Ne vous retournez pas (Don’t look now) : la critique du film et le test blu-ray (1974 )

Thriller, Drame, Surnaturel, Fantastique | 1h50min
Note de la rédaction :
8/10
8
Ne vous retournez pas, affiche reprise 2020 (Nicolas Roeg)

  • Réalisateur : Nicolas Roeg
  • Acteurs : Donald Sutherland, Julie Christie, Hilary Mason, Leopoldo Trieste
  • Date de sortie: 18 Sep 1974
  • Nationalité : Britannique, Italien
  • Titre original : Don't Look now
  • Scénariste(s) : Alan Scott, Chris Bryant, d'après une nouvelle de Daphné du Maurier (Editions Albin Michel)
  • Compositeur : Pino Donnagio - Musique orchestrée et dirigée par Giampiero Boneschi
  • Société de production : National Film Ventures
  • Distributeur : C.F.D.C. - Potemkine (reprise du 16/09/2020)
  • Editeur vidéo : Thorn Emi (VHS), Potemkine (2015)
  • Date de sortie vidéo : 9 octobre 2015 (blu-ray, Potemkine), 6 octobre 2015 (coffret 3 films Nicolas Roeg)
  • Box-office France / Paris-Périphérie : 105 028 entrées / 57 058 entrées
  • Récompenses : 7 nominations aux BAFTA, lauréat du BAFTA de la meilleure photographie
  • Classification : Tous publics Interdit aux moins de 12 ans
  • Date de reprise : 16 septembre 2020 en version restaurée 4K
  • Formats : : 1 / - Technicolor
  • Crédits : © 1973 National Film Ventures
Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Passé inaperçu à sa sortie, Ne vous retournez pas est l’une des œuvres phares d’une décennie virtuose. Toute la beauté de l’étrange par un maître des années 70 dans une Venise mortifère à l’atmosphère prégnante.

Synopsis : Quelques mois après la mort par noyade de leur petite fille, Laura Baxter et son époux John, appelé sur le chantier de restauration d’une église, se rendent à Venise. Mais la ville est devenue cet hiver-là le théâtre d’événements sordides et une étrange rencontre ravive chez le couple le souvenir douloureux de leur fillette.

Deuil à Venise

Critique : Œuvre phare des années 70, même si elle ne connut pas un grand succès en salle (à peine 100 000 entrées en France), Ne vous retournez pas compte parmi les jalons de la filmographie contrastée du cinéaste britannique Nicolas Roeg, dont l’essentiel des grands films se situe au début de sa carrière, entre 1970 et 1980. En l’occurrence, succédant au trip psychédélique obsessionnel La randonnée et s’intercalant avant le film de science-fiction déroutant avec David Bowie, L’homme qui venait d’ailleursNe vous retournez pas appartient aux œuvres surnaturelles vénéneuses de cette décennie traversée de vision artistiques puissantes, transcendée par des points de vue cinématographiques fascinants et radicaux.

Ne vous retournez pas, don't look now, affiche américaine

Affiche cinéma USA © 1973 National Film Ventures – Paramount Pictures

A l’instar de Mort à Venise et Nuits blanches de Visconti, le film présente une vision trouble de la cité des Doges, Roeg cultivant le morbide pour son adaptation d’une nouvelle de Daphné du Maurier (Les Oiseaux, Rebecca). Influencé forcément par Hitchcock, mais puisant également son inspiration dans la virtuosité formelle du thriller italien alors à la mode, le giallo, Roeg fait des merveilles à la réalisation, distillant un climat de surnaturel et de folie dans une intrigue qui mène un couple endeuillé par la mort de leur enfant, aux confins d’une cité de décrépitude et de ténèbres, où tout semble mener à une mort inéluctable.

 Le cinéma dingue des années 70

Cette histoire de fantôme, préfigurant Le cercle infernal de Richard Loncraine, mais aussi le cinéma spectral ibérique des années 2000 (L’orphelinatLes autres), est doublée d’une intrigue meurtrière avec un obscur psychopathe qui rode dans une ville sale, à la déliquescence certaine qui nous éloigne des clichés touristiques lumineux associés à cette ville italienne.

Ne vous retournez vous pas, sept fois nommé aux BAFTA

Roeg cherche indéniablement à perdre le spectateur dans les dédales d’une cité exsangue, qui sert de cadre à un script abscons. Le film est torturé par un montage de juxtapositions habiles et une mise en scène géométrique, magnifiquement découpée par des éléments obliques qui sont autant d’éclats et de tessons. Un délice pour les yeux, d’esthétique et d’ambiance.

