Mathieu Kassovitz

Acteur, Réalisateur
Affiche de Un héros très discret de Jacques Audiard

Personal Info

  • Nationalité : Français
  • Date de naissance : 3 août 1967 à Paris (France)
  • Crédit visuel : © 1996 Alicéleo. Tous droits réservés.

Biographie

Note des spectateurs :

Matthieu Kassovitz est un réalisateur et acteur qui a donné le meilleur de lui-même avec La haine (1995), prix de la mise en scène au Festival de Cannes et César du meilleur film. Le comédien a tourné avec Jacques Audiard, Costa-Gavras, Jean-Pierre Jeunet…

La révélation d’un acteur et d’un réalisateur dans les années 90

Fils du réalisateur Peter Kassovitz, Mathieu Kassovitz se fait remarquer au début des années 90 par des courts métrages dont Cauchemar blanc, sélectionné par la SRF dans la section Perspectives du cinéma français du Festival de Cannes. Son premier long métrage, Métisse (1993), dont il est également l’interprète, révèle un style percutant de cinéma social, et le voit nommé aux César dans les catégories du meilleur premier film et du meilleur espoir masculin. Il gagne ce dernier trophée pour Regarde les hommes tomber (1994) de Jacques Audiard.

Son second long métrage en tant que réalisateur, La haine (1995), exercice de style efficace sur les violences policières, interprété par Vincent Cassel, Saïd Taghmaoui et Hubert Koundé, est un succès critique qui trouve un vaste écho en salle. Le film obtient le prix de la mise en scène à Cannes et trois César (meilleur film, meilleur producteur, premier montage). Mathieu Kassovitz devient alors une valeur sûre du cinéma français. En tant qu’interprète, il retrouve Audiard avec Un héros très discret (1996), moyennement accueilli, tandis que son long métrage Assassin(s) (1997) essuie un revers critique. Il termine la décennie en second rôle de films signés Blier, Besson ou Peter Kassovitz.

Mathieu Kassovitz, deux décennies en demi-teinte

Les années 2000 sont contrastées pour Mathieu Kassovitz. Le cinéaste connaît un gros succès avec Les rivières pourpres (2000), pour lequel il est nommé au César du meilleur réalisateur. Mais son incursion dans le cinéma américain avec Gothica (2003) et Babylon A.D. (2008) ne convainc guère. Le comédien est quant à lui associé au triomphe du Fabuleux destin d’Amélie Poulain (2001) de Jean-Pierre Jeunet, dont il partage l’affiche avec Audrey Tautou. Et il se montre étonnant en prêtre engagé dans Amen (2002) de Costa-Gavras, pour lequel il est nommé au César du meilleur acteur. Il passe en outre avec aisance de la production internationale de Spielberg (Munich, 2005) à l’univers déjanté de Kervern et Delépine (Louise-Michel, 2008).

La décennie suivante marque un essoufflement de sa carrière. Son unique long métrage à la mise en scène, L’ordre et la morale (2011), reçoit un accueil mitigé. Mathieu Kassovitz est l’interprète touchant de Vie cachée (2014) de Cédric Kahn, qui ne trouve hélas pas son public. Mais il obtient des seconds rôles intéressants dans Piégée (2012) de Steven Soderbergh, Happy End (2017) de Michael Haneke, ou Le chant du loup (2019) d’Antonin Baudry.

Gérard Crespo

Filmographie (réalisateur, longs métrages)

  • 1993 : Métisse
  • 1995 : La Haine
  • 1997 : Assassin(s)
  • 2000 : Les Rivières pourpres
  • 2003 : Gothica
  • 2008 : Babylon A.D.
  • 2011 : L’Ordre et la morale

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
Affiche de Un héros très discret de Jacques Audiard

Bande-annonce de Tout simplement noir

Acteur, Réalisateur

x