et Lula. Le jury présidé par Liv Ullman lui préféra La Chambre du fils de Nanni Moretti. Mais Lynch ne repartit pas pour autant bredouille, auréolé d’un prix de la mise en scène qu’il dut toutefois partager avec les frères Coen pour The Barber : l’homme qui n’était pas là.

Critique de Gérard Crespo

Sorties du 21 novembre 2001

Affiche française (reprise) de Mulholland Drive

Copyright Tamasa Distribution – 2001 STUDIOCANAL – Tous droits réservés

Box-office de Mulholland Drive :

Coproduction franco-américaine, le classique de David Lynch a su réaliser des recettes importantes sur notre territoire, fort d’un Prix de la mise en scène à Cannes et de critiques unanimes, signifiant ses qualités de chef-d’œuvre instantané du 7e art.

Avec 845 000 entrées en fin de carrière sur la France, cette production audacieuse dans sa durée et son intrigue, a été un vrai beau succès au box-office, puisqu’elle a démarré sa carrière, en première semaine, à 185 000 curieux dans 186 cinémas. En deuxième semaine le film basculait à 135 000 spectateurs, parmi lesquels beaucoup de fans qui avaient tenté l’expérience une première fois et qui, fascinés, souhaitaient mieux en comprendre le langage. En 13e semaine, David Lynch glanait encore quelques 10 821 spectateurs.

Il s’agit du 3e plus gros succès de David Lynch en France, en terme d’entrées, après l’universel Elephant Man (2 443 507), qui était plus classique dans son récit, et Dune (2 310 457) que d’aucuns considéreront comme un échec commercial de par son budget.

Avant-dernier film cinématographique de David Lynch, Mulholland Drive sera suivi en 2007 d’un INLAND EMPIRE, encore plus long et plus abscons, qui déroutera ses aficionados les plus fidèles (128 775).

Pour entrer un peu plus dans le détail de la sortie française de Mulholland Drive, on notera son entrée en 3e position hebdomadaire en France, derrière Tanguy de Chatiliez alors en première semaine (883 961/550 copies), et Ghost of Mars de John Carpenter qui bénéficiait de 287 salles et d’un total de 203 781 entrées. La 4e meilleure entrée de la semaine était Spoof Movie que Metropolitan avait réussi à placer dans 168 cinémas pour un démarrage médiocre à 96 482 entrées. Battle Royale trouvait sa place en 13e place, avec 61 322 amateurs de spectacles trash dans seulement 96 cinémas. Sylvester Stallone touchait (presque) le fond avec son remake de Get Carter (43 736 entrées dans 50 salles). Sly s’éprenait d’une maigre 18e place, mais à vrai dire sa moyenne était solide.

Concernant les salles projetant le film de Lynch à Paris intra-muros, on citera le Gaumont Ambassade, le George V, le Gaumont Opéra Premier, le Rex, le Paramount Opéra, le MK2 Odéon/Beaubourg/Bastille/Nation/Quai de Seine/Gambetta/Beaugrenelle, le St-Germain-des-Prés, l’UGC Ciné les Halles/Bercy/Lyon Bastille/Gobelins/Maillot, le Bretagne, la Pagode, le Gaumont Alésia/Convention/Gobelins et enfin le Pathé Wepler.

Frédéric Mignard

x