The House on Sorority Row : la critique du film (1983)

Thriller, Slasher | 1h31min
Note de la rédaction :
6/10
6
House on Sorority Row VHS jaquette France

  • Réalisateur : Mark Rosman
  • Acteurs : Kate McNeil, Eileen Davidson, Janis Ward, Lois Kelso Hunt
  • Date de sortie: 21 Jan 1983
  • Nationalité : Américain
  • Année de production : 1982
  • Scénaristes : Mark Rosman, Bobby Fine
  • Directeur de la photographie : Tim Suhrstedt
  • Compositeur : Richard Band
  • Distributeur : Film inédit en salles en France. La date ci-dessus est celle de la sortie aux Etats-Unis.
  • Editeur vidéo : Scherzo (VHS) / Terror Home Vidéo (VHS) / Extralucid Films (combo DVD / Blu-ray)
  • Sortie vidéo (combo) : 17 juin 2020
  • Budget : 425 000 $
  • Box-office USA : 10,6 M$
  • Format : 1.85 : 1 / Son : Mono
  • Crédits visuels : © 1982 VAE Productions / © 2020 Extralucid Films. Tous droits réservés.
Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Petit classique du slasher, The House on Sorority Row est une série B indépendante de bonne facture, assortie d’un suspense bien mené. A découvrir.

Synopsis : Un groupe d’étudiantes vivant ensemble dans une grande maison, décident de faire une mauvaise blague à leur logeuse. Mais la farce tourne mal, et les jeunes filles de la sororité sont tuées les unes après les autres lors de la soirée de fin d’études…

Un slasher parmi tant d’autres…

Critique : A la fin des années 70, le cinéma horrifique américain est bouleversé par les triomphes successifs des slashers Halloween, la nuit des masques (Carpenter, 1978) et Vendredi 13 (Cunningham, 1980). Dès lors, tous les petits producteurs indépendants et les cinéastes désireux de percer se lancent dans le filon. Avec souvent un décor unique, des acteurs débutants et quelques effets sanglants peu coûteux, les auteurs de ces films espèrent décrocher un foudroyant succès avec une mise de départ minimale.

The House on Sorority Row, jaquette

© 1982 VAE Productions / © 2020 Extralucid Films. Tous droits réservés.

C’est le cas du jeune Mark Rosman qui écrit, produit et réalise The House on Sorority Row en toute indépendance au cours de l’été 1981. Loin d’être un fan de film d’horreur et de gore, le cinéaste avoue plutôt une passion pour les thrillers d’Alfred Hitchcock (Psychose en tête), les gialli de Mario Bava – ce qui se retrouve au niveau des éclairages – et les produits dérivés de Brian De Palma.

Une tension dramatique bien troussée

Le film débute par une séquence se déroulant dans les années 60. Initialement prévue pour être projetée en noir et blanc, cette scène inaugurale a finalement été teintée en bleu pour un rendu visuel assez piteux. Heureusement, cette injure au bon goût cesse dès le générique et le slasher proprement dit peut commencer. On notera que la description de la sororité est plutôt bien fichue et que chaque personnage est clairement défini, contrairement à bon nombre de productions de l’époque.

Loin de n’être que des adolescentes idiotes, les membres de la sororité sont décrits comme des jeunes femmes déterminées et fortement sexualisées, mais qui finissent par se rendre coupable d’un meurtre. On songe ici aux prémisses de Souviens-toi l’été dernier (Gillespie, 1997), preuve de l’influence exercée par le film de Rosman sur le scénariste Kevin Williamson. Après cet acte criminel, les jeunes filles se retrouvent pourchassées par un tueur qui les trucide une à une. La victime est-elle vraiment morte ? Revient-elle se venger ? Ou cachait-elle un terrible secret dans le grenier de sa pension ? Autant de questions qui sont à l’origine d’un suspense plutôt habilement mené par un réalisateur soucieux de créer une réelle tension dramatique.

Des clichés, mais le produit est bien emballé

Bien entendu, on n’échappe pas aux quelques clichés en vigueur dans le genre, notamment cette tendance à se séparer pour offrir une opportunité au tueur, alors que l’action de groupe serait bien plus efficace. De même, l’héroïne qui survivra est l’unique protagoniste à ne pas avoir validé le crime initial, ce qui permet de sauver la morale. Toutefois, il est intéressant de savoir que le réalisateur souhaitait initialement tourner une fin où l’héroïne succombait également. Elle ne fut pas acceptée par les coproducteurs et le réalisateur a opté pour un dénouement plus classique, largement tributaire de celui du premier Halloween.

Joué avec aplomb par toutes les jeunes actrices – avec en tête la très juste Kate McNeil – The House on Sorority Row propose quelques meurtres sympathiques dont on voit le résultat plus que l’exécution. Les quelques plans gore ont d’ailleurs été ajoutés après le tournage afin d’épicer un peu le mets destiné au jeune public des drive-in. Réalisé de manière correcte, le film bénéficie également d’une bande-son symphonique assez étonnante de Richard Band, ce qui tranche avec les habituelles boucles synthétiques attachées au genre.

Un gros succès outre-Atlantique, mais resté inédit dans les salles françaises

Pour ce qui est du tueur, on appréciera son costume final de clown diabolique, pour le coup vraiment inquiétant. Le but étant bien d’en faire un boogeyman qui pourrait revenir dans de potentielles suites qui n’ont jamais été tournées. Sorti au début de l’année 1983 aux Etats-Unis, The House on Sorority Row a pourtant connu un gros succès en cumulant plus de 10 millions de dollars de recettes pour un budget initial de 425 000 $. Toutefois, Mark Rosman a toujours déclaré n’avoir jamais reçu les bénéfices d’une telle exploitation. Sans doute une sombre affaire de contrats mal ficelés.

En France, le film n’a été exploité qu’en VHS chez l’éditeur Scherzo, avant de disparaître de la circulation. Il est à nouveau disponible dans une édition combo DVD / Blu-ray chez l’éditeur Extralucid Films depuis juin 2020. Si la copie s’avère moyenne, on ne peut que saluer une telle initiative, d’autant qu’elle est assortie de quelques suppléments sympathiques.

Critique de Virgile Dumez

Acheter le combo DVD / Blu-ray du film

Les slashers sur CinéDweller

House on Sorority Row VHS jaquette France

© 1982 VAE Productions, 1988 AVP Production

Trailers & Vidéos

trailers
x
House on Sorority Row VHS jaquette France

Bande-annonce de The House on Sorority Row (VO)

Thriller, Slasher

x