Rendez-vous : la critique du film + le test blu-ray (1985)

Drame psychologique | 1h23min
Note de la rédaction :
9/10
9
Pré-affiche Cannes de Rendez-Vous de Téchiné

  • Réalisateur : André Téchiné
  • Acteurs : Jean-Louis Trintignant, Juliette Binoche, Lambert Wilson, Wadeck Stanczak, Dominique Lavanant, Anne Wiazemsky
  • Date de sortie: 15 Mai 1985
  • Nationalité : Français
  • Scénaristes : André Téchiné, Olivier Assayas
  • Producteur : Alain Terzian pour T Films
  • Directeur de la photographie : Renato Berta
  • Compositeur : Philippe Sarde
  • Distributeur : UGC - Europe 1
  • Éditeur : UGC Vidéo (première édition), Vidéofilms (VHS, deuxième édition), MK2 Vidéo (DVD, première édition), Carlotta & MK2 (DVD, deuxième édition, blu-ray)
  • Date de sortie vidéo : 11 mars 2020
  • Box-office France / Paris-Périphérie : 766 811 entrées / 272 674 entrées
  • Festival : Prix de la mise en scène (Sélection Officielle Cannes 1985)
  • Récompenses 6 nominations aux César - Prix du Meilleur jeune espoir masculin pour Wadeck Stanczak
  • Affiche : Baltimore
  • Crédits photo : Bettina Rheims
  • Formats image & sonore 2.35 - Mono (1.0)

Rendez-vous s’insinue comme une spirale de sentiments tempétueux, mettant en scène des personnalités fiévreuses inoubliables, comme les jeunes stars qui lui donnent âmes et corps, Juliette Binoche, Wadeck Stanczack et Lambert Wilson. Une œuvre phare dans le répertoire de Téchiné et celui du cinéma français des années 80.

Synopsis : Récemment débarquée à Paris dans l’espoir de devenir actrice, Nina est à la recherche d’un appartement. Elle sympathise avec Paulot, employé d’une agence immobilière, qui lui propose de l’héberger temporairement. Sa rencontre avec Quentin, son colocataire, ne se passe pas bien et la jeune femme quitte précipitamment les lieux. Malgré la gentillesse et la prévenance de Paulot, Nina se sent pourtant irrémédiablement attirée par le ténébreux et inquiétant Quentin…

Critique : Tourné en trente jours, Rendez-vous devait initialement s’intituler La débutante… Téchiné, accompagné d’un jeune scénariste dans l’air du temps (Olivier Assayas, sur le point de sortir son premier long, Désordres, avec l’une des vedettes de Rendez-vous, Wadeck Stanczak) prend le pouls d’une jeunesse tumultueuse, qui démarre dans sa vie d’adulte. Le destin de Juliette, dix-huit ans, fraîchement arrivée sur Paris, qui brûle de désir de planche (elle démarre par du boulevard, mais rêve shakespearien, avec la tragédie que cela sous-entend), se brûle aux désirs contradictoires, celui tranchant, ardemment sensuel, d’un dandy fantomatique, cynique et égocentrique (Lambert Wilson, génial), et celui d’un jeune homme qui lui garantirait la robustesse de la sécurité, celle de la banalité du quotidien. Cette face masculine est portée par Wadeck Stanczak, belle découverte de Téchiné qui remportera le César du Meilleur jeune espoir pour son interprétation tout en frustration et conflits internes.

Juliette, c’est Binoche, actrice dont l’ascension est fulgurante au milieu de la décennie 80. Au premier semestre de 1985, on la voit dans cinq films, notamment chez Doillon et Godard. Rendez-vous, glorieux Prix de la mise en scène, à Cannes, où elle devient la nouvelle « femme publique », après Valérie Kaprisky, un an auparavant, lui permet d’exploser dans un premier rôle  douloureux, viscéral, tiraillé par la raison et la passion, la dévotion pour son art et le refus de soumission aux caprices des virilités contrastées.

Téchiné, l’homme qui aimait les femmes

Binoche succède alors, dans la filmographie d’André Téchiné, à Adjani, Huppert, Deneuve, Pisier, Moreau… L’ombre de ces stars n’accable pas la future vedette de Leos Carax qui se prend au jeu de la figure symptomatique de la jeune écorchée des années 80, époque où l’on dénudait le corps et l’âme de la femme actrice, en la poussant dans des retranchements qui paraîtront insensés pour les spectateurs contemporains, habitués à plus de bienveillance à l’égard des comédiennes.

Maltraitée Juliette Binoche ? Outragée par la virilité trouble que lui fait subir la caméra de Téchiné, à travers les facettes différentes que représentent Stanczack et Lambert ? Son personnage théâtral qui aspire à une ascension de tragédienne, profite de cette même dichotomie : elle est à la fois femme meurtrie, témoin miroir des maltraitances masculines à l’égard des nubiles, mais aussi femme moderne, sujet de sa vie, et actrice de ses propres décisions quand un grand maître de théâtre usé, le Pygmalion joué par Jean-Louis Trintignant, lui donne rendez-vous avec elle-même et la scène dramatique.