Culminant dans un final mortifère qui atteint un paroxysme effroyable, Ne vous retournez pas mérite d’être redécouvert. Passé inaperçu en France en raison de la sortie de L’exorciste le jour même de sa distribution sur nos écrans, sa sensibilité artistique lui a valu sept nominations aux BAFTA, dont Meilleurs film, acteur (Sutherland, sorti de Klute, impérial), et actrice (Julie Christie, déchirante).

Frédéric Mignard

Sorties de la semaine du 18 septembre 1974

Sorties de la semaine du 16 septembre 2020

Ne vous retournez pas, affiche reprise 2020 (Nicolas Roeg)

© 1973 National Film Ventures

Box-office :

Distribué en France par C.F.D.C., Ne vous retournez pas ! (avec un point d’exclamation au titre original) est passé inaperçu en France. Le film dépassa à peine les 100 000 spectateurs à la fin de sa très courte carrière. Les spectateurs français étaient préoccupés par la montée de l’érotisme et les débats tournaient autour d’Emmanuelle de Just Jaeckin qui célébrait sa 13e semaine d’une exploitation. Le roman-photo porn soft allait rester plus de 10 ans à l’affiche.

Ne vous retournez pas ! contre L’exorciste

Par ailleurs, le thriller sur la lagune a été victime d’un autre phénomène de société aux 5 400 000 entrées. Le même jour, en sortie nationale, dont 8 salles sur Paris (le Normandie, le Paramount Opéra, le Max Linder, le Caravelle Pathé) triomphait L’exorciste. Pas de chance, car le thriller horrifique de William Friedkin, interdit aux moins de 18 ans, réalisait sur ses 8 salles parisiennes pas moins de 120 556, et était diffusé à guichets fermés.

Dans 12 salles, au nombre de sièges moindre, Ne vous retournez pas ! devait se contenter de 16 264 entrées pour son investiture.

Où voir Ne vous retournez pas ! en 1974

Le classique de Roeg, interdit aux moins de 13 ans, était programmé, en intra-muros, à l’Ermitage, au Gaumont Madeleine, aux Ursulines, au Bilboquet, au Clichy Pathé, à l’Omnia, au Magic Convention, au Paramount Maillot et au Miramar.

Les sorties du 18 septembre 1974

Les autres sorties de la semaine étaient Céline et Julie vont en bateau (Rivette), Vive la France (Audiard), Justice sauvage, la comédie israélienne Ervinka, la comédie suédoise Fais donc l’amour, on n’en meurt pas, les films érotiques La vie sexuelle dans les prisons de femmes, La fille à l’envers, le polar allemand Une Chinoise aux nerfs d’acier, et le film de karaté Chen, le caïd des sampangs.

La deuxième semaine de Ne vous retournez pas ! sera bonne, avec une vraie stabilité (16 680 / 32 944). Toutefois, la nécessité de trouver des salles pour les nouveautés réduira le circuit à un seul écran en fin de vie, à savoir l’UGC Marbeuf, en 6e semaine (907/57 058)

Frédéric Mignard

Le Blu-ray

Ne vous retournez pas, affiche Potemkine

© 1973 National Film Ventures © 2015 Blu-ray Potemkine

Il s’agit d’un test issu lors de l’édition de 2015. La restauration n’avait pas été frappée par le miracle d’une 4K, celle en l’occurrence qui se retrouvera en salle lors de la reprise de   2020. Dans un coffret Roeg de 3 films, ou en édition simple, la sortie HD 2015 de Ne vous retournez pas, était toutefois un miracle pour les cinéphiles qui n’avaient pas pu découvrir cette œuvre rare et vénéneuse auparavant…

Compléments :  2,5 / 5

On ne retrouve qu’une présentation de 29’ du film par le critique Jean-Baptiste Thoret qui, mieux que quiconque, s’essaie à l’analyse, à la synthèse, tout en ouvrant de nombreuses pistes d’interprétation. Un complément passionnant et nécessaire.

Image : 3 / 5

Le film avait souffert avec le temps et le traitement de l’image, bien qu’inégal, permet enfin de découvrir ce thriller dans des conditions esthétiques satisfaisantes. On reste toutefois très loin des restaurations 4K qui nous font chavirer et dont il sera question, cinq ans plus tard, lors de la reprise salle.

Son : 2.5 /5

Le mono est un peu nasillard en version originale. Audible, mais loin de convaincre complètement. Une piste Mono VF existe également. Nous ne l’avons pas testée.

Trailers & Vidéos

x