Road House : la critique du film (1990)

Action, Thriller | 1h54min
Note de la rédaction :
6/10
6
Road House, Cover VOD

  • Réalisateur : Rowdy Herrington
  • Acteurs : Ben Gazzara, Kelly Lynch, Patrick Swayze, Sam Elliott
  • Date de sortie: 03 Jan 1990
  • Nationalité : Américain
  • Année de production : 1989
  • Scénariste(s) : R. Lance Hill (sous le pseudonyme de David Lee Henry), Hilary Henkin
  • Directeur de la photographie : Dean Cundey
  • Compositeur : Michael Kamen
  • Société(s) de production : Silver Pictures, Star Partners II Ltd.
  • Distributeur (1ère sortie) : UIP
  • Éditeur(s) vidéo : MGM – UA Vidéo (VHS + DVD + Blu-ray)
  • Date de sortie vidéo : 1991 (VHS) / 2006 (DVD) / 1er juillet 2020 (blu-ray)
  • Box-office France / Paris-périphérie : 639 139 entrées / 119 259 entrées
  • Box-office nord-américain 30 M$
  • Budget : 17 M$
  • Rentabilité : -
  • Classification : Tous publics avec avertissement
  • Formats : 2.35 : 1 / Couleurs / Son : Dolby SR
  • Festivals et récompenses : 5 nominations aux Razzie Awards 1990
  • Illustrateur / Création graphique : -
  • Crédits : © 1989 United Artists Pictures, Metro-Goldwyn-Mayer Studios Inc.
  • Franchise : 1er volet d'une série de deux épisodes avec Road House 2 (2006)
Note des spectateurs :
[Total : 1   Moyenne : 3/5]

Série B sympathique, Road House s’appuie sur le charisme de Patrick Swayze et un script qui reprend les figures imposées du western dans un cadre contemporain. Efficace.

Synopsis : Dalton a toutes les qualifications requises pour avoir un boulot stable et une vie tranquille, mais il préfère vivre sa vie. Voilà pourquoi il se retrouve vigile au Double Deuce, un bar de Jasper. Lors de sa première nuit de travail, il est blessé, mais aussitôt recueilli et soigné par Elizabeth Clay, une jeune et belle doctoresse. Malheureusement, Brad Wesley, qui règne en maître sur le crime à Jasper, est intéressé par la jeune femme…

Road House ou comment moderniser les thématiques du western classique

Critique : Devenu célèbre aux Etats-Unis grâce à la série télévisée Nord et Sud sur la guerre de Sécession et au film Dirty Dancing (Ardolino, 1987), l’acteur Patrick Swayze est approché pour jouer dans Tango et Cash aux côtés de Sylvester Stallone, mais finalement il préfère refuser cette proposition. Effectivement, parallèlement, on lui propose d’interpréter le rôle principal de Road House, un script original de R. Lance Hill (sous le pseudo de David Lee Henry). Séduit par cette proposition de modernisation du western classique, Patrick Swayze collabore donc avec le producteur Joel Silver et le réalisateur Rowdy Herrington pour faire de Road House une œuvre à sa gloire naissante.

Road House, jaquette du blu-ray

© 1989 Metro-Goldwyn-Mayer Studios Inc. / Conception graphique : © 2015 Metro-Goldwyn-Mayer Studios Inc. Tous droits réservés.

Considéré par beaucoup à sa sortie comme un navet, détenteur de cinq nominations aux Razzie Awards qui récompensent les plus mauvais films de l’année, Road House (1989) n’est pourtant pas le vilain petit canard tant décrié. Certes, son script est basique et reprend sans faire preuve du moindre second degré tous les clichés attachés au western classique.

Si l’action est bien contemporaine, les cinéphiles n’auront guère de mal à faire le rapprochement avec ce genre pourtant passé de mode à l’époque. On trouve ici un héros solitaire qui vient remettre de l’ordre dans une petite ville de province dominée par un potentat local ignoble. On ne nous épargne ni les menaces qui pèsent sur les petits commerçants, ni les trafics menés en toute tranquillité par les truands du coin. D’abord observateur silencieux, Dalton (incarné avec charisme par Patrick Swayze) va finir par intervenir et déclencher ainsi une situation inextricable où la violence semble la seule issue possible.

Un film à la gloire de Patrick Swayze

Le réalisateur Rowdy Herrington parvient à présenter les personnages avec un certain sens de la narration, en prenant notamment son temps. Cela permet au spectateur de s’attacher à ce personnage de videur atypique, alors même que l’on évoque à son sujet un passé trouble. Grâce à sa présence physique et son magnétisme animal, Patrick Swayze arrive à nous convaincre de la dangerosité de son personnage. Si les séquences d’arts martiaux ne sont pas aussi chorégraphiées que dans d’autres productions de l’époque, cela octroie une certaine véracité aux combats qui parsèment le long-métrage.

