Coup de fouet en retour : la critique du film (1956)

Western | 1h24min
Note de la rédaction :
7/10
7
Coup de fouet en retour, l'affiche

  • Réalisateur : John Sturges
  • Acteurs : Richard Widmark, John McIntire, Donna Reed, William Campbell
  • Date de sortie: 01 Août 1956
  • Nationalité : Américain
  • Titre original : Backlash
  • Scénariste : Borden Chase, d'après le roman de Frank Gruber
  • Directeur de la photographie : Irving Glassberg
  • Compositeur : Herman Stein
  • Distributeur : Universal International
  • Editeur vidéo : Sidonis Calysta (DVD)
  • Sortie vidéo (DVD) : 15 décembre 2010
  • Budget : 1 M$
  • Box-office USA : 4,6 M$
  • Box-office France / Paris-périphérie : 1 159 139 entrées / 261 380 entrées
  • Format : 2.00 : 1 / Son : Mono
  • Crédits affiche : © 1956 Universal International Pictures / Affiche : d'après Boris Grinsson. Tous droits réservés.
Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Porté par une écriture remarquable, Coup de fouet en retour est un western de très bonne tenue, à la fois enlevé et maîtrisé. A redécouvrir.

Synopsis : Au lendemain de la guerre de Sécession, Jim Slater revient en Arizona, à la recherche de la tombe d’un père qui, jadis, échappa au massacre de ses compagnons par les Indiens avant de s’enfuir avec 60.000 $ en or. C’est justement cet or qui suscite toutes les convoitises. D’abord celle d’une bande de hors-la-loi pour lesquels Slater devient un gibier à traquer où qu’il aille. Celle aussi de la belle Karyl Orton, bien décidée à récupérer la part du précieux métal qui revient à son mari.

Borden Chase livre un scénario admirable

Critique : Au cours des années 50, le studio Universal a alimenté le cinéma américain en westerns de série B dont on aime aujourd’hui redécouvrir la richesse insoupçonnée. Effectivement, loin d’être négligeable, ce corpus de films comporte un certain nombre de petites pépites qui sont parfois d’une excellente tenue. Parmi elles, on trouve notamment ce Coup de fouet en retour (1956) qui appartient à la catégorie des premiers succès rencontrés par le réalisateur John Sturges, futur metteur en scène de Règlement de comptes à OK Corral (1957) et des Sept mercenaires (1960).

Coup de fouet en retour, jaquette DVD

© 1956 Universal International Pictures / © 2007 Universal Studios. Tous droits réservés.

Toutefois, il est surtout important ici de signaler l’excellent travail fourni par le scénariste Borden Chase (déjà aux manœuvres de La rivière rouge, Winchester 73, Les affameurs, Je suis un aventurier et Vera Cruz) qui a brillamment adapté un roman de Frank Gruber. Effectivement, ce qui marque immédiatement le spectateur tient en la capacité des auteurs à raconter une intrigue assez tortueuse sans jamais l’exposer directement. Plongé dès la première séquence dans l’action, le spectateur n’a pas le temps de se familiariser avec les enjeux et se demande ce qui se passe. John Sturges et Borden Chase font également l’économie d’une longue séquence d’exposition en distillant les informations sur les différents personnages tout au long du film, au détour de quelques phrases.

Une quête du père qui relève de la psychanalyse

Ils parviennent ainsi à créer un vrai suspense autour des motivations des personnages, tout en leur apportant la profondeur nécessaire au fur et à mesure de l’action. Ainsi, c’est par le biais des actes des différents protagonistes que leur psychologie nous est révélée. Progressivement, le spectateur comprend qu’il est convié à une quête du père dont la signification profonde s’avère psychanalytique. Il s’agit pour le héros de se débarrasser de cette figure paternelle qui l’empêche de se réaliser en tant qu’homme.

Le cinéphile d’aujourd’hui appréciera également le rôle très développé octroyé à Donna Reed qui s’éloigne des traditionnelles potiches du genre. Son personnage participe pleinement à l’action et ses relations contrariées avec Richard Widmark (en gros d’amour-haine) font partie des meilleurs moments du long-métrage.

De la série B dégraissée jusqu’à l’os

Assez émouvant dans sa dimension presque tragique, le film bénéficie d’une réalisation carrée qui ne s’embarrasse pas de superflu. Dégraissé jusqu’à l’os, Coup de fouet en retour n’ennuie jamais en multipliant les séquences d’action sur une durée très ramassée d’une heure et vingt cinq minutes. Comme l’intrigue ne se dévoile qu’au fur et à mesure, cela ne laisse aucun temps mort. Soulignons également la bonne tenue de l’interprétation. Le couple formé par Richard Widmark et Donna Reed est parfaitement convaincant, tandis que John McIntire fait un méchant totalement crédible.

Petit succès à sa sortie aux Etats-Unis, le film a également enchanté les spectateurs français qui furent un peu plus d’un million à faire le déplacement dans les salles obscures. Aujourd’hui considéré à juste titre comme l’un des meilleurs films de son réalisateur, Coup de fouet en retour, un peu éclipsé par les grosses productions qui suivirent, mérite bien sa bonne réputation. Il doit donc être visionné par les amateurs de westerns plus intelligents que la moyenne.

Critique de Virgile Dumez

Les sorties de la semaine du 1er août 1956

Acheter le film en DVD

Voir la page VOD du film

Coup de fouet en retour, l'affiche

© 1956 Universal International Pictures / Affiche : d’après Boris Grinsson. Tous droits réservés.

x