Sur un scénario appréhendant le fantastique avec la magnificence de l’image et de la photographie, Rendez-vous se construit en de nombreux plans intenses que le cinéaste osait proposer au fur et à mesure à un casting dans la transe et la véhémence de l’instant, la fougue d’une jeunesse assoiffée de désirs qui osait jusqu’à s’affranchir de la vie, avec le thème du suicide traité dans la théâtralité de l’acte. La réalisation est fluide, se joue des espaces et brille par son omniprésence spectrale pour coller au plus proche des âmes égarées.

 

 

Rendez-vous avec la gloire

Véritable tremplin pour la carrière de Juliette Binoche – dont la voix juvénile ressemblait alors beaucoup à celle d’Emmanuelle Béart, découverte en 1984, et pour Lambert Wilson toujours fiévreux de sa rencontre avec Zulawski dans La femme publique, un an aupravant, Rendez-vous, c’est aussi celui raté de Wadeck Stanczack avec la célébrité. Il était pourtant le seul à ressortir césarisé de cette aventure, mais malgré sa prestation de qualité, un deuxième rôle important chez Téchiné (dans Le Lieu du Crime, 1986), cet ancien « cavalier de l’orage » ne parviendra pas à imposer son intériorité dans un cinéma français fébrile des soubresauts d’une crise qui le fera disparaître du grand écran pour le tube cathodique. Même l’éditeur Carlotta, qui propose en 2020 le film en HD dans une belle édition vidéo, fera l’affront cinéphile de gommer son nom de l’affiche contemporaine… Injuste.

Petit budget de 10 millions de francs, tourné essentiellement dans un Paris d’intérieurs décrépit, nocturne et théâtral, jusqu’aux reconstitution d’ébats érotiques dans des pièces coquines, Rendez-vous était produit par Alain Terzian, producteur clé de l’époque qui avait offert à Téchiné le luxe de l’équipe de Rive droite Rive gauche de Labro, thriller politique et journalistique avec Depardieu et Nathalie Baye. Le succès générationnel de ce film d’auteur torturé permis à André Téchiné d’enchaîner les tournages, lui qui avait eu beaucoup de mal à retrouver le grand format, après son précédent long, Hôtel des Amériques, sorti en 1981. Des décennies après, cette œuvre fantomatique demeure le troisième plus gros travail, en termes d’entrées, sur toute sa carrière. Rendez-vous est une œuvre phare qui marqua son époque et le cinéma français dans son histoire. Elle demeure toujours d’une fiévreuse actualité dans sa dichotomie homme/femme.

Sorties de la semaine du 15 mai 1985

Rendez-vous, affiche du film d'André Téchiné

Photo : Bettina Rheims – Affiche : Baltimore © T Films / Films A2

Compléments : 3 / 5

Une interview contemporaine d’André Téchiné, en HD, menée par Jean-Marc Lalanne, rédacteur en chef des Inrockuptibles. Le cinéaste donne du sens au film, ses métaphores, son sous-texte, le contexte de production et de tournage… Vous comprendrez ainsi pourquoi le générique du film est si long… C’est passionnant, bien mené, même si trop court par rapport à la densité du film.

Un entretien avec Lambert Wilson est proposé. Il ne s’agit pas d’un bonus exclusif, celui-ci ayant été tourné à l’époque de la sortie DVD initiale de Rendez-vous, il y a près de 20 ans. Le ton de Lambert Wilson est ampoulé, il semble encore engoncé dans les travers abscons de son personnage du « je », mais il est surtout passionnant et d’une analyse qui force le respect.

La bande-annonce originale est également proposée en supplément. Celle-ci est rare. On jubile.

Quelques regrets… L’absence de Juliette Binoche et Wadeck Stanczack. Pourquoi leur silence pour une œuvre aussi importante dans leurs carrières ? Il fallait revenir dessus.

Image : 4.5 / 5

Splendide. La restauration transcende la photographie de Renato Berta, fou de travail qui n’a jamais chômé dans sa longue carrière. L’éclairage des années 80 jouit du contraste que permettent les technologies d’aujourd’hui, avec un rééquilibrage fin. Le Paris vétuste des années 80 y est sublimé, avec un espace réapproprié par des profondeurs qui réjouissent. La copie est splendide.

Son : 4 / 5

Tourné en mono, Rendez-vous se permet une belle éloquence en DTS HD, avec une mise en exergue du score de Philippe Sarde qui renforce l’ampleur de cette œuvre essentielle dans la carrière de Téchiné.

