Le torrent : la critique du film (2022)

Policier, Drame | 1h42min
Note de la rédaction :
5,5/10
5,5
Le torrent, l'affiche

  • Réalisateur : Anne Le Ny
  • Acteurs : José Garcia, Christiane Millet, André Dussollier, Anne Le Ny, Capucine Valmary
  • Date de sortie: 30 Nov 2022
  • Nationalité : Français
  • Titre original : Le torrent
  • Titres alternatifs : -
  • Année de production : 2022
  • Scénariste(s) : Anne Le Ny
  • Directeur de la photographie : Laurent Dailland
  • Compositeur : Benjamin Esdraffo
  • Société(s) de production : Move Movie, SND Films, C8 Films
  • Distributeur : SND
  • Éditeur(s) vidéo : -
  • Date de sortie vidéo : -
  • Box-office France / Paris-périphérie : -
  • Box-office nord-américain : -
  • Budget : 3,9 M d’euros
  • Rentabilité : -
  • Classification : Tous publics
  • Formats : Couleurs / Son : 5.1
  • Festivals et récompenses : -
  • Illustrateur / Création graphique : Emmanuelle Jacobson Roques (photos) - Design : Troïka (agence)
  • Crédits : Move Movie, SND Films, C8 Films
Note des spectateurs :

Le torrent est avant tout un drame familial traitant de la complicité et de la trahison. L’ensemble s’apparente trop à un téléfilm, mais peut compter sur ses interprètes pour le sortir de la banalité.

Synopsis : Lorsqu’Alexandre découvre que sa jeune épouse, Juliette, le trompe, une violente dispute éclate. Juliette s’enfuit dans la nuit et fait une chute mortelle. Le lendemain, des pluies torrentielles ont emporté son corps. La gendarmerie entame une enquête et Patrick, le père de Juliette, débarque, prêt à tout pour découvrir ce qui est arrivé pendant cette nuit d’inondations. Alexandre qui craint d’être accusé, persuade Lison, sa fille d’un premier lit (18 ans), de le couvrir. Il s’enfonce de plus en plus dans le mensonge et Patrick commence à le soupçonner. Piégée entre les deux hommes, Lison pourrait tout faire basculer. C’est le début d’un terrible engrenage…

Le torrent, drame familial sur canevas policier

Critique : Vaguement inspiré de l’affaire Suzanne Viguier datant du début des années 2000, le script du polar Le torrent a été construit patiemment par Anne Le Ny, durant plusieurs années. Il fallait effectivement trouver le point de vue idéal pour traiter une histoire qui impliquait des liens familiaux forts au point de s’enferrer dans une dynamique du mensonge partagé. La difficulté venait notamment du fait que le film n’est pas structuré autour de la recherche du coupable, puisque la réalité de l’événement est dévoilée dès le début du long-métrage, mais bien autour du mensonge qui va peu à peu miner une famille entière.

Afin de ne pas s’aliéner le spectateur, Anne Le Ny a choisi d’octroyer le rôle principal à José Garcia. En tant que comique populaire, celui-ci ne peut susciter la méfiance du spectateur qui reste attaché à son personnage, et ceci malgré ses multiples dérapages. Ce choix de casting à contre-emploi s’avère d’ailleurs plutôt judicieux puisque José Garcia n’est jamais meilleur que lorsqu’il aborde le drame (on se souvient notamment du Couperet pour Costa-Gavras ou le magnifique Septième jour pour Carlos Saura). Il compose ici une figure paternelle irresponsable qui reste attachante malgré des agissements pour le moins douteux.

Le torrent accouche surtout d’un ruisseau

Face à lui, la toute jeune Capucine Valmary (déjà vue dans l’excellent thriller L’heure de la sortie avec Laurent Lafitte en 2018) impose une belle présence en jouant une jeune fille prête à tout pour défendre son père, au risque de le payer très cher. Enfin, il faut saluer à nouveau la belle performance de l’impeccable André Dussollier dans le rôle du grand-père soupçonneux. S’il ne force pas son talent, l’acteur irradie l’écran dès qu’il apparaît et donne une profondeur réelle à son personnage, là où il pouvait n’être qu’au service d’une mécanique narrative bien huilée.

Plutôt bien écrit, Le torrent pâtit pourtant d’un défaut majeur venant d’une réalisation bien trop plate – une constante chez Anne Le Ny – qui confine le tout dans un style trop proche du téléfilm du samedi soir. A l’heure où le cinéma français commence à s’interroger sur la défection du grand public pour les salles obscures, Le torrent vient justement rappeler qu’il ne suffit pas toujours d’une bonne histoire et de bons acteurs pour faire du cinéma pour le grand écran. Que l’on soit bien clairs, Le torrent n’est aucunement un mauvais film et il se laisse voir avec plaisir sur l’ensemble de sa durée, mais qu’a-t-il véritablement à offrir de plus que le moindre téléfilm proposé gratuitement sur les réseaux de chaînes télé ? La question mérite largement d’être posée en ces heures sombres pour la fréquentation.

Un polar aux allures de téléfilm du samedi soir

De fait, en se présentant comme un thriller par sa bande annonce, Le torrent se révèle être davantage un drame familial dont l’intrigue policière passe au second plan. Certes, les questions posées par la réalisatrice sont pertinentes et mêmes intéressantes (Jusqu’où peut-on aller par solidarité avec les êtres chers ? Où commence la complicité et où commence la trahison ?), mais ne pouvaient-elles pas faire l’objet d’une œuvre un peu plus trépidante et menée avec le souci d’une efficacité plus immédiate ?

Spectacle tout à fait fréquentable, mais plutôt réservé à un public âgé, Le torrent s’apparente donc davantage à un long fleuve tranquille qu’un film à suspense divertissant au parcours chahuté. Il vaut mieux être prévenu avant d’entrer dans la salle

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 30 novembre 2022

Le torrent, l'affiche

© 2022 Move Movie – SND Films – C8 Films / Affiche : Emmanuelle Jacobson Roques (photos) – Design : Troïka (agence). Tous droits réservés.

Biographies +

 José Garcia, Christiane Millet, André Dussollier, Anne Le Ny, Capucine Valmary

Trailers & Vidéos

trailers
x
Le torrent, l'affiche

Bande-annonce de Le torrent

Policier, Drame

x