Charlie (Charlie mon héros) : la critique du film et le test blu-ray (1990)

Animation | 1h24min
Note de la rédaction :
8/10
8
Charlie mon héros, Don Bluth, affiche personnage

  • Réalisateur : Don Bluth
  • Date de sortie: 28 Mar 1990
  • Nationalité : Américain, Irlandais, Britannique
  • Titre original : All Dogs Go to Heaven
  • Titres alternatifs : Tous les chiens vont au paradis (Québec) / Charlie - Alle Hunde kommen in den Himmel (Allemagne) / Todos los perros van al cielo (Espagne) / Todos os Cães Merecem o Cé (Portugal) / Wszystkie psy idą do nieba (Pologne) / Charlie - Anche i cani vanno in Paradiso (Italie) / Charlie - Minden kutya a mennybe jut (Hongrie)
  • Année de production : 1989
  • Scénariste(s) : David N. Weiss d'après une histoire originale de Don Bluth, Monica Parker, Ken Cromar, John Pomeroy, Gary Goldman, Guy Schulman, Larry Leker, Linda Miller, David Steinberg et David N. Weiss
  • Avec les voix de : Burt Reynolds (VO), Dom DeLuise (VO), Judith Barsi (VO), Loni Anderson (VO), Richard Darbois (VF), Jacques Frantz (VF), Alexandra Garijo (VF)
  • Compositeur : Ralph Burns
  • Société(s) de production : Don Bluth Productions, Goldcrest Films International, Sullivan Bluth Studios
  • Distributeur (1ère sortie) : Gaumont
  • Distributeur (reprise) : Splendor Films
  • Date de reprise : 24 avril 2019
  • Éditeur(s) vidéo : G.C.R. (VHS, 1991 et 1997) / G.C.R. (Laserdisc, 1991) / Swift (DVD, 2002 et 2005) / Opening (DVD, 2009) / Filmedia (DVD, 2013) / Rimini Editions (blu-ray, 2022)
  • Date de sortie vidéo : 1991 (VHS et Laserdisc) / 24 octobre 2002 (DVD) / 1er juin 2005 (DVD) / 4 février 2009 (DVD) / 5 mars 2013 (DVD) / 6 juillet 2022 (blu-ray)
  • Box-office France / Paris-périphérie : 54 293 entrées (pp)
  • Box-office nord-américain : 27,1 M$ (63,8 M$ au cours ajusté de 2022)
  • Budget : 13,8 M$ (32,5 M$ au cours ajusté de 2022)
  • Rentabilité : -
  • Classification : Tous publics
  • Formats : 1.37 : 1 / Couleurs / Son : Dolby Stéréo
  • Festivals et récompenses : -
  • Illustrateur / Création graphique : Dreano (jaquette blu-ray)
  • Crédits : Goldcrest Animation LTD
  • Franchise : 1er volet de la franchise Charlie
Note des spectateurs :

Très beau dessin animé qui fut une injuste déception commerciale, Charlie « mon héros » démontre l’énorme talent de Don Bluth pour créer des univers sombres sans éconduire pour autant les petits. Du grand art dans son domaine.

Synopsis : Charlie, un chien un rien roublard, est assassiné par le gangster Carcasse. Il n’a jamais fait grand-chose de bien au cours de sa vie, mais il est pourtant accepté au paradis des chiens. Décidé à se venger, Charlie trouve le moyen de ressusciter et de revenir sur Terre. Mais il va devoir choisir : continuer à vivre comme avant ou venir en aide à Anne-Marie, une orpheline poursuivie par Carcasse.