Critique et test blu-ray : Frédéric Mignard

Rendez-vous, MK2 Carlotta, jaquette

Photo : Bettina Rheims – Affiche : Baltimore © 1985 T Films / Films A2. Tous droits réservés.

Box-office : retour sur carrière

Sorti le 15 mai 1985, Rendez-vous est l’un des émois du festival de Cannes qui bat son plein. Il bénéficie de 34 salles, la deuxième plus grosse combinaison de la semaine pour une nouveauté, derrière le flop jurassique de Disney, Baby le continent oublié, et devant les 30 écrans du Retour des morts vivants de Dan O Bannon. Le film caracole en tête des nouveautés avec 13 727 spectateurs pour son premier jour parisien, juste devant zombies. Deux autres films cannois paraissaient ce jour-là : Birdy (dans 13 salles seulement) et le Mishima de Paul Schrader, avec à peine 9 écrans.

A l’issue de sa première semaine, André Téchiné, robuste, monte sur le podium, avec 85 357 spectateurs, contre 63 000 pour les macchabées affamés, 44 000 pour les dinosaures effectivement oubliés de la firme de l’oncle Walt, et 39 000 entrées pour Birdy qui allait devenir un beau succès surprise sur la durée. Fort d’un Prix de la mise en scène à Cannes, attribué quelques jours après la sortie de Rendez-vous, la dynamique était consolidée.

Les salles de Paris intra-muros diffusant cette œuvre française étaient le George V, l’UGC Biarritz/Rotonde/Montparnasse/Danton/Convention/Opéra/Boulevard/Gare de Lyon/Gobelins, le Rex, le 3 Murat et le 3 Secretan, le Paramount Orléans et le Paramount Galaxie, le Clichy Pathé, le Ciné Beaubourg, le Saint-Lazare Pasquier et le Caplypso. Avec 8 298 entrées au seul UGC Danton, le « rendez-vous » avec le public était acté.

En province, James Cameron et Terminator conservait l’avantage sur les 15 villes principales du pays, avec 10 000 entrées de plus en 4e semaine.

En deuxième semaine, Rendez-vous rétrograde en deuxième place derrière Witness avec 52 428 entrées. Il glisse en 4e place, en 3e semaine, avec 29 216 curieux. En 4e semaine, le Téchiné se stabilise à 28 000 entrées, avant atterrir à 18 413 spectateurs en mode rattrapage, en 5e semaine.

Rendez-vous de Téchiné au box-officeEn dixième semaine, le triangle amoureux se déchire encore devant 4 601 spectateurs. Il restera exploité par son distributeur, UGC, dans trois des salles de son circuit parisien tout au long de l’été. En 15e semaine, il ne lui reste plus qu’un seul écran, l’UGC Danton qui rassemble encore l’enthousiasme de 2 073 spectateurs urbains, pour un total de 264 586 entrées.

Le chef-d’œuvre de Téchiné sera exploité dans un circuit classique pendant 21 semaines, avant de se retrouver programmé quelques séances par semaine au Grand Pavois, cinéma de seconde exploitation, pour les courageux prêt à traverser tout Paris pour rattraper une œuvre ratée lors de sa première exclusivité.

Au final, ce mètre-étalon du cinéma d’auteur français des années 80 sera célébré par 766 811 spectateurs sur l’ensemble du territoire, dont 272 674 sur Paris-Périphérie. Cela sera, jusqu’en 1993 et le million de Ma saison préférée, le plus gros succès public d’André Téchiné. Et, en 2020, le film demeure le troisième plus gros succès de toute sa carrière derrière Les voleurs (926 000), mais devant Le Lieu du crime (747 000) et Les sœurs Brontë (695 000).

Et les César alors ? Récompenses ? Effet ?

UGC proposera le classique en VHS dès l’année 1986. Entre temps, Rendez-vous refera une petite apparition en salle, avec une reprise la semaine du 19 février 1986 dans deux cinémas. Il s’agit de l’UGC Marbeuf et surtout du Forum Cinémas, où il remportera 1 763 entrées pour cette unique semaine de projection correspondant à la semaine des César. Juliette Binoche devra abandonner le César de la Meilleure actrice à Sandrine Bonnaire, rayonnante dans Sans toit ni loi ; Téchiné doit plier face à Michel Deville et son Péril en la demeure. Et les critiques sont stupéfaits face au César du Meilleur film attribué au succès phénoménal de Trois hommes et un couffin qui dépassait E.T. au box-office français. On récompensait moins la qualité de la comédie que son succès phénoménal alors que le box-office français sombrait dans les affres d’une crise sans fin.

Frédéric Mignard

Trailers & Vidéos

trailers
x
Pré-affiche Cannes de Rendez-Vous de Téchiné

Bande-annonce de Rendez-vous

Drame psychologique

x