Rowdy Herrington fait plutôt bien monter la tension entre les antagonistes et le déferlement de violence final se justifie finalement plutôt bien, du moins dans un contexte redneck américain où les balles sifflent avant que l’on puisse commencer à discuter. Le réalisateur soigne ses éclairages et ses décors (le bar a été entièrement construit pour l’occasion) et il n’oublie pas de fournir une bande-son blues du meilleur effet. Une grande partie des morceaux originaux ont ainsi été composés par le jeune artiste de blues aveugle Jeff Healey que l’on voit à plusieurs reprises dans le film. Outre un bon nombre de standards du blues et du rock, la bande originale de Michael Kamen s’avère assez savoureuse et participe largement au plaisir qui émane de cette série B bien fichue.

Une déception commerciale au cinéma, compensée par son succès en vidéo

Bien évidemment, pour pouvoir apprécier une telle œuvre, il faut impérativement laisser au vestiaire son esprit cynique. Dans Road House, tout doit être pris au premier degré, comme doivent également être vus les films des années 50 auxquels il se réfère à maintes reprises. Sorti au printemps 1989 dans les salles américaines, le long-métrage a déçu les attentes des producteurs qui comptaient réitérer le carton de Dirty Dancing. Toutefois, le long-métrage n’a pas perdu d’argent pour autant et s’est avéré une bonne affaire sur le long terme grâce à d’excellentes ventes en VHS, puis, plus tard, en DVD. En France, Road House a mieux marché que Dirty Dancing (qui fut un flop à sa sortie, rappelons-le) en cumulant 639 139 entrées sur tout le territoire au mois de janvier 1990. Chez nous aussi, le film a gagné en importance au cours du temps grâce à la vidéo.

Il a ainsi fallu attendre 2006 pour qu’un Road House 2 (Ziehl) soit produit, au grand dam des fans du premier. Point de Patrick Swayze à l’horizon dans cette suite vidéo opportuniste. Inégal et kitsch, le premier Road House ne doit aucunement être méprisé puisqu’il offre un spectacle de bonne tenue à ceux qui apprécient les films burnés des années 80, dont il possède encore toutes les caractéristiques, avant la normalisation qui interviendra dans les années 90.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 3 janvier 1990

Acheter le film en blu-ray

Voir le film en VOD

Road House, l'affiche

© 1989 Metro-Goldwyn-Mayer Studios Inc. Tous droits réservés.

Box-office France :

Privé de la renommée américaine que lui avait valu Dirty Dancing, Patrick Swayze sort Road House en France sur son seul nom, avec un certain succès. Cette série B destinée à un public jeune, trouve 29 écrans sur la « Francilie », le 3 janvier 1990, au retour des vacances de Noël d’une fin de décennie un peu triste pour l’exploitation.

La première semaine de l’année à cette époque-là étant toujours pauvre en nouveautés, le poids lourd de la MGM parvient à s’accaparer de la 2e place du classement parisien hebdomadaire, avec 53 044 entrées. Un score tout à fait correct, juste au-dessus d’Oliver & Cie de Disney (47 058 entrées pour sa 5e semaine), mais forcément moins que Retour vers le futur 3, succès de cette fin d’année avec 91 116 spectateurs dans 53 cinémas (semaine 3), qui domine dans toutes les grosses villes de province, sans exception.

Sur Paris, Road House roulait des mécaniques au Rex, au Paramount Opéra, à l’UGC Normandie, à l’UGC Convention, à l’UGC Lyon Bastille, à l’UGC Gobelins, au Forum Horizon, à l’Action Rive Gauche, au Paramount Opéra, au Mistral, aux Images et au Gambetta. Mais c’est surtout en banlieue, avec 17 cinémas, que ce film d’action trouvait le gros de ses écrans.

Avec l’arrivée de quelques nouveautés lors de sa semaine 2 (Sea of Love, avec Pacino, Outrages de De Palma, La vengeance d’une femme de Doillon, Why me? Un plan d’enfer, avec Christophe Lambert), le film rétrograde en 6e place, avec 29 434 routiers. 17 707 entrées en 3e semaine (17 écrans), 11 052 (14 écrans)… C’est surtout en 5e semaine que Road House est sorti de la route en raison des nombreuses sorties d’Avoriaz. La production 100 % yankee est délestée de 10 écrans et perdure dans 4 cinémas, pour un total de 3 523 adolescentes prêtes à revoir leur idole. En 6e semaine, le film entre dans les cinémas de quartier, avec le Hollywood Boulevard, ce qui lui confère 3 136 entrées sur 4 sites, dont 1 798 au seul temple des Grands Boulevards. Celui-ci le conserve une seconde semaine, avec 1 373 amateurs de la salle typée de René Chateau. C’est d’ailleurs l’ultime semaine de programmation parisienne, avec un total local de 119 269 spectateurs. Evidemment, le film tiendra mieux la route en province, notamment à Toulouse. Road House aguichera sur toute la France 639 139 spectateurs, et bien plus en VHS.

Frédéric Mignard

Trailers & Vidéos

trailers
x
Road House, Cover VOD

Bande-annonce de Road House (VO)

Action, Thriller

x