Don Bluth, le principal concurrent du studio Disney, alors en perdition

Critique : Au cours des années 80, l’animateur et réalisateur Don Bluth, ancien transfuge de Disney, concurrence directement la firme aux grandes oreilles sur son domaine de prédilection : l’animation pour enfants. Aidé par Steven Spielberg à la production, Don Bluth dégaine ainsi deux gros succès commerciaux avec Fievel et le Nouveau Monde (1986) et Le petit dinosaure et la vallée des merveilles (1988) qui enchantent une génération complète de bambins. Dans le même temps, la firme Disney se révèle incapable de se renouveler de manière pertinente et aligne les échecs en salles avec Taram et le chaudron magique (Berman, Rich, 1985) et Basil, détective privé (Clements, 1986).

Ayant le vent en poupe, Don Bluth décide de se séparer de Spielberg et de passer un accord avec la maison de production britannique Goldcrest pour la création de ses futurs dessins animés. De même, il délocalise ses studios en Irlande où le gouvernement encourage la production cinématographique par des remises d’impôts. Don Bluth en profite donc pour y installer ses Sullivan Bluth Studios, vaste structure forte de plus de 360 employés qui ont vocation à travailler sur trois longs-métrages consécutivement. Mais le plus important pour Don Bluth est de pouvoir développer ses idées sans avoir à en référer à qui que ce soit.

Dieu reconnaîtra les chiens

Ainsi, il peut mettre en chantier Charlie « mon héros » sans trop de difficultés, alors que le pitch était difficilement vendeur. Certes, le cinéaste veut mettre en scène un film d’animation avec des chiens – ce qui est plutôt gage de succès – mais dans un contexte très sombre lié au monde impitoyable des gangsters. De plus, il ne veut aucunement édulcorer sa description des milieux interlopes et ose même tuer son héros dès le premier quart d’heure. Autant d’éléments qui n’ont pas d’équivalent dans la production animée à destination des enfants.

Bien entendu, le long-métrage fait preuve d’un certain humour et l’intervention d’une orpheline toute mignonne vient tempérer la noirceur du contexte. Toutefois, on signalera l’audace de Don Bluth quant à son personnage principal. L’artiste table sur l’intelligence des enfants et fait de son chien un cabotin qui est tout sauf gentil. Évadé de prison, petit truand arnaqueur uniquement intéressé par l’argent, être cynique sans principe, Charlie ne correspond en rien au bon chien-chien que l’on a envie d’étreindre et de chérir. Toutefois, le vilain cabot va finir par s’amender à force de côtoyer cette gamine craquante qui va l’amener vers la rédemption par la grâce de l’amour et de l’amitié. Afin de compenser la rudesse initiale du personnage, Don Bluth a également eu l’intelligence de lui adjoindre un comparse mignon nommé Gratouille, afin d’accrocher les petits avec un personnage plus trognon et attachant.

Charlie mon héros en blu-ray chez Rimini

© 1989 Goldcrest Animation LTD. / Design jaquette : Dreano. Tous droits réservés.

De la beauté de l’art fait à la main

Magnifié par de superbes dessins réalisés à la main, une animation particulièrement fluide – aidé par le procédé de la rotoscopie pour l’animation de la petite fille – et des couleurs chatoyantes, Charlie est un superbe dessin animé qui souffre peut-être de la faiblesse relative des quelques chansons incluses dans le métrage. Leurs mélodies n’entrent pas vraiment en tête et l’orchestration trahit une certaine faiblesse de moyens. Heureusement, le tout est compensé par une certaine absence de manichéisme, malgré une thématique religieuse évidente liée à la rédemption et à l’accès au Paradis par le biais de bonnes actions.

On notera que les dernières séquences, bien que mélodramatiques, ne forcent pas trop sur l’émotion facile et parviennent donc à transfigurer le personnage principal et à le rendre inoubliable pour tous les enfants, et même les plus grands qui se laisseront piéger.

Charlie sort aux USA le même jour que La petite sirène de Disney

Malgré l’excellente tenue de ce dessin animé assez iconoclaste dans la production américaine de l’époque, Charlie n’a pas obtenu le succès escompté aux États-Unis. Tout d’abord, son sujet a paru trop sombre aux parents, d’autant qu’un drame a touché la production du film. Effectivement, la jeune actrice Judith Barsi qui a effectué le doublage de la petite Anne-Marie a été assassinée par son propre père en même temps que sa mère en 1988. La dernière chanson du film lui est d’ailleurs dédiée.

Autant d’éléments qui détournent les spectateurs d’un film qui est, en plus, concurrencé par le nouveau Disney La petite sirène (1989) qui sort aux States le même jour (le 17 novembre 1989). Là où le Disney va cartonner avec plus de 110 millions de dollars de recettes rien qu’en Amérique du Nord, Charlie va stationner péniblement à 27 millions de billets verts, soit une vraie déception qui entame le lent déclin de Don Bluth. Parallèlement, la firme Disney va renaître de ses cendres avec une décennie 90 marquée par des triomphes en série, généralement très mérités tant la qualité est effectivement au rendez-vous.

Charlie, mon héros, l'affiche de 2019

© 1989 Goldcrest Animation LTD. / © 2019 Splendor Films. Tous droits réservés.

Une seconde vie grâce à la vidéo

Malgré cette contre-performance qui se confirme en France où le film a du mal à atteindre les 300 000 entrées sur tout le territoire, Charlie « mon héros » va connaître une seconde carrière grâce à la vidéo, au point de devenir pour beaucoup d’enfants de l’époque un vrai film culte. Don Bluth en a d’ailleurs conscience puisqu’il vend les droits de ses personnages à la MGM qui crée un deuxième épisode uniquement destiné au marché vidéo intitulé Charlie 2 (Leker, Sabella, 1996) de piètre réputation.

La MGM a continué à exploiter les différents caractères à travers une série télévisée qui a duré de 1996 à 1998 forte de 40 épisodes de 22 minutes chacun. On notera enfin l’existence d’un épisode spécial Noël intitulé Charlie, le conte de Noël (Sabella, Selvaggio, 1998), toujours sous l’égide de la MGM. En France également, le film Charlie « mon héros » est fréquemment exploité en DVD. Parfois sous son titre cinéma Charlie, et le plus souvent sous l’intitulé Charlie, mon héros. Plus récemment, le film a été repris en salles (2019) et a fait l’objet d’un beau blu-ray à l’image entièrement restaurée.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 28 mars 1990

Acheter le film en DVD / blu-ray

Voir le film en VOD

Charlie, l'affiche de 1990

© 1989 Goldcrest Animation LTD. All Rights Reserved.

Box-office :

Charlie ou Charlie mon héros? Quel est le vrai titre?

Distribué en France pour les vacances de Pâques, All Dogs Go To Heaven sort le 28 mars 1990 dans 21 cinémas sur Paris sous le titre de Charlie. Gaumont à la distribution ne fait pas fort avec une série d’affiches personnage qui embrouille l’esprit des spectateurs, parmi lesquelles celle de l’héroïne avec la phrase d’accroche « Mon héros », qui sera repris dans le titre de la reprise ou sur certains DVD, Charlie mon héros. Toutefois, et il est important de le souligner, le titre français original est Charlie en un seul mot. Merci.

Don Bluth de nouveau perdant face à Disney

Le film animé satisfait 3 190 chiots pour son premier jour sur Paris-Périphérie. Disney via Warner proposait parallèlement la reprise de Merlin l’enchanteur, lancée dans 24 cinémas (5 960 entrées en un jour).

Face aux films pour enfants, deux blockbusters affrontent le suffrage des urnes, le français Cyrano de Bergerac (15 333 entrées, 35 salles) et l’américain Tango et Cash (12 836, 40 écrans).

A l’issue de la première semaine, l’animation est au plus bas. Merlin l’enchanteur se contente d’une 8e place (23 883 entrées) et Charlie est totalement ignoré par les Parisiens (14e, 12 725 entrées).

Il figure en matinée dans les cinémas le George V, le Gaumont Ambassade, le Fauvette, le Gaumont Opéra, les Gaumont Halles/Alésia/Parnasse, le Publicis St Germain, le Montparnos, le Pathé Clichy, le Rex et l’UGC Lyon Bastille.

En 2e semaine, Charlie se maintient grâce aux vacances (12 820 entrées sur 18 salles). Il parvient à son meilleur score en 3e semaine avec 15 665 spectateurs dans la même combinaison. Merlin l’enchanteur remontait à 28 000 magiciens.

Gaumont, distributeur – exploitant, abandonne Charlie au score bâtard

La 4e semaine est encore élevée au vu de la première semaine catastrophique (13 083 entrées (19 salles). Merlin garde encore l’avantage. Cependant, Don Bluth voit son (futur) classique retiré de l’affiche à l’issue de cette ultime semaine, avec seulement 54 293 spectateurs parisiens.

Gaumont, à la fois distributeur et exploitant, n’a pas souhaité prolonger cette carrière sous perfusion.

A l’échelle française, cela sera mieux, avec un total avoisinant les 250 000 spectateurs et une disparition des écrans concomitantes à sa disparition parisienne. Charlie pouvait aller se reposer au paradis, de belles décennies l’attendaient devant lui.

Box-office de Frédéric Mignard

Charlie mon héros, Don Bluth, affiche personnage

© 1989 Goldcrest Animation LTD. All Rights Reserved.

Le test du blu-ray :

Charlie bénéficie d’une très belle copie restaurée en HD dans un blu-ray à posséder d’urgence pour les amoureux de dessin animé traditionnel. Test effectué à partir du produit finalisé.

Compléments & packaging : 4 / 5

Le combo DVD / Blu-ray est présenté au format DVD dans un fourreau plutôt joli, mais qui renferme un boitier traditionnel, ce qui est dommage. Par contre, le boitier renferme quatre cartes postales à collectionner.

Sur la galette même, on trouve un entretien de 27 minutes avec le spécialiste de l’animation Xavier Kawa-Topor qui revient sur l’ensemble de la conception du long-métrage. Il insiste sur la concurrence entre Don Bluth et Disney, mais développe aussi toutes les étapes de création jusqu’à sa sortie aux États-Unis et le culte qui a suivi dans les années 90.

Uniquement disponible sur le blu-ray, la visite des studios Sullivan Bluth (41 minutes) par des journalistes belges en 1990 permet de voir l’équipe au travail sur Charlie. Outre un entretien passionnant avec Don Bluth, le reportage fait figure de véritable making of, avec de très nombreuses explications sur le travail minutieux des membres de l’équipe irlandaise. Le document, même non restauré, est de première importance et s’avère parfaitement passionnant et indispensable pour tous les amoureux d’animation à la main et au crayon.

Enfin, l’éditeur propose la bande-annonce du film.

L’image du blu-ray : 4,5 / 5

Si l’on excepte quelques plans flous et un ou deux moments avec davantage de points blancs, la restauration est de toute beauté. Le passage en HD permet de profiter à plein de la précision des traits des personnages, mais aussi de la riche palette de couleurs utilisée. C’est véritablement une redécouverte qui fait vraiment plaisir aux mirettes. On est totalement sous le charme.

Le son du blu-ray : 4 / 5

Une très belle édition aussi dans ce domaine puisque les versions originale et française bénéficient toutes deux de mixages 2.0 en DTS HD Master Audio. Si l’on apprécie bien évidemment les voix originales de Burt Reynolds et Dom DeLuise, on ne chipotera pas sur le travail effectué sur la version française. Effectivement Richard Darbois (la voix locale d’Harrison Ford) et Jacques Frantz sont des vieux routiers de l’exercice et ils livrent un travail fort réussi. Les voix se détachent parfaitement de l’ensemble sans casser la dynamique générale. C’est puissant et diablement efficace.

Test blu-ray de Virgile Dumez

Charlie mon héros, jaquette blu-ray

© 1989 Goldcrest Animation LTD. / Design jaquette : Dreano. Tous droits réservés